Fondements generaux du processus d’apprentissage et d’entrainement








télécharger 38.14 Kb.
titreFondements generaux du processus d’apprentissage et d’entrainement
date de publication15.04.2017
taille38.14 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > droit > Documentos
FONDEMENTS GENERAUX DU PROCESSUS D’APPRENTISSAGE ET D’ENTRAINEMENT

DES JEUNES FOOTBALLEURS
Organisation et planification du processus d’apprentissage et d’entraînement

chez les jeunes footballeurs :
La préparation sportive des jeunes footballeurs a des principes et particularités spécifiques, qu’il convient de prendre en considération, pour une organisation et planification rationnelles et efficaces du contenu d’apprentissage et d’entraînement.

Chez les jeunes footballeurs qualifiés, ce processus de préparation doit être élaboré et réalisé sur la base d’un plan perspectif, scientifiquement argumenté, et dont le contenu doit être adapté aux capacités et particularités propres aux différentes tranches d’age de l’enfance et de l’adolescence.
Lors de la planification du processus d’apprentissage et d’entraînement, il est nécessaire de répartir successivement les moyens de la préparation sportive pour toutes les périodes d’age de « 8 – 10 ans » à « 17 – 18 ans »,tout en observant les principes didactiques essentiels d’apprentissage et d’entraînement.

A chaque groupe de ce processus, on élabore les contenus didactiques préalablement planifiés : plan et contenu « perspectifs », « annuels » et au niveau « de chaque séance ».
La préparation à long terme des jeunes footballeurs est divisée en quatre étapes :

1ère étape « de préparation préliminaire » (8 – 10 ans) ;

2ème étape « de spécialisation sportive initiale » (11 – 12 ans) ;

3ème étape « d’entraînement approfondi » (13 – 16 ans) ;

4ème étape « de perfectionnement sportif » (17 – 18 ans).
Il n’existe pas de limite précise entre ces différentes étapes.

Chacune d’elles comprend des objectifs et taches concrets d’apprentissage et d’entraînement.

La 3ème et la 4ème étape de préparation sont subdivisées en 3 périodes : « préparatoire », « compétitive » et « transitoire », dans lesquelles des taches bien définies sont à résoudre.

Dans les groupes de jeunes footballeurs de « 8 – 12 ans », englobant la 1ère et la 2ème étape de préparation, les objectifs, les taches et les contenus préétablis sont de caractère général, et sont à réaliser durant toute l’année sans périodisation du processus d’études et d’entraînement.
Bases méthodiques de la préparation des jeunes footballeurs :
Le processus de préparation des jeunes footballeurs, c’est un processus pédagogique complexe, organisé à des fins d’Education Physique et Sportive, et de la formation de la personnalité.

Les objectifs essentiels d’apprentissage et d’entraînement des jeunes footballeurs sont formulés comme suit :

- Le raffermissement de l santé ;

- L’éducation et le développement physique multiforme ;

- L’éducation des qualités morales et volitives ;

- La préparation technique et tactique ;

- L’étude des notions théoriques de base sur l’activité de jeu en football ;

- Les modalités d’organisation et de déroulement du processus d’entraînement et de compétitions.
Tous les aspects de la préparation à la performance (physique, technique, tactique, psychologique et théorique) sont en étroite dépendance l’un de l’autre. Le problème qui reste posé, c’est la détermination de l’aspect ou de certains aspects essentiels sur lesquels il faut axer le travail pour l’obtention de hauts résultats sportifs, la définition du volume horaire à accorder à tous ces aspects en rapport avec les périodes et les étapes du processus d’apprentissage et d’entraînement, avec les particularités d’age des jeunes sportifs, du niveau et de leur état de préparation, etc.
« L’enfant n’est pas un adulte en miniature, et sa mentalité n’est pas seulement quantitativement, mais qualitativement différente de celle des adultes, si bien qu’un enfant n’est pas seulement plus petit, mais aussi différent » (CLAPAREDE, 1937).
« L’entraînement de l’enfant et de l’adolescent n’est pas une réduction de l’entraînement de l’adulte, chaque groupe d’age comporte ses taches didactiques spécifiques et ses particularités de développement » (J. WEINECK, 1993).

