Mutilations sexuelles, le point de vue de l'enfant








télécharger 441.7 Kb.
titreMutilations sexuelles, le point de vue de l'enfant
page1/11
date de publication15.11.2016
taille441.7 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > droit > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11


MUTILATIONS SEXUELLES, LE POINT DE VUE DE L'ENFANT
par Sigismond

"Pour que plus jamais, dans la cour d'une école, un petit garçon

"ne soit traité de "baptisé au sécateur" ou "chien d'incirconcis". "
d'après Guy Bedos


Pour comprendre les mutilations sexuelles (*),

Il faut se mettre à la place de l'enfant

Dans cette approche,

"L'essentiel est invisible pour les yeux, on ne voit bien qu'avec le cœur."

(Saint-Exupéry, Le petit prince).

"Quoique des milliers de nouveau-nés soient circoncis chaque année dans ce pays,

les informations essentielles ne sont rassemblées nulle part."

Douglas Gairdner 1

Ce texte est dédié aux mères et aux pères qui ont le courage

de s'élever pour prendre la défense des tout petits, et des plus grands,

lorsqu'ils sont humiliés, trompés, torturés et brisés,

dans leurs corps et leur esprit,

par des coutumes primitives ou des règlements prétendument sanitaires insensés.
A Moïse, Jean-Baptiste et Jésus-Christ,

ils ont perdu la vie en s'opposant au diktat d'Abraham :

ignoble troc d'une terre (à envahir en massacrant ses autochtones)

contre la servitude et la chair,
à Marilyn Milos et aux autres infirmières qui,

s'élevant contre un ordre médical aveugle,

ont perdu leur emploi parce qu'elles ont informé des parents

du mal que fait la circoncision,
à Nastassja Kinski,

elle a risqué sa vie de couple pour protéger la chair de son fils,
au docteur Sigmund Freud,

s'élevant contre une tradition familiale et nationale multimillénaire,

il n'a pas craint de mettre en jeu sa réputation et sa clientèle

pour dénoncer publiquement la barbarie circonciseuse,
à Lady Diana,

s'élevant contre une tradition familiale et aristocratique centenaire,

elle a sauvé d'une abjecte mutilation les deux princes de la couronne britannique,
aux docteurs Bruno Bettelheim, Benjamin Spock et Thomas Szazs,

psychanalystes,

Francis Crick et George Wald, prix Nobel de médecine 1962 et 1967,

Jonas Salk (inventeur d'un vaccin anti-polio),

Frédérick Leboyer, obstétricien, et Gérard Zwang, sexologue,

à la psychanalyste Alice Miller,

ils dénoncèrent la circoncision, tout particulièrement chez les nourrissons.
à Ronald Goldman, Miriam Pollack,

Mosche Rothenberg et Rosemary Romberg-Weiner,

au mépris d'une tradition familiale et populaire multimillénaire,

ils font tout leur possible pour tirer leurs coreligionnaires de l'erreur,

à Woody Allen,

brisant une tradition familiale et nationale multimillénaire,

il fut le premier à avoir abordé à l'écran un sujet ni commercial ni comique,
aux médecins, principalement américains,

qui passèrent des milliers d'heures sur leurs microscopes,

surmontant leur dégoût pour disséquer des cadavres

et découvrir les trésors inconnus des organes sexuels humains,
aux psychologues qui écoutent pendant des heures

les misères des victimes de l'atroce criminalité

qui amène les mères et les pères

à lever le couteau sur leurs propres enfants,
aux militants anonymes qui se battent bec et ongles

contre les couteaux, les scalpels et les ongles

qui dépècent et arrachent à vif

une partie hypersensible du corps de l'enfant,

à tous les obscurs,

à tous les combattants de l'ombre,

à tous ceux qui n'osent pas aborder un pareil sujet,

à tous ceux qui osent.

L'auteur

Economiste et gestionnaire, il se reconvertit à la psychanalyse à partir de 1976. Après avoir suivi, pendant six ans et demi, les enseignements du département psychanalyse de l'université de Paris VIII, il se consacra à des recherches sur le cas de l' "Homme-Loup", le phénomène lacanien et la métapsychologie. Au cours de la première, il s'aperçut que l'écart culturel entre Freud et son patient fut une des causes de l'échec relatif de l'analyse. Ceci le conduisit à examiner le problème de la circoncision.
Résumé

Nées dans l'atmosphère de tyrannie et de jalousie des sociétés polygames, les mutilations sexuelles sont des crimes contre l'humanité, catalyseurs de violences.

