Distinguer un sentiment d’une émotion est aussi ardu qu’arbitraire. L’amour, le désir sexuel sont-ils des sentiments ou des émotions ? Cela dépend des








télécharger 75.62 Kb.
titreDistinguer un sentiment d’une émotion est aussi ardu qu’arbitraire. L’amour, le désir sexuel sont-ils des sentiments ou des émotions ? Cela dépend des
date de publication01.04.2017
taille75.62 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > droit > Documentos
EMOTION SENTIMENT

SENSATION PERCEPTION

INTRODUCTION :
« Distinguer un sentiment d’une émotion est aussi ardu qu’arbitraire. L’amour, le désir sexuel sont-ils des sentiments ou des émotions ? Cela dépend des auteurs… »

Cette phrase puisée dans la revue « Psychologie » exprime ce que disent la plupart des auteurs : la très grande difficulté à distinguer clairement « émotion » et « sentiment ». Certains auteurs proposent même d’employer ces 2 mots l’un pour l’autre, et préfèrent parler « d’affects ». Ainsi Daniel Goleman, dans son livre « l’intelligence émotionnelle », utilise les mots « émotion, sentiment, affect » indifféremment.

On retrouve un peu la même difficulté pour distinguer « sensation » et « perception ». En littérature, perception signifie « prise de connaissance, sensation, intuition » nous dit le dictionnaire.

Malgré cette difficulté, il y a nécessité de clarifier ces concepts utilisés en sophrologie, au moins pour 2 raisons :

  • Pour notre propre compréhension personnelle de ce que dit la sophrologie, notamment pour mieux gérer les émotions.

  • Pour clarifier le sens que nous donnons à ces termes quand nous les utiliserons en tant que praticiens.

Pour cela, nous verrons successivement :

  • Le sens donné aux mots « émotion » « sentiment », « sensation » et « perception »… dans le dictionnaire et le langage courant.

  • Les émotions, les sentiments, les sensations et la perception du point de vue de la sophrologie.

  • Comment les émotions et sentiments, naissent, perdurent et/ou disparaissent, en lien avec les sensations et leur perception. ?

  • Les conséquences de cette analyse pour la démarche utilisée en sophrologie dans la gestion des émotions.



  1. DEFINITIONS DU DICTIONNAIRE et DANS LE LANGAGE COURANT:


11- Emotion :

Le Petit Robert : « Emotion vient de motion = mouvement.

« Réaction affective, en général intense, se manifestant par divers troubles, surtout d’ordre neuro-végétatif : pâleur ou rougissement, accélération du pouls, palpitations, sensation de malaise, tremblements, incapacité de bouger ou agitation ».

« Etat affectif, plaisir ou douleur psychique, nettement prononcé »

Exemples souvent cités :

- Les émotions de base : la peur, la tristesse, la colère, la joie (Eric Berne, Analyse Transactionnelle). Paul

Eckman, spécialiste de l’expression faciale y ajoute : le dégoût et la surprise.

- Les émotions " mixtes ", résultantes des mélanges des émotions basales. Ex. la jalousie…»
12- Sentiment :

Le Petit Robert : « Sentiment vient de « sentir »

« Etat affectif complexe, assez stable et durable, lié à des représentations ».

Bourget Paul (romancier français 1852-1935 ; romans psychologique dont « le disciple ») :

« Un sentiment naît, grandit, se dessèche comme une plante, par une évolution… toujours inconsciente »

Exemples souvent cités :

Estime, mépris, indignation, admiration, amour, la haine, angoisse…


  • La différence entre « émotion » et « sentiment » est assez bien résumée par Jacques Cosnier (prof Univ Lyon, Comm non verbale, Langage, Psyco animale, dans son livre : « Psychologies des émotions et des sentiments » (Retz. 2006).

  • « L’absence de définitions précises complique bien souvent les discussions même entre spécialistes ».

  • « Les caractéristiques des émotions sont d’être des processus dynamiques qui ont un début et une fin et une durée relativement brève. Ces phénomènes “phasiques“ sont causés par des événements précis et inattendus ».

