L’invention et la diffusion d’un nouveau jeu (1874-1876)








télécharger 151.34 Kb.
titreL’invention et la diffusion d’un nouveau jeu (1874-1876)
page1/5
date de publication31.03.2018
taille151.34 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5
LE TENNIS 1
Alain Ledoux

Professeur agrégé d’EPS

BE 2 Tennis
CONNAISSANCES DE L’ACTIVITE


  1. APPROCHE HISTORIQUE

Le mot « tenetz » (vieux français) est l’étymologie la plus couramment admise ; il était employé au jeu de paume pour prévenir l’adversaire qu’on allait effectuer une mise en jeu.

    1. L’invention et la diffusion d’un nouveau jeu (1874-1876)

On situe la naissance du tennis le 23 février 1874 : le major Walter Clopton Wingfield, dépose le brevet d’un jeu portable inspiré du jeu de paume. Le terrain en forme de sablier est peut être la seule originalité qui justifie l’obtention d’un brevet.

La firme French & Co obtient le monopole de la fabrication et de la diffusion de ce jeu appelé lawn-tennis et elle le vend sous la marque commerciale « Sphairistiké » (du grec, art de la balle). Il se présente sous la forme d’un kit démontable comprenant un filet, des piquets pour l’installer, des bandes pour délimiter le terrain, quatre raquettes de paume et des balles creuses en caoutchouc. Quelques clubs londoniens huppés font l’acquisition de nombreux coffrets afin que leurs membres expérimentent ce nouveau jeu.

Les règles sont d’abord assez floues et c’est la commission sportive d’un prestigieux club londonien qui se charge, le 24 mai 1875, d’énoncer vingt-cinq règles simples et précises. La vente de sept milles opuscules de ces règles témoignent de l’engouement pour le lawn-tennis. La presse assure la promotion de ce nouveau jeu qui va supplanter, pour au moins trois raisons, le croquet sur les pelouses bien nivelées des maisons de campagne anglaises :

- Le port du corset chez les jeunes filles limite leur accès aux pratiques physiques qui se développent alors dans les collèges anglais; par contre, comme le croquet, le tennis est adapté à cette mode vestimentaire et leur permet de goûter aux joies de la mixité. Il se prête également aux rituels mondains et autorise les échanges courtois.

- Le tennis permet la transposition dans le domaine sportif des joutes politiques qui ont lieu au Parlement; l’affrontement face à face est légitimé mais il est régulé par un arbitre : la violence doit être maîtrisée, l’adresse est valorisée et l’emploi de la force pure est exclu.

- Le tennis se développe aussi car il s’inscrit dans le contexte de l’essor industriel et de l’apparition des loisirs de plein air répondant au besoin d’une clientèle citadine. Les journaux spécialisés se multiplient.

    1. L’institutionnalisation du tennis, l’évolution du jeu et des règles.

Les règles sont modifiées lors du premier championnat organisé sur les terrains de Wimbledon en juillet 1877 : le serveur dispose de 2 services, un terrain rectangulaire de 23,77m sur 8, 23m remplace le terrain initial en forme de sablier. La hauteur du filet est de 1,52 m sur les côtés et de 0,99 m au centre. Afin de faciliter le rebond sur le gazon un morceau de drap blanc est cousu autour des balles en caoutchouc. Il est décidé d’utiliser le comptage des points du jeu de paume par 15 et avantage.

Dès le premier championnat deux modifications sont faites : réduction de la distance de la ligne de service par rapport au filet à 6,70 m et abaissement de la hauteur du filet à 0,91 m au centre. Successivement apparaissent le jeu de volée près du filet, le « jeu de sauvegarde » caractérisé par un nombre important d’échanges (l’invention du lob interdit les montées au filet) puis le jeu varié (l’invention du smash autorise de nouveau le jeu au filet).



1 – Le jeu en double ne sera pas traité ; le cas d’un joueur droitier servira de référence pour les descriptions

Des modifications importantes sont apportées entre 1881 et 1882 et tendent vers les dimensions actuelles : filet abaissé à 1,07 m sur les côtés, ligne de service encore rapprochée du filet (à 6,40 m) afin de réduire l’avantage du serveur.

Des modifications plus tardives concernent :

- le service en 1958 : le serveur n’a plus l’obligation de frapper la balle les pieds en contact avec le sol. Il est autorisé à sauter et peut retomber à l’intérieur du court après avoir frapper la balle.