Avec Moïse (qui fut probablement l'un des premiers martyrs contre la circoncision), Jésus, Mahomet et Freud, le mouvement abolitionniste connaît ses plus grandes figures.

Cependant, le gauchissement de l'Oedipe de Sophocle par Freud et sa théorie de la circoncision comme progrès par rapport à une castration qui aurait été antérieurement pratiquée, montrent les ravages psychiques causés par la péritomie et le fossé entre les entiers et les mutilés.

Malgré quelques résistances, sexologues, pédiatres et urologues refusent de plus en plus l'ablation d'organes sexuels qui s'avèrent indispensables. Le droit, l'histoire et la sociologie rejoignent la médecine et la psychanalyse pour condamner un crime non encore pleinement reconnu.
Table des matières

Chapitre I - Le constat : médecine et circoncision (p. 6)

Pour l'anatomie, la sexologie et la médecine prophylactique, la circoncision est nuisible ou inutile.
Chapitre II - Les droits de l'homme, de l'enfant et du citoyen et les mutilations sexuelles (p. 19)

Elles sont un crime contre l'humanité.
Chapitre III - Judéo-christiano-islamisme et circoncision (p. 26)

L'alliance selon Moïse n'est pas l'alliance selon Abraham : elle exclut la circoncision. Jésus-Christ et Mahomet s'opposent également à la circoncision.
Chapitre IV - Pourquoi donc la circoncision ? (p. 37)

Petite histoire et sociologie de la circoncision, ses principales motivations.
Chapitre V - Histoire, anthropologie et circoncision, (p. 43)

La circoncision est source de violence.

Chapitre VI - Psychanalyse (éthique) et mutilations sexuelles (p. 49)

- Les mutilations sexuelles trouvent leur origine dans des fantasmes.

- Elles entravent développement de l'enfant en faussant les conditions du complexe d'Oedipe, et la démocratie par une menace implicite de castration des opposants.
Chapitre VII - Un cas psychanalytique : Sigmund Freud (p. 58)

Il souffrit énormément de sa circoncision.
Chapitre VIII - Le cas Olievenstein (p. 65)

Un cas de psychose paranoïaque provoqué par la circoncision, auto-analysé par un célèbre psychiatre.
Conclusion (p. 72)

Les derniers sacrifices humains doivent être abolis.
Annexe I : Une circoncision, par Rio Cruz (p. 79)

Appendice I : Pour l'autosexualité (p. 81)

Corollaire I : L'autosexualité du fœtus (p. 88)

Corollaire II : Psychanalyse et phimosis

Appendice II : Pour l'abolition des discriminations religieuses (p. 89)

Annexe II : Violence et circoncision : guerres, peine de mort, torture et excision dans les pays circonciseurs et non-circonciseurs (p. 90)

Appendice III : Terrorisme et circoncision (p. 95)

Appendice IV : Jacques Lacan et la circoncision (p. 97)

Appendice V : Rapport sexuel et circoncision (p. 98)

Appendice VI : Lettre ouverte à Elizabeth Roudinesco (p. 99)
Bibliographie : Quelques livres contre les mutilations sexuelles (p. 101)
Mots-clé

Violence, plaisir, zone érogène, auto-sexualité, complexe d'Oedipe, fantasmes, Moïse, Jésus, Mahomet, Freud. Médecine, droits de l'homme et de l'enfant, histoire, sociologie, anthropologie, religions, psychanalyse.

Chapitre I
Le constat : médecine et circoncision

"Je ne donnerai pas de remède mortel."

Serment d'Hippocrate (400 av. J.-C.)

Le grand principe médical est de ne pas nuire ("Primum non nocere"). Mais le texte de la prestation de serment du médecin est positif :
"Je respecterai toutes les personnes...

"J'interviendrai pour les protéger si... elles sont menacées dans leur intégrité... "


I Des inconvénients certains


A - Les dommages physiques
Cold et McGrath suggèrent que le prépuce, présent chez les primates depuis 65 millions d'années, connaît chez l'homme une évolution particulièrement achevée. A la différence des singes supérieurs chez lesquels l'acte sexuel est extrêmement bref, du fait de la forte innervation du gland, l'homme a une innervation érogène de l'anneau de l'extrémité prépucielle décuplée par rapport à celle de la couronne du gland 2, 3, le reste de ce dernier étant, selon Halata et Munger 3 "protopathiquement" insensible !
a - Les dommages sexologiques
La circoncision atteint la fonction sexuelle.
1) Anatomie : une importante perte sèche érogène et fonctionnelle
- 1° Le prépuce est, plus encore que le gland, la zone érogène majeure de l'homme. Fait pour la caresse, son épiderme extérieur est érogène à sec sans irritation (il n'en est pas de même du gland, d'usage différent). Il est doté de tissus particulièrement étirables et est beaucoup plus abondamment et qualitativement pourvu que le gland en terminaisons nerveuses érogènes et tactiles 2, 3, 4 qui en font, à la différence des lèvres ou de l'anus, une surface spécifiquement érogène 4, 5, 6 (par frottement et étirement sans besoin de lubrification), complémentaire de celle du gland (par frottement sous condition de lubrification).