  • « Les sentiments se distinguent nettement des émotions par leurs causes plus complexes, par leur durée plus longue, et leur intensité plus basse. Bien que souvent construits sur une fixation affective à des objets précis ils persistent et sont vécus même en l’absence de ces objets ».

  • « La distinction entre “émotion“ et “sentiment“ rejoint la distinction qui est faite dans le langage courant entre “être émotif“ et “être sentimental“… »

(On dit aussi « être dans l’émotion… » et « avoir un sentiment… »

  • Illustration avec le crash de l’avion d’Air France :

  • Emotions des familles : peur, colère, tristesse

  • Sentiment d’insécurité de futurs passagers…


13- Sensation :

Le Petit Robert : « Sensation vient de « sensasio = compréhension»

« Phénomène psychophysiologique par lequel une stimulation externe ou interne a un effet modificateur spécifique sur l’être vivant et conscient ».

C’est en particulier ce qui est capté par nos sens : vue, ouïe, odorat, toucher, goût ; plus des sensations internes.

Exemples : froid, chaleur, douleur physique, fourmillement…
14- Perception :

Le Petit Robert : vient du latin « perceptio ». Action de recevoir.

Psy : « Fonction par laquelle l’esprit se représente les objets »

Rousseau : « Nos sensations sont purement passives. Au lieu que toutes nos perceptions ou idées naissent d’un principe actif qui juge ».

Condillac : « J’appelle perception l’impression qui se produit en nous à la présence des objets ».


  • La perception d’un phénomène serait donc la représentation que l’on en a, en fonction de son propre cadre de référence, de son propre vécu, de ses expériences, croyances…).

  • La sensation serait donc une donnée objective et la perception un phénomène subjectif.

  • Exemple :

  • En regardant quelqu’un (sensation visuelle), je peux le percevoir comme gentil, ou non…

  • Ex. des spectateurs voient le même acteur, mais n’en ont pas la même perception.


Que dit la sophrologie ?


  1. LE POINT DE VUE DE LA SOPHROLOGIE :


Nous reprendrons le point de vue présenté par Sylvie dans le livret de RD2  et par Henri Boon, Yves Davrou et Jean-Claude Macquet dans leur livre « La sophrologie » (Retz).
21- L’émotion en sophrologie :
Sylvie :

« L’émotion est une réponse du système neuro-végétatif (1) et endocrinien (2) à un évènement vrai ou imaginé, interne ou externe, une réaction affective se manifestant par divers troubles, une réponse d’adaptation de tout le système nerveux ou prédomine l’action du système végétatif. L’émotion est toujours spontanée, impulsive ».

Cette définition rejoint celle que nous avons déjà vue. Mais elle met l’accent sur le rôle du système neuro-végétatif.

  1. Notre système nerveux a 2 grandes composantes :

  • Système nerveux central et périphérique ou cérébrospinal. C’est un système volontaire et conscient. Il a une fonction dans la vie de relation et il est sous la dépendance de processus externes comme les sensations et les mouvements.

C’est lui qui est aux commandes par exemple lorsque nous prenons la décision de suivre une formation en sophrologie.

  • Le système nerveux neurovégétatif. C’est un système involontaire, autonome et inconscient.

C’est lui qui régit les fonctions vitales comme la digestion, la respiration, la circulation… sans que nous puissions en décider rationnellement.

Il est composé du parasympathique et de l’orthosympathique
Que se passe-t-il lorsque nous vivons une émotion ?

Boon, Davrou et Macquet dans leur livre « La sophrologie » écrivent : « Quand nous vivons une émotions, la fonction orthosympathique du système neurovégétatif est exagérément stimulée provoquant :

  • Une accélération du rythme cardiaque,

  • Une augmentation de la tension artérielle,

  • Un rétrécissement du calibre des artères,

  • Une augmentation de la contraction musculaire,

  • Un déclenchement de la transpiration,

  • Une accélération du rythme respiratoire,

  • Une dilation des pupilles,

  • Un ralentissement du péristaltisme intestinal, (péristaltisme : ondes de contractions musculaires d’un organisme tubulaire, ce qui dans l’intestin fait avancer le contenu de l’organe).

  • Une sécrétion d’adrénaline ».




