Td anatomie physiologie du système nerveux








télécharger 0.78 Mb.
titreTd anatomie physiologie du système nerveux
page10/17
date de publication20.05.2017
taille0.78 Mb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > droit > Documentos
1   ...   6   7   8   9   10   11   12   13   ...   17

Accueils spécialisés.

  • Les centres de rééducation :

    • Transitoire.

    • Sous conditions d’acceptation par la sécurité sociale.

    • 1 mois éventuellement renouvelable.

  • Les maisons de convalescence médicalisée :

    • Temporaire.

    • Évalue l’autonomie.

    • Soulager la famille.

  • Maisons d’accueil spécialisées (MAS) :

    • Accueil permanent.

    • lieu de vie adapté.

    • Equipe médicale et paramédicale.

    • Peut-être aussi pour des séjours temporaires, ou accueil de jour.

  • Centre de long séjour ou de cure médicale, public ou privé :

    • Réservé le plus souvent au plus de 60 ans.

    • Permanent.




  1. ECHELLE D’EVALUATION SOMATIQUE ET DE LA QUALITE DE VIE AU COURS DE LA SEP.

  • EDSS (The Expanded Disability Status Scale (EDSS) ).

    • L'échelle EDSS, cotée de 0 (pas de handicap) à 10 (décès) est très utilisée pour coter le niveau de handicap des patients atteints de sclérose en plaques.

    • L'échelle EDSS fait référence à la notion de fonctions neurologiques. Il s'agit des fonctions suivantes :

    • pyramidale (marche)

    • cérébelleuse (coordination)

    • parole et déglutition

    • sensitive (toucher et douleur)

    • intestinale et urinaire

    • visuelle

    • mentale

    • autres

    • ECHELLE EDSS

    • 0.0. Examen neurologique normal (tous scores à 0).

    • 1.0. Absence de handicap fonctionnel, signes minimes (score1) d'atteinte d'une des fonctions (cf. supra la définition des fonctions)

    • 1.5. Absence de handicap fonctionnel, signes minimes (score1) d'atteinte d'au moins 2 fonctions.

    • 2.0. Handicap fonctionnel minime dans une des fonctions (1 fonction, score 2 ; les autres 0 ou 1).

    • 2.5. Handicap fonctionnel minime dans 2 fonctions (2 fonctions score 2 ; les autres 0 ou 1).

    • 3.0. Handicap fonctionnel modéré dans une fonction ou atteinte minime de 3 ou 4 fonctions, mais malade totalement ambulatoire (1 fonction score 3, les autres 0 ou 1 ; ou 3 ou 4 fonctions score 2 ; les autres à 0 ou 1).

    • 3.5. Totalement ambulatoire ; comme 3.0, mais atteintes combinées différentes (1 fonction score 3 et 1 ou 2 score 2, ou 2 fonctions score 3 ; ou 5 fonctions score 2 ; les autres 0 ou 1).

    • 4.0. Malade totalement autonome pour la marche, vaquant à ses occupations 12h par jour malgré une gêne fonctionnelle relativement importante : 1 fonction a 4, les autres 0 ou 1, ou atteinte combinée de plusieurs fonctions a des scores inférieurs a 4, mais supérieurs a ceux notes en 3.5. Le patient peut marcher 500m environ sans aide ni repos.

    • 4.5. Malade autonome pour la marche, vaquant à ses occupations la majeure partie de la journée, capable de travailler une journée entière, mais pouvant parfois être limité dans ses activités ou avoir besoin d'une aide minime, handicap relativement sévère : une fonction a 4, les autres a 0 ou 1, ou atteinte combinée de plusieurs fonctions a des scores inférieurs a 4, mais supérieurs a ceux notes en 4.0. Le patient peut marcher sans aide ni repos 300m environ.

    • 5.0. Peut marcher seul 200m sans aide ni repos, handicap fonctionnel suffisamment sévère pour entraver l activité d une journée normale ; en général une fonction a 5, les autres 0 ou 1, ou combinaisons diverses supérieures a 4.5.