L'amputation prive l'homme des 2/3 de la surface la plus érogène du corps. Le prépuce contient 116 terminaisons nerveuses par cm2 7 et la circoncision détruit environ 90 cm2 (2 fois 4,5 cm sur 10 cm de diamètre). La perte est donc de plus de 10 000 terminaisons nerveuses. Mais ce chiffre est sous-estimé : Bazett et ses collaborateurs, dans leur étude, n'ont pas mentionné certains types de terminaisons nerveuses présents dans le prépuce 2.

Cold et McGrath 2 ont observé que les terminaisons nerveuses "encapsulées" sont spécifiquement érogènes. Elles doivent être distinguées des terminaisons nerveuses purement sensorielles. Situées dans l'anneau prépuciel et la couronne du gland, elles leur donnent un rôle majeur dans la sexualité. Or elles sont 10 fois plus nombreuses dans l'anneau. Ce dernier est ainsi la couronne de la couronne. Les amputés du prépuce ont perdu 9/10èmes de leurs plus précieuses cellules nerveuses érogènes !
Le mécanisme du prépuce : manchon, paupière ou bas ?

Le prépuce joue le rôle d'une paupière en forme de manchon, mais il n'est ni l'une ni l'autre puisqu'il ne glisse pas. Il est en réalité un store à double face, se déroulant sur lui-même par un mécanisme unique, redoublé par celui, interne, de l'anneau. En fin de course, il devient un simple bas coulissant sur la hampe.
L'anneau et les anneaux élastiques

L'anneau qui resserre le prépuce après l'extrémité du gland est irrémédiablement détruit par la circoncision. Assurant le rôle des cordons d'une bourse, il contient les anneaux élastiques découverts par les pionniers de l'histologie sexuelle. Ces anneaux, semblables à ceux du haut d'une chaussette, sont formés de cellules de chair tout particulièrement étirable, entrelacées avec une profusion de divers types de ces terminaisons nerveuses érogènes encapsulées. Instrument spécifique de l'autosexualité qui en use comme d'un accordéon d'amour, l'anneau, incluant le frein, est la partie la plus érogène de l'homme. Celles qui aiment s'attarder aux préludes amoureux, si elles ont l'occasion de comparer, se rendent vite compte de l'énormité de la perte des circoncis, de la grande pauvreté de leurs sensations.

L'anneau vient d'abord, à la sollicitation, masser étroitement le gland sur toute sa longueur. C'est ensuite seulement qu'il soutient la comparaison avec l'accordéon. Il produit sur le gland des excitations comparables à celles procurées par les contractions volontaires de la vulve que savent si bien prodiguer les grandes amoureuses. Il arrive aussi à l'homme de rencontrer - l'occasion est rare - la partenaire qui lui donnera ces douceurs, exquise caresse, par la seule adéquation du calibre de sa vulve. Le prépuce est ainsi le naturel instrument de mesure qui permet à l'homme de sélectionner, par la retrouvaille des meilleures sensations, la partenaire rêvée.

L'anatomie confirme donc le savoir antique des cultures africaines mais tire la conclusion opposée. Le prépuce est bien la partie féminine du corps de l'homme, avec la même fonction que le clitoris : celle d'outil érotique de l'autosexualité et des préludes de l'amour. Comme le clitoris, il a un rôle relativement moindre pendant le coït, au profit du frottement mutuel des muqueuses de l'amour. Personne ne songerait à exciser le clitoris, personne ne doit mutiler l'homme de ce précieux instrument.

- 2° Moitié peau, moitié muqueuse, le prépuce n'est pas une peau mais une paupière protectrice, très richement vascularisée, comportant une musculation et des glandes lubrifiantes, antimicrobiennes et antivirales 4, 5, 6. Débordant le gland chez l'enfant et souvent chez l'adulte, il le maintient humide et protège sa délicate muqueuse interne, tout particulièrement pendant la période des langes de l'enfance 8. Le créateur a pensé à tout : le prépuce ne devient rétractile que parfois très tard dans l'adolescence - forcer les choses serait nocif.

