Et les traductions regroupées dans notre rubrique








titreEt les traductions regroupées dans notre rubrique
page7/8
date de publication15.04.2017
taille287 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > droit > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8

Voir le programme du Salon 2016 ICI https://web.facebook.com/mca.alfortville/photos/a.209389299437853.1073741826.209389256104524/332783367098445/?type=3&theater
http://www.mca-alfortville.com/2016/11/07/armenlivres/
http://www.collectifvan.org/article.php?r=5&id=94909
Agenda - Paru : Exils arméniens, Du Caucase à Paris







Agenda - Paru : Exils arméniens, Du Caucase à Paris - Collectif VAN - www.collectifvan.org - "Exils arméniens, Du Caucase à Paris" vient de paraître aux Éditions Belin, sous la signature d'Anouche Kunth. Cette jeune chercheuse publie ici sa thèse menée sous la direction de Claire Mouradian, et brillamment soutenue à l'EHESS le 8 juillet 2013. Cet ouvrage magistral et passionnant retrace le destin des grandes familles arméniennes issues des marges caucasiennes de l'Empire russe et fuyant les convulsions de la révolution bolchevique. Leurs trajectoires croisent en France celles des Arméniens de Turquie, rescapés du génocide de 1915.


Editions Belin

Anouche Kunth

Exils arméniens
Du Caucase à Paris
Collection : Contemporaines
Editeur : Belin
Directeur de collection : Henry Rousso
23.00 €
ISBN 978-2-7011-9838-5


"Une histoire d'exils, de l'Arménie à la France"

Les convulsions de la révolution bolchevique jettent hors de Russie plus d'un million de réfugiés, qui croient leur fuite temporaire. Elle va s'avérer irréversible, la perte de la patrie se conjuguant bientôt avec celle des droits nationaux. Parmi ces « sans-droits », quelques centaines de grandes familles arméniennes, issues des marges caucasiennes de l'Empire des Romanov. Banquiers et industriels, artistes, professeurs d'université, hommes politiques : tous, vers 1920, s'enfuient avec femmes et enfants, par crainte des violences que le nouveau régime de Moscou inflige à ses « ennemis de classe ». Hors de Russie, et tout particulièrement en France où convergent des dizaines de milliers d'exilés, leurs trajectoires croisent celles des Arméniens de Turquie, persécutés quant à eux pour des motifs ethno-confessionnels.

L'histoire des exils arméniens s'écrit ici à hauteur d'hommes et de femmes en fuite, de familles soudées face au danger, parfois séparées, plongées dans l'opacité après le renversement de l'ordre ancien. Que faire ? Où aller ? Quel projet poursuivre en ces temps de chaos et d'incertitude ? Comment préserver ses ressources et recréer un ordre pour soi ? Les parcours de ces anciens sujets d'empires donnent à penser ce que reconstruit l'exil, lieu de mise à l'épreuve individuelle et de réélaboration des destinées collectives.
Anouche KUNTH est historienne, chargée de recherche au CNRS (Migrinter). Ses travaux actuels, consacrés au monde arménien en exil, abordent l'événement génocidaire depuis la dispersion massive et forcée des survivants. Elle est l'auteur, notamment, de Arméniens en France, du chaos à la reconnaissance, Toulouse, L'Attribut, 2010, co-écrit avec Claire Mouradian.

http://www.editions-belin.fr/ewb_pages/f/fiche-article-exils-armeniens-27735.php?lst_ref=1

http://www.collectifvan.org/article.php?r=5&id=94815

Agenda - Paru : "L'Arménie à l'épreuve du feu. Forger l'Etat à travers la guerre"




Agenda - Paru : "L'Arménie à l'épreuve du feu. Forger l'Etat à travers la guerre" - Collectif VAN - www.collectifvan.org - "Le Haut-Karabakh est depuis plus de 25 ans l'objet d'un conflit armé entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan. Situation étrange que celle de cette enclave à majorité arménienne placée en Azerbaïdjan par les premiers dirigeants soviétiques : véritable bombe à retardement, elle aura lancé la longue série des mouvements nationaux ébranlant l'URSS à la fin des années 1980. (...) Grâce au conflit gelé du Haut-Karabakh, Moscou reste l'arbitre de la rivalité entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan et, plus largement, maîtresse du jeu au Caucase du sud." Préfacé par Gérard Chaliand et publié par les Éditions Karthala, cet ouvrage capital est signé Taline Papazian, docteure en science politique et chargée de cours à Sciences Po Paris. Le présent ouvrage constitue sa thèse de doctorat en science politique, brillamment soutenue le 25 janvier 2011 à l’IEP de Paris.

