La toux est un acte réflexe, parfois volontaire destinée à éliminer les excès de sécrétion ou des particules étrangères sur les voies respiratoires maintien de








télécharger 142.32 Kb.
titreLa toux est un acte réflexe, parfois volontaire destinée à éliminer les excès de sécrétion ou des particules étrangères sur les voies respiratoires maintien de
page3/3
date de publication16.05.2017
taille142.32 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > droit > Documentos
1   2   3

2.2.3. Douleurs thoraciques d’origine digestive
2.2.3.1. Douleurs dans les ulcères gastro-duodénaux
 Siège : épigastrique
 Type : crampe ou torsion
 Irradiation : habituellement sans irradiation
 Intensité : très variable, moyenne, très violente
 Durée : spontanément de 30 mn à 2 heures
 Horaire : post prandial et reste habituellement constant pour un même patient
 Périodicité : surviennent dans l'année de façon périodique

 Facteurs déclenchants : faim

 Calmée par : les aliments alcalins et les médicaments antiacides
2.2.3.2. Douleur de la pancréatite aiguë
 Installation : brutale
Siège : épigastrique, sus-ombilical, souvent à gauche de la ligne médiane, parfois dans l'hypochondre gauche
 Irradiation : dorsale, transfixante
 Type : crampe
 Intensité : douleur intense
 Durée : variable souvent prolongée
 Horaire : le plus souvent sans horaire précis
 Périodicité : pas de périodicité vraie mais les douleurs de pancréatite surviennent souvent pendant plusieurs jours ou semaines consécutives
 Facteurs déclenchants : prise d'alcool et d'aliment assez souvent
 Calmée par : l'antéflexion
 Signes associés : diarrhée, amaigrissement rapide, parfois tableau de choc.

2.2.3.3. Douleur de la cholécystite aiguë
 Siège : hypochondre droit typiquement épigastrique dans un 1/3 des cas environ
 Irradiation : vers l'épaule droite, l'omoplate droit, dans le dos
 Type : torsion, crampe
 Intensité : douleur intense, souvent insupportable
 Durée : prolongée (plusieurs heures)
 Horaire : sans horaire particulier
 Périodicité : sans périodicité nette
 Facteur déclenchant : aucun, parfois repas copieux et bien arrosé
 Aggravée par : inspiration, inhibition de la respiration est caractéristique de la douleur biliaire
 Calmée par : aucune position antalgique
 Signe associé : vomissement assez fréquent

2.2.3.4. Douleur dans la colite aiguë
 Installation : brutale
 Siège : souvent épigastrique, en fait en cadre colique
 Irradiation : descendante le long du cadre colique
 Type : colique, parfois torsion de pesanteur
 Intensité : très variable
 Durée : de quelques minutes à quelques heures
 Horaire : variable, parfois post prandial immédiat s'il existe une diarrhée motrice associée
 Périodicité : sans
 Facteurs déclenchant : multiples
 Calmée par : l'émission de gaz ou de selles
 Signes associés : gargouillements abdominaux, ballonnement, troubles du transit ( diarrhée, constipation )

2.2.3.5. Douleur dans le reflux gastro-œsophagien (pyrosis)
 Siège : épigastrique
 Type : brûlure
 Irradiation : retro-sternale jusqu'à la base du cœur, si l'irradiation est traçante: c'est le pyrosis
 Intensité : variable, habituellement modérée
 Durée : quelques secondes ou minutes
 Facteurs déclenchant : antéflexion, décubitus
 Horaire : variable, souvent post prandial
 Périodicité : sans
 Signes associés : régurgitation acide, éructation, hoquet.

2.2.4. Douleur chez les sujets neurotoniques
 Siège : sous mammaire, localisée
 Type : de point de côté
 Durée : brève
 Terrain : sujet jeune, anxieux et parfois phobique
Le caractère changeant de la topographie de la douleur, l'absence des signes objectifs à l'examen ainsi que le contexte anxieux orientent vers ce diagnostic qui reste un diagnostic d'élimination

3. VALEUR SEMIOLOGIQUE

Les causes de douleurs thoraciques sont très nombreuses.

3.1. En dehors des poumons qui ne sont pas innervés, toutes les structures thoraciques sus-diaphragmatiques peuvent être à l’origine de douleurs (peau, muscles, côtes, vertèbres, nerfs, plèvre, bronches, coeur, péricarde, vaisseaux (aorte, artères pulmonaires), oesophage…).