- le tie-break : apparu au tournoi de Philadelphie en 1970, il est joué à 8 jeux partout sauf au dernier set ou la règle des 2 jeux d’écart reste en vigueur. C’est en 1973 qu’il se joue à 6 jeux partout (introduit en Coupe Davis en 1989).

- le repos après le premier jeu de chaque set est supprimé en 2000 (les joueurs changent simplement de côté) ; en revanche, un repos de 2mn (au lieu d’1mn 30) intervient à la fin de chaque set même si le nombre de jeux est pair.

    1. L’internationalisation du lawn-tennis

Dans un premier temps (1890-1900) elle se fait dans un double mouvement d’organisation interne et externe et de diversification des compétitions.

En 1888 est crée une association nationale qui supervise l’organisation des tournois dans les îles britanniques. Un système d’élimination et de handicap est organisé pour équilibrer les parties ; il est à l’origine du système de classement des joueurs.

En 1881, trente trois clubs américains fondent leur association (U.N.L.T.A.) et adoptent les règles anglaises. Au début des années 1890, le tennis se développe en France sous deux formes : dans un cadre compétitif sous le contrôle de U.S.F.S.A. et comme un jeu mondain dans les villes balnéaires de la Manche et de la Côte d’Azur. La haute société victorienne lance aussi la mode du tennis dans les tous les autres lieux de villégiature européens (Hambourg, Baden-Baden, St Moritz…).

Dans un deuxième temps (après 1900) des tournois de plus en plus nombreux sont disputés sur des surfaces variées (asphalte, ciment, parquet, terre battue).

Un tournoi de tennis est disputé dans le cadre des Jeux Olympique de 1896 (13 joueurs !) à 1924; après 64 ans d’absence, le tennis redeviendra une épreuve olympique en 1988 aux jeux de Séoul.

La référence des compétitions internationales devient, à partir de 1900, le tournoi disputé sur le fameux gazon de Wimbledon. Cette même année D.F.Davis, terminant ses études à Harvard, propose d’organiser une rencontre annuelle entre l’Angleterre et les Etats-Unis; il offre une coupe en argent que l’équipe gagnante doit garder pendant un an. Cette compétition, dite « Coupe Davis » devient bientôt un véritable championnat du monde par équipe des nations. Quatre champions français (Borotra, Brugnon, Cochet, Lacoste), surnommés les « Mousquetaires », remporte cette coupe en 1927. Le système du Challenge Round donne à la France l’organisation de la finale de l’année suivante. Il est alors décidé de construire à Auteuil un stade que l’on baptise « Roland Garros », du nom du célèbre aviateur. Les Mousquetaires y remportent, de 1928 à 1932, la finale de la Coupe Davis contre l’équipe américaine.

Quelques années auparavant Suzanne Lenglen, « la diva », a sans doute été la première star mondiale du tennis. Sa rivale, la championne américaine Helen Wills lui succède, sans acquérir la même notoriété malgré un palmarès exceptionnel.

Les Internationaux de France sont disputés depuis 1925 sur les terrains du Stade Français et du Racing Club à Paris ; à partir de 1928, ils ont lieu à Roland Garros. Ils font partie désormais des quatre tournois les plus prestigieux avec Wimbledon, les Internationaux d’Australie et ceux des Etats-Unis. En 1933, Jonh Kieran et Alison Danzig emploient le terme de Grand Chelem dans le New York Times pour désigner une éventuelle victoire de Crawford dans ces quatre tournois majeurs au cours de la même année. Mais Donald Budge est le premier joueur à réaliser cet exploit en 1938 suivi par Rod Laver (1962, 1968) et par trois joueuses : Maureen Connoly (1953), Margaret Court (1970) et Steffi Graf (1988, 1994).

    1. Le tennis professionnel (1927-1968)

La United States Professionnal Lawn-Tennis Association est fondée en 1927, et collabore avec la fédération amateur. Les tournées professionnelles organisées aux USA connaissent un succès grandissant jusqu’à la guerre. Après la guerre elles reprennent mais elles rencontrent un succès mitigé. C’est Jack Kramer en 1947, grâce à son jeu spectaculaire qui va relancer l’intérêt du tennis professionnel. Il devient en 1950 le véritable dirigeant et organisateur de ce circuit. Son retrait en 1961, amène les joueurs à s’organiser en association (I.P.T.A.) sous l’impulsion de Ken Rosewall (il sera la grande vedette de ces tournées jusqu’à l’arrivée de Rod Laver en 1965).