L’une des raisons essentielle invoquée à cet effet, est le fait que l’enfant ou l’adolescent –à l’inverse de l’adulte-, se trouve encore en « croissance » et soumis à un grand nombre de modifications et de particularités de développement « anatomophysiologiques et psychiques », qui par conséquence déterminent « l’entraînement » qui leur correspond.

« La pratique sportive fait apparaître avec une netteté toujours croissante que les performances sportives maximales ne peuvent être atteintes, que si les bases nécessaires en ont été jetées dés l’enfance et l’adolescence, ce qui suppose une planification systématique à long terme du processus d’entraînement » (J. WEINECK, 1993).
« L’objectif d’une raisonnable recherche de la performance devrait être d’amener prudemment, et compte tenu des particularités physiques et psychiques des diverses phases du développement, les enfants à des résultats optimaux à l’age de la performance maximale » (V. SCHMIDT, 1974).
« Dans l’enfance et l’adolescence, les phases dites sensitives jouent un rôle important pour l’entrainabilité. On entend par là, des périodes de développement particulièrement favorables au renforcement de facteurs déterminés de la performance motrice sportive, c'est-à-dire que l’entrainabilité y est particulièrement élevée » (HIRTZ, 1976).
« Manquer ces phases sensitives peut aboutir à ce que des facteurs performantiels, qui à un moment donné et sous une impulsion convenable accuseraient des taux élevés d’accroissement, ne peuvent plus être atteints, sinon par un effort disproportionné fourni à l’entraînement :

Ce que l’enfant n’apprend pas, le jeune homme ne l’apprend peut être jamais » (J. WEINECK, 1993).

Notion d’entrainabilité :

D’après j. weineck (1993), « l’entrainabilité exprime le degré d’adaptabilité aux charges d’entraînement.

Elle est quantifiée par diverses données endogènes (type de structure corporelle, age, etc.),

Et exogènes (alimentation, conditions du milieu, etc.), et est différenciée d’un sujet à un autre du point de vue système organique ou fonctionnel.

Dans l’enfance et l’adolescence, existent des phases dites « sensitives » dont le rôle est capital pour l’entrainabilité.

Il se trouve que ces phases nous dictent les lignes directives permettant l’optimisation du processus d’apprentissage et d’entraînement à « long terme, et nous fournissent des orientations à la fois précieuses et pratiques pour son élaboration.

Autrement dit, elles nous recommandent la réalisation de telle ou telle tache à telle ou telle période du cycle d apprentissage et d’entraînement.

Elles nous permettent de préciser ce qu’il faut faire et quand.

D’après Boburgnski (1976), « l’entrainabilité maximale » est l’apanage des enfants et particulièrement lors des périodes où la croissance se trouve accélérée.

Autrement dit, « l’age scolaire » et « l’age pré-pubertaire » sont les périodes où le processus d’entrainabilité est le plus significatif.

(Soubhan Allah El- Alim, alimouhoum ala 7 oua dribouhoum ala 10)
Principes fondamentaux du processus d’apprentissage et d’entraînement :
Le processus d’apprentissage et d’entraînement est sujet à une série de principes pédagogiques généraux propres à tout système de formation, ainsi qu’à d’autres règles plus spécifiques propre à une discipline donnée.

Ainsi se forme un système de contraintes qu’il faut respecter sous peine de ne pas atteindre les objectifs fixés.

Ces principes reposent sur une pratique de longue durée et sur des recherches scientifiques.

L’organisation et la planification plus rationnelles de contenus d’apprentissage et d’entraînement se fondent sur l’application des principes essentiels suivants :

Le principe éducatif, de conscience et d’activité, didactiques, de systématisation, de stabilité, de la tendance vers de hautes performances, de corrélation optimale entre la P.G. et la P.S.,

De continuité, de la dynamique des charges de travail, de périodicité du processus d’entraînement, d’individualisation, d’accessibilité, etc.
Principe de conscience et d’activité :

Durant toute sa formation, le sportif doit participer de manière consciente à l’entraînement, et comprendre les objectifs, les taches qu’il réalise : c’est le cas des effets des exercices sur l’organisme ; des mécanismes de base des différents procédés technico-tactiques ; etc.