3.2. Il faut ajouter à cela les douleurs induites par les organes sous-diaphragmatiques mais intra thoraciques (foie, vésicule biliaire, estomac, rate, pancréas, angle colique gauche, rein) et

3.3. les irradiations d’organes plus bas situés (appendice…). Ces douleurs, en particulier d’origine cardiaque, seront détaillées dans la sémiologie se rapportant à ces organes. Le point de côté bien décrit a

3.4. les affections pariétales sont à retenir.

AUTRES SIGNES FONCTIONNELS

1. Les troubles de la voix sont de deux types

1.1. Altération du rythme de la parole : cela témoigne seulement de l’existence d’une dyspnée ou d’une douleur thoracique (parole saccadée)

1.2. Altération du timbre de la voix : c’est la dysphonie (enrouement).

 Il peut s’agir d’extinction de voix plus ou moins complète

La voix peut être rauque ou éteinte : ceci se voit au cours de la laryngite diphtérique ou croup.

 La voix nasonnée : est présente en cas d'encombrement du cavum et en cas de paralysie du voile du palais.

 La voix bitonale (avec production alternante de sons graves et aigus).

Leur cause est le plus souvent laryngée mais l’examen O.R.L. ne trouve parfois pas de lésion directe mais seulement une paralysie d’une corde vocale, gauche le plus souvent. En effet, le nerf récurrent gauche qui la commande a un long trajet intrathoracique et peut être atteint par les processus médiastinaux, surtout malins, notamment au niveau de son passage sous la crosse de l’aorte.

2. Hoquet

2.1. Définitions

 Contraction involontaire et spasmodique du diaphragme (et des muscles inspiratoires), associée à une fermeture brutale de la glotte

 Hoquet chronique : durée sup_egal.gif (845 octets)48h ou récidives fréquentes

2.2. Mécanisme

Secondaire à une stimulation des nerfs afférents ou efférents, ou des centres contrôlant les muscles respiratoires en premier lieu le diaphragme.

2.3. Étiologies

2.3.1. Hoquet aigu

spontané ou induit par : ingestion d'alcool, distension gastrique

2.3.2. Hoquet chronique

Causes sus-diaphragmatiques

* Lésions expansives intra-thoraciques (phrénique)

* Pleurésies (diaphragmatique)

Causes sous-diaphragmatiques

* Reflux gastro-oesophagien

* Irritation péritonéale

Autres

* Neurologiques 

* Métaboliques (diabète, insuffisance rénale)

* Médicamenteuses (antibiotiques)

3. La dysphagie, gêne à avaler, est avant tout d’origine oesophagienne (cancer surtout) mais ce conduit peut être soumis à des compressions extrinsèques d’origine médiastinale.

4. Troubles respiratoires au cours du sommeil

Chez des patients volontiers pléthoriques, le sommeil peut être marqué par des ronflements excessifs entrecoupés de pauses respiratoires (repérées par le conjoint) parfois prolongées ou répétées, liées le plus souvent à un collapsus des voies aériennes supérieures, perturbant le cycle normal du sommeil et entraînant ainsi une somnolence diurne parfois grave (accident de voiture …).

Ces apnées survenant au cours du sommeil sont analysées au cours d’enregistrement nocturnes (polysomnographie) pour en préciser le type (central et le plus souvent obstructif), la fréquence, la sévérité…

4.1. Ronflement

Bruit inspiratoire produit par la vibration des tissus mous pharyngés. Deux types :

4.1.1. Continu

* amplitude égale pour chaque cycle

* basse fréquence (40-60 cycles/sec)

*  bénin

4.1.2. Cyclique

 * intensité variable avec espaces silencieux (pauses)

 * haute fréquence (1000-3000 cycles/sec)

 * dangereux

Association avec : HTA, Angor, AVC, Syndrome des Apnées du Sommeil

4.2. Syndrome des apnées du sommeil (SAS)
4.2.1. Définitions

 Apnée : arrêt de plus de 10 secondes du flux aérien naso-buccal

 Hypopnée : diminution du flux aérien avec désaturation artérielle

 Index d'apnées : Nb d'apnées/temps de sommeil

 Index Apnées-Hypopnées (AHI) : Nb d'apnées et d'hypopnées/temps de sommeil

 Syndrome de haute résistance des voies aériennes supérieures : sup_egal10 micro-éveils liés à des efforts respiratoires (MELER)/h de sommeil en l'absence de syndrome d'apnées obstructives du sommeil (SAOS) : IMELER sup_egal10 et IAH < 10

