Td anatomie physiologie du système nerveux








télécharger 0.78 Mb.
titreTd anatomie physiologie du système nerveux
page3/17
date de publication20.05.2017
taille0.78 Mb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > droit > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   17

Décrivez les différentes voies : voie réflexe, voies de conduction.

  • Sur toute sa longueur, la moelle à une structure homogène. Elle est formée d'un axe de substance grise qui a la forme d'une aile de papillon entouré de substance blanche. L'axe gris est formé par les corps cellulaires des neurones, et la substance blanche par le passage des grandes voies motrices, sensitives, cérébelleuses, et extrapyramidales.

  • La voie motrice ou voie pyramidale est constituée d'un faisceau descendant direct et un faisceau croisé. Ce dernier, le plus important, est appelé croisait car il vient du cerveau du côté opposé. Son atteinte au niveau de la moelle donne une paralysie du même côté que la lésion.

  • Les voies sensitives sont au nombre de deux. La première est une voie ascendante directe de la sensibilité proprioceptive profonde (sens des positions, sensibilité vibratoire) et de la sensibilité artificielle tactile épicritique (sens du toucher) ; elle est située au niveau des cordons postérieurs de la moelle. La deuxième est une voie ascendante de la sensibilité douloureuse et la sensibilité thermique ; elle traverse le centre de la moelle avant de parcourir les faisceaux ascendants latéraux de la moelle. Son atteinte et croisée et se traduit par une diminution ou disparition de la sensibilité à la piqûre, à la douleur, au chaud et au froid du côté opposé à la lésion. La moelle est aussi un centre neurovégétatif en contact avec le système nerveux sympathique.

  • arc réflexe médullaire : les influx afférents, transmis à la moelle épinière par les nerfs sensitifs, n'empruntent pas tous les faisceaux ascendants qui les conduiraient vers les centres supérieurs du système nerveux central. Un certain nombre de neurones sensitifs font synapse, directement ou par l'intermédiaire d'un interneurone, avec les neurones moteurs situés dans le même segment de la moelle. D'autres neurones ne voyagent que sur quelques segments de la moelle avant d'entrer en contact avec les neurones moteurs. Le trajet par lequel les influx nerveux sensitifs se rendent des récepteurs aux effecteurs sans passer par l'encéphale constitue l'arc réflexe médullaire. L'existence des arcs réflexe médullaires permet de réagir aux stimuli de manière automatique ou stéréotypée. Ces réactions, appelées réflexes, se produisent sans l'intervention de la conscience, et un stimulus donné engendre toujours la même réaction.




  1. Système nerveux périphérique.

    1. Décrivez en les différentes parties.

  • Le système nerveux périphérique comprend tous les neurones autres que ceux de l'encéphale et de la moelle épinière, soit les neurones situés hors du système nerveux central. Le système nerveux périphérique se compose de voies nerveuses reliant le système nerveux central à toutes les structures périphériques de l'organisme. Le système nerveux périphérique comprend 12 paires de nerfs crâniens et 31 paires de nerfs rachidiens. Du point de vue fonctionnel, le système nerveux périphérique se divise en :

    • une partie afférente (sensitive) dont les fibres nerveuses transmettent les influx de toutes les régions de l'organisme, y compris les viscères, au système nerveux central.

    • Une partie afférente (motrice) qui se subdivise en :

      • système nerveux somatique dont les fibres transportent des influx moteurs du système nerveux central vers les muscles squelettiques et la peau.

      • Système nerveux autonome qui relie les fibres motrices du système nerveux central aux muscles lisses, au muscle cardiaque et aux glandes.




    1. Décrivez les nerfs crâniens et leurs fonctions.

I

Nerf olfactif

Odorat

II

Nerf optique

Vision

III

Nerf moteur oculaire commun

oculomotricité, releveur de la paupière, constricteur de l'iris

IV

Nerf trochléaire (pathétique)

Oculomotricité

V

Nerf trijumeau

Sensibilité de la face et de la cornée, gustation

VI

Nerf abducens (moteur oculaire externe)

Oculomotricité

VII

Nerf facial

Motricité de la face, gustation

VIII

Nerf cochléo-vestibulaire

Audition, contrôle, équilibration

IX

Nerf glosso-pharyngien

Déglutition

X

Nerf pneumogastrique (vague)

Phonation, fonction végétative cardiaque et bronchique

XI

Nerf spinal

Musculature du cou

XII

Nerf grand hypoglosse

Déglutition, motricité de la langue




    1. Décrivez la structure et la formation des nerfs rachidiens.

  • À l'exception de la première paire de nerfs servis qu'au, tous les nerfs rachidiens sortent de la colonne vertébrale par le trou de conjugaison. Les premiers nerfs cervicaux émergent entre l'os occipital est la première vertèbre cervicale (Atlas). Chaque nerf porte le nom de la vertèbre située immédiatement au-dessous de lui.

