Bibliographie : 99








télécharger 0.82 Mb.
titreBibliographie : 99
page5/20
date de publication12.04.2017
taille0.82 Mb.
typeBibliographie
p.21-bal.com > droit > Bibliographie
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   20

3.2Le RGO :


Le COGRA peut varier de cinq à quinze en fonction du délai d’apparition du RGO, de sa fréquence, de sa quantité, de sa modalité et de son aspect, comme spécifié dans le tableau I page 51.

Le COGRA 1 est le coefficient de gravité calculé avant la première séance.

Le COGRA 2 est le coefficient de gravité calculé après la première séance, avant la deuxième séance.

Le COGRA 3 est le coefficient de gravité calculé après la deuxième séance, avant la troisième séance.

Le COGRA 4 est le coefficient de gravité calculé après la troisième séance, à trois semaines d’écart.



3.2.1Intensité du RGO à la première séance :


Le calcul des COGRA1 est intégralement rapporté en annexes VI à IX.
Tableau IV : moyennes par groupe du COGRA 1 et de ses éléments constitutifs.




Délai apparition RGO

Fréquence

Quantité

Modalités

Aspect

COGRA 1

Moyenne

Du groupe 1

1,64

1,81

3,69

1,31

1,44

9,89

Du groupe 2

2,05

1,95

4,34

1,39

1,47

11,21

Du groupe 3

1,50

1,95

3,76

1,16

1,21

9,58

Du groupe 4

1,67

1,94

4,25

1,28

1,33

10,47

De la population

1,72

1,91

4,01

1,26

1,36

10,29




Figure 4 : moyennes par groupe des éléments constitutifs du COGRA 1.
Le tableau IV nous donne la moyenne de la population pour chaque élément constitutif du COGRA 1. Ainsi un enfant représentatif de l’échantillon aurait un RGO de COGRA 1 (coefficient de gravité avant traitement) à 10,29.

Ceci correspond à un RGO de lait partiellement caillé qui survient après presque toutes les tétées dans un délai inférieur à une heure. La modalité est plutôt coulée et la quantité proche d’une cuillère à soupe.

3.2.2Nombre de séance(s) nécessaire(s) au traitement :


Tableau V : nombre de séance(s) nécessaire(s) au traitement.




Groupe1

Groupe 2

Groupe 3

Groupe 4

Total

1 séance

24

14

24

16

78

2 séances

12

22

10

13

57

3 séances

0

2

4

7

13





Figure 5 : nombre de séance(s) nécessaire(s) au traitement par groupe.
Comme le montre le tableau V, c’est pour le groupe témoin -le groupe 1- qu’il faut le moins de séance (maximum deux) pour obtenir une disparition du RGO. C’est également dans ce groupe que 67% des patients sont traités en une seule séance.

Pour les trois autres groupes, il faut jusqu’à trois séances. Pour la majorité du groupe 2 (58%), les nourrissons ont eu besoin de deux séances.

Dans le groupe 3, 63% des bébés ont été traités en une séance, valeur proche du groupe 1, témoin (67%).

La figure 5 montre que c’est dans le groupe 4 que les nourrissons ayant nécessité trois séances sont les plus nombreux : 19% contre 0%, 5% et 11% respectivement pour les groupes 1, 2 et 3.

3.2.3Evolution du RGO entre les séances :

3.2.3.1Lorsque le traitement nécessite une séance :

Nous utilisons les COGRA 1 et 2 : les coefficients de gravité entourant la séance de traitement. Rappelons que 78 enfants sont concernés : vingt quatre dans les groupes 1 et 3, quatorze dans le groupe 2 et seize dans le groupe 4. Les données de calcul sont disponibles en annexe X, XI et XII.
Tableau VI : évolution des COGRA encadrant la séance.




COGRA 1

COGRA 2

COGRA (2-1)

Groupe 1

10,25

0,00

-10,25

Groupe 2

10,93

0,00

-10,93

Groupe 3

9,08

0,00

-9,08

Groupe 4

9,25

0,00

-9,25




Figure 6 : évolution des COGRA encadrant la séance.
Lorsque les enfants n’ont eu qu’une séance, la régression du symptôme RGO est complète. Ceci se vérifie que le COGRA soit proche de 11 (groupe 2) ou de neuf (groupe 3).
3.2.3.2Lorsque le traitement nécessite deux séances :

Nous utilisons les COGRA 1, 2 et 3 : les coefficients de gravité entourant les deux séances de traitement. Les données de calcul sont disponibles en annexe XIII et XIV. Elles concernent 57 enfants : douze pour le groupe 1, vingt deux pour le groupe 2, dix pour le groupe 3 et treize pour le groupe 4.


