Introduction : qu’est-ce que la communication ?








télécharger 0.69 Mb.
titreIntroduction : qu’est-ce que la communication ?
page3/11
date de publication17.05.2017
taille0.69 Mb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

3. Quelles circonstances (et relations logiques) les suboredonnées conjonctives suivantes expriment-elles ? Soulignez les conjonctions de subordination. Reformulez chacune des phrases en faisant disparaître la conjonction.


  1. Roger va me prêter cette revue après qu’il en aura terminé la lecture.

  2. Il patine trop lentement pour que nous le fassions jouer.

  3. Ne débranche pas le téléphone au cas où nous recevrions un appel important.

  4. On m’a conseillé d’installer des coupe-froid de façon que je réduise les coûts de chauffage.

  5. Il acceptera ce poste à moins qu’on lui en propose un autre plus intéressant.

  6. J’aiderai à condition que tu fournisses un effort préalable.

  7. L’autobus circule sur de courtes distances alors que l’autocar parcourt de longs trajets.

  8. Vu qu’elle ne voulait pas se compromettre, elle n’est pas venue.

  9. Je vais étudier avec sérieux de sorte que ma note d’examen sera excellente.

  10. La visibilité est assez mauvaise pour qu’il y ait des accidents.


4. Quelles circonstances (et relations logiques) les groupes prépositionnels suivants expriment-ils ? Soulignez les prépositions ou locutions prépositives.


  1. Voyez les aspects positifs de cette épreuve afin de ne pas vous laisser décourager.

  2. Au moment de mourir, il a fait une révélation renversante.

  3. Les forêts dépérissent sous l’action des pluies acides.

  4. Grâce à une augmentation, je m’achèterai une nouvelle voiture.

  5. Il travail assez pour réussir.

  6. Sans être fortunée, cette famille a toujours fait preuve de générosité.

  7. Dans cette ville, la pollution est importante.

  8. Pour améliorer sa qualité de vie, il est prêt à changer de métier.

  9. Je lui ai envoyé le colis par avion.

  10. Elle a envie d’entreprendre la saison avec sérénité.


5. Quelle circonstance chacune des phrases suivantes exprime-t-elle ? Par quel moyen d’expression ? Soulignez-le. Proposez une autre formulation. Est-elle plus économique ?


  1. Le blessé, qui avait perdu beaucoup de sang, mourut avant l’arrivée des ambulanciers.

  2. Je ne sais pas ce qui se passera demain. Mais pour le moment, je suis toujours là.

  3. Si la culture n’a pas de prix, elle a cependant un coût.

  4. Suppléant congédié pour avoir rudoyé des élèves.

  5. Les tâches assignées, on s’est mis au travail.

  6. Les enfants ont crié de sorte que leur père s’est réveillé.

  7. Devant son refus obstiné, nous avons changé nos projets.

  8. Je montrais ma force par l’autorité de mon regard.

  9. L’enfant a remis le bibelot à sa mère de peur de l’importuner.

  10. Pour avoir travaillé beaucoup, elle a atteint les résultats escomptés.




  1. Reliez les propositions suivantes en fonction des relations qu’elles expriment. Variez les procédés.




  1. Il n’a pas arrosé la plante ; elle est morte.

  2. Je poursuis mes études ; je veux améliorer mes connaissances.

  3. Je pratique un sport ; je veux devenir musclé.

  4. Le mélange a refroidi ; nous allons pouvoir l’administrer au patient.

  5. Le jour se lève ; le campement s’éveille.

  6. Son premier roman parut ; il eut du succès.

  7. Nous aurions gagné le premier prix ; nous serions partis en vacances.

  8. Nous vous communiquons les résultats ; vous le souhaitez.

  9. Il mange beaucoup ; il est maigre.

  10. Elle a rendu visite à sa tante ; elle est malade.

  11. Elle est partie en vacances ; elle veut se reposer.

  12. Elle maigrit ; elle mange de manière équilibrée.

  13. Elle est heureuse ; elle a beaucoup de problèmes.

  14. Son fils réussit ses examens ; elle lui offrira une belle récompense.

3. La lisibilité des écrits administratifs (3)
Qu’est-ce qu’un discours intelligible ?
Tout autant que la langue, le contenu doit être facilement intelligible.
FACILITER L’ACCÈS AU CONTENU


