AIntroduction François Dupont








télécharger 136.99 Kb.
titreAIntroduction François Dupont
page3/10
date de publication18.05.2017
taille136.99 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

BThéorie freudienne de la connaissance




  1. Pulsion et relation d’objet


Classiquement, si l’on prend pour modèle, par exemple, ce qu’en dit Pierre Marty 5 la chiquenaude initiale de l'évolution d'un être vivant est impulsée par le programme génétique, puis vectorisée par un capital pulsionnel originaire dont la quantum est individuel (d’où proviendrait la résilience »6), enfin et surtout l’environnement maternel, puis social. Cette poussée évolutive suit un trajet dit faisceau central commun, permet à l’enfant de traverser les différentes étapes de son développement. Du côté de la libido, ce seront les stades connus de la sexualité infantile (oral, anal, phallique). Du côté de la relation d’objet, ce seront les périodes de l’auto-érotisme, du narcissisme, de l’œdipe, ce dernier étant considéré comme "la pointe évolutive" en ce sens que le système relationnel œdipien une fois acquis (la triangulation, le refoulement) va permettre l’installation des applications culturelles. Le « déclin de l’œdipe »7, savoir la période chaude du complexe, aboutit à la constitution d’une capacité de refoulement fonctionnelle, d’un surmoi stable et souple, ouvre la période de latence et, théoriquement, la symbolisation secondaire desexualisant partiellement l’envie de savoir, ouvrant aux apprentissages scolaires.

Mais une poussée contre-évolutive exerce une force contraire au fil de ces différentes étapes. Elle est constituée de trois occurrences : le trauma, la maladie, la vieillesse. Ces trois circonstances contre-évolutives génèrent un sous-produit commun : l’angoisse. L’émergence de cet affect de base est un traitement émotionnel des données de l’environnement, très rapide, en attente d’un traitement cognitif (exigence représentative) beaucoup plus long. Si cette poussée contre évolutive est forte (trop d’excitation), elle provoque des fixations, aires de repos utiles en cas de régression. L’évolution peut reprendre, au delà de ces palliers de fixation-régression, et regagner le fasceau central commun (refoulement, névroses). Cette évolution peut ne jamais rejoindre le faisceau central commun et constituer des dynamismes parallèles (clivage, perversions, psychoses).

    1. Trauma, refoulement, latence


Je ne reprendrai pas en détail ici ce concept de refoulement, concept central de la psychanalyse. Gérard Pirlot a remarquablement développé lors de la conférence publique de novembre 2010 ce monument métapsychologique consubstanciel de la psychanalyse. Gérard Pirlot a bien rappelé la place spécifique du refoulement dans ce « moteur à quatre temps » du fonctionnement psychique dont parle Jean Cournut8 : affect-représentation-refoulement-symbolisation. Cette séquence se compare à celle de Damasio9 : perception-émotion-image-sentiment.

Un représentant-représentation (l’élément idéationnel du représentant pulsionnel, par opposition à l’autre élément constitutif de la pulsion qu’est l’affect) est refusé par le conscient et est stocké dans l’inconscient. L’affect déconnecté de sa représentation va générer l’angoisse, et c’est lui qui va servir d’amorce à l’envie de savoir. Sauf qu’à la période de latence, du fait de la désexualisation des relations d’objet suite au renoncement au désir incestueux, cette capacité nouvelle de refoulement, solution provisoire nécessaire au maintien de la relation d’objet, va s’intensifier et favoriser l’identification. Il ne s’agit plus d’être tout contre la maîtresse mais de faire comme elle (comme elle dit, en fait, exécuter la consigne). Passer du toucher/collé au copier/collé, au contrôle de la motricité, à l’attention auditivo-verbale et visuelle, la mémoire de travail, la mémoire à long terme. L’enjeu fondamental de l’œdipe, aimer sans toucher, c’est-à-dire cet interdit incestueux qui oblige l’enfant à désinvestir le corps à corps avec l’objet, le « corps pour deux », le contact sexuel en terme d’adhésivité, sera exploité dans la période de latence. Renoncer à l’amour passionnel soulage, économiquement parlant, et réorganise les investissements. Cette période voit se décupler les réseaux de la cognition. Cette transformation des investissements d’objet propre à la période de latence, à partir de l’identification aux parents, puis à leurs substituts, permet le développement de la sublimation. Le soma solide devient gazeux sans passer par le fluide sexuel. L’enfant découvre la liaison bluetooth, le réseau sans fil avec la base. Ce qui est latent, dans la période de latence, c’est le désir incestueux, intact à sa source mais qui attend son heure. L’enfant entre dans les apprentissages scolaires, las de la bataille incestueuse, mais ne se résigne pas vraiment ; il reprend des forces.

Rémy Puyuélo10 préfère parler de « mouvement de latence », mettant l’accent sur cet élément dynamique. Cette invisibilité de l’élément comportemental de la pulsion, la décharge par l’acte indique que l’élément sublimatoire dirige le mouvement pulsionnel de la latence vers la symbolisation, la cognition. À l’adolescence, moment où la réalisation de ce désir sexuel incestueux peut s’agir de nouveau, la capacité de refoulement, découverte au décours de l’œdipe, confirmée dans la période de latence grâce à l’investissement des apprentissages scolaires, est la garantie de l’intégration groupale. À l’adolescence, la liaison bluetooth, réservée à la base, devient wifi, ouverte au réseau universel. Sous réserve que l'enfant ait préalablement résolu l'énigme de la question des origines. À l’adolescence, le lobe préfrontal est au maximum de son développement et va pouvoir gérer l’immensité virtuelle des représentations et des affects.

Que le refoulement intervienne comme censure active, instance de triage dont le discriminant est sexuel et qui, de la mémoire à court terme, autorise ou pas l’inscription dans la mémoire à long terme en lien avec le travail du rêve, ceci est évidemment refusé par les cognitivistes. Le concept de refoulement reste au cœur de la querelle aves les neurocognitivistes tels que Olivier Houdé11, Lionel Naccache12, Stanislas Dehaene13. Pour Lionel Naccache le filtre est la capacité d’attention soutenue qui travaille sur le seul facteur quantitatif. Il est en soi passif et n’a aucune compétence pour intervenir sur la qualité du contenu à mémoriser. Seule la conscience ordonne, pour cet auteur, la mémorisation des concepts et le « nouvel inconscient » est limité aux routines cérébrales, à l’automation.

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

similaire:

AIntroduction François Dupont iconCours de Laurence Dupont I le monde microbien

AIntroduction François Dupont iconVille de saint francois

AIntroduction François Dupont iconFrançois mitterrand (1981-1995)

AIntroduction François Dupont iconMaxime – Mohamed – Tom – Jean-François

AIntroduction François Dupont iconScan, ocr, corrections & mise en page : François Roduit 2012

AIntroduction François Dupont iconLe programme de François Fillon : fonctionnaires, retraites, tva, éducation, famille…

AIntroduction François Dupont iconJean François carlot, Docteur en Droit, Avocat la responsabilite des entreprises

AIntroduction François Dupont iconLa viande in vitro bientôt dans notre assiette ? Avec Hanni Rützler,...

AIntroduction François Dupont iconMesdames, Mesdemoiselles, Messieurs
«plongeon», derrière la Mairie. Une arrivée d’eau l’oblige à tout abandonner. François decitre reporte alors les travaux plus à l’Ouest...

AIntroduction François Dupont iconUniversels, les droits de l’homme ? (Article de François Jullien...
«non finie». «Sans doute le plus mauvais de tous les projets est peut-être celui qu’on a adopté (2)», confie l’un d’eux au soir de...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com