  1. Le système endocrinien : il règle les glandes endocrines (hypophyse, thyroïde, ovaires, testicules, surrénales).




  • Globalement, nous pouvons donc dire que la sophrologie reprend, en le précisant, le sens habituel donné au terme « émotion » : une réaction affective spontanée, impulsive, avec des manifestations physiques résultant de l’activation du système orthosympathique et endocrinien.


22- Le sentiment en sophrologie :
Sylvie :

« Le sentiment est la fonction par laquelle un être humain peut évaluer, juger, apprécier la valeur des choses et des situations à partir de l’émotion ».


  • « Le mot sentiment doit donc être pris dan un sens large d’une « appréciation globale » qui va au-delà de l’affectif et de l’émotionnel, en y ajoutant les notions d’évaluation, de jugement, d’esthétique, etc… »

Tableau récapitulatif :





Emotion

Sentiment

Durée

Plutôt brève, spontanée, impulsive

Plutôt longue

Intensité

Plutôt forte,

Plutôt faible

Manifestations

Troubles physiques importants, agréables ou désagréables, du fait de l’activation du système nerveux.

Mal être ou Bien être

Exemples

Joie, tristesse, peur, colère.

Surprise Dégoût.

Estime/Admiration

Amour/Haine

Méfiance/confiance…

Causes et mécanismes.

Evènements précis et inattendus.

Evènements vrais ou imaginaires.

Stimulation excessive du système orthosympathique.

Causes souvent complexes. Fixation à des « objets » précis : évènements, personnes, situations…

Evaluation, jugement, représentation, interprétation… à partir d’émotions.



23- Sensation et perception en sophrologie :
Pas de différence importante avec les définitions courantes.

Mais contrairement au langage courant, la sophrologie différencie nettement les deux et n’emploie pas indifféremment les mots sensation et perception.

Sylvie : « La perception est une appréciation en terme de : J’aime ou je n’aime pas... »
Tableau récapitulatif :





Sensation

Perception

Exemples

Toucher : chaleur, froid…

Vue : couleur, forme…

Goût : sucré salé…

Odorant : parfum…

Ouïe : bruit, musique…

Lourd, léger

Agréable désagréable

Positif, négatif

Processus

Réception d’informations par nos sens.
Données objectives.

Comment nous vivons les sensations avec nos représentations, interprétations…

Données subjectives.


Cette distinction entre sensation et perception permet est de comprendre comment apparaissent les émotions et les sentiments…

3- COMMENT NAISSENT  et SE DEVELOPPENT LES EMOTIONS ET SENTIMENTS ?
Il nous faut distinguer deux cas de figure, selon que c’est l’émotion qui donne naissance au sentiment, ou l’inverse, avant de constater qu’un véritable cercle vicieux (ou vertueux) peut se mettre en place.
31- 1er cas de figure, le sentiment précède l’émotion :
Un exemple :

Lors d’un entretien d’embauche, un candidat est perturbé par le recruteur. Celui-ci, par son physique, sa voix… lui rappelle quelqu’un qu’il n’aime pas (sentiment négatif). Conséquence : le simple fait de voir ou d’entendre le recruteur provoque chez le candidat une poussée émotionnelle (colère, peur, dégoût…) qui l’empêche d’être détendu pendant son entretien
Processus :

Tout commence avec une SENSATION, c’est-à-dire la réception par nos sens d’une stimulation (une information) externe ou interne : le candidat voit, entend… l’examinateur.
La PERCEPTION que nous avons de ces sensations, c’est la manière dont les sensations-informations sont identifiées et évaluées. Or cette perception résulte de notre cadre de référence, de nos expériences passées… et donc de nos SENTIMENTS à un moment donné.

Ainsi, notre candidat a des sentiments négatifs vis-à-vis de son père. L’examinateur lui rappelle son père. Sa perception de l’examinateur est « parasitée » par ses sentiments vis-à-vis de son père.
C’est ce que J. Salomé appelle le mécanisme de la résonnance et Eric Berne (Analyse Transactionnelle) le mécanisme de l’élastique. Un évènement, une personne, un objet, une situation… viennent réactiver un vécu émotionnel fort du passé. Les sentiments intériorisés, modifient notre perception de la sensation ce qui peut provoquer une nouvelle EMOTION.

