Préface de Jack London








télécharger 0.58 Mb.
titrePréface de Jack London
page1/28
date de publication15.11.2016
taille0.58 Mb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   28



Jack London

Le peuple de l’Abîme



BeQ

Jack London

Le peuple de l’Abîme

La Bibliothèque électronique du Québec

Collection Classiques du 20e siècle

Volume 106 : version 1.0

Du même auteur, à la Bibliothèque :

Croc-Blanc

Le peuple de l’Abîme

Les grands prêtres et les gouverneurs dirent alors :

« Oh, notre Seigneur et notre Maître, nous ne sommes pas coupables,

Nous avons construit comme nos pères l’avaient fait avant nous,

Regarde ton image, comme nous l’avons maintenue

Souveraine et seule, à travers tout notre pays.

Notre tâche est difficile : avec l’épée et la flamme

Nous avons défendu ton sol, et l’avons laissé inchangé,

Et de nos houlettes acérées, nous avons conservé,

Comme tu nous l’avais confié, ton troupeau de moutons. »

Alors le Christ fit venir un ouvrier,

Un homme à l’air stupide, hagard et abruti,

Et une orpheline dont les doigts décharnés

Avaient du mal à repousser la faute et le péché.

Puis il les fit asseoir au milieu d’eux,

Et comme ils rentraient les parements de leurs beaux atours

Par crainte de se salir, « Voilà, leur dit-il,

L’image que vous avez faite de moi. »

James Russell Lowell.

Préface de Jack London


Les expériences que je relate dans ce volume me sont arrivées personnellement durant l’été 1902. Je suis descendu dans les bas-fonds londoniens avec le même état d’esprit que l’explorateur, bien décidé à ne croire que ce que je verrais par moi-même, plutôt que de m’en remettre aux récits de ceux qui n’avaient pas été témoins des faits qu’ils rapportaient, et de ceux qui m’avaient précédé dans mes recherches. J’étais parti avec quelques idées très simples, qui m’ont permis de me faire une opinion : tout ce qui améliore la vie, en renforçant sa santé morale et physique, est bon pour l’individu ; tout ce qui, au contraire, tend à la détruire, est mauvais.

Le lecteur s’apercevra bien vite que c’est cette dernière catégorie (ce qui est mauvais) qui prédomine dans mon ouvrage. L’Angleterre était pourtant, au moment où j’ai écrit ces lignes, dans une période qu’il est convenu d’appeler « le bon vieux temps ». La faim et le manque de logements que j’ai pu constater sévissaient pourtant à l’état chronique, et la situation ne s’est nullement améliorée lorsque le pays est devenu très prospère.

Un hiver extrêmement rigoureux fit suite à cet été 1902. Chaque jour, d’innombrables chômeurs se rassemblaient en processions (il y en avait parfois une douzaine en même temps) qui défilaient dans les rues de Londres en réclamant du pain. Mr. Justin McCarthy, dans un article publié dans le New York Independant en janvier 1903, décrit ainsi brièvement la situation :

« Les asiles ne sont pas assez grands pour recevoir les foules de chômeurs qui viennent quotidiennement frapper à leurs portes, et demandent qu’on leur donne un toit et de quoi se nourrir. Toutes les institutions charitables sont débordées – elles ont épuisés leurs ressources en ravitaillant les habitants affamés des caves et des greniers des rues et des ruelles de Londres. Les succursales de l’Armée du Salut, dans les différents quartiers, sont assiégées par la horde des sans-emploi et des affamés, et n’ont même plus de quoi leur procurer le moindre abri et le moindre secours. »

On m’a reproché d’avoir brossé de Londres un tableau noirci à souhait. Je crois cependant avoir été assez indulgent. L’idée que j’ai de la société est moins axée sur les partis politiques que sur les individus qui composent cette société. Cette dernière est en perpétuelle évolution, tandis que les partis s’effritent et deviennent rapidement bons pour la poubelle. Tant que les hommes et les femmes de l’Angleterre feront preuve de cette bonne santé et de cette belle humeur qui les caractérisent, l’avenir est pour eux, à mon avis, florissant et prospère. Mais la plupart des groupements politiques qui gèrent si mal les destinées de ce pays sont – et, là aussi, c’est mon opinion – destinés à la décharge publique.

Jack London

Piedmont, Californie

I



  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   28

similaire:

Préface de Jack London iconDj jack, dj mix, G. Boby, etc
«Banda Rèd». Heure : en soirée. Lieu : Hôtel Oloffson, Terminus avenue Christophe

Préface de Jack London iconGarner Philppe. Emile galle. Ed anglaise, 1976, Academy ed. London....

Préface de Jack London iconPreface

Préface de Jack London iconPRÉface

Préface de Jack London iconPréface

Préface de Jack London iconPRÉface

Préface de Jack London iconPRÉface

Préface de Jack London iconNotre préface

Préface de Jack London iconQuand les compagnons du Groupes Fresnes-Antony de la Fédération Anarchiste...

Préface de Jack London iconPRÉface
«et du général Ludendorff»; Ludendorff dit : moi, et, neuf fois sur dix, IL ne fait mention d’aucun autre








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com