Bibliographie sommaire








télécharger 375.58 Kb.
titreBibliographie sommaire
page6/9
date de publication15.12.2016
taille375.58 Kb.
typeBibliographie
p.21-bal.com > droit > Bibliographie
1   2   3   4   5   6   7   8   9

2.5 LE MEDICAMENT

2.5.1. Notion et origine du médicament


Un médicament est une substance ou un mélange des substances pour lutter contre les maladies. Les médicaments proviennent de quatre sources :

Les médicaments d’origine végétale : le domaine végétal a été le plus exploité et les plantes ont été et continuent à être utilisées dans la fabrication des médicaments. On extrait de ces plantes des principes actifs pour combattre la toxine injectée par le microbe. Exemple : la pénicilline est extraite des champignons.

Les médicaments d’origine animale : le règne animal a été le dernier à être exploité dans la médication. Cependant, depuis longtemps, certains aliments ont été largement utilisés en médecine tel que : le lait, le miel et certaines huiles. Certaines substances d’origine animale ont été extraites pour soigner certaines maladies : l’insuline, la progestérone. Des sérums ayant des caractéristiques thérapeutiques sont utilisés pour soigner certaines maladies infectieuses.

Exemple : le sérum antitétanique.
Les médicaments d’origine minérale : ces médicaments sont très anciens et proviennent de deux grands groupes de compositions chimiques :

  • les métalloïdes comme l’oxygène et l’iode ;

  • les métaux comme le potassium et le fer.


Les médicaments d’origine synthétique : ils sont des médicaments de préparation récente, issus de certains éléments naturels et fabriqués dans des laboratoires par des chimistes. Exemple : la chloroquine, l’aspirine.

2.5.2. Importance des médicaments

C’est seulement dans des situations pathologiques qu’il est recommandé d’utiliser les médicaments. Chaque médicament se caractérise par sa capacité pharmacodynamique c’est-à-dire sa capacité de lutter contre une maladie spécifique et particulière. Exemple : l’aspirine diminue la douleur et fait baisser la fièvre

Chapitre 3.LE MALADE ET LE MILIEU HOSPITALIER

3.1. LE MILIEU HOSPITALIER

L’hôpital est une institution destinée à dispenser les soins médicaux, chirurgicaux, obstétricaux et spéciaux et cela, dans les meilleures conditions techniques et psychologiques possibles. Cette institution permet également l’enseignement et la recherche.

L’hôpital n’est pas seulement un ensemble de locaux et de techniques de diagnostic de soins, c’est aussi un endroit où se rencontrent au quotidien de multiples catégories sociales. De ce fait, l’hôpital est un carrefour d’humanité, une organisation revêtant un caractère médical et social dont la fonction première consiste à assurer à la population des soins médicaux complets (curatifs et préventifs). Il faut que l’hôpital soit confortable et le personnel accueillant pour que les malades se sentent à l’aise. La multiplicité des personnes œuvrant au sein de l’hôpital gravite autour du malade qui est leur centre d’intérêt et leur raison d’être et d’agir.

Hospitalier évoque par son étymologie l’idée de logement et de soins dispensés généralement avec une gentillesse spontanée et hospitalière. D’après le langage courant, la personne qui reçoit de grand cœur ceux qui peuvent avoir besoin d’une aide et qui pourvoit aux besoins de ses hôtes avec beaucoup de sollicitude est qualifiée d’hospitalière.

3.2 FACE TECHNIQUE DE L’HOPITAL


3.2.1. Le personnel soignant

Le bien du malade sera l’objectif primordial de l’infirmier. Le malade a droit d’être soigné le mieux possible. Nul n’ignore les conséquences néfastes de la séparation d’un patient d’avec les membres de sa famille. L’hospitalisation peut fragiliser, traumatiser le patient. Il regrette en même temps un changement brutal du milieu, une angoisse accentuée par l’atteinte organique et enfin un séjour dans un établissement qui n’offre pas les conditions sécurisantes et dont l’inactivité et les chocs émotionnels aggravent cette séparation. Aux yeux du malade, l’établissement hospitalier n’est pas attrayant, son hospitalisation est une preuve que son état de santé est déficient.

La réputation d’un hôpital dépend de la qualité de son personnel tant au plan technique que moral. Le personnel s’occupe non seulement des fonctions techniques (examens, surveillance, soins médicaux…) ; mais il doit continuer à donner au malade de bonnes conditions d’accueil et d’hospitalisation, conditions aussi bien morales (sentiments de sécurité, la paix du cœur) que matériel (le confort).