Nous pouvons alors dire comme J. Salomé que le « senti ment », puisqu’on passe d’une sensation objective à une perception subjective plus ou moins en décalage par rapport à la réalité. Le senti ment car il perturbe la perception des sensations.
En résumé :

Sensation  Perception (avec Sentiments préexistants)  Emotion
Dans ce cas de figure, c’est bien les sentiments préexistants qui précèdent l’émotion.
32- 2ème cas de figure, l’émotion précède le sentiment :
Sylvie : « L’émotion est le moteur du sentiment, elle anime le sentiment ».
Cette idée est reprise par Olivier Elissalt (Consultant, co-auteur du livre « Mobiliser pour réussir » avec Georges Archier et Alain Setton) (source : internet) :

« Les émotions qui sont appréhendées par le cerveau de manière répétitive se transforment en sentiments.

Le sentiment est une forme d’imaginaire et d’activité neuronale qui dure et entretient l'émotion et sa réaction chimique intérieure. Il enregistre l'émotion dans la mémoire…

Ex. Une émotion négative peut se transformer en blessure sentimentale de l'âme : sentiment d'abandon,

de culpabilité, de rejet, d'humiliation, de jalousie ou d'injustice, ou plusieurs en même temps.

Une émotion positive peut se transformer en sentiment d'amour envers quelqu'un, en compassion, en

désir d'aider ».
Mécanisme :

L’émotion entraîne souvent un monologue intérieur pendant et après : les voix intérieures qui ressassent, qui « jacassent » (Jacques Donnars) et des images persistantes.

Ce monologue intérieur et ces images persistantes, comme le choc émotionnel lui-même, peuvent alimenter des SENTIMENTS plus ou moins durables
Sensation  Perception  Emotion  Sentiment
Dans ce cas de figure, c’est bien l’émotion qui précède le sentiment.


  • Attention « précéder » ne veut pas dire automatiquement « être la seule cause de ».

Par ex. les sentiments peuvent être liés aux émotions, mais aussi au contexte, à nos croyances, à nos valeurs, habitudes… issus de notre histoire personnelle et de notre façon d’appréhender le réel et les circonstances. »
33- Un phénomène interactif entre sensation, perception, émotion et sentiment :
Notre candidat au recrutement pourra en sortant de son entretien raté, avoir un sentiment vis-à-vis des recruteurs en général alimentés par des pensées (monologue intérieur) ou des images, du style : «  tous des bourreaux, ils sont là pour me casser… », ce qui risque de provoquer de nouvelles émotions lors de ses prochains entretiens.
On voit bien comment il y a une auto alimentation des sentiments et des émotions, créant un cercle vicieux s’agissant d’émotions et sentiments négatifs, ou vertueux en cas d’émotions et sentiments positifs.


  • Au total nous avons :


Sensation (information)  Perception (en lien avec sentiments déjà présents, cadre de références, expériences passées…)

Emotion Sentiments qui influenceront à leur tour la perception des futures sensations et contribueront donc au déclenchement de nouvelles émotions, etc (cercle vicieux)
Sensation (information)  Perception (cadre de référence, sentiments préexistants

Emotion Sentiment




Ces cercles vicieux ou vertueux sont largement alimentés par :

. Le monologue intérieur (le mental).

. Les images persistantes.
Le cercle vicieux est dommageable pour notre santé physique et psychologique.
D’où l’importance d’apprendre à mieux gérer nos émotions…


  1. POURQUOI et COMMENT APPRENDRE A MIEUX GERER LES EMOTIONS  AVEC LA SOPHROLOGIE ?


41- Pourquoi apprendre à mieux gérer nos émotions ?
L’émotion est une énergie.

Elle nous dit quelque chose et elle est un moteur (Motion = mouvement).

Il ne s’agit pas de l’inhiber, mais d’en faire quelque chose.

