Sommaire








télécharger 151.83 Kb.
titreSommaire
page12/12
date de publication29.03.2017
taille151.83 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > droit > Documentos
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   12

3. Echographie des ovaires

3.1. Comment échographier les ovaires ?


  • La sonde échographique est placée par voie transrectale au niveau de la bifurcation des cornes utérines puis, elle est déviée dans son axe longitudinal, latéralement en direction de la branche montante de l’ilium. Les ovaires sont généralement visualisés dans cette direction. Cependant, les ovaires chez la vache sont relativement mobiles et ne sont pas toujours visibles dans l’angle de la sonde. Dans ce cas, la technique consiste à tenir la sonde dans le creux de la main à palper et à saisir l’ovaire par l’extrémité des doigts. L’ovaire sera alors plaqué contre la branche montante de l’ilium et la sonde échographique sera disposée par-dessus. Une dernière technique consiste à saisir l’ovaire dans le creux de la main et à maintenir la sonde avec les doigts opposés au pouce. Elle présente l’inconvénient de déformer un peu les organites présents à la surface de l’ovaire.

  • Il faut souligner que l’échographie des ovaires ne se limite pas à une coupe mais est une vue dynamique des organites ovariens. Les différents organites, en particulier les follicules pourront être différencier en faisant varier l’angle d’incidence du train d’ondes émises par la sonde.

  • La fréquence des ondes ultrasonores généralement utilisée est de 5MHz, son pouvoir de résolution permet de visualiser des organites ovariens à partir de 4-5 mm de diamètre. L’échographie permet de mesurer les organites ovariens soit par comparaison avec l’échelle ou par déplacement des calipers sur l’écran.

  • Un examen échographique complet des ovaires dure en moyenne 2 à 5 minutes, tandis que celui de l’utérus dure 20 à 60 secondes (excepté le diagnostic du sexe).

3.2. Images échographiques des ovaires


  • Le stroma ovarien est un tissu dense qui est caractérisé par une échostructure hétérogène en raison de la présence de petits follicules intraovariens ou de vaisseaux sanguins apparaissant comme des tâches noires de 2 à 4 mm de diamètre. La zone médullaire dépourvue de follicules en croissance apparaît globalement plus échogène que les structures environnantes. La présence d’organite, en particulier du corps jaune rend difficile l’appréciation du stroma ovarien car il envahit une grande partie de l’ovaire.

  • Les follicules sont des structures sphériques anéchogènes, apparaissant en noir sur l’écran, à contour bien délimité échogène (Figure 23). Leur taille varie de quelques mm à 2 cm en fonction de leur stade de développement et du cycle sexuel. On ne peut que rarement reconnaître la paroi du follicule de 1 à 2 mm d’épaisseur incluse dans le stroma ovarien échogène. Le pouvoir de résolution d’une sonde de 5MHz permet de visualiser des follicules de taille supérieure à 3-4 mm de diamètre, cet examen dépend cependant de la qualité de l’image et de l’expérience de l’opérateur. Les follicules de diamètre supérieur à 1 cm présentent souvent à l’échographie un renforcement de l’écho dans leur région distale, qui apparaît sur l’écran comme une plage blanche. Les follicules peuvent être confondus avec des vaisseaux sanguins, ces derniers présentent généralement une forme moins régulière. Le balayage de la structure en modifiant l’angle de la sonde permet de reconnaître le follicule grâce à sa forme sphérique. La forme sphérique du follicule est modifié lorsqu’il est compressé par un autre follicule ou un corps jaune adjacent. La paroi du follicule est fine ce qui permet de les différencier des kystes lutéinisés ou des corps jaunes cavitaires.

  • Le corps jaune est une structure échogène granuleuse circonscrite, apparaissant gris homogène à l’écran et moins réfringente que le stroma ovarien (Figure 24). Leur forme est généralement oblongue. Environ un tiers des corps jaunes sont cavitaires et présentent en leur centre une cavité remplie de liquide, noire à l’écran ; l’épaisseur de la paroi lutéale mesure de 3 à 8 mm. A noter que certains corps jaunes quasiment intraovariens et difficiles à mettre en évidence par palpation transrectale pourront être visualisés par échographie.

  • Le corps blanc ou corps jaune cicatriciel apparaît comme un point très réfringent de petite taille, inférieure à 5 mm à la surface de l’ovaire.

3.3. Comparaison de l’évaluation des structures ovariennes par palpation transrectale, par échotomographie et par les concentrations plasmatiques de progestérone


L’évaluation des organites ovariens par palpation et par échographie dépendent largement de la technicité de l’opérateur et de la qualité de l’échographe.

  • Le tableau ci-dessous présente la sensibilité, la spécificité et la valeur prédictive positive de l’échographie et de la palpation transrectale pour détecter un corps jaune mature sur 68 vaches (Ribadu et al., 1994, Veterinary Record 135 : 452-457).







sensibilité

spécificité

Valeur prédictive positive

Palpation transrectale

85 %

96 %

90 %

Echographie

95 %

100 %

100 %



  • La même étude montre que la palpation transrectale permet de détecter seulement 7 follicules sur 25 de taille supérieure à 10 mm de diamètre alors que l’échographie permet d’identifier 19 de ces 25 follicules caractérisés après dissection. Une autre étude montre des résultats différents avec une sensibilité de 71 et 95 % pour la détection de follicules de taille supérieure à 10 mm, respectivement par palpation et par échographie.

