La deuxieme enfance ( la periode d’enfant en ecole maternelle )








télécharger 312.87 Kb.
titreLa deuxieme enfance ( la periode d’enfant en ecole maternelle )
page1/18
date de publication31.03.2018
taille312.87 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   18
Chapitre I – LES PERIODES DE L’ENFANCE
L’enfance est consideree la periode comprise entre naissance et adolescence, quand l’organisme souffre une evolution gressive, due au processus de croissance et de developpement.

Les changements d’ordre morphologique et fonctionnel, qui se passent dans un certain ordre, ont permis la classification de l’enfance en plusieurs periodes specifiques:
La premiere enfance

Cette etape est comprise entre la naissance et l’age de trois ans, quand est finie l’eruption de la dentition temporaire. C’est la periode la plus importante en ce qui concerne le developpement, la nutrition et la patologie de l'enfant.

La premiere enfance a ete divise par convention en plusieurs periodes, chacune ayant certes caracteristiques morphologiques et fonctionnelles:

1. la periode de nouveau-ne

2. la periode de nourrisson

3. la periode d’enfant de bas age
1. la periode de nouveau-ne corresponde au premieres 28 jours de vie, quand se passe l’adaptation a la vie extrauterine, avec des modifications dans la fonction de tous les organes. Les premiers 7 jours de vie sont consideres la periode perinatale;

2. la periode de nourrisson est etendue entre 1mois et 1an;

3. la periode d’enfant de bas age est etendue entre 1 et 3 ans; elle marque la fin de la premiere enfance.

La deuxieme enfance ( la periode d’enfant en ecole maternelle )


Cette periode est etendue entre 3 et 6 ans, quand est deja finie l’eruption de la dentition temporaire et l’eruption des premiers dents definitifs.
La troisieme enfance ( la periode ecoliere )

La duree de cette etape correspond a l’age de 6 a 16 ans et elle peut etre divise en:

1. la periode d’ecolierde bas age, qui commence a 6 ans et se finie a 10-11 ans pour les jeunes-filles et a 12-13 ans pour les garcons;

2. la periode de grand ecolier, qui a une duree variable par rapport au sexe et aux conditions sociales et economiques. Chez les filles elle est comprise entre 11 et 14 ans et chez les garcons entre 13 et 16 ans;

3. l’adolescence ( la periode postpuberale ) marque la fin de l’enfance et est etendue chez les jeunes filles entre 14 et 18 ans et chez les garcons entre 16 et 21 ans.

Chapitre II – LA CROISSANCE ET LE DEVELOPPEMENT

DE L’ENFANT

La croissance et le developpement sont de processus dynamiques, qui se deroulent du moment de la conception jusqu’a l’age adulte.

La croissance represente l’augmentation cantitative des cellules, des tissus et des organes du corps.

Le develeppement c’est le phenomene de modification structurelle et fonctionelle des organes et des appareils dans le but de l’adaptation aux conditions de l’environnement.

Les deux phenomenes se passent en meme temps, mais dans un rythme specifique, certes etapes etant plus rapides que les autres, ayant comme resultat la totalisation des rythmes specifiques des diverses tissus et organes.

Le mecanisme de la croissance


L’essence du processus d’accroissement s’identifie avec la synthese des protides, les elementes de base de la structure et de la diferentiation fonctionnelle des tissus de l’organisme.

La synthese des protides se passe en ribosomes. L’ADN detient et transmet l’information genetique. Il est compose par deux chaines polynucleotidiques tordues en spirales helicoidales. Les chaines polynucleotidiques sont formees par desoxiriboses et une base purinique ou pyrimidinique. Le code genetique c’est la relation entre les sequences des bases de l’ADN et les sequences des aminoacides des proteines. Le mecanisme de la synthese proteique englobe la transcription et la translation de l’information genetique. L’information genetique stockee dans les molecules d’ADN est transformee(copiee)dans l’ARN messager au niveau du nucleus. Le processus est catalyse par la transcriptase et se fait par une seule cathene de l’ADN. La composition des bases azotees de l’ARN est similaire a la moleculee d’ADN. L’ARN messager passe en cytoplasme au niveau des ribosomes.