Le personnel soignant doit afficher devant le malade un comportement psychothérapeutique indiqué car l’amélioration ou l’aggravation de la maladie dépend aussi des rapports humains entre le malade et le personnel soignant. Le comportement psychothérapeutique se caractérise par la compréhension vis-à-vis du malade et se traduit par les principes suivants :

1ºLe malade quel que soit le degré de sa maladie doit être considéré comme un vrai malade c’est- à- dire un être qui souffre et qui a besoin d’une assistance.

2ºLe malade ne demande que du personnel soignant un effort de compréhension. Tous les aspects du comportement affiché par le malade ont un sens même si on n’arrive pas à les déceler.

3ºEntre le malade et les membres du personnel, doivent s’établir des rapports affectifs. Les sentiments éprouvés par ce personnel vis-à-vis du malade agissent sur ce dernier et inversement. D’où il y a toujours interaction, ce qui fait que le personnel soignant modifie le sentiment du malade à son égard et cela dans un bon ou dans un mauvais sens.

3.2.2. L’accueil du malade à l’hôpital et le processus d’hospitalisation

1º L’accueil du malade à l’hôpital

Le client qui se présente à une clinique ou à un centre de santé a besoin d’une ambiance sympathique. Il ne doit pas se sentir isolé, dépersonnalisé. Le personnel de l’institution a le difficile devoir de réaliser pour lui la conciliation du maximum d’humanité (courtoisie à l’entrée du malade) avec le maximum de technicité.

L’arrivée du malade et son admission à l'hôpital établissent des rapports entre le personnel soignant et la personne confiée à ses soins. La première impression que le malade a au contact avec l’hôpital est très importante car cette impression influe sur l’état d’âme du malade en ce sens que son bien-être mental peut être influencé positivement durant toute la durée de son séjour à l’hôpital. Les rapports qu’il entretiendra avec le personnel soignant subiront la même influence.

Un accueil bienveillant crée chez le malade une sensation de confiance vis-à-vis des médecins et des infirmiers. Il s’en dégage aussi une impression de sécurité. Cette sensation et cette impression procurent effectivement un sentiment de sécurité chez le malade dans la mesure où le fait d’être hospitalisé est ressenti comme un abandon par la famille. Le personnel hospitalier se substitue en quelque sorte à la famille en prenant en charge le malade pour ses soins et en veillant à son bien-être. Les concierges, les brancardiers, les autres personnes de service et les infirmiers sont presque toujours les premières personnes auxquelles le malade s’adresse à son entrée à l'hôpital. Leur rôle est de fournir des informations, d’accompagner, d’aider le nouveau venu et de le transporter au besoin jusqu’à la salle d’attente ou à la salle d’examens.

Il faut noter qu’en arrivant au centre de santé ou à l’hôpital, le malade a soif de rencontrer au plus vite un médecin. Dès l’arrivée du malade à l’hôpital, la présence du médecin ou de l’infirmier s’impose. La disponibilité d’un médecin est un facteur important de la réputation de la formation médicale. Un hôpital ou un centre médical où les médecins sont permanents influence les malades car, d’une manière générale, les malades se sentent soumis et satisfaits au contact avec un médecin et non pas avec le personnel paramédical.

Plusieurs centres de soins ont créé une fonction de l’accueil et en ont fait un service. Des personnes reçoivent les clients et les visiteurs, les dirigent vers le guichet, communiquent les unités de soins. Elles conduisent le client à l’unité assignée dès que les formalités sont complétées et le présentent par son nom aux infirmiers qui le prennent en charge. L’infirmier qui le reçoit accomplit le devoir de maintenir l’impression favorable.

  • saluer le client présenté par son nom, se nommer soi-même, expliquer sa fonction ;

  • accueillir le malade aimablement dans une atmosphère de calme, de confiance, en lui témoignant un affectueux intérêt ;

  • s’efforcer de réaliser la situation du malade: tact, délicatesse dans l’accueil, compréhension dans son état d’âme ;

  • créer l’ambiance qui engage à la communication avec le patient et ceux qui l’accompagnent ;

  • s’adapter à l’âge du malade : la psychologie spéciale des personnes âgées, adultes, enfants, futures mères,…


2º Le processus d’hospitalisation

L’examen préliminaire permettant l’admission et la prescription des premiers soins exercent une influence psychologique sur le malade. Cet examen doit donc s’effectuer proprement et rapidement car, si le malade doit attendre longtemps, il donnera des signes de malaise pouvant aller jusqu’à la protestation.

Il importe que cet examen ne soit pas sommaire (superficiel) car il peut donner au patient l’impression de n’être qu’une simple formalité ou un simple contrôle médical.