L'ablation détruit donc la paupière du plus sensible des organes du toucher masculin. La muqueuse fine, lisse et soyeuse du gland, devient une peau 10 fois plus épaisse 9, sèche, mate. Elle n'est plus protégée du frottement des vêtements, source d'irritation permanente, à l'opposé du confort naturel de l'indispensable fourreau, chaud et élastique. D'après une étude récente 10, le gland des entiers est de 25 à 30% plus sensitif.

Première conséquence, les circoncis ont besoin de stimulations fortes : ils ont plus fréquemment recours aux pratiques sexuelles marginales : sexualité anale ou orale, homophilie 6, 9, 13.

La deuxième conséquence de cette absence de protection - l'impuissance progressive (à divers degrés) - est insidieuse : elle ne se révèle qu'à très long terme. Les cas en sont beaucoup plus fréquents chez les circoncis 5, 9, 16, 24, 25. Ils sont ainsi nombreux aux Etats-Unis : 52% des 1 290 sujets pris au hasard d'une étude, âgés de 40 à 70 ans 16. Le succès du Viagra aux Etats-Unis, son échec relatif en Europe, n'ont pas d'autre explication. Nous pouvons prédire qu'il se vendra bien auprès des Africains et des musulmans aisés.
Ceux qui ont été mutilés dans l'enfance se plaignent rarement : ils ne savent pas ce qu'ils ont perdu. Mais nombre d'adultes, circoncis le plus souvent avant leur mariage, regrettent amèrement la perte de sensibilité et de plaisir. Beaucoup préfèrent se taire.
2) Sexologie : des inconvénients pour l'hétérosexualité
Les arguments sexologiques ont été controversés.
Maïmonide écrit :
"Que la circoncision affaiblit la concupiscence et diminue quelquefois la volupté, c'est une chose dont on ne peut douter." 11
De fait, les circoncis ont, outre-Atlantique, une médiocre réputation sexuelle. Elle est inverse en Europe et dans les pays pratiquant traditionnellement la circoncision : dans ce domaine, les rumeurs abondent.
Les exégètes de la Bible ont également affirmé que les hommes intacts sont de meilleurs amants :
"La femme qui s'est livrée à l'amour avec un incirconcis peut difficilement se séparer de lui." 12
Deux études récentes, menées aux Etats-Unis sur des échantillons malheureusement non tirés au hasard, confirment ces observations empiriques. L'une 13 porte sur 139 femmes ayant eu des rapports avec des circoncis et des entiers, l'autre 14 sur 1 500 hommes mariés avec la même épouse pendant plus de cinquante ans. Les intacts sont plus stables en ménage. Ces dames relèvent chez eux moins de conclusions prématurées de l'acte. Ils leur apportent davantage d'orgasmes et moins d'irritation.

Car la présence du prépuce amortit les frictions directes contre le vagin, principalement limitées au gland. De plus, la couronne du gland des circoncis évacue peu à peu les sécrétions. La plus grande sensibilité des intacts est donc contrebalancée par une plus longue durée de lubrification du vagin - ce qui est particulièrement apprécié par nos compagnes âgées. La moindre stimulation consécutive du gland permet un meilleur contrôle d'un acte par ailleurs plus doux. Pour compenser leur perte de sensibilité, les circoncis ont besoin d'une grande amplitude de mouvement. Les entiers, en variant cette dernière, peuvent mesurer leur excitation, réduite par le prépuce dans les petits mouvements. Pour aller jusqu'au bout de la métaphore de Jacques Lacan (cf. Annexe III), le prépuce n'est pas seulement le fourreau de l'épée, il en est aussi l'indispensable garde.
L'amour est une journée ensoleillée, avec feu d'artifice le soir. Il est prévu muqueuse contre muqueuse et non peau contre muqueuse. Sans le prépuce, le feu d'artifice est tiré mais le soleil est bien pâle.
La circoncision n'est plus reconnue comme un moyen de lutte contre l'éjaculation précoce. Le "phimosis" (*) est rare et régresse spontanément : de 9% de cas à 6-7 ans à 2% à 16-17 ans 15. Ensuite, dans la moitié des cas, la plastie ou des incisions longitudinales permettent d'éviter la perte de la précieuse paupière.