La translation est l’operation de l’ARNm d’assemblage des aminoacides en proteines au niveau ribosomial. Les aminoacides de la cytoplasme sont actives par des enzymes specifiques, ils se lient d’ARN de tranfere et ils sont transportes dans le ribosome. L’ARNt est different pour chaque aminoacide, auquel il lui assure la transmission sur une certaine place du ribosome. Il a la forme de la lettre L, ayant au bout du chaine longue un anticodon et au bout du chaine court se trouve l’accepteur de l’aminoacide. L’ARNm dirige quel des aminoacides lies par l’ARNt y soit ajoute et la sequence de leur depot.

Le ribosome se deplace sur l’ARNm selon le modele de la roue dentee. Quand un dent du ribosome arrive devant la chaine correspondant au ARNm, l’antichaine de l’ARNt reconnait le lieu et depose l’aminoacide specifique. Le moment ou le ribosome rencontre des codons sans signification, qui n’ont pas des anticodons correspondants en ARNt, ce sont des signales de final. Les codons nonsens sont reconnus par les enzymes specifiques, qui determinent la hydrolise des liaisons entre le polypeptide et l’ARNt. Le polypeptide se detache de ribosome et il s’elibere en cytoplasme, ou il peut souffrir des hydroxilations des restes lateraux des acides amines, l’attachement des glucides pour les glicoproteines ou le groupement prostethyque aux enzymes, donc la formation de la proteine finale cellulaire.

L’hyperplazie cellulaire consiste dans la division cellulaire, ou se realise une distribution du materiel genetique aux cellules-filles.

Les cellules somatiques se multiplient par mitose quand se realise la distribution egale du material genetique aux cellules-filles.

Les cellules sexuelles se multiplient par meiose, quand la cellule-fille recoit demi du nombre des chromosomes de la cellule–mere. Le spermatozoide et l’ovule ont le materiale genetique reduit a demi. de l’union d’un spermatozoide avec l’ovule, la cellule fecundee aura 46 chromosomes.

L’hypertrofie cellulaie ou l’augmentation du volume des cellules se produit par la synthese des proteines.

La differentiation cellulaire se realise commencant d’une base determinee genethique, qui interactionne avec l’environnement. Les cellules resultees dans les premieres divisions ont un grand potential de differentiation et s'apellent cellules pluripotentes. elles evoluent vers les cellules specialisees apres l'intervention des facteurs exterieurs. Les inducteurs imposent aux cellules le choix d’une certaine evolution et ils actionnent dans une maniere precise, premierement sur la cellule pluripotente et puis on continue avec les cellules directionees. Leur action est possible seulement quand la cellule est permissive. La permissivite pour un certain conducteur est limitee en temps. Ainsi resultent les cellules stem d’origine, d’ou resulteront certes cellules specialisees. La differentiation cellulaire a comme resultat l’apparition des certais fonctions specifiques a chaque type cellulaire constitue: l’erythrocite lie et transporte les gazes en sang.
Les facteurs de croissance

Les facteurs qui influencent la croissance et le developpement de l’enfant sont endogens et exogens. Ils actionnent continuemment par un mecanisme complexe.

1.Les facteurs endogens

Les facteurs endogens totalisent les facteurs genetiques et les facteurs hormonals.
a. Les facteurs genetiques

La croissance de l’enfant est determinee du moment de la fecondation de l’ovocite et de la realisation du patrimoine hereditaire.

Les facteurs genetiques sont responsables pour les caracteres imprimes au produit de conception, et aussi de la dynamique de la croissance jusqu’a la maturite, selon le type morphologique familial. Les jumeaux monozygotes eleves en conditions d’education differentes ont un indice d’intelligence semblable.