  • Chaque nerf rachidien est formé par l'union d'une racine antérieure et d'une racine postérieure. La racine antérieure contient les axones des neurones moteurs qui partent des cornes antérieures et latérales de la moelle épinière. La racine postérieure est formée des axones des neurones sensitifs qui entrent dans les cornes postérieures. Après l'union de leurs deux racines, les nerfs rachidiens deviennent des nerfs mixtes, formés par les prolongements des neurones moteurs (somatiques et viscéraux) et des neurones sensitifs. Les corps cellulaires des neurones moteurs sont logés dans la moelle épinière tordit que ceux des neurones sensitifs occupent les ganglions spinaux de la racine postérieure des nerfs rachidiens.

  • Aussitôt après sa sortie du trou de conjugaison, chaque nerf rachidien se divise en deux branches : une branche postérieure et une branche antérieure. Comme les nerfs rachidiens auquel elles appartiennent, les deux branches sont mixtes, c'est-à-dire qu'elles contiennent les fibres motrices et des fibres sensitives.

  • Les branches des nerfs rachidiens sont distribuées à travers le corps suivant un ordre assez précis. Cela est particulièrement vrai dans la région du thorax ou les branches de chaque nerf énervent une bande horizontale de peau, appelée dermatome. Bien qu'il soit parfois modifié, ce plan régulier de distribution des nerfs existe aussi au niveau des membres. Dans les membres supérieurs, les branches antérieures des nerfs cervicaux énervent la surface postérieure des bras ainsi que la surface palmaire des mains. Les branches antérieures du premier nerf thoracique innervent la surface médiane des bras. Dans les membres inférieurs, les branches antérieures des nerfs lombaires innervent la surface antérieure et celle des nerfs sacrés, la surface postérieure.

    1. Nommez les principaux plexus nerveux.

  • Plexus cervical.

  • Plexus brachial.

  • Plexus lombo-sacré.

  • Plexus lombaire.

  • Plexus sacré.



  1. Système nerveux autonome.

    1. Nommez les différentes divisions.

  • Système sympathique.

  • Système parasympathique.




    1. Expliquez la disposition, les neurotransmetteurs et le rôle physiologique de chaque système.

  • Le système sympathique :

    • les corps cellulaires des neurones préganglionnaires du système sympathique sont logés dans les cornes latérales de la substance grise de la moelle thoracique et de la moelle lombaire. C'est d'ailleurs pour cette raison que ce système est aussi appelé division thoraco lombaire du système nerveux autonome.

    • Les axones de ses neurones moteurs et viscéraux quittent la moelle épinière, par les racines antérieures, avec les axones des neurones moteurs somatiques, et entrent dans les nerfs rachidiens des divers segments médullaires. Après un court chemin à l'intérieur de ceux-ci, toutes les fibres préganglionnaires sympathiques quittent les branches antérieures des nerfs rachidiens et entrent dans un ganglion de la chaîne ganglionnaire sympathique (latéro-vertébrale). Les chaînes ganglionnaires forment deux voies nerveuses longitudinales de part et d'autre de la colonne vertébrale, des vertèbres cervicales aux vertèbres sacrées. Sauf dans la région cervicale ou plusieurs ganglions s'unissent pour former trois ou quatre gros ganglions, la branche antérieure de chaque nerf rachidien est généralement associée à un ganglion de la chaîne latéro vertébrale. La plupart des fibres préganglionnaires sympathiques sont myéliniques, de sorte que les courts faisceaux qu'elles forment en passant des branches antérieures à la chaîne ganglionnaire apparaissent blancs et sont appelés rameaux communicants blancs. 14 paires de rameaux communicants blancs relient les 12 nerfs thoraciques et les deux premiers nerfs lombaires à la chaîne ganglionnaire. Après leur entrer dans la chaîne ganglionnaire, les neurones sympathiques préganglionnaires peuvent suivre l'une de ces trois fois :

      • les axones préganglionnaires sympathiques peuvent faire synapse avec les corps cellulaires des neurones postganglionnaires dans un ganglion de la chaîne située au même niveau.

      • Les axones préganglionnaires sympathiques peuvent monter ou descendre dans la chaîne ganglionnaire pour faire synapse avec un neurone posent ganglionnaire située plus haut au plus bas.

      • Les axones préganglionnaires sympathiques peuvent passer par la chaîne ganglionnaire sans faire synapse.

  • Le système parasympathique :

    • les corps cellulaires des neurones préganglionnaires du système parasympathique sont situés soit à l'intérieur de noyau encéphaliques , soit dans les cornes latérales grises de la moelle épinière des deuxième, troisième et quatrième segments sacrés. À cause de son origine, le système parasympathique est aussi appelé système cranio-sacré. Son réseau de distribution diffère de celui du système sympathique, parce que les fibres parasympathiques n'empruntent pas les branches des nerfs rachidiens ; en conséquence, les structures cutanées ne reçoivent aucune innervation parasympathique.