Tableau VII : évolution des COGRA encadrant les deux séances.




COGRA 1

COGRA 2

COGRA 3

Groupe 1

9,17

8,00

0,00

Groupe 2

11,32

7,91

0,00

Groupe 3

10,70

7,00

0,00

Groupe 4

11,23

8,46

0,31




Tableau VIII : régression des COGRA entre les deux séances.




COGRA (2-1)

COGRA (3-2)

COGRA (3-1)

Groupe 1

-1,17

-8,00

-9,17

Groupe 2

-3,41

-7,91

-11,32

Groupe 3

-3,70

-7,00

-10,70

Groupe 4

-2,77

-8,15

-10,92







Figure 7 : évolution des COGRA encadrant les deux séances.
Le tableau VII montre que dans les trois premiers groupes la régression du RGO est totale en deux séances alors que dans le groupe 4, la résolution du symptôme n’est pas complète. L’enfant n’a pas eu de troisième consultation.

La figure 7 et le tableau VIII montrent une diminution plus franche du COGRA des groupes 2 et 3 après la première séance (moins 3,4 pour le groupe 2 et moins 3,70 pour le groupe 3).

Après la première séance c’est le groupe 1 qui a la diminution de COGRA la plus faible (moins 1,17). Inversement, autour de la deuxième séance, la régression de COGRA la plus sensible s’observe pour les groupes 1 et 4 (respectivement -8 et -8,15).

3.2.3.3Lorsque le traitement nécessite trois séances :

Nous utilisons les COGRA 1, 2, 3 et 4 : les coefficients de gravité entourant les trois séances de traitement. Les données de calcul sont disponibles en annexe XV et XVI. A ce stade il y 13 nourrissons : deux dans le groupe 2, quatre dans le groupe 3 et sept dans le groupe 4.
Tableau IX : évolution des COGRA encadrant les trois séances.




COGRA 1

COGRA 2

COGRA 3

COGRA 4

Groupe 2

12,00

8,00

6,00

0,00

Groupe 3

9,75

8,50

9,50

1,75

Groupe 4

11,86

10,00

6,71

0,00




Figure 8 : évolution des COGRA encadrant les trois séances.

Tableau X : régression des COGRA entre les trois séances.




COGRA (2-1)

COGRA (3-2)

COGRA (4-3)

COGRA (4-1)

Groupe 2

-4,00

-2,00

-6,00

-12,00

Groupe 3

-1,25

1,00

-7,75

-8,00

Groupe 4

-1,86

-3,29

-6,71

-11,86


Le tableau IX montre que les groupes 2 et 4 présentent un COGRA initial nettement plus élevé (11,86 pour les groupes 4 et 12 pour le groupe 2) que le groupe 3 (9,75). A la fin des trois séances c’est dans le groupe 3 que l’amélioration du RGO est incomplète (COGRA 4 à 1,75).

La figure 8 et le tableau X montrent une amélioration complète pour les groupes 2 et 4 avec une régression presque linéaire pour le groupe 4. Les enfants du groupe 3 ont été légèrement améliorés après la première séance (COGRA (2-1) à moins 1,25), mais après la deuxième séance l’amélioration n’est plus que de moins 0,25 par rapport au COGRA 1 : COGRA (3 – 1) = 0,25. En effet le coefficient de gravité a augmenté d’un point après la deuxième séance par rapport au COGRA initial.

Parmi les trois groupes la progression la plus importante autour de la troisième séance revient au groupe 3 (COGRA (4-3) à moins 7,75).

3.2.4Age de début des troubles et COGRA 1 :



Tableau XI : répartition par date d’apparition du RGO.