Publié 17 octobre 2016


L'Arménie à l'épreuve du feu. Forger l'Etat à travers la guerre
Par Taline Papazian
Préface de Gérard Chaliand


26€ - Karthala

Le Haut-Karabakh est depuis plus de 25 ans l'objet d'un conflit armé entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan. Situation étrange que celle de cette enclave à majorité arménienne placée en Azerbaïdjan par les premiers dirigeants soviétiques : véritable bombe à retardement, elle aura lancé la longue série des mouvements nationaux ébranlant l'URSS à la fin des années 1980. Mais tandis que l'URSS se décompose, la question du Karabakh explose. Le présent ouvrage démontre comment la guerre fournit contre toute attente des ressorts idéologiques, politiques et militaires favorables à la reconstruction de l'Etat arménien. C'est paradoxalement au moment où le cessez-le-feu s'installe dans la durée, depuis le milieu des années 2000, que la pérennité de l'Etat arménien semble la plus sournoisement menacée. Dans la guerre ouverte comme dans l'absence de paix véritable, l'Arménie est soumise à l'épreuve du feu. Après avoir remporté la première manche, c'est désormais la consolidation de l'Etat dans sa dimension non plus guerrière mais de gouvernance qui sera le gage de son succès. Le conflit du Karabakh et ses rapports intrinsèques avec les aléas de l'Etat arménien s'inscrivent dans l'histoire longue des nationalismes du sud de l'Europe depuis le début du vingtième siècle, à la croisée des intérêts des puissances européenne, américaine, russe et turque. Crise politique régionale aux implications internationales dont le règlement est perpétuellement différé, elle condense les enjeux géopolitiques contemporains de l'ancienne aire soviétique : grâce au conflit gelé du Haut-Karabakh, Moscou reste l'arbitre de la rivalité entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan et, plus largement, maîtresse du jeu au Caucase du sud. Si le Haut-Karabakh se rattache aux conflits ethno-territoriaux légués par l'URSS, sa portée géostratégique est plus large : il est la clé d'un déblocage des relations géopolitiques entre les trois pays du Caucase du sud (Géorgie, Arménie et Azerbaïdjan) et leurs partenaires internationaux : Union Européenne, Etats-Unis, Russie, Turquie et Iran.

Taline Papazian est docteure en science politique et chargée de cours à Sciences Po Paris. Outre l’espace post-soviétique contemporain, ses travaux portent également sur les usages de la violence armée dans les espaces impériaux ottomans et russes.


Table des matières

Préface

Remerciements

Introduction


Première partie : Le conflit du Karabakh : problème national, affaire d’État



1. La question du Haut-Karabakh, d’un syndrôme du nationalisme à la redéfinition politique de la nation

2. Violence physique et souveraineté politique : aux origines d’une filiation

3. Un État arménien indépendant, réponse à la question du Karabakh

L’État, aboutissement du mouvement du Karabakh

Stratégie de gouvernement et topoï nationaux : les ambiguités de l’État arménien

L’« État des Arméniens » (Hayots bédaganoutiun)

Refonder l’État, l’entreprise politique du MNA

Subordonner les questions nationales aux intérêts de l’État

La « normalité », sens contesté de la refondation de l’État

Idéologie et pratique de la « normalisation »

Nation-État, un rapport au cœur de nouveaux clivages idéologiques


Deuxième partie : La guerre et l’État


4. La guerre, épreuve de l’État arménien


Le contrôle des forces armées, enjeu de l’affirmation du nouvel ordre étatique

Les fonctions de l’État : assurer la sécurité à l’intérieur

En vue d’affronter l’hostilité extérieure

Du dire au faire : gagner du temps sur la guerre

Situation d’hostilité et décision de guerre : les difficultés d’une réalité politique

Au-delà des positions de principe, l’irréductibilité de l’ennemi ?