    • 5.5. Peut marcher 100m seul, sans aide ni repos ; handicap fonctionnel suffisamment sévère pour empêcher l'activité d'une journée normale.

    • 6.0. Aide unilatérale (canne, canne anglaise, béquille), constante ou intermittente nécessaire pour parcourir environ 100m avec ou sans repos intermédiaire.

    • 6.5. Aide permanente et bilatérale (cannes, cannes anglaises, béquilles) pour marcher 20m sans s'arrêter.

    • 7.0. Ne peut marcher plus de 5m avec aide ; essentiellement confine au fauteuil roulant ; fait avancer lui-même son fauteuil et effectue seul le transfert, est au fauteuil roulant au moins 12h par jour.

    • 7.5. Incapable de faire plus de quelques pas ; strictement confine au fauteuil roulant ; a parfois besoin d une aide pour le transfert ; peut faire avancer lui-même son fauteuil ; ne peut y rester toute la journée ; peut avoir besoin d un fauteuil électrique.

    • 8.0. Essentiellement confiné au lit ou au fauteuil, ou promené en fauteuil par une autre personne ; peut rester hors du lit la majeure partie de la journée ; conserve la plupart des fonctions élémentaires ; conserve en général l'usage effectif des bras.

    • 8.5. Confiné au lit la majeure partie de la journée ; garde un usage partiel des bras ; conserve quelques fonctions élémentaires.

    • 9.0. Patient grabataire ; peut communiquer et manger.

    • 9.5. Patient totalement impotent, ne peut plus manger ou avaler, ni communiquer.

    • 10. Décès lie à la SEP.

  • MSFC.

  • MIF.

  • AI.

  • Évaluation de la qualité de vie : SF 36, SEP 59.

  • EXAMEN DE FOND D’ŒIL



  1. DEFINITION.

  • Ophtalmoscopie : examen de la vascularisation de la rétine et du nerf optique à l'aide d'un Ophtalmoscope (appareils pourvus d'un éclairage et d'une loupe), appareil appelé aussi lame à fente.

  • Le fonds d'oeil : nom de l'examen, également la partie de l'oeil visible à l'ophtalmoscope.




  1. BUT.

  • Observer le fond d'oeil :

    • visualiser la rétine (cônes et bâtonnets).

    • Les vaisseaux rétiniens.

    • La papille (naissance du nerf optique).




  1. RAPPEL ANATOMIQUE.

  • L'oeil est limité par trois membranes :

    • la sclérotique : coque protectrice formant en avant la cornée.

    • La choroïde : pigmentée et nourricière (très vascularisé), se prolonge en avant par l'iris, percée de la pupille.

    • La rétine : nerveuse et sensible (luminosité) reliée à l'encéphale par le nerf optique (membrane transparente qui laisse transparaître la choroïde sous-jacente).




  1. INDICATIONS.

  • Diagnostic des affections de la rétine + de la choroïde sous-jacente.

  • Diabète.

  • Insuffisance rénale.

  • HTA.

  • Problème vasculaire cérébral : diagnostique de l'oedème papillaire avant la ponction lombaire (hypertension intracrânienne).




  1. CONTRE-INDICATION.

  • Glaucome si utilisation d'un collyre mydriatique.




  1. PROCEDURE.

  • Pratiqué par un ophtalmologue (avec verre grossissant posé sur l'oeil).

  • Instillation préalable d'un collyre mydriatique (dilater, ouverture de la pupille) cf. doc sur les différents collyres.

  • Patient assis face à lui (si possible), instillation de quelques gouttes d'anesthésique de contact.

  • Visualisation de la rétine et autre structures de l'oeil, l'oeil est divisé en cadran :

    • le pôle postérieur : comprend la papille et la macula.

    • La partie périphérique (utilisation de miroir pour être visualisée).

    • La rétine apparaît orange foncé : présence de nombreux vaisseaux tapissant la choroïde.

    • Sur la papille : émergence de tous les vaisseaux qui irriguent la rétine.

    • La zone équatoriale ou se trouvent les veines provenant de la choroïde.

    • Les résultats du fonds d'oeil sont immédiats.