1e semaine

COGRA 1

15j à 1m

COGRA 1

Entre 1 et 3m

COGRA 1

Plus de 3m

COGRA 1

Groupe 1

25

10

7

11

4

9

0




Groupe 2

27

11

1

11

9

11

1

10

Groupe 3

33

10

2

9

1

9

2

9

Groupe 4

30

10

3

11

1

10

2

11

Total/ moyenne

115,00

10,30

13,00

10,34

15,00

9,71

5,00

9,83



Figure 9 : date d’apparition du RGO.
Il apparaît nettement dans le tableau XI et la figure 9 que tous groupes confondus le RGO commence dès la première semaine du nourrisson : 77% de la population. 88,89% des nourrissons du groupe 1 déclenchent le RGO avant un mois, 92,1% pour le groupe 3. C’est dans le groupe 2 que les nouveaux-nés déclenchant leur RGO entre un et trois mois sont les plus nombreux : 23,68% du groupe, contre, moins de 3% pour les groupes 3 et 4.

Ce sont les enfants qui ont débuté le RGO avant un mois qui ont le COGRA initial le plus élevé. Mais c’est dans le groupe 2 que les COGRA 1 sont les plus élevés : en moyenne 11 sur 15 avant trois mois, soit un RGO plutôt sévère.

3.2.5Age de consultation :


Tableau XII : répartition par âge de première consultation.




1e semaine

COGRA 1

15j à 1m

COGRA 1

Entre 1 et 3m

COGRA 1

Plus de 3m

COGRA 1

Groupe 1

0




14

10

14

9

8

10

Groupe 2

0




12

12

16

11

10

11

Groupe 3

0




19

10

13

9

6

10

Groupe 4

0




16

10

15

11

5

11

Total/ moyenne

0,00




61,00

10,49

58,00

10,06

29,00

10,53



Figure 10 : répartition par âge de première consultation.
Aucun nourrisson n’a vu d’ostéopathe dans sa première semaine.

Ce sont les enfants qui ont vu l’ostéopathe après trois mois qui ont le COGRA initial le plus élevé. Mais c’est dans le groupe 2 que les COGRA 1 sont les plus hauts : en moyenne plus de 11 sur 15 soit un RGO plutôt sévère.

3.2.6Association d’autres symptômes au RGO :


En recherchant d’éventuel(s) symptôme(s) associé(s), nous avons souhaité évaluer l’impact de la présence d’un RGO sur tout l’organisme.

A la naissance l’enfant peut présenter des manifestations comportementales (tremblements, position en opisthotonos, hoquet très fréquent), ou morphologiques (méplat occipital) qui ne sont que des variantes de l’expression du traumatisme qu’est l’accouchement.
Tableau XIII : répartition des autres symptômes que le RGO par groupe.




Groupe 1

Groupe 2

Groupe 3

Groupe 4

Total

Total des autres symptômes

25

29

31

22

107

Diminution de l'appétit:

1

5

3

5

14

Augmentation de l'appétit:

4

0

0

1

5

Perturbation de la courbe de croissance

7

5

5

6

23

Pleurs

5

9

5

3

22

Agitation

7

1

2

3

13

Perturbation du sommeil

6

5

10

6

27

Décalage de rythme

8

0

5

1

14

Signes ORL

3

6

7

5

21

Signes pneumologiques

3

6

6

2

17

Signes digestifs

11

18

13

6

48

Autre:

2

3

5

5

15





Figure 11 : répartition des autres symptômes que le RGO par groupe.




Figure 12 : représentation globale des autres symptômes que le RGO.
Parmi ces symptômes, les manifestations digestives représentent 43%. Ce chiffre regroupe les modifications de l’appétit, les perturbations de la courbe de croissance et les signes digestifs tels que les coliques, les troubles du transit, …

Devant le tableau XIII et les figures 11 et 12, force est de constater la diversité des systèmes concernés : oto-rhino-laryngologie, pneumologie, veille-sommeil. Ainsi 34% des nourrissons ayant des symptômes associés à leur RGO, présentent une forte altération de leur équilibre général : pleurs, perturbation du sommeil, décalage de rythme, agitation. Les signes respiratoires représentent 18% des symptômes associés au RGO.

Parmi les autres symptômes (7%), il y a :

    • Des malformations congénitales : uretère bifide, hypertrophie localisée d’un SCOM, hernie d’un ovaire, hernie inguinale bilatérale (pour deux bébés) dont l’un souffrait également d’une persistance du canal artériel ;

    • Des séquelles de l’accouchement : œdème pariéto-squameux bilatéral, hématome sous-mandibulaire, un enfant avait le bras gauche hypotonique ;

    • Des pseudo-conjonctivites unilatérales ou bilatérales par défaut d’un ou des deux canaux lacrymaux ;

    • De l’eczéma pour deux nourrissons dont l’un est également allergique au lait de vache et une allergie au lait de vache isolée pour quatre autres bébés.