La guerre pour le Haut-Karabakh, épreuve de la souveraineté de l’État arménien

5. Faire la guerre, bâtir l’armée

Espace de la guerre et territoire de l’État

De l'autodéfense des volontaires à la guerre moderne : faire la guerre et construire l’armée

Les bases d’une armée régulière

Les officiers supérieurs de l’armée soviétique : l’expérience d’une tradition militaire d’État dans l’organisation de l’armée nationale

Le combattant volontaire, du défenseur de la liberté au contractuel d’État

Le financement de la contrainte : l’État en quête de ressources

La participation directe de l’État à l’effort de guerre

Effets sur l’État d’une quête de ressources pour la guerre

6. En l’absence de paix, « garder la poudre au sec »

Le renforcement de l’institution militaire, gage de l’État arménien

La guerre, l’armée et l’État

La conscription, problème exemplaire des forces et faiblesses de l’armée nationale

L’Armée, institution fédératrice de la société

La modernisation de l’armée en situation de ni guerre ni paix


Troisième partie : Trajectoire d’un État forgé dans le conflit


7. Contrainte et capital dans l’Arménie en conflit : entre implication et déresponsabilisation


Un capital longtemps au service de la contrainte

Le conflit du Karabakh, facteur du déséquilibre ou prétexte à l’immobilisme ?

8. Guerre et paix : pratiques de pouvoir et institutions républicaines

Le conflit du Karabakh, domaine réservé du pouvoir exécutif

La situation d’exception, révélatrice de la nécessité d’un pouvoir exécutif autonome

Le conflit du Karabakh, objet de lutte pour un monopole politique

Le conflit du Karabakh et la Constitution de la République d’Arménie

9. Des représentations conflictuelles de l’État arménien

Cause ou prétexte de la crise de 1997-1998

Clé de la normalité de l’État : Levon Ter Petrossian ou la conviction du libéralisme

Moteur d’un État-nation : Vazgen Sargsian du père de l’armée au chef de la nation

Sceptre du pouvoir : Robert Kotchorian de l’enclave assiégée à l’État forteresse

Ni sans, ni sens : Serge Sargsian, « le dernier des Mohicans » ?


Conclusion : La forge refroidie, l’État achevé ?

Annexes

Sources et bibliographie

http://www.karthala.com/hommes-et-societes/3089-l-armenie-a-l-epreuve-du-feu-forger-l-etat-a-travers-la-guerre-9782811115616.html

http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=94712

Agenda : Paru - "Localités et biens cultuels arméniens de la Turquie ottomane"




Agenda : Paru - "Localités et biens cultuels arméniens de la Turquie ottomane" - Collectif VAN - www.collectifvan.org - L’Union internationale des organisations Terre et Culture ainsi que le Collectif 2015 : Réparation ont le plaisir d’annoncer la publication par leurs soins de l’ouvrage, Localités et biens cultuels arméniens dans la Turquie ottomane. Un patrimoine en destruction.

Publié le 19 octobre


Localités et biens cultuels arméniens de la Turquie ottomane. Un patrimoine en destruction.

Achetez votre exemplaire en ligne!

https://www.collectif2015.org/fr/Shop.aspx

Titre : Localités et Biens cultuels arméniens de la Turquie ottomane.Un patrimoine en destruction.
Auteur(s) : Haroutiun Khatchadourian, Patrick Aslanian, Lucie Aslanian, Jean Michel.
Éditeur : Union Internationale des Organisations Terre et Culture
Langue : Français

Reliure : Broché avec rabat
Nombre de pages : 365
Poids : 1920 g
Dimensions : 24 × 31 cm
Dépôt légal : 06/2016
ISBN : 978-2-9956672-0-0
Prix : Tarif unique de 30€ + 8,60 (frais de livraison en France et à l'étranger et de gestion compris) = 38,60 €

Pour l'achat en nombre contacter 'contact@otc-france.org'.
L’Union internationale des organisations Terre et Culture ainsi que le Collectif 2015 : Réparation ont le plaisir d’annoncer la publication par leurs soins de l’ouvrage, Localités et biens cultuels arméniens dans la Turquie ottomane.Un patrimoine en destruction.