Les "restaurateurs" de leur prépuce ont suivi la voie ouverte par les athlètes juifs de l'antiquité, avant l'instauration de la peri'ah (circoncision poussée, incluant l'arrachement de la muqueuse interne du prépuce). Ils sont maintenant nombreux aux USA et le mouvement gagne Europe. Leurs patients efforts (trois ans de pénibles étirements), l'immense satisfaction qu'ils éprouvent à récupérer la sensibilité de leur gland, sont la meilleure démonstration de la nocivité sexuelle de la circoncision.
b - Les dommages opératoires
1) Une douleur atroce (cf. Annexe I)
Les observateurs rapportent que la douleur est extrême et persistante. Elle est pire pour les enfants, plus sensibles que les adultes.

Chez les bébés (U.S.A., israélites), l'opération est le plus souvent pratiquée sans anesthésie. Cependant, il faut écorcher les muqueuses du prépuce et du gland : dans 95% des cas, elles ne sont pas encore séparées. On taille entre en y forçant un instrument tranchant (ou avec les ongles du mohel). Cette torture, d'une inimaginable cruauté, est comparable à l'arrachage de plusieurs ongles. Il a été observé que seuls les bébés qui sont en état de choc, du fait des préparatifs, ne pleurent pas 16. Les autres hurlent, avant de s'évanouir 9. Une étude a relevé une multiplication par 2,5 du taux de cortisol sanguin (marqueur de la douleur) vingt minutes après l'opération et par 2,6 quarante minutes après 17. De tels chiffres, joints à celui de l'accélération du rythme cardiaque à 180 pulsations par minute, ne se retrouvent que chez les victimes de tortures 18.

Le rituel israélite interdit l'anesthésie : l'enfant doit souffrir. Elle n'est efficace que si elle est générale, mais alors déconseillée pour les bébés. Dans quelques communautés, les mohels pratiquent encore la succion du sang de l'hémorragie et crachent un peu de vin rouge sur l'enfant, en dépit des risques d'infection 19. Vu l'état du sexe de l'enfant, il ne s'agit pas précisément d'une caresse buccale.

Le docteur Leboyer 20 recommande la plus grande douceur envers les bébés : jamais de séparation de la mère et de l'enfant, coupure du cordon ombilical après l'arrêt des pulsations (sauf difficulté cardiaque), caresses à satiété, bain dans une cuvette, pas de lumières violentes…

Ces deux attitudes ont de profondes répercussions psychologiques.
2) Un risque élevé de graves accidents opératoires
L'opération dégénère parfois en boucherie aux conséquences définitives. De nombreux accidents surviennent : hémorragies, infections, blessures involontaires (2 cas chirurgicaux sur 1 000 et 2 morts déclarées pour un million aux Etats-Unis). Seules les complications majeures sont rapportées (lorsqu'elles le sont) : inconfort, voire douleur dans l'érection et déformation pénienne, provoqués par la perte - heureusement mais péniblement réparable - d'une trop grande partie de la peau, ulcère, nécrose, sténose du méat urinaire et énurésie associée 4, 8, 9, 21. Au total le taux relevé, consternant, serait de 10% 22. Mais, encore une fois, les victimes ne se plaignent pas toujours.


  1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

similaire:

Mutilations sexuelles, le point de vue de l\Etudier le développement humain : Quelles spécificités?
«L'enfant ne sait que vivre son enfance : la connaître appartient à l'adulte. Mais qui va l'emporter dans cette connaissance, le...

Mutilations sexuelles, le point de vue de l\Imc et grossesse : le point de vue du Nutritionniste

Mutilations sexuelles, le point de vue de l\Recherche en sciences infirmières, point de vue du doyen de la faculté de médecine d’Angers 5

Mutilations sexuelles, le point de vue de l\L’activité physique chez l’enfant : indispensable mais jusqu’à quel point ?

Mutilations sexuelles, le point de vue de l\Editorial : Mettre en œuvre les droits de l’enfant
«en vue d’inviter le peuple togolais à renoncer à jamais aux violences électorales»

Mutilations sexuelles, le point de vue de l\L’enfant dépendant
...

Mutilations sexuelles, le point de vue de l\À la différence des auxiliaires verbaux (be have do), les auxiliaires...

Mutilations sexuelles, le point de vue de l\Lorsque le f-14 est entré en service dans l'us navy, cela a entraîné...

Mutilations sexuelles, le point de vue de l\Pourquoi vos parents ont-ils décidé d’avoir un enfant ?
«Il m'a fallu vingt ans pour mettre au point cette méthode. Bien sûr je me suis arrêté de temps en temps pour manger ou dormir, mais...

Mutilations sexuelles, le point de vue de l\Rapport de jc ringard à propos de l'enfant dysphasique et de l'enfant dyslexique








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com