La participation active suppose un travail sérieux durant l’entraînement, nécessitant une grande part d’initiative, une attitude critique et autocritique envers le processus de préparation, une collaboration effective avec l’entraîneur.

Toute fois, ce principe s’applique en tenant compte de l’age, donc du niveau d préparation sportive des pratiquants et de leur niveau intellectuel.
Principe de continuité (par conséquent de progression) :

Pour une parfaite continuité, la préparation ne doit pas être totalement interrompue, que pour les sportifs fatigués sur le plan physique et psychologique, et en aucune manière plus de 3 à 4 semaines.

(Faire le lien entre les composants essentiels de la charge).
Principe de systématisation et de succession :

Se dit de ce qui se fait d’une manière invariable et habituelle.

Ce principe impose d’une part, le respect d’une succession rationnelle dans le processus d’apprentissage des procédés technico-tactiques, et d’autre part, la conception d’un plan annuel et pluri-annuel avec leurs différentes périodes,étapes ; et pour chaque séance un échelonnement le plus logique possible des objectifs et des contenus utilisés.

(Lien avec le principe de périodisation de l’entraînement).
Principe d’accessibilité :

Suppose un strict respect des particularités liées à l’age, au sexe, au niveau de préparation sportive.

(Lien avec le principe d’individualisation).

Ce principe impose le respect de certaines règles consacrées à la pratique de l’enseignement :

Du connu vers l’inconnu, du facile au difficile, du simple au complexe, etc.

Déroulement des séances d’apprentissage et d’entraînement

avec les jeunes footballeurs :
La partie « introductive » chez l’enfant :

Appliquer « la méthode de démonstration », et « la méthode verbale » est à proscrire.

« L’explication » accompagne « la démonstration ».
Aussi,la partie « échauffement » doit être écourtée (sous forme de jeu).

Les enfants se démobilisent et se fatiguent vite de l’activité monotone.
Pour le développement de « l’endurance » -où les conditions requises se créent à l’age de 10 – 12 ans-, l’enfant ne tolère pas un travail « long », « uniforme » et « monotone ».

Ainsi, l’entraîneur doit choisir des « moyens » consistant en le passage d’une activité à une autre attrayantes du point de vue « forme ». Ceci augmente leur intérêt aux séances et concentre leur attention sur l’exécution des exercices (emmagasinement et enrichissement de leur répertoire et expérience gestuels –développement des « capacités d’adresse »-).
Le jeu doit occuper jusqu’ à 50% du temps globale des séances.
Concernant le développement de « la rapidité », il est rationnel d’alterner les exercices « de vitesse » et de « force » (par conséquent « d’adresse ») –changement et variation d’activités et d’efforts musculaires dans leur aspect, forme et structure (course-saut ; saut-lancer ; roulade-saut-course ; etc.).
Quant à la forme de travail et d’entraînement de « la force » :

Eviter le travail de force avec charge additionnelle au dessus de la tête.

Ces exercices peuvent être exécutés dans la position allongée.

Ceci permet d’une part, l’apprentissage des techniques de travail de force

et d’autre part, d’éviter d’éventuelles déviations au niveau de la colonne vertébrale, et la surcharge pondérale.

Même lors d’un travail « d’intensité élevé », le changement « de rythme » (« méthode variable ») de l’activité musculaire est plus rationnel, et permet d’obtenir des modifications appréciables de l’état morpho-fonctionnel chez les enfants.
Pour « l’initiation des procédés techniques » fréquents en compétition,

on applique de concert les moyens et méthodes didactiques de démonstration, orale et d’exercice pratique.

L’étude d’un geste technique se poursuit durant 3 à 5 séances, selon la capacité d’assimilation des jeunes footballeurs.