  • Annoncer la structure du discours

      • par l’utilisation de titres et de sous-titres

      • par l’emploi de mots-substituts, par la répétition de l’information

      • par l’utilisation de mots-liens, de mots-charnières

      • par une présentation matérielle (taille des éléments graphiques ; numérotation des titres)


- Réduire le degré d’abstraction

      • par l’exemple

      • par la narration et la description

      • par la comparaison et la métaphore


- Réduire la densité

      • par la limitation du nombre d’informations

      • par le dosage du nombre de concepts nouveaux

      • par l’utilisation « visuelle » de la page

      • par l’illustration


Analyse d’exemples d’enchaînement des phrases – synthèse des procédés (emploi des mots-substituts)


    1. Après une période d’humanisme rayonnant, la France et l’Europe connaissent, à partir de 1550, le drame des guerres de religion. Celles-ci minent la confiance en l’homme et l’espoir en une possible conciliation des croyances philosophiques. Elles mettent au quotidien, sous les yeux de tous, le spectacle de la mort. Elles ruinent l’économie, déjà affectée par une augmentation des prix due à l’afflux de l’or américain. Elles renforcent les effets dramatiques de fléaux récurrents comme la famine et la peste.




    1. Une nouvelle génération d’ordinateurs de bureau a inondé le marché. Le moniteur est plat…




    1. Qu’il soit perçu comme lâche ou héroïque, le suicide fascine.




    1. Les romans populaires du XIXe siècle étaient publiés dans les journaux sous la forme de feuilletons. Ils aiment que ça se termine bien.




    1. Les best-sellers sont des livres généralement mis en vedette par la publicité, placés en évidence dans les grandes surfaces, les hypermarchés du livre, voire dans certaines librairies. Celui qui l’achète réagit à des sollicitations commerciales et il arrive souvent qu’en le lisant ils soient déçus. Les personnes qui en lisent ne sont pas nécessairement des faibles lecteurs. Ils ne résistent pas au matraquage, voilà tout.


Exercices


    1. Dans les phrases suivantes, décelez les procédés qui ont permis de reprendre des informations.




  1. Ses élèves ont bien travaillé. Ces enfants méritent une récompense.

  2. Je vis un petit homme à fortes moustaches qui battait furieusement du tambour. L’instrument me parut énorme.

  3. En reclassant ses disques, Daniel a pris la décision de vendre ceux qu’il n’écoute jamais.

  4. Il lui avait offert un bouquet de roses. Fait étonnant, ces fleurs ne se fanaient pas.

  5. Le propriétaire de l’immeuble où j’habite a convoqué tous les locataires à une réunion. Il voulait entretenir son auditoire de nombreux projets. Croyez-le ou non ce beau parleur a réussi à nous convaincre qu’une hausse des loyers serait tout à notre avantage.




    1. Quels mots assurent la cohésion logique de ces citations. Précisez leur catégorie ainsi que le rôle de chaque phrase par rapport à la précédente.




  1. Les journaux veulent plaire. Ils veulent donc publier des articles que le lecteur désire lire. Or ce lecteur n’est pas naturellement porté vers l’effort intellectuel. (Guyau)

  2. Ils savent des choses que leurs parents ignorent certainement. Par exemple, ils savent reconnaître une grenouille rousse d’une grenouille verte. (Rostand)

  3. C’est là le crime de notre société. Sa « politique de la vieillesse » est scandaleuse. Mais plus scandaleux encore est le traitement qu’elle inflige à la majorité des hommes au temps de leur jeunesse et de leur maturité. (de Beauvoir)

  4. Un métier est une chose sacrée. Il est inséparable de l’homme au même titre que sa femme. Par sa femme, l’homme procrée et se perpétue. Par son métier, il crée et son œuvre le perpétue aussi. (Barrault)


3. Quel est le rôle logique de chaque phrase par rapport à celle qui précède. Reliez-les par le mot-outil qui convient : c’est-à-dire, en effet, mais, c’est pourquoi, en revanche.


  1. Les producteurs de céréales furent les premiers à prendre de longues vacances. / L’éleveur, généralement moins riche, est constamment tenu par le soin des bêtes.