3.2.7RGO et accouchement :






Groupe 1

COGRA1

Groupe 2

COGRA1

Groupe 3

COGRA1

Groupe 4

COGRA1

Moyenne des COGRA1

    • Accouche-ment eutocique

20

9,60

17

10,82

15

9,73

18

10,89

10,26

    • Aides à l'accouche-ment

8

10,88

9

12,33

4

9,25

11

9,27

10,43

    • Déclenchés sans aides à l'accouche-ment

2

11,00

1

11,00

8

9,75

1

9,00

10,19

    • Déclenchés + aides à l'accouche-ment

2

11,00

2

13,00

2

8,00

2

10,50

10,63

    • Césarienne

4

8,25

8

11,13

9

9,67

4

12,50

10,39

    • Césarienne + instrument

0




1

5,00

0




0




5,00
Tableau XIV : récapitulatif des accouchements par groupe.
Nous avons considéré comme eutocique un accouchement par voie basse sans déclenchement ou utilisation d’aides (manœuvre, instruments).
Aucune femme n’a été césarisée après un déclenchement. Mais, neuf femmes ont subi une césarienne en urgence après un travail variant d’une à douze heures. Les dix sept autres femmes ont eu une césarienne programmée. Par ailleurs, un enfant est né par césarienne avec les spatules. C’est lui qui présente le plus petit coefficient de gravité : 5, voir tableau XIV.

Vingt déclenchements ont eu lieu pour des accouchements par voie basse, dont huit avec utilisation d’aides à l’accouchement (manœuvre, instruments). Ce sont les enfants nés suite à un déclenchement et à l’utilisation d’aides à l’accouchement qui présentent le COGRA le plus élevé : 10,63 en moyenne.

Au total, vingt femmes ont subi un déclenchement de leur accouchement, soit 13%.

La figure 13 nous montre que 18% des accouchements ont été pratiqués par césarienne. Elle montre également l’utilisation d’aides à l’accouchement (manœuvre ou instrument) dans 28% des cas.
Par ailleurs, 25 enfants sont nés avec le cordon autour du cou (un ou deux tours), et trois avec le cordon en bandoulière.




Figure 13 : modes d’accouchements.


3.2.8Mode d’allaitement et RGO :


Nous avons considéré l’allaitement utilisé lors de la première séance.
Tableau XV : récapitulatif du type d’allaitement par rapport au COGRA 1.





Allaitement maternel

COGRA 1

Allaitement artificiel

COGRA 1

Allaitement artificiel sur échec d’allaitement maternel

COGRA 1

Allaite ment mixte

COGRA 1

Groupe 1

19

10

8

10

2

12

7

9

Groupe 2

18

12

9

11

0




11

10

Groupe 3

20

10

10

10

1

9

7

9

Groupe 4

11

10

16

10

0




9

9

Total

68

10,50

43

10,25

3

10,50

34

9,25





Figure 14 : types d’allaitements.
La « presque » majorité des femmes (46%) choisissent l’allaitement maternel dans un premier temps. C’est pourquoi les trois femmes ayant essayé d’allaiter pendant deux jours et ayant opté pour le biberon par la suite ont été mises à part. A des fins d’analyse ces 2% de la population peuvent être regroupés avec les 29% de femmes ayant directement opté pour l’allaitement artificiel.

Les COGRA du RGO des enfants allaités artificiellement ou maternellement sont sensiblement égaux : respectivement 10,38 et 10,50.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   20

similaire:

Bibliographie : 99 iconBibliographie Ce document, la bibliographie détaillée et les données...

Bibliographie : 99 iconBibliographie sélective 12 ims-ld 13 Résumé 13 Identification 13...
«Lignes directrices pour l'interopérabilité du cmi» a été la première spécification largement adopté pour l'interopérabilité entre...

Bibliographie : 99 iconBibliographie p. 52

Bibliographie : 99 iconBibliographie

Bibliographie : 99 iconBibliographie p. 86 à 89

Bibliographie : 99 iconBibliographie / webographie

Bibliographie : 99 iconBibliographie. Personnelles

Bibliographie : 99 iconBibliographie Introduction

Bibliographie : 99 iconBibliographie 102

Bibliographie : 99 iconBibliographie Introduction








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com