Td anatomie physiologie du système nerveux








télécharger 0.78 Mb.
titreTd anatomie physiologie du système nerveux
page8/17
date de publication20.05.2017
taille0.78 Mb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > droit > Documentos
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   17

Syndrome méningé avec examen direct bactério négatif.

  • Paris bactériologique.

  • Antibiothérapie : Amoxicilline + Rocéphine afin de couvrir les différents types de germes en cause.

  • Correction de l’antibiothérapie après résultat de la mise en culture et antibiogramme.

  • + traitement symptomatique.


POTENTIELS EVOQUES



  1. DEFINITION.

  • Les potentiels évoqués sont des examens qui explorent le système nerveux central et périphérique afin d’étudier le fonctionnement physiologique des différentes voies sensorielles et motrices.

  • Ils sont enregistrés sur ordinateur, visualisés sur écran et imprimés afin d’être analysés et interprétés par le médecin neurophysiologiste du secteur d’activité.




  1. LES DIFFERENTS TYPES D’EXAMENS EFFECTUES.

  • Les P.E.S : potentiels évoqués somesthésiques.

  • Les P.E.M : potentiels évoqués moteurs.

  • Les P.E.A.T.C : potentiels évoqués auditifs du tronc cérébral.

  • Les potentiels évoqués laser.

  • Les potentiels évoqués au bloc opératoire.




  1. INDICATIONS.

  • Les potentiels évoqués permettent de mettre en évidence ou de suivre l’évolution de pathologies neurologiques en recherchant des anomalies de conduction ou de recrutement au niveau des différentes voies explorées.

  • Principales pathologies :

    • Pathologies médullaires.

    • Radiculopathies postopératoire.

    • Pathologies démyélinisantes cérébrales.

    • Coma Anoxique, Traumatique.

    • Chirurgie du rachis…




  1. LES POTENTIELS EVOQUES SOMESTHESIQUES.

  • Ce sont des réponses des voies nerveuses sensitives (système lemniscal) et du cerveau (cortex somesthésique) à un stimulus.




    1. Principe de l’examen.

  • Des stimuli sont provoqués par un stimulateur électrique, délivrant des ondes de choc de faible intensité, posé en regard d’un nerf.

  • Le patient perçoit des battements au niveau du Stimulateur, des fourmillements qui diffusent vers les extrémités entraînant une réponse motrice du territoire exploré.

  • La propagation de l’influx ainsi déclenché est transmis le long des voies nerveuses correspondantes jusqu’au cortex sensitif.




    1. Installation du patient.

  • Le patient est installé dans une pièce d’examen, faiblement éclairée et en position allongée afin d’être le plus détendu possible.

  • Il est possible également de lui faire écouter de la musique douce lorsque les conditions le permettent.

  • Il nous est aussi demandé d’enregistrer des PES en réanimation adulte ou pédiatrique ce qui nécessite le déplacement d’une infirmière technicienne accompagnée parfois du médecin.




    1. Mode de recueil.

  • Le recueil se fait à l’aide d’électrodes placées à différents étages, du nerf périphérique jusqu’au cortex sensitif en passant par les plexus lombaires pour les membres inférieurs et cervicaux brachial pour les membres supérieurs.

  • Les électrodes sont des électrodes piquées en sous cutanés pour les adultes et collées pour les enfants.

  • Le nombre d’électrodes varie en fonction du type d’examen :

    • PES des membres inférieurs.

    • PES des membres supérieurs.

    • Il y a très souvent l’association des deux qui nécessite alors la pose d’environ 25 électrodes.




    1. Principaux nerfs explorés.

  • Membres inférieurs :

    • Exploration des nerfs saphène poplité interne, saphène poplité externe, également saphène interne, fémoro-cutané, parfois du nerf honteux interne.

  • Membres supérieurs :

    • Exploration du nerf médian parfois associé au radial, cubital.

  • Au niveau de la face :

    • il peut être demandé l’exploration des nerfs trijumeaux.




    1. Durée de l’examen.

  • La durée de l’examen varie en fonction de plusieurs critères :

    • La pathologie du patient (difficultés à techniquer et enregistrer).

    • La collaboration du patient (compréhension, stress, coopération, douleur).

    • Le nombre de nerfs à explorer (en moyenne 30 minutes par paire de nerfs).




  1. LES POTENTIELS SOMESTHESIQUES MOTEURS.

  • Les potentiels évoqués moteurs sont l’enregistrement de la réponse musculaire suite à la stimulation de la voie motrice en plusieurs points :

    • Au niveau du cortex moteur.

    • Au niveau de la racine motrice du tronc nerveux périphérique correspondant :

      • En lombaire pour les membres inférieurs.

      • En cervical pour les membres supérieurs.




    1. Indications.

  • Les PEM permettent l’évaluation de la fonction de la voie motrice principale.

  • Ils permettront de détecter, confirmer les anomalies de fonctions, principalement dans les :

    • Pathologies médullaires.