4.2.2. Classification

 Apnée Obstructive = interruption du flux aérien avec persistance des mouvements thoraco-abdominaux

 Apnée Centrale = interruption du flux aérien avec disparition des mouvements thoraco-abdominaux

 Apnée Mixte = Apnée Centrale puis Obstructive

4.3. Autres symptômes liés à des troubles du sommeil
4.3.1. Signes diurnes

 Somnolence, endormissement

 Altération des fonctions supérieures

 Céphalées matinales

 Troubles sexuels

 Syndrome dépressif

4.3.2. Signes nocturnes

 Troubles de l'endormissement, insomnie

 Somnambulisme

 Éveils nocturnes avec "soif d'air"

 Énurésie, polyurie

 Troubles du rythme cardiaque
1   2   3

similaire:

La toux est un acte réflexe, parfois volontaire destinée à éliminer les excès de sécrétion ou des particules étrangères sur les voies respiratoires maintien de iconQU’est ce que nous savons sur les auteurs de violences conjugales
«résistance» du réel, c’est-à-dire le fait que parfois la réalité s’oppose à leur désir, que parfois les autres ne répondent pas...

La toux est un acte réflexe, parfois volontaire destinée à éliminer les excès de sécrétion ou des particules étrangères sur les voies respiratoires maintien de iconLes maladies pulmonaires obstructives sont des affections qui se...
«poumon du fumeur». En général, 10 paquets-années, ce qui correspond au fait de fumer un paquet par jour pendant 10 ans, sont nécessaires...

La toux est un acte réflexe, parfois volontaire destinée à éliminer les excès de sécrétion ou des particules étrangères sur les voies respiratoires maintien de iconNoter le temps de maintien en secondes
«pompe» sur les coudes (face au sol). Les épaules doivent être à l’aplomb de la ligne des coudes. Les chevilles sont en appui (au...

La toux est un acte réflexe, parfois volontaire destinée à éliminer les excès de sécrétion ou des particules étrangères sur les voies respiratoires maintien de iconNote sur les noms
«En voulant éliminer les individus suspects, on a institué un séminaire fln, une colonie de l’Algérie libre»

La toux est un acte réflexe, parfois volontaire destinée à éliminer les excès de sécrétion ou des particules étrangères sur les voies respiratoires maintien de iconLes maladies -a
«tranquillisants» classiques. Du fait, également, sur le plan physique, de l’action mécanique produite par le gaz naturel sur la...

La toux est un acte réflexe, parfois volontaire destinée à éliminer les excès de sécrétion ou des particules étrangères sur les voies respiratoires maintien de iconLes odeurs d’une ville sont des impressions parfois fortes ou parfois...

La toux est un acte réflexe, parfois volontaire destinée à éliminer les excès de sécrétion ou des particules étrangères sur les voies respiratoires maintien de iconLes lesions elementaires dermatologiques
«impulsive»), rapide, qui fait le diagnostic dès l’inspection. Au premier coup d'œil on reconnaît une maladie cutanée particulière...

La toux est un acte réflexe, parfois volontaire destinée à éliminer les excès de sécrétion ou des particules étrangères sur les voies respiratoires maintien de iconIntroduction : voir ce n’est pas un reflexe
«go/no go» (si animal on appuie sur le bouton : si IL se trompe : distracteur : appuie sur le bouton alors qu’il n’y a pas d’animal...

La toux est un acte réflexe, parfois volontaire destinée à éliminer les excès de sécrétion ou des particules étrangères sur les voies respiratoires maintien de iconPhysique chimie 1 Ondes et particules
«chauds» comme les quasars, les naines blanches ou encore les étoiles chaudes émettent principalement des rayonnements dans le domaine...

La toux est un acte réflexe, parfois volontaire destinée à éliminer les excès de sécrétion ou des particules étrangères sur les voies respiratoires maintien de iconActe d’engagement
Nous, soussignés nous obligeons conjointement/ou solidairement (choisir la mention adéquate et ajouter au reste de l’acte d’engagement...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com