    • L'examen dur quelques minutes (2 à 4).




  1. CONSEILS.

  • L'ophtalmoscope délivre une forte intensité lumineuse, fort éblouissement durant environ 2 minutes.

  • Un flou visuel ou trouble de la vue due à la dilatation de la pupille peuvent durer quelques heures (5 à 8 heures).




  1. PRECAUTIONS.

  • Ne pas conduire de véhicules si la pupille a été dilatée.

  • Portez des lunettes de soleil par temps clair.

  • Manutention et positionnement d’un patient hémiplégique




  1. GENERALITES.

  • Un patient ne doit pas faire supporter son côté hémiplégique par le côté sain.

  • Ne pas tirer sur le membre hémiplégique lors d'un transfert.

  • Faire appel à l'auto mobilisation par le membre sain.

  • Éviter toute adduction, rotation interne de l'épaule.

  • Assurer la coaptation glèno-humérale et le drainage de l'avant-bras et de la main.

  • S'assurer que le membre supérieur soit dans le champ visuel, sur la table, et placé par le patient, y compris durant les repas.




  1. POSITIONNEMENT AU LIT.

  • Permet de traiter les problèmes moteurs, sensitifs, trophiques et associés (troubles attentionnels ou héminégligence).

  • Lit à plat, hauteur du lit qui doit permettre patient de s'asseoir au bord, les pieds reposant au sol, à plat.

  • Cal pieds éventuel pour limiter l'équin, préférence pour les mousses car risques de spasticité.

  • Oreiller sous la tête (empêche la flexion latérale de la tête du côté de l'hémiplégique).

  • Position latérale sur le côté hémiplégique.




  1. POSITIONNEMENT AU FAUTEUIL ROULANT.

  • Position assise avec le dossier à 90°, plan horizontal.

  • Assise adaptée (si cuisse courte : coussin dorsal) +/- Coussin anti escarres.

  • Pieds sur les palettes ou au sol.

  • Inciter la personne à remettre le genou dans l'alignement vertical des orteils.

  • Poids du corps réparti sur les deux fesses.

  • À table, le patient doit pouvoir enlever son accoudoir, et mettre son bras sur la table.




  1. POSITIONNEMENT LORS DE LA MARCHE.




    1. Membre supérieur.

  • Ne pas laisser le bras ballant.

  • Attention à la traction sur l'épaule.

  • Écharpe, etc.




    1. Membre inférieur.

  • Si releveur de pied, attention mettre des chaussures à la taille supérieure.

  • Si phlyctènes : ablation du matériel à cet endroit.

  • MENINGO-ENCEPHALITE



  1. DEFINITION.

  • Syndrome méningé associant une atteinte de l’encéphale.




  1. SIGNES.

  • Troubles de la conscience, de la vigilance.

  • Crises convulsives.

  • Trouble sensitif.

  • Troubles phasiques (Langage).

  • Hallucinations.

  • Déficit moteur.

  • Selon la localisation (focalisation) de l’atteinte cérébrale.

  • Le tout dans un contexte fébrile.




  1. DIAGNOSTIC.

  • Jusqu’à preuve du contraire = MENINGO encéphalite herpétique (HSV).

  • N’est pas considéré comme contagieuse sauf si une personne n’a pas rencontré le virus.

  • Virus neurotrope = nécrotico-hémorragique surtout au niveau des lobes temporaux et la partie basale du lobe front.

  • Risque létal dans 95 % des cas.

  • Sinon séquelles très lourd.



  1. EXAMENS.

  • Scanner possible pour la visualisation de lésions.

  • Ponction lombaire :

    • Liquide clair.

    • Hypercellularité ++ Lymphocytes + globules rouges.

    • Hypoglycorachie un peu abaissé.

    • Hyper protéinorachie +++.

    • Bactériologie normale à l’examen direct et culture.

  • Demander à la bactério un PCR (polymérase Chaim réaction) pour rechercher le matériel génétique libéré par le virus HSV.

  • Pour infirmer le diagnostic il faut deux PCR négatives.