De 1960 à 1967, les structures professionnelles sont complètement séparées des structures amateurs. Sous l’impulsion du président du club de Wimbledon, la Fédération Internationale après une ferme opposition à ce projet, autorise le tennis open le 30 mars 1968. Le tournoi de Roland Garros est, la même année, le premier tournoi du Grand Chelem open.

    1. L’évolution du matériel

L’apparition d’une nouvelle colle permet, à partir de 1930, de fabriquer des raquettes avec plusieurs types de bois (noyer, frêne, érable, hêtre) : ces raquettes supportent des tensions de cordage supérieures; celles en métal proposées dans les années 70 n’obtiennent pas grand succès. Il faut attendre les années 80 pour voir une réelle évolution avec les raquettes à grand et moyen tamis et l’utilisation des fibres synthétiques (fibre de verre, graphite, kévlar…). Le rendement de ces nouvelles raquettes est supérieur et leur poids diminue (elles pèsent de 250 à 350 g).

    1. Origine du classement

A l’origine, un handicap a été créé afin d’équilibrer les chances de gagner entre les compétiteurs. La base du handicap fut appelée le niveau 0. Dans une rencontre contre un joueur de niveau 0 :

- le joueur de niveau 1/6 partait avec 1 point de bonification 1 jeu sur 6 (il démarrait le jeu en question sur le score de 15/0 en sa faveur) ;

- le joueur de niveau 2/6 partait avec 1 point de bonification, mais 2 jeux sur 6 ;

Le niveau 15 marquait la fin d’une série de handicap et le joueur de niveau 15/1 partait avec 2 points de bonification 1 jeu sur 6 et 5 jeux sur 6, avec 1 seul point de bonification etc. ;


  1. ASPECTS REGLEMENTAIRES

  1. Dimensions et équipement

Le court est un terrain réglementaire de 23,77 m de long sur 8,23 de large. Il est divisé au milieu par un filet suspendu à une corde ou un câble métallique. Le centre de ces poteaux doit être situé à l’extérieur du court, à 0,914 m des lignes de côté et la hauteur des poteaux doit être telle que le haut de la corde ou du câble métallique soit à 1,07m du sol.

Quand un court est utilisé pour un simple avec un filet de double, le filet doit être maintenu à une hauteur de 1,07 m au moyen de piquets de simple. Le centre de ces piquets de simple doit être situé à 0,914 m en dehors des lignes de simple de chaque côté du court.

La hauteur du filet au centre doit être de 0,914 m.


  1. La balle

Le diamètre de la balle doit être compris entre 6,35 et 6,67 cm et son poids entre 56,00 grammes et 59,40 grammes au maximum.

  1. La raquette

Le tamis de la raquette doit être plat et constitué d’un ensemble de cordes croisées.

Le cordage ne doit pas être moins dense au centre qu’en importe quel autre point. Le cadre de la raquette ne pourra dépasser 73,66 cm de longueur totale manche compris. La surface cordée ne peut dépasser 39,37 cm de longueur totale et 29,21 cm de largeur totale.

  1. Service

Dans une partie de simple le serveur ne doit pas se tenir derrière la partie de la ligne de fond située entre les lignes de côté du court de simple et du court de double.

Le service est considéré comme achevé au moment du choc de la raquette et de la balle

  1. Faute de pied

Pendant toute la durée du service, le serveur ne doit pas changer de place. Il ne doit toucher en aucun cas de ses pieds, toute partie du court autre que celle située derrière la ligne du fond.

  1. Différentes moitiés du court

En exécutant le service, le serveur doit se tenir alternativement derrière la moitié droite et la moitié gauche du court en commençant à droite dans chaque jeu. Après une faute (s’il s’agit de la première) le serveur doit servir de nouveau depuis la même moitié du court que celle d’où la faute a été commise.

  1. Le relanceur doit être prêt

Le serveur ne doit exécuter le service que si le relanceur est prêt. Si ce dernier tente de retourner le service, il est sensé avoir été prêt ;

  1. Changement de côté

Les joueurs doivent changer de côté à la fin du premier jeu, du troisième, et ainsi de suite à chaque set et à la fin de chaque set, sauf si le nombre total des jeux du set est un nombre pair.

