Bibliographie : Le son Musical John Pierce








télécharger 265.36 Kb.
titreBibliographie : Le son Musical John Pierce
page12/12
date de publication29.03.2017
taille265.36 Kb.
typeBibliographie
p.21-bal.com > droit > Bibliographie
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   12
Acoustique
 


Pierre Schaeffer va vouloir théoriser le son. En 1966 il va sortir un livre TOM (le traité des objets musicaux). Il va classifier les sons périodiques jusqu'au bruit blanc. Le son musical est périodique, le son non musical (bruit) est apériodique. Le bruit blanc est un bloc de sons périodiques, comme la couleur blanche (toutes les couleurs dedans). Schaeffer va classer en 7 étapes, allant de Masse Tonique vers Masse Complexe :
·         Sinusoïde 
·         Son tonique                      (une note de piano par exemple, qu'on peut identifier)
·         Groupe tonique                                                             (un accord)
·         Son cannelé                                                     (cloche)
·         Groupe modal                                                 (plusieurs cymbales)
·         Son modal                                                         (une cymbale)
·         Bruit Blanc
J.Fourier (1768 - 1830) " Un phénomène périodique se décompose en une somme de sinusoïdes élémentaires (harmoniques) dont les fréquences respectives sont des multiples entiers de la composante la plus grave appelée "fondamentaux" "
Un instrument de musique est : une machine à fabriquer des sons et qui doit tenir compte des propriétés du système auditif et doit être adapté à l'anatomie humaine. 
pour qu'un instrument fonctionne il faut qu'il y ait 2 systèmes : système excitateur (ce qui va provoquer le son ) et système amplificateur ( ce qui diffuse le son ) .
Les instruments de musique ont été classés en 1914 par Curt Sachs et Eric Moritz Von Hornbostel : 
·         instruments à corde
·         les aérophones (on souffle)
·         les idiophones (par le matériau même de l'instrument)
·         les membraphones (avec une membrane)
Nouvelle classification : Vents, Cordes, Percussion. 
Le timbre d'un instrument de musique est classé par le timbre, par le régime transitoire. 
Ecoute : Rebonds de Xenakis (uniquement vibraphones et idiophones), pièce percussive.
La musique cherche à exploiter au maximum, parfois au-delà de ce qui avait été prévu initialement les possibilités de l'instrument.
La somation des sinusoïdes d'un point de vue graphique pour additionner 2 ou plusieurs sinusoïdes, il suffit d'additionner leur élongation au point correspondant. Si on additionne 2 sinusoïdes de même amplitude et de même période mais en opposition de phase, le signal est nul. Opposition de phase qu'on retrouve quand on additionne 2 sinusoïdes en phase mais de fréquences très voisines (exemple 220 + 217) c'est un phénomène qu'on appelle le battement, ça correspond à un vibrato. 
 