    • Pathologies démyélinisantes centrales.

    • AVC.

    • Maladie de Charcot.

    • Atteinte fonctionnelle…




    1. Principe de l’examen.

  • L’influx magnétique est créé par un courant circulant au sein d’une bobine.

  • Le Stimulateur peut être placé au niveau du crâne, ou à certains étages radiculaires (lombo sacré pour les membres inférieurs, cervicodorsal pour les membres supérieurs).

  • Cela entraîne une réponse motrice au niveau des membres inférieurs et supérieurs.

  • Il est effectué au minimum 10 stimulations pour un examen complet.



    1. Installation du patient.

  • Le patient est installé en position demie assise lorsque sa mobilité lui permet.

  • Il reste dans son lit lorsqu’il ne peut se lever.

  • Il est rassuré tout au long de l’examen, et peut demander son interruption s’il ne le supporte pas.




    1. Mode de recueil.

  • Les électrodes de recueil sont des électrodes de surface, posées après application d’une pâte spécifique à base de sel, de poudre de pierre ponce, d’alcool et de gel de contact.

  • Les potentiels musculaires sont recueillis au point moteur :

    • Du jambier antérieur pour les membres inférieurs.

    • De l’abducteur du cinquième doigt et du biceps pour les membres supérieurs.




    1. Durée de l’examen.

  • C’est un examen qui dure au maximum une demi-heure, installation du patient comprise.




    1. Contre-indications.

  • Matériel métallique au niveau du rachis, datant de moins de six mois.

  • Pacemakers cardiaques.

  • Prothèse cardiaque.

  • Éclat métallique dans les yeux.

  • Implant métallique cérébral (clip).

  • Crise d’épilepsie…




  1. ROLE DE L’INFIRMIER(E) AUPRES DES PATIENTS DEVANT RECEVOIR CES EXAMENS.




    1. Avant l’examen dans le service ou le patient est hospitalisé.

  • Il est important :

    • Que le patient soit informé de la demande d’examen.

    • Qu’il lui soit expliqué le déroulement et sa durée.

    • Ne pas l’alarmer (courant électrique, joutes…).

    • S’il est d’un naturel stressé, voire avec l’équipe médicale pour un éventuel traitement relaxant.

    • De vérifier l’état cutané du patient (douche, etc.).




    1. Dans le service où se déroule examen.




      1. Avant l’examen.

  • ACCUEIL du patient et de sa famille.

  • Vérification de son identité.

  • Rappel du principe de l’examen, de son intérêt, et de sa durée.

  • Vérification des données cliniques et des éventuels Contre-indications.

  • Écoute, OBSERVATION (stress, agitation, refus de l’examen…).




      1. Pendant l’examen.

  • Prévenir le patient de chaque geste invasif et minimiser celui-ci afin de permettre une meilleure détente et une mise en confiance.

  • Analyser le signal recueilli.

  • Observer le comportement du patient (agitation, sueur, malaise…) L’aider à se relaxer pour améliorer la détente et par conséquent la qualité du signal recueilli.




      1. Après l’examen.

  • Oter les électrodes.

  • Nettoyer et désinfecter les éventuelles micros blessures provoquées par la pose des aiguilles.

  • Aider le patient à se revêtir si nécessaire.

  • Précisé que les examens sont des outils pour aider au diagnostic, qu’ils nécessitent une analyse fine des données en fonction de la pathologie, des antécédents, de l’âge, et de la morphologie du patient.

  • Appeler les brancardiers afin de raccompagner le patient dans son service d’origine.

  • Transmission des examens au médecin du service en relatant le déroulement de l’examen.

  • Penser à faire transmettre les résultats au médecin traitant et au patient lui-même.

  • Transmettre secteur d’hospitalisation du patient les éventuels problèmes rencontrés par celui-ci durant l’enregistrement (malaise, douleur etc.).

  • Il n’y en général pas de consignes particulières concernant la période post examen.

  • Soins IDE auprès des patients hémiplégiques




  1. RAPPELS.




    1. Hémiplégie.

  • Trouble moteur touchant un hémicorps entièrement ou partiellement.

  • Elle est secondaire à une atteinte de la voie pyramidale du système nerveux central et siège du côté opposé à la lésion.




    1. Causes.

  • Vasculaire (AVC ischémique ou hémorragique).

  • Tumorales (cérébral ou médullaire).

  • Traumatique (cérébral ou médullaire).

  • Infectieuses.

  • Sclérose en plaque.




    1. Signes.

  • Survenue progressive ou brutale.

  • Perte de la force d'un bras ou d'une jambe, d'une moitié de face ou de la totalité de l'hémicorps.

  • Difficultés du langage.

  • Troubles de l'équilibre.

  • Perte de la vision d'un oeil.

  • Céphalées.




    1. Récupération.

  • Totale ou partielle.

  • Sauf la fonction de la main qui n'est pas souvent récupérée.

  • L’algoneurodystrophie ou le syndrome main épaule est une complication de l'hémiplégie.