A « l’étape d’apprentissage approfondi » (de perfectionnement et de consolidation ultérieurs des procédés tecnico-tactiques précédemment étudiés),

On applique des exercices spécifiques complexes.

Le nombre de répétitions augmente considérablement et d’une manière variable.

Les conditions et situations d’apprentissage changent et se compliquent de plus en plus.

Le pourcentage de répétitions « variées » et « stéréotypées » est de 30 – 70 %.

Le procédé étudié lors de la séance est répété durant 10 à 12 minutes, au bout desquels sont intégrées des « commutations » de 3, 5 à 5 minutes.

La commutation la plus efficace est traduite par les exercices de jeu.

Après cela suivent de nouvelles répétitions pendant la même durée.

La charge d’entraînement chez les jeunes footballeurs :
« Les contenus et les charges d’entraînement » minutieusement définis et adaptés selon le niveau de développement biologique des enfants et adolescents, permettent le développement harmonieux de leur organisme sur le double plan morphologique et fonctionnel (sans toute fois, omettre l’aspect psychologique –principe d’accessibilité-) exprimé par l’élévation de la capacité de travail générale et spéciale.
Ainsi, « la grandeur » des charges de travail est déterminée selon « l’age biologique », dont le critère principal d’élévation de « l’intensité » est liée au degré de développement des « caractères sexuels males ».
Concernant le repos :
Les pauses doivent être fréquentes, mais de courte durée.

L’inactivité et le repos prolongé diminuent « l’intérêt » accordé par les enfants aux séances d’entraînement, et influent négativement sur l’effet, l’efficacité e le résultat de la préparation.
Du point de vue physiologique, la programmation « fréquente et courte des pauses », revient au fait que l’enfant à la fois –par rapport à l’adulte- « se fatigue » et « récupère » vite.
Chaque exercice est exécuté dans une courte durée de 10 à 15 secondes, sous forme de quelques séries.

L’intervalle de repos est de 2 à 3 minutes.

(Cas de développement de la vitesse, l’adresse, la souplesse, peut être la force ? par la « méthode répétitive » et « variable »).

similaire:

Fondements generaux du processus d’apprentissage et d’entrainement iconCe document est un guide d’entraînement à l’attention des différents...
«clinicienne» proposée permet d’établir un projet de jeu, d’apprentissage individuel et un projet pédagogique nécessaire à une action...

Fondements generaux du processus d’apprentissage et d’entrainement iconRésumé Cet article se propose d’étudier les processus de socialisation...
...

Fondements generaux du processus d’apprentissage et d’entrainement iconPréambule
Je conçois l’éducation des adultes en termes de nouvelle technique d’apprentissage…un processus mettant l’adulte en mesure de prendre...

Fondements generaux du processus d’apprentissage et d’entrainement iconChap 1 : Les fondements de l’évaluation d’entreprise P. 7

Fondements generaux du processus d’apprentissage et d’entrainement iconRésumé Comment identifier les obstacles à l'apprentissage et comment...
«au travers» des obstacles à l’apprentissage dont les principaux sont : les "conceptions" des élèves

Fondements generaux du processus d’apprentissage et d’entrainement iconPhysiologie de l’enfant et entraînement adapté au basket-ball
«immature». En terme d’entraînement IL est donc fondamental, si on veut limiter le «risque sportif» tel que défini par P. de Coubertin,...

Fondements generaux du processus d’apprentissage et d’entrainement iconCompte rendu des «Etats Généraux de l’Utilisation» en date du 17...
«Etats Généraux de l’Utilisation» en date du 17 novembre 2012 au siège de la scc à Aubervilliers

Fondements generaux du processus d’apprentissage et d’entrainement iconRèglements généraux 6

Fondements generaux du processus d’apprentissage et d’entrainement iconExamens complémentaires pertinents. Objectifs généraux

Fondements generaux du processus d’apprentissage et d’entrainement iconRèglements généraux d’un conseil d’administration d’une ressource obnl








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com