 
Luciano Berio « les sequencia » comme les autres exploitent au maximum les possibilités instrumentales. On est dans un rapport de complicité entre les compositeurs et les interprètes.
John Cage et le piano préparé. Il travaille avec un chorégraphe, Merce cunningham. L’idée de Cage est de faire du piano un instrument à percussion. Il insert dans le piano des objets entre les cordes. Quand le marteau va taper la corde le son va être totalement modifié. Cage dit : « Le piano préparé est en vérité un exemple de percussion confié aux mains d’un seul interprète. » La préparation du piano change la hauteur de note, son intensité, les régimes transitoires sonores…
Il composera des sonates et des préludes.
Ecoute : Sonate n°5 au piano préparé de Cage. (Environ 1940/54)
C’est une musique écrite, rien n’est improvisé, surtout pas l’emplacement des objets.
Cette musique va beaucoup intéressé Pierre Schaeffer. Il va s’associer avec Pierre Henry (1927),  « variations pour une porte et un soupir », « symphonie pour un homme seul » composé en 1950.
Là, on n’est pas du tout dans une musique pour orchestre. (Texte distribué en Classe)
La musique concrète c’est une musique diffusée à la radio. C’est un projet radiophonique (symphonie pour un homme seul). Ça va parler de la solitude de l’homme. Ils vont utiliser les bruits humains et ils ont utilisé des sons du piano préparé. 2 tourne-disques, une table de mixage. (LECTURE DE LA FEUILLE)
Ecoute : scherzo de la symphonie pour un homme seul. On entend comme un nouveau langage, une nouvelle langue. On entend aussi des voix inversées. On ne comprend plus le texte. Le piano préparé agit comme un écho de façon mélodique à la voix. Ils ont enregistré les voix, ils vont en sortir des formules mélodiques et vont faire un montage.
Ecoute : Erotica, de la symphonie pour un homme seul. On entend une voix de femme, elle fait des bruits, pousse des petits cris et des rires. C’est ce que Pierre Schaeffer va appeler l’écoute réduite. C’est une nouvelle façon d’écouter la musique. Il sort de son contexte le son. Il définit : Ecouter un son  pour ce qu’il est comme un objet sonore en faisant abstraction de sa provenance et du sens dont il peut être porteur. C’est le projet de Pierre Schaeffer et Pierre Henry de décontextualiser ces sons.
Une Prosopopée : c’est une figure rythmique par laquelle on fait parler ou agir une personne que l’on évoque, un absent par exemple. On va réentendre le piano préparé, des bruits de pas, des gémissements…
Ecoute : Prosopopée. On entend des sifflements, des bruits, des voix, le piano préparé. On peut considérer ça comme un morceau pour aveugle. C’est un « Cinéma pour l’oreille ». M.Chion
« La symphonie pour un homme seul est en réalité un opéra pour aveugle, une action sans argument, un poème fait des bruits et de notes, d’éclats de texte parlé musical. Et son titre d’homme seul se trouve justifié aussi bien par le retour à la source unique du bruit humain que par la solitude des auteurs écho de la solitude de l’homme d’aujourd’hui perdu dans la multitude. » (1967, La musique concrète, Pierre Schaeffer) 
Léon Theremin (1896-1993) il invente le théremin qui est le premier instrument que l’on ne touche pas quand on en joue. On va contrôler avec une main l’amplitude et avec l’autre la hauteur. C’est un instrument qui va délivrer des signaux très aigus qu’on n’entend pas. Un signal fixe et un signal que le corps peut moduler. Onde porteuse et onde modulante.
1919 en URSS, Les Russes veulent exporter cette trouvaille magnifique. Il y a quelque chose de magique dans cet instrument du fait qu’on ne le touche pas. On l’envoie aux USA pour promouvoir la culture Russe. En 1918 en arrivant à New-York il disparait. On a cru qu’il était mort mais en réalité il avait été enlevé par ses compatriotes Russes et il a été mis en Sibérie pour mettre au point des cellules pour l’espionnage. C’est un instrument beaucoup utilisé pour les films qui font peur, par des groupes européens ( Led Zepplin, les Beatch Boys…). C’est un instrument monodique qui ne peut pas faire de notes saccadées.
Ecoute : Clara Rockmore. 
Les ondes Martenot. (1898-1980) il invente ces ondes en 1928 mais dès 1918 il les avait conçues. C’est un clavier mobile qui permet le vibrato par l’oscillateur. À la main gauche une petite boite qui permet de sélectionner les timbres et contrôler le volume. Un anneau à la main droite permet d’effectuer les glissandos. 
Ecoute : Ondes Martenot par Monique Perrot.
Olivier Messiaen, compositeur français, (1908-1992) a été Le professeur de composition du conservatoire de Paris. Une œuvre pour 6 ondes Martenot qui s’appelle « Oraison ». 
En 1950, apparait la musique électronique.
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   12

similaire:

Bibliographie : Le son Musical John Pierce iconTranslated by: John Murphy

Bibliographie : Le son Musical John Pierce iconBibliographie Ce document, la bibliographie détaillée et les données...

Bibliographie : Le son Musical John Pierce iconL’économie des conventions : une lecture critique à partir de la...

Bibliographie : Le son Musical John Pierce iconSynopsis Évolution de la technologie des aérosols sur les cinquante...
«déficit» de Développement Durable en utilisant la méthodologie dite «the Natural Step Framework»

Bibliographie : Le son Musical John Pierce iconPar Nathan
«Votez Walker !», «Faites la différence, choisissez Walker !», «John Walker, de l'avenir pour la mairie de Londres !»

Bibliographie : Le son Musical John Pierce iconL’éducation musicale conduit les élèves vers une approche autonome...

Bibliographie : Le son Musical John Pierce iconRevue Bateaux on line En solo contre le risque d'avc jean-Marie Cahn...

Bibliographie : Le son Musical John Pierce iconLes arènes espagnoles présentent les «Musical Nights» !
«Mamma mia» fut un grand succès au début des années 2000. «Gimme Gimme Gimme», «Waterloo», «Thank you for the music», «Dancing Queen»...

Bibliographie : Le son Musical John Pierce iconBibliographie 19 sitographie 19 introduction joffre Dumazedier est...
«l’entrainement mental», ainsi que celle découlant de sa théorie de l’Autoformation. Ces trois principaux sujets d’étude caractérisent...

Bibliographie : Le son Musical John Pierce iconBibliographie sélective 12 ims-ld 13 Résumé 13 Identification 13...
«Lignes directrices pour l'interopérabilité du cmi» a été la première spécification largement adopté pour l'interopérabilité entre...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com