Il arrive que le malade soit hospitalisé. Dans ce cas, c’est l’infirmier responsable de service qui accueille le malade dans le service où il devra séjourner. Cependant, la relation entre l’infirmier et le malade dépend non seulement de la personne assistante mais aussi de la personne assistée. Le caractère du malade, les attitudes qu’il prend vis-à-vis du milieu qui l’entoure et des personnes constituant ce milieu revêtent une grande influence. Il est à souligner aussi que le comportement du patient est influencé dans la plupart de cas par son état pathologique. Ainsi, devant tout malade hospitalisé, l’infirmier doit :

  • assurer le bien-être du malade, prendre tout son temps et ne pas être pressé ; avoir des gestes et attitudes détendus et bienveillants. Les soins doivent être donnés à temps opportun et de bonne qualité. L’infirmier chef doit répondre aux appels du malade le plus rapidement possible sans être pour cela à la merci de ses caprices ;

  • dans ses contacts avec le malade, l’infirmier doit plus considérer le malade en tant que personne totale et dans une perspective de l’unité corps et esprit ;

  • converser avec le malade afin que celui-ci puisse lui confier tout sur son état de santé, sur sa famille et ses problèmes ;

  • s’efforcer de mettre le malade à l’aise pour qu’à l’hôpital, il sente comme s’il était dans son propre foyer. Pour cela, l’infirmier devra se montrer serviable et entourer le malade des soins attentifs, tout faire pour qu’il ait le nécessaire à sa disposition. Pendant son séjour, l’accueil doit rester stable et permanent pour maintenir la confiance et la sécurité chez le malade ;

  • l’infirmier doit éviter de donner l’impression aux malades d’une discrimination volontaire de sa part.


3º Les visites aux malades

Les visiteurs assurent la liaison entre la vie sociale et l’hôpital. Ils sont nécessaires et désirables pour combattre chez le malade la sensation douloureuse de l’isolement, de l’ennui et surtout de l’abandon. L’ennui ou l’isolement engendrent un état d’aspect négatif et pousse le malade à devenir hostile face à tout ce qui fait partie du milieu hospitalier. La présence des visiteurs lui procure l’apaisement, le soulagement et contribuent même à la guérison du malade. Les visiteurs doivent toutefois se soumettre au règlement de l’hôpital et respecter le repos du malade.

3.3. LES RELATIONS HUMAINES A L’HOPITAL


3.3.1. Relations entre le malade et le personnel infirmier

Les infirmiers doivent recevoir une formation morale et professionnelle solides les préparant d’affronter les malades. L’infirmier doit respecter la personnalité du malade, l’aimer, alléger ses souffrances physiques et morales, le réconforter, le soutenir, l’assister avec abnégation (sans attendre une contrepartie du malade).

3.3.2. Relations entre malade et médecin

Ces relations sont basées d’un coté sur ce que l’hospitalisé attend du médecin et ce qu’il comprend de l’action médicale et de l’autre, ce que le médecin comprend de l’attente du malade et comment il y répond. Ainsi, l’état psychologique d’un malade entrant dans un service hospitalier est très complexe et dominé par l’inquiétude, l’anxiété, l’incertitude et également la tristesse. C’est pour cela qu’on demande au personnel soignant de comprendre le malade, de le rassurer, de l’encourager, de l’informer et de l’éduquer sur sa situation. Le malade ne doit être considéré comme un nécessiteux et le médecin ne doit pas le voir comme un cas purement clinique. Le médecin doit respecter la personnalité du malade, sa dignité, son degré de culture, ses opinions et ses sentiments. Pour ce faire, le médecin doit :

  • permettre au malade de s’exprimer directement et librement avec lui pour qu’il lui confie tout ce qui concerne son état ;

  • faire en sorte que les commentaires et les discussions se fassent après l’examen et à l’absence du malade ;

  • réserver un moment de la journée pour recevoir le malade car il y a des confidences difficiles à dire devant une tierce personne ;

  • répondre à chaque question du malade et devant une question difficile, éviter de se montrer ignorant ou de dire que la question est très compliquée.


Chapitre 4 : LES ACTES MEDICAUX ET LE COMPORTEMENT

DU MALADE
1   2   3   4   5   6   7   8   9

similaire:

Bibliographie sommaire iconBibliographie Ce document, la bibliographie détaillée et les données...

Bibliographie sommaire iconLe catalan, l’occitan et l’espéranto. Cliquez sur "International"...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Bibliographie sommaire iconBibliographie sélective 12 ims-ld 13 Résumé 13 Identification 13...
«Lignes directrices pour l'interopérabilité du cmi» a été la première spécification largement adopté pour l'interopérabilité entre...

Bibliographie sommaire iconLa Ville est partenaire de Suivez le Phil, une émission radio qui...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Bibliographie sommaire iconSommaire

Bibliographie sommaire iconSommaire

Bibliographie sommaire iconSommaire

Bibliographie sommaire iconSommaire

Bibliographie sommaire iconSommaire

Bibliographie sommaire iconSommaire








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com