  1. PRISE EN CHARGE.

  • Pronostic dépend de la mise en route du traitement rapidement.

  • Traitement avant même les résultats des examens.

  • Acyclovir (ZOVIRAX®) pendant 15 à 21 jours en I.V. 700 mg/ 8h.

  • Attention car néphrotoxique = Hydratation ++ et surveillance de la fonction rénale.

  • Si non herpétique = guérison spontanée.




  1. EXAMENS COMPLEMENTAIRES.

  • EEG = recherche des signes de focalisation bi-temporo pour affirmer une atteinte herpétique.




  1. AUTRES VIRUS POSSIBLE EN CAUSE.

  • Famille herpès virus :

    • EBV : non nécrosant, bon pronostic.

    • VZV + CMV : nécrosantes mais atteint le plus souvent les immunodéprimés ou greffés, mauvais pronostic dans le contexte.

  • Diagnostic par Sérologie dans le sang ou LCR.

  • Adénovirus : Guérison spontanée.

  • Entéro virus Guérison spontanée.

  • RACHIS DEGENERATIF



  1. RACHIS CERVICAL DEGENERATIF.

  • Hernie discale cervicale.




    1. Définition.

  • Migration d’une partie du nucleus.

  • Névralgie cervico brachiale.

  • Compression médullaire cervicale.




    1. Bilan paraclinique.

  • Radio standard (os).

  • Scanner cervical.

  • IRM cervicale.

  • EMG.

  • Radiculo scanner.




    1. Traitement médical.

  • Repos + antalgiques + anti-inflammatoires + myorelaxant +/ - infiltration.

  • Kiné :

    • Minerve.

    • Traction douce.

    • Pas d’hyperflexion/ extension.

    • Renforcement de la musculature postérieure.




    1. Traitement chirurgical.

  • Indications :

    • Résistance au traitement médical.

    • Déficit moteur.

    • Concordance radio clinique.

  • Herniectomie + discectomie.




  1. HERNIE DISCALE LOMBAIRE.




    1. Définition.

  • Souvent L4-L5 ou L5-S1.

  • Migration du nucleus d’un disque intervertébral.


    1. Signes.

  • Cruralgie L3-L4.

  • Sciatique L5-S1.

  • Syndrome de la queue de cheval :

    • Incontinence.

    • Troubles érectiles.

    • Peut-être irréversible.

  • Lombalgie + Contracture.

  • Déficit sensitivo-moteur.




    1. Bilan paraclinique.

  • Scanner.

  • IRM.



1   ...   6   7   8   9   10   11   12   13   ...   17

similaire:

Td anatomie physiologie du système nerveux iconAnatomie et physiologie de l’appareil auditif

Td anatomie physiologie du système nerveux iconEn résumé, les différentes parties du système nerveux peuvent être...

Td anatomie physiologie du système nerveux iconLa glande pinéale pourrait être la partie la plus importante de votre...

Td anatomie physiologie du système nerveux iconPhysiologie du cartilage, physiologie de l’arthrose

Td anatomie physiologie du système nerveux iconUniversité de Lyon 1 : Master 2 «Technologie en Physiologie et Biochimie Marines»
«laboratoire physiologie et biotechnologies des algues» (pba). Essaie de cryopréservation sur les microalgues marines Tetraselmis...

Td anatomie physiologie du système nerveux iconIntroduction : un peu d'anatomie

Td anatomie physiologie du système nerveux iconPartie 1 : la region inguinale : anatomie et fonction

Td anatomie physiologie du système nerveux iconEn physique, toute interaction implique un échange d'énergie et réciproquement....
«hamiltonien» de cet objet. On ne parle plus d'ailleurs d'objet, mais de système formé d'objets liés par un champ de force, pour...

Td anatomie physiologie du système nerveux iconIl etait une fois les medecines alernatives par
«déséquilibres» liés, entre autres, aux systèmes musculosquelettique, respiratoire, gastro-intestinal, nerveux etc

Td anatomie physiologie du système nerveux iconOn appelle système, l’ensemble des objets soumis à l’étude. On entend...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com