Pour cela il faut savoir la contrôler ou la gérer, c’est-à-dire, en particulier :

  1. Eviter ou réduire ses effets néfastes (ex. perte de contrôle, somatisations…).

  2. Choisir jusqu’où vivre l’émotion et donc être plus autonome, plus maître de sa vie.

  3. Pouvoir privilégier des sentiments et émotions agréables et positives.

Il s’agit de développer notre « intelligence émotionnelle » (Daniel Goleman) ou notre « intelligence du cœur » (Isabelle Filliozat).
La sophrologie nous aide à développer notre intelligence émotionnelle.
42- Comment mieux gérer nos émotions et sentiments avec la sophrologie :
421- Développer la conscience de nos sensations et perceptions :

  1. Les sensations nous arrivent automatiquement. Nous sommes par essence des récepteurs de sensations-informations.

  2. La perception que nous avons d’une sensation (analyse, interprétation, appréciation… de la sensation) est également automatique, car notre cadre de référence, nos sentiments… agissent instantanément, inconsciemment.

  3. D’où l’importance en sophrologie d’apprendre à développer la conscience de nos sensations et de la perception que nous en avons :




  • C’est l’essentiel de ce que nous apprenons au 1er degré : prendre conscience des phénomènes et les observer sans jugement (mise à distance). C’est l’attitude phénoménologique.

D’où les questions après chaque exercice dynamique : « quelles sensations avons-nous ? Que percevons-nous ?...».

En rendant nos sensations et perceptions de plus en plus conscientes, nous agissons en amont des émotions.
422- Contrôler l’émotion et du sentiment :

  1. L’incapacité à contrôler nos émotions peut conduire à :

. Une perte de contrôle,

. Des difficultés relationnelles,

. Une perte d’efficacité.

. Des problèmes de santé.

Inversement une bonne gestion des émotions favorise la créativité, les relations, l’efficacité, la

bonne santé…


  1. Pour contrôler les émotions et les sentiments il faut intervenir à 3 niveaux :

. Les manifestations corporelles enclenchées par le système orthosympathique au moment

d’une émotion.

. Le monologue intérieur (le mental).

. Les images persistantes.

Ces 3 mécanismes s’alimentent les uns les autres (cercle vicieux), entraînant des débordements émotionnels et l’installation de sentiments qui s’ils sont négatifs contribuent au mal-être et favorisent l’apparition de nouvelles émotions.


  • Pour limiter les manifestations corporelles liées aux émotions, il faut activer notre système parasympathique.

Selon Boon, Davrou et Macquet, la stimulation du parasympathique engendre :

. Un ralentissement du rythme cardiaque et respiratoire,

. Une dilatation des artères,

. Une diminution de la tension artérielle,

. Une augmentation du péristaltisme intestinale,

. Un freinage de la transpiration,

  • Les techniques respiratoires et plus globalement de détente (hypotonie musculaire), ont pour fonction d’activer le parasympathique.




  • Pour réduire le monologue intérieur et les images persistantes, il faut arrêter les pensées qui tournent en boucle et les images qui envahissent le mental :

Pour cela, la sophrologie propose des outils qui détournent le mental de ce qui provoque et/ou

entretient les émotions et sentiments :

  • La focalisation sur nos sensations corporelles, notre respiration, la perception du dedans et la vision du dehors, l’objet neutre et le mot de calme…

  • Les techniques de défocalisation.

  • et bien sûr la neutralisation émotionnelle etc…




  1. Transformer nos émotions en sentiments positifs :

Pour éviter les cercles vicieux du type :
Emotion désagréable  Sentiments désagréables  Perception négative







Pour cela nous utilisons :

  • Les techniques d’activation du positif et de visualisation.


CONCLUSION :
Pour expliquer en quoi certains exercices peuvent aider à mieux gérer les émotions, nous devons :

  • Avoir clarifié pour nous-mêmes la différence entre sensation, perception, émotion et sentiment ?

  • Comprendre les mécanismes d’interaction qui existent entre ces 4 phénomènes.


La sophrologie nous aide anticiper et réduire les émotions négatives en développant la conscience des sensations, sentiments et émotions agréables et positives…

ANNEXES :


  1. - Ressenti :

Le mot « ressenti » n’est pas dans le dictionnaire.

Le Petit Robert définit ainsi le mot « Ressentir » : « Eprouver vivement, sentir l’effet moral d’une cause extérieure ».