    1. Algoneurodystrophie.

  • Syndrome douloureux régional, associé souvent à des signes vasomoteurs et trophiques, touchant les structures sous-cutanées, périarticulaires et osseuses, souvent distale.

  • Évolution spontanément favorable, mais peut être longue.

  • Traitement :

    • repos, suppression de l'appui et immobilisation.

    • Rééducation prudente, progressive et indolore, associé à une balnéothérapie.

    • Injection de calcitonine le soir.

  • Effets indésirables de la calcitonine :

    • diarrhée, vertiges, bouffées de chaleur, nausées, vomissements.

    • Installation progressive de la dose, effet sur la douleur sous huit jours.

  • Traitement préventif : attention à la manutention.




  1. LES DIFFERENTS ACTEURS EN REEDUCATION.

  • Médecin spécialiste (médecine physique et réadaptation = MPR).

  • Kinésithérapeute : dirige ou pallie les défauts de commande et les problèmes sensitifs dus à l'atteinte cérébrale.

  • Ergothérapeute : stimule la récupération des mouvements dans les activités de la vie quotidienne (se laver, s'habiller, se déplacer, technique de transfert...). Propose des aides techniques. Réalise des visites à domicile (recommande les aménagements et adaptation). Il organise divers ateliers en situation réelle (atelier cuisine, sortie, course...).

  • Orthophoniste : assure la rééducation du langage (parler, comprendre) mais aussi écrire et lire et la rééducation des troubles de déglutition. Met en place des moyens de communication (carnet, ardoise...) Lors d'aphasie.

  • Orthoprothésiste : assure la confection d'orthèses, de releveurs.




  1. ACCUEIL EN CENTRE DE REEDUCATION.

  • Rassurer +++.

  • Expliquer le déroulement.

  • Présentation des intervenants.

  • Anamnèse.

  • Vérifier les rougeurs, changement de matelas si nécessaire.

  • Installation (Bottes, coussin, oreiller, bas de contention, écharpe...).

  • Suivi urinaire (sonde à demeure, surveillance, bilan ECBU...).

  • Régime alimentaire (troubles du transit, cholestérol...) : diététicienne.

  • Thrombo-embolique.

  • Éviter les risques (barrière, sonnette adaptée...).

  • Communication.

  • Troubles de la déglutition liée +/- à une paralysie faciale (adapter le régime alimentaire).

  • Assurer une bonne hydratation.

  • Prise des constantes.

  • Planification des soins.

  • Δ À la fatigue, expliquer l'importance de la sieste et du repos.

  • Veiller à une bonne installation du patient.

  • Rassurer +++.




  1. ROLE IDE EN REEDUCATION.




    1. Diagnostiques I. D. E. prévalants.

  • Altération de la mobilité physique.

  • Perturbation de l'image corporelle.

  • Perturbation de la dynamique familiale.

  • Perturbation de la sexualité.

  • Incapacité à se prendre en charge.

  • Altération de la communication verbale.

  • Risque d'accident.

  • Risque de Troubles sphinctériens.




    1. Risque d'escarres.

  • Soins d'hygiène rigoureux.

  • Change fréquent.

  • Prévention d'escarres.

  • Surveillance +++ des points d'appui.

  • Si présence d'escarres :

    • grille d'évaluation des escarres.

  • Surveillance alimentaire.

  • Mobilisation passive et douce des membres hémiplégiques.

  • Matelas anti escarres systématiques.

  • Changement de position au maximum/3 heures.



1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   17

similaire:

Td anatomie physiologie du système nerveux iconAnatomie et physiologie de l’appareil auditif

Td anatomie physiologie du système nerveux iconEn résumé, les différentes parties du système nerveux peuvent être...

Td anatomie physiologie du système nerveux iconLa glande pinéale pourrait être la partie la plus importante de votre...

Td anatomie physiologie du système nerveux iconPhysiologie du cartilage, physiologie de l’arthrose

Td anatomie physiologie du système nerveux iconUniversité de Lyon 1 : Master 2 «Technologie en Physiologie et Biochimie Marines»
«laboratoire physiologie et biotechnologies des algues» (pba). Essaie de cryopréservation sur les microalgues marines Tetraselmis...

Td anatomie physiologie du système nerveux iconIntroduction : un peu d'anatomie

Td anatomie physiologie du système nerveux iconPartie 1 : la region inguinale : anatomie et fonction

Td anatomie physiologie du système nerveux iconEn physique, toute interaction implique un échange d'énergie et réciproquement....
«hamiltonien» de cet objet. On ne parle plus d'ailleurs d'objet, mais de système formé d'objets liés par un champ de force, pour...

Td anatomie physiologie du système nerveux iconIl etait une fois les medecines alernatives par
«déséquilibres» liés, entre autres, aux systèmes musculosquelettique, respiratoire, gastro-intestinal, nerveux etc

Td anatomie physiologie du système nerveux iconOn appelle système, l’ensemble des objets soumis à l’étude. On entend...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com