    • Les axones parasympathiques, dont les corps cellulaires occupent des noyaux encéphaliques, se rendent aux organes de la tête, du thorax et de l'abdomen par les nerfs crâniens, principalement les nerfs oculo-moteur, facial, glosso-pharyngien et vague. Les axones préganglionnaires parasympathiques de ces quatre nerfs crâniens font synapse avec des neurones postganglionnaires à l'intérieur des ganglions (ciliaire, sphéno-palatin, optique, sous-maxillaire et terminaux) situés à proximité des structures innervées.

    • Les axones préganglionnaires parasympathiques, dont les corps cellulaires occupent la région sacrée de la moelle, quittent le système nerveux central par les racines antérieures des nerfs sacrés qu'ils abandonnent pour former le nerf pelvien responsable de l'innervation des viscères de la cavité pelvienne. Les axones préganglionnaires des neurones parasympathiques sacrés font synapse avec les neurones postganglionnaires des ganglions terminaux situés à proximité des organes innervés.



  • Expliquez la notion de barrière hémato encéphalique.

La barrière hémato-encéphalique est une membrane qui sépare la circulation sanguine et le liquide céphalo-rachidien, le fluide dans lequel baigne le cerveau et la moelle épinière. Cette membrane permet d'éviter le passage d'un certain nombre de toxiques au niveau du système nerveux central (bactéries, toxines, etc.). Elle peut aussi gêner le passage de médicaments.

  • Décrivez la vascularisation de l'encéphale :

    • le système extra crânien : les carotides et le tronc basilaire.


TRAUMA CRANIEN


  1. GENERALITES.

  • Trauma cranio cérébral.

  • Prise en charge d’urgence puis chronique.

  • Pathologie évolutive +++.




  1. ETIOLOGIE.

  • AVP.

  • Accidents du travail.

  • Accidents domestiques, loisirs.

  • Agression, Silverman (maltraitance enfant).




  1. TERRAIN.

  • Enfant, adulte jeune, sujet âgé.

  • Alcool.

  • Polytraumatisme.




  1. MECANISMES TRAUMATIQUES.

  • Vitesse de l’impact.

  • Orientations de l’impact.

  • Surface de la zone d’impact.

  • Coups et contrecoups.

  • Décélération.

  • Rotation.




  1. MECANISMES LESIONNELS.

  • Point d’impact : plaies, fracture, hématome, contusions, onde de choc.

  • Opposé de l’impact : contrecoups.

  • Lésion vasculaire extra cérébrale.

  • Lésion tissulaire cérébrale.




  1. SIGNES CLINIQUES.

  • LOCALISATION lésionnel.

  • Déficit moteur/ sensitifs.

  • Troubles sensoriels : vue, olfaction, audition.

  • Mydriase.

  • Troubles du langage.

  • Confusion.

  • Hypertension intracrânienne.




  1. COMA.




    1. Définition.

  • Perte de l’interaction de l’individu avec son environnement.




    1. Origine.

  • Due à un dysfonctionnement de la formation réticulée (maintien de l’éveil) par stimulation du cortex cérébral.




    1. Niveaux.

  • Coma vigil : stade I, le patient n’a pas sa conscience mais réagit si on le stimule (ouvre les yeux, grogne).

  • Coma réactif : stade II, il ne réagit plus. Seuls certains réflexes persistent (plier une jambe si on le pince).

  • Coma aréactif : stade III, il ne peut plus respirer seul et doit être placé sous respiration artificielle.

  • Coma dépassé : stade IV, le cerveau n’a plus aucune activité, l’électro-encéphalogramme (EEG) qui mesure l’activité électrique du cerveau est plat. On parle alors de mort cérébrale.



1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   17

similaire:

Td anatomie physiologie du système nerveux iconAnatomie et physiologie de l’appareil auditif

Td anatomie physiologie du système nerveux iconEn résumé, les différentes parties du système nerveux peuvent être...

Td anatomie physiologie du système nerveux iconLa glande pinéale pourrait être la partie la plus importante de votre...

Td anatomie physiologie du système nerveux iconPhysiologie du cartilage, physiologie de l’arthrose

Td anatomie physiologie du système nerveux iconUniversité de Lyon 1 : Master 2 «Technologie en Physiologie et Biochimie Marines»
«laboratoire physiologie et biotechnologies des algues» (pba). Essaie de cryopréservation sur les microalgues marines Tetraselmis...

Td anatomie physiologie du système nerveux iconIntroduction : un peu d'anatomie

Td anatomie physiologie du système nerveux iconPartie 1 : la region inguinale : anatomie et fonction

Td anatomie physiologie du système nerveux iconEn physique, toute interaction implique un échange d'énergie et réciproquement....
«hamiltonien» de cet objet. On ne parle plus d'ailleurs d'objet, mais de système formé d'objets liés par un champ de force, pour...

Td anatomie physiologie du système nerveux iconIl etait une fois les medecines alernatives par
«déséquilibres» liés, entre autres, aux systèmes musculosquelettique, respiratoire, gastro-intestinal, nerveux etc

Td anatomie physiologie du système nerveux iconOn appelle système, l’ensemble des objets soumis à l’étude. On entend...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com