Dans le langage courant, il est souvent employé dans un sens très large.

Par exemple, à la question : « qu’est-ce que tu ressens ? » une personne répond souvent en parlant aussi bien de ses émotions que de ses sentiments, voire de ses sensations ou


  1. Affect :

Le mot « affect » n’est pas dans le dictionnaire.

Le Petit Robert définit ainsi le mot « Affecter » : « Toucher quelqu’un par une impression, une action sur l’organisme ou le psychisme ».

Dans le langage courant, ce qui nous affecte, c’est ce qui nous touche.

similaire:

Distinguer un sentiment d’une émotion est aussi ardu qu’arbitraire. L’amour, le désir sexuel sont-ils des sentiments ou des émotions ? Cela dépend des iconL’affection est un sentiment d’amitié, de tendresse, d’attachement...
«… chaque fois que vous avez fait cela au moindre de mes frères que voici, c’est à moi–même que vous l’avez fait.»

Distinguer un sentiment d’une émotion est aussi ardu qu’arbitraire. L’amour, le désir sexuel sont-ils des sentiments ou des émotions ? Cela dépend des iconDe l’amour et de l’ambiguïtÉ
«verbalisées», «admises», «réelles» en raison de la position sociale des femmes3; mais aussi les autres, «refoulées ou non dites»,...

Distinguer un sentiment d’une émotion est aussi ardu qu’arbitraire. L’amour, le désir sexuel sont-ils des sentiments ou des émotions ? Cela dépend des iconA c’est un personnage d’exception traduit par son identité, son physique et son caractère
«mouvements indéfinissables qui glissent très rapidement aux limites de la conscience; ils sont à l'origine de nos gestes, de nos...

Distinguer un sentiment d’une émotion est aussi ardu qu’arbitraire. L’amour, le désir sexuel sont-ils des sentiments ou des émotions ? Cela dépend des iconI le caporal Rouletabille
«C’est parce que je suis là-bas, se disait-il, qu’ils sont comme cela, ici ! Eh bien, ça fait plaisir, au moins ! Ils ont confiance...

Distinguer un sentiment d’une émotion est aussi ardu qu’arbitraire. L’amour, le désir sexuel sont-ils des sentiments ou des émotions ? Cela dépend des iconRechercher, extraire et organiser l’information utile
«signatures» ou conséquences inhérentes des ondes sont les «interférences» et la «diffraction». Ceux-ci sont des phénomènes observables....

Distinguer un sentiment d’une émotion est aussi ardu qu’arbitraire. L’amour, le désir sexuel sont-ils des sentiments ou des émotions ? Cela dépend des iconLe 4-4-2 (quatre défenseurs, quatre milieux de terrain, deux attaquants)...
«destructeurs» de jeu, qu'ils n'avaient pas à montrer de capacités techniques particulières. Ce n'est plus le cas actuellement, car...

Distinguer un sentiment d’une émotion est aussi ardu qu’arbitraire. L’amour, le désir sexuel sont-ils des sentiments ou des émotions ? Cela dépend des icon“It’s all about love !” Fuel #10/ ml # 3733 Translated by Lilac Newheart...
L’amour est très basique, IL est fondamental, IL est la force-même de Ma nature IL est Mon Esprit par essence. Par conséquent, l’amour...

Distinguer un sentiment d’une émotion est aussi ardu qu’arbitraire. L’amour, le désir sexuel sont-ils des sentiments ou des émotions ? Cela dépend des iconLes rites de passage sont des rituels qui marquent le passage d'une...
Postliminaire '. La phase liminal est quand les choses ne sont pas comme ils sont dans le monde ordinaire: les rôles peuvent être...

Distinguer un sentiment d’une émotion est aussi ardu qu’arbitraire. L’amour, le désir sexuel sont-ils des sentiments ou des émotions ? Cela dépend des iconCe sont des substances organiques indispensables à l’homme, actives...

Distinguer un sentiment d’une émotion est aussi ardu qu’arbitraire. L’amour, le désir sexuel sont-ils des sentiments ou des émotions ? Cela dépend des iconAbstinence Ne pas avoir de comportement sexuel. Amour








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com