Le premier-ne a la longueur reduite avec 1,2 cm que ses freres. L’ordre de la naissance se reflete dans la stature des freres a l’age adulte. Le gene qui controle la hauteur de l’individu est situe sur la chaine courte du chromosome X, mais les differences de hauteur des deux sexes ne sont pas liees du chromosome X. Toutes les anomalies numeriques des chromosomes autosamales sont accompagnees par la diminuation de la hauteur et par le deficit intellectuel.

L’intervention des facteurs genetiques est evidente dans l’installation precoce de la puberte chez les jeunes filles. Les cartilages de croissance des os ont une plus grande sensibilite aux oestrogenes qu’aux androgenes.
b. Les facteurs hormonals

Les hormones foetales ont un role moins important dans la multiplication des


cellules. La synthese de la hormone somatotrope et de la hormone thyroidienne est presente chez le foetus, mais son controle par les facteurs de liberation hypotalamiques fait son apparition a peine dans la periode neonatale.

Les hormones maternelles –somatotrope, glucocorticoide et mineralcorticoide-traversent dans une quantitee suffisante le placenta. L’insuline et les hormones thyroidiennes de la mere traversent en petite mesure le placenta. Les gonadostimulines placentaires actionnent sur les gonades foetales. La hormone lactogenique placentaire a une actionne semblable a la hormone somatotrope.

Apres la naissance, le systeme hypothalamohypophisaire represente un centre coordonateur de la croissance de l’enfant, en realisant un equilibre entre les glandes endocrines.

La hypophyse intervient dans la croissance par la hormone somatotrope STH produit par les cellules alpha de la partie anterieure. Elle produit la croissance en longueur des os par la proliferation des condrocites dans le cartilage serie, realisant la proliferation et la differenciation de plusieurs types de cellules. STH participe a la synthese des proteines, favorise l’introduction en cellule et la fixation des acides amines sur les ribosomes, stimule la synthese d’ADN et d’ARNm, produit la retention d’azote, d’eau et de sodium. L’action de STH sur les condrocites du cartilage de croissance se realise directement et independament face aux somatomedines. STH actionne sur les cellules jeunes en cours de differentiation(precondrocites), et les somatomedines stimulent la proliferation des condrocites avec un potentiel reduit de multiplication. Entre la hormone somatotrope et somatomedines il y a une relation de feed-back. STH induit l’elaboration des somatomedines, et celles-ci reduisent la reponse de la hormone a l’action du facteur de liberation.

La thyroide intervient par la thyroxine et la triiodothyronine. Les hormones thyroidiennes agrandissent l’activite des enzymes de la respiration, stimulent les procesus oxydatifs tissulaires, reglent la glycogenolose, stimulent la synthese des proteines et produisent la lypolise par la mobilisation des acides gras du tissu adipeux. La thyroxine produit la hypertrofie des condrocites du cartilage de croissance de l’os, la mineralisation se squelet et la croissance de la danture. Les hormones thyroidiennes agrandissent l’action de STH. En myxoedeme apparait le nanisme. La thyroide participe au developpement du cerveau et en thermogenese.

Les parathyroides actionnent par parathormone dans la calcification du squelet.

Les glandes surrenales interviennent dans la croissance par les hormones glucocorticoides et mineral-corticoides.

Les hormones glucocorticoides inhibent la croissance, activent le catabolisme des proteines et diminuent la penetration des aminoacides en cellules. Les corticoides reduisent la synthese du colagene, inhibe la proliferation et la diferentiation des condroblastes, croissent l’elimination de calcium et de potasium. La therapie avec cortison en grandes doses produit osteopenie. Les glucocorticoides inhibent l’action de la hormone somatotrope par la stimulation des inhibiteurs des somatomedines.

Les hormones mineralcorticoides stimulent la synthese de l’ADN, de ARNm et la reabsorbtion tubulaire du sodium et de l’eau.