  1. Le jeu : décompte des points

Lorsqu’un joueur gagne le point on compte 15 pour ce joueur ; lorsqu’il gagne un deuxième point on compte 30 pour lui ; la marque du troisième point est compté 40. Le quatrième point gagné par ce joueur lui donne le jeu sous la réserve suivante : si les 2 joueurs ont gagné chacun 3 points, la marque est compté 40 A et le point suivant gagné par un joueur est compté « avantage » pour ce joueur. Si le même joueur gagne le point suivant, il gagne le jeu. Si l’autre joueur gagne le point suivant la marque est comptée « égalité » et ainsi de suite jusqu’à ce qu’un joueur ait gagné 2 point successivement après l’égalité. Ce joueur gagne alors le jeu.

  1. La manche

Le joueur (ou l’équipe de double) qui gagne 6 jeux gagne une manche, sous réserve qu’il ait une avance de 2 jeux sur son adversaire, la manche doit se prolonger jusqu’à ce que cette condition soit réalisée.

Le système de « jeu décisif » (tie-break) peut remplacer le système de l’avantage, à la condition que cette disposition soit annoncée à l’avance.

Le jeu décisif intervient quand le score atteint 6 jeux partout dans une manche.

La procédure suivante doit être appliquée dans le jeu décisif : le joueur qui gagne 7 points gagne le jeu et la manche à condition qu’il ait 2 points d’avance ; le joueur dont c’est le tour de servir sert le premier point, son adversaire sert le deuxième et le troisième point, et par la suite chacun des joueurs sert alternativement 2 points consécutifs jusqu’à ce que l’un d’eux gagne le jeu et la manche. A compter du premier point, chaque service doit être effectué alternativement de la moitié droite et de la moitié gauche du court, en commençant par la moitié droite.

  1. Nombre de manches

Le nombre maximum de manches dans une partie est de 5 ; il est de 3 dans les épreuves auxquelles participent les dames. Mais la plupart des matchs hommes sont disputés en 2 manches gagnantes, c’est à dire en 3 manches au maximum.

  1. Temps de repos

Les joueurs doivent respecter la continuité du jeu 

Après une éventuelle première faute de service, la seconde balle doit être servie sans délais ; le relanceur doit s’aligner sur le serveur et être prêt à relancer quand le serveur est prêt à servir. A chaque changement de côté, il ne doit pas se passer plus d’1mn30 entre la fin du dernier point et le moment où la balle suivante est servie. A la fin de chaque set, les joueurs ont droit à un repos de 2mn.


  1. TECHNIQUE
  1   2   3   4   5

similaire:

L’invention et la diffusion d’un nouveau jeu (1874-1876) iconRésumé de l’invention

L’invention et la diffusion d’un nouveau jeu (1874-1876) iconEnquête de l' insee sur loisir fr de 1967-1988
«gentry» (bourgeoisie Any) vt diffuser des classes sociale surtt des classes laborieuses (diffusion verticales d'une classe à l'autre)...

L’invention et la diffusion d’un nouveau jeu (1874-1876) iconReglement du jeu-concours «Alexandra ledermann noel 2009» Objet
«ubisoft», et est représenté en sa qualité de Directeur Général par Geoffroy Sardin, organise un Jeu-Concours gratuit et sans obligation...

L’invention et la diffusion d’un nouveau jeu (1874-1876) iconFormulaire de Déclaration d'Invention

L’invention et la diffusion d’un nouveau jeu (1874-1876) iconReglement de jeu
«so game, le festival du Jeu Vidéo» organisé par la Société Générale aux Greniers Saint Jean le 22 octobre de 11h à 00h

L’invention et la diffusion d’un nouveau jeu (1874-1876) iconReglement du jeu-concours «les coulisses de lea passion maitresse d ecole classe verte»
«ubisoft», et est représenté en sa qualité de Directeur Général par Geoffroy Sardin, organise un Jeu-Concours gratuit et sans obligation...

L’invention et la diffusion d’un nouveau jeu (1874-1876) iconLes régimes totalitaires dans les années 1930
«homme nouveau» réduit à sa fonction sociale (mère de famille, soldat, paysan, ouvrier) et au service du collectif (Etat, Parti)....

L’invention et la diffusion d’un nouveau jeu (1874-1876) iconRésumé Poincaré et Einstein fondent leur conception de la découverte...

L’invention et la diffusion d’un nouveau jeu (1874-1876) iconRèglement du Jeu Grand Jeu Smartbox idtgv – Décembre 2015
«Participant»), à l’exclusion des personnes travaillant pour Smartbox ainsi que des membres de leur famille directe (ascendant, descendant,...

L’invention et la diffusion d’un nouveau jeu (1874-1876) iconL’invention du parlage
«Si nous n’avions eu que des besoins physiques, nous aurions fort bien pu ne parler jamais.»








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com