  • Il existe une bonne corrélation entre les concentrations plasmatiques de progestérone et la mise en évidence par échographie. Cependant, en fin de cycle, la diminution rapide des concentrations de progestérone est accompagnée par une diminution plus lente du diamètre du corps jaune.

En définitive, ces différentes études montrent que l’échographie est plus sensible que la palpation transrectale pour détecter des organites ovariens physiologiques.

3.4. Evolution des organites ovariens au cours du cycle oestral


Les follicules

  • Dans la pratique, il est difficile de déterminer la phase du cycle en fonction de l’examen des follicules. En effet, comme nous l’avons vu précédemment, pendant le cycle oestral et en début de gestation, il existe des vagues de croissance folliculaire et il est fréquent d’observer des follicules de 10 mm de diamètre. En effet, le follicule préovulatoire présente un diamètre supérieur de 6% seulement à celui du diamètre des follicules dominants des différentes vagues folliculaires observés au cours du dioestrus (15.4 ± 0.3 contre 16.3 ± 0.3 mm, Pierson et Ginther, 1988, Theriogenology 29 : 21-37). Ainsi, il est difficile à partir d’un seul examen des ovaires de déterminer le stade du cycle oestral et le devenir du plus gros follicule vers l’ovulation ou l’atrésie.

  • L’échographie permet de caractériser le follicule préovulatoire sans le saisir et sans risquer de provoquer une ovulation précoce ou dans la cavité péritonéale comme c’est parfois le cas après palpation transrectale. L’échographie permettra de déterminer le diamètre du follicule préovulatoire qui mesure en moyenne 16.3 ± 0.3 mm de diamètre (de 13 à 20 mm) (Pierson et Ginther, 1988, Theriogenology 29 : 21-37). Paroi folliculaire comprise, le follicule prêt à ovuler a un diamètre moyen de 18 mm. L’ovulation est difficile à prévoir chez la vache contrairement à la jument. Souvent, l’ovulation ne peut être mise en évidence que par la disparition du follicule mature, exceptionnellement, on peut constater une diminution du diamètre du follicule correspondant à la contraction de la paroi folliculaire précédant l’ovulation. Après l’ovulation, le follicule contient une structure anéchogène correspondant à la présence du caillot sanguin.

  • La corrélation entre l’évaluation par échographie et après dissection de la taille du plus gros follicule est de 0.98 (Quirk et al., 1986, Journal of Reproduction and Fertility 77 : 211-219). Il existe une différence entre les 2 mesures correspondant essentiellement à l’épaisseur de la paroi du follicule, en effet par échographie, on mesure la cavité antrale du follicule.

  • La mesure du diamètre du follicule préovulatoire, évaluée par échotomographie, en fonction du stade du cycle varie de la manière suivante (Quirk et al., 1986, Journal of Reproduction and Fertility 77 : 211-219) :

Après administration de PGF2alpha : J-3 : 2.3 ± 1.3 cm

J-2 : 1.5 ± 1.8 cm

J-1 : 0.8 ± 0.8 cm

Et sur chaleurs naturelles : J-3 : 1.4 ± 1.3 cm

J-2 : 2.1 ± 0.8 cm

J-1 : 1.7 ± 1.1 cm

Le corps jaune


  • Le corps jaune est visible pendant toute la durée de la phase lutéale, en général à partir du 3ème jour du cycle et jusqu’à l’ovulation suivante. Le corps jaune nouvellement formé est moins échogène par rapport au corps jaune mature, il est gris à centre noir et ne doit pas être confondu avec un follicule. Il a une largeur moyenne de 14 mm et une longueur de 18 à 21 mm (Pierson et Ginther, 1984, Theriogenology 21 : 495-504). Le corps mature (J6-J16) est gris homogène, circulaire, d’un diamètre moyen de 2 à 3 cm. Un tiers des corps jaunes environ présentent en leur centre une zone anéchogène correspondant à une cavité liquidienne. La taille de cette cavité diminue généralement à partir du 10ème jour du cycle et se transforme en un corps fibreux dense.

  • Le corps jaune en régression est en général visible 3 jours après l’ovulation. Chez des génisses traitées avec la PGF2, la taille du corps jaune diminue de 16.5  1.9 x 26.0  1.8 mm avant l’administration de PGF2 à 13.7  2.9 x 22.3 et 12.2  3.1 x 20.0  2.8 mm, respectivement 2 jours et 1 jour avant l’oestrus (Quirk et al., 1986, Journal of Reproduction and Fertility 77 : 211-219). La régression du corps jaune est caractérisée par une diminution de son échogénicité associée à une diminution de taille.

  • Cependant, les variations de l'échogénicité du corps jaune au cours du cycle ont été montré par analyse d'images et sont difficilement utilisables en pratique. En outre, les caractéristiques de taille ou d’échogénicité ne permettent pas de distinguer les corps jaunes gestatifs des corps jaunes périodiques.



1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   12

similaire:

Sommaire iconLe catalan, l’occitan et l’espéranto. Cliquez sur "International"...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Sommaire iconLa Ville est partenaire de Suivez le Phil, une émission radio qui...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com