Le tymus intervient dans la croissance les premieres mois de vie et il a une action sinergique avec STH. Il participe en immunologie ayant un role dans la maturation des lymphocites T, thymodependentes.

Le pancreas endocrine intervient dans l’agrandissement par insuline et glucagon.

L’insuline participe a la synthese de ARN, favorise la penetration des acides amines dans les cellules et a l’oxydation cellulaire de la glucose avec liberation d’energie pour la synthese proteique.

Le glucagon inhibe la croissance. Il favorise le catabolisme proteique et inhibe la glucogenese.

Les glandes sexuelles interviennent par les hormones androgenes et estrogenes.

Les hormones androgenes stimulent la proliferation des cellules du cartilage et participent a la diferentiation et a la maturation sexuelle. A la puberte les androgenes determinent le developpement des epaules et facilitent la calcification du cartilage avec la fin de la croissance staturale.

Les estrogens determinent l’elargissement du bassin a la puberte et produissent la calcification du cartilage de croissance.

2.Les facteurs exogens

Les facteurs exogens actionnent d’une maniere plus ou moins reversible sur la croissance et le developpement determine genetiquement. Ils sont nombreux et d’habitude ils actionnent ensemble. Les plus importants facteurs exogens sont: l’alimentation, le milieu geographique et le milieu social et economique, le regime affectif-educatif et les exercices physiques.

a. L’alimentation influence la croissance des la vie intra-uterine. La sous alimentation des enceintes provoque la naissance des enfants avec poids reduit. La sous-alimentation calitative de l’enceinte peut determiner des embriopaties et des foetopaties. L’alimentation post-natale doit assurer tous les elements nutritifs, plastiques, energetiques et biocatalisateurs dans un rapport optimale pour des ages differents. L’alimentation avec de lait maternel favorise le developpement par les modulateurs contenus en lait.

Les carences alimentaires produisent des troubles plus severes dans les periodes d’acroissement intense, aux nourrissons et dans la periode prepuberale. La carence alimentaire se reflexee premierement dans la croissance du poids. La sous-alimentation prolongee influence la croissance en longueur des os. Les troubles ont une influence moindre sur les filles a cause des deux chromosomes X de leur genotype, gene qui controle la hauteur etant localisee sur la chaine courte du chromosome. La carence de proteines reduit le volume des cellules. La carence energetique empeche la multiplication cellulaire. La carence de vitamines influence la multiplication et la differenciation des cellules.

La suralimentation precoce induit le systeme enzymathique de la lipogenese, qui produira l’hypertrofie des adipocites, en resultant l’obesite.

b. Le milieu geographique influence la croissance par le microclimat avec les composantes : air, soleil, lumiere, temperature, humidite, pression atmospherique, rayons ultra-violets.

Le climat tempere a l’action la plus favorable sur la croissance. Le climat alpine ou desertique est en correlation avec une taille reduite. Le poids reduit a l’accoucouchement est 2-3 fois diminue dans les localites situees a plus de 2000 metres altitude a cause de l’hypoxie. La croissance en longueur est plus grande le printemps et celle ponderale s’accelere en automne. Les rayons X et les rayons ultra-violets en doses reduites stimulent la croissance, mais en doses grandes la stoppent.

c. Le milieu social et economique influence la croissance des enfants par la situation materielle et les conditions offertes par les parents. Cette situation se reflexee dans la qualite de l’alimentation, dans les conditions d’hygiene, dans l’ambiance psychyque et dans l’acces aux facilites de la civilisation. Les conditions de logement dans une chambre separee, ensoleillee, avec temperature et humidite adequates assurent les conditions necessaires au developpement de l’enfant.