Il s’agit là d’un document fondamental relatif aux biens cultuels arméniens de quinze vilayets de la Turquie ottomane, dont les auteurs proposent un inventaire précis, aboutissement d’un travail de comparaison et de réactualisation d’inventaires partiels antérieurs datant de 1913- 1915 et 1921. Faisant suite à une introduction édifiante sur les destructions encore à l’œuvre de nos jours, l’ouvrage dresse un inventaire de ces lieux et présente des photographies et des cartes en couleur avec de surcroît des index toponymiques susceptibles de guider le lecteur dans ses recherches .Cette étude minutieuse permet ainsi de localiser les toponymes de plus d’un millier de localités arméniennes de l’empire.

http://www.collectifvan.org/article.php?r=5&id=94730

Agenda - Paru : Un siècle de génocides. Des Hereros au Darfour (1904-2004)




Agenda - Paru : Un siècle de génocides. Des Hereros au Darfour (1904-2004) - Collectif VAN - www.collectifvan.org - "Le XXe siècle restera celui de l'épouvante. Il a commencé avec l'anéantissement des Hereros en 1904 et l'éradication des populations arméniennes de l'Empire ottoman pour se terminer avec l'extermination des Tutsis du Rwanda et les nettoyages ethniques dans l'ex-Yougoslavie et du Darfour. Entre ces deux moments, le monde aura été le témoin de la famine ukrainienne, de l'immense tragédie de la Shoah, de la disparition d'une partie du peuple cambodgien." Un siècle de génocides. Des Hereros au Darfour (1904-2004), de Bernard Bruneteau, vient de paraître chez Armand Colin.


Publié le 22 septembre 2016

Armand Colin

Un siècle de génocides

de Bernard Bruneteau
Armand Colin

2016-09-14
PRIX 16,99 €
EAN ebook 9782200616731

Le XXe siècle restera celui de l'épouvante.

Il a commencé avec l'anéantissement des Hereros en 1904 et l'éradication des populations arméniennes de l'Empire ottoman pour se terminer avec l'extermination des Tutsis du Rwanda et les nettoyages ethniques dans l'ex-Yougoslavie et du Darfour. Entre ces deux moments, le monde aura été le témoin de la famine ukrainienne, de l'immense tragédie de la Shoah, de la disparition d'une partie du peuple cambodgien.
Cet essai met en perspective les entreprises exterminatrices les plus marquantes du XXe siècle en donnant un caractère opératoire au concept de génocide défini en 1944 par Raphael Lemkin. Leur histoire montre que le génocide se fonde sur le ciblage stigmatisant d'un groupe à partir de la définition aussi arbitraire que délirante qu'en donne le perpétrateur. Aussi l'auteur s'attache-t-il en permanence à répondre à deux questions : qu'est-ce qui détermine l'intention ultime du génocide? qu'est-ce qui autorise le génocide à se présenter comme une "solution"?
1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

Et les traductions regroupées dans notre rubrique iconEt les traductions regroupées dans notre rubrique

Et les traductions regroupées dans notre rubrique iconTitre : Activités Scientifiques et technologiques : «La vie, Le corps...
«Le savais-tu?» Une rubrique courte (quelques paragraphes) qui constitue une amorce sur le sujet à venir. On en profite aussi au...

Et les traductions regroupées dans notre rubrique iconLe corrigé des Traductions

Et les traductions regroupées dans notre rubrique iconLéo était comme un frère pour moi, de notre rencontre jusqu'à notre...

Et les traductions regroupées dans notre rubrique iconL'accès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisateurs. C'est notre mission

Et les traductions regroupées dans notre rubrique iconL'accès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisateurs. C'est notre mission

Et les traductions regroupées dans notre rubrique iconL'accès à notre travail est libre et gratuit à tous les utilisateurs. C'est notre mission

Et les traductions regroupées dans notre rubrique iconLes carburants préférés de notre organisme sont le glucose et les...

Et les traductions regroupées dans notre rubrique iconBonjour (ou plutôt bonsoir pour les couche-tard !) aux internautes...

Et les traductions regroupées dans notre rubrique iconCréation et recréation d’images symboliques de femmes fortes dans...
«mérite» ont dans notre langue une connotation morale qui peut gauchir la notion grecque d’arété. Le monde des cités grecques peut...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com