Les enfants uniques en famille ont une stature plus grande que ceux provenus de familles nombreuses. Les enfants provenus du milieu urbain sont plus grands que ceux du milieu rural. Les enfants des emigrants qui vivent dans les pays developpes ont la hauteur superieure a celle des enfants du pays d’origine.

d. Le regime affectif-educatif influence le developpement intellectuel de l’enfant.Le milieu familial calme, affectif constitue l’essence du developpement psychique normale de l’enfant. Les premiers trois ans de vie ont la plus grande importance, etant la periode quand on met les bases de l’intelligence.

Le developpement intellectuel des enfants est meilleur dans les familles avec une grande et constante preoccupation educative. Les enfants provenus de familles nombreuses ont un meilleur developpement psychique, ayant l’exemple des freres plus grands. L’adaptation scolaire des enfants qui ont frequente la jardinette est plus prompte.Dans le milieu urbain, ou l’instruction se realise a un niveau plus severe, les performances ecolieres sont superieures.

e. Les exercices physiques effectues d’une maniere correcte favorisent le developpement somatique et motrice de l’enfant. Ils activent la circulation du sang, agrandissent l’apport de l’oxygene aux tissus et facilitent la thermogenese. La nage est le sport qui developpe d’une maniere armonieuse le corps. La synthese des mucopolysaccharides est plus grande dans les articulations soumises a une force mecanique et diminue dans les paralisies. Chez les enfants immobilises en appareiles gypses apparaissent des atrophies musculaires et des courbures des diaphyses.

  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   18

similaire:

La deuxieme enfance ( la periode d’enfant en ecole maternelle ) iconComprendre la fonction de l’école Se construire comme une personne...
...

La deuxieme enfance ( la periode d’enfant en ecole maternelle ) iconEtudier le développement humain : Quelles spécificités?
«L'enfant ne sait que vivre son enfance : la connaître appartient à l'adulte. Mais qui va l'emporter dans cette connaissance, le...

La deuxieme enfance ( la periode d’enfant en ecole maternelle ) icon2 La protection de l’enfance aujourd’hui et la loi de réforme du 5 mars 2007
«l’enfance» n’est pas reconnue et dès que l’enfant n’a plus besoin de sa mère ou de sa nourrice (soit, vers l’âge de 7 ans), IL est...

La deuxieme enfance ( la periode d’enfant en ecole maternelle ) iconProjet d’accueil des enfants de moins de 3 ans à l’école maternelle
«d’enfants rois», d’enfants auxquels on ne sait pas dire non», d’enfants passant leur temps devant les écrans…

La deuxieme enfance ( la periode d’enfant en ecole maternelle ) iconLa connaissance de l’objet d’étude avec la connaissance du sujet...
«l’énergétique» du développement de l’intelligence) comme étant des «constructions» effectuées progressivement au cours de la vie...

La deuxieme enfance ( la periode d’enfant en ecole maternelle ) iconOrganisateur de temps de loisirs pour enfants et adolescents ayant...
«L'éducation ne se borne pas à l'enfance et à l'adolescence. L'enseignement ne se limite pas à l'école. Toute la vie, notre milieu...

La deuxieme enfance ( la periode d’enfant en ecole maternelle ) iconExtension de l’école La Fontaine
«Pôle Nord» s’est ouvert dans l’extension de l’école de La Fontaine (1995/1996) lorsque les classes maternelles, qui s’y trouvaient...

La deuxieme enfance ( la periode d’enfant en ecole maternelle ) iconRapport de jc ringard à propos de l'enfant dysphasique et de l'enfant dyslexique

La deuxieme enfance ( la periode d’enfant en ecole maternelle ) iconA. Absences – Marche à suivre pour signaler une absence : Prévenir...
«Le Bois Haut», dans le bâtiment de l’école et dans le cadre d’activités scolaires

La deuxieme enfance ( la periode d’enfant en ecole maternelle ) iconRelative à la protection de l’enfance
«La protection de l‘enfance et l’adoption» à l’initiative de la sénatrice Mme Michelle Meunier en s’appuyant non seulement sur le...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com