  2. Le voyage est devenu une affaire de marchands. / Chaque année plus de soixante millions d’Occidentaux prennent des vacances dans un pays en voie de développement. (Mestiri)

  3. Je sais bien que tout le monde ne peut pas être le premier et que certains même n’en ont pas envie. / Le rôle de l’enseignant est de faire que le plus grand nombre possible d’enfants ait cette envie. (de Romilly)

  4. C’est un fait que le progrès des sciences et des techniques, au moins depuis l’âge moderne, s’est opéré par accumulation. / Ce qui est inventé n’est jamais oublié et les nouveaux perfectionnements viennent s’ajouter aux anciens. (Domenach)

  5. Le vocabulaire des journaux est vague, impropre, sans saveur et sans pouvoir d’évocation active du vrai. / les mots perdent leur force et leur délicatesse d’appel. (de Rougemont)


4. Dans ce paragraphe, les phrases ont été déplacées. Remettez-les à leur place en vous aidant des relations logiques qui les relient.


  1. Et pourtant, depuis quelques années, ils sont des millions à vivre dans l’illettrisme et cette maladie culturelle tend à se répandre comme une épidémie.

  2. Ce n’est sans doute pas si simple…

  3. Chaque citoyen, dans ses activités de tous les jours ; recourt à l’écrit sous ses formes les plus diverses.

  4. Ecartés, dans les faits, de la démocratie, ils demeurent à la merci de toutes les manipulations politiques.

  5. Vivre sans l’écrit paraît inconcevable car il occupe, dans les pays industrialisés, une place prépondérante.

  6. Ces laissés-pour-compte du savoir et de la culture vivent dans le mépris d’eux-mêmes, dans les soutes de la société ?

  7. En Grande-Bretagne, par exemple, on compte plus de trois millions d’illettrés.

  8. En France, ils sont quelque cinq millions.


(Ramonet, Le Monde diplomatique, mai 1988)


  1. Dans ce texte, les mots-outils en tête de phrase ont été supprimés. Rétablissez-les comme il convient de façon à rendre plus explicites les relations logiques entre les phrases.

Mots-outils : en effet, or (2 X), pourtant, même de plus, mais.
Un établissement scolaire est un milieu conçu et organisé par les adultes pour transmettre à leurs successeurs les connaissances qu’ils estiment indispensables. …………, pour les jeunes qui le fréquentent, c’est aussi tout autre chose : c’est un lieu de vie et de rencontre. …………… c’est l’endroit où se passe le plus clair de leur temps. ………… la vie d’un jeune ne se réduit pas à l’acte d’apprendre. C’est …………, dans bien des cas, le cadet de ses soucis. Il y a ………… tant de choses à découvrir et à craindre à cet âge. ………… cette dimension – essentielle de la vie des adolescents – n’est nullement prise en compte par le collège. L’éducation ne s’occupe pas de « cela ». C’est ………… « cela » - ce bouillonnement affectif, ce choc des personnalités en gestation – qui exerce sur l’institution scolaire une pression qui parfois la fait trembler.



  1. Retrouvez l’ordre logique des phrases et précisez le rôle de chacune d’elles par rapport à la précédente.




  1. On fait de même pour les esprits.

  2. On leur fait comprendre, également, dans les disciplines littéraires, les sentiments, les émotions qui se sont fait jour avant eux chez des hommes de toute espèce.

  3. Culture et éducation sont synonymes.

  4. Les cultiver, ce n’est donc pas autre chose que développer leurs qualités d’hommes, qualités qu’ils emploieront ensuite comme ils voudront.

  5. On cultive des plantes, des arbres.

  6. On les rend aussi capables, par le contact des exemples et l’exercice de la critique, de s’exprimer avec plus de force, de rigueur et d’éclat.

  7. Cela veut dire qu’on leur fournit ce qui est nécessaire à leur épanouissement les nourrit, on détruit les mauvaises herbes qui les gêneraient ou les étoufferaient…

  8.  : on leur fournit leur nourriture – c’est-à-dire que l’on développe, à travers toute discipline, quelle qu’elle soit, leur aptitude au raisonnement, leur connaissance des problèmes, leur expérience des solutions déjà tentées.



7. a. Des trois paragraphes suivants, indiquez : lequel commente un fait, lequel développe une idée, lequel répond à une question posée.

b. Indiquez lequel des mots suivants convient pour caractérise la présentation de chacun de ces paragraphes : « morcelée » - « monolithique ».

c. Relisez le paragraphe qui développe une idée et relevez-y deux termes de liaison marquant l’opposition entre deux faits, puis deux autres termes marquant la conséquence.

d. Relisez le paragraphe qui commente un fait et dites dans quel ordre se succèdent les différents éléments du commentaire ; les voici présentés pêle-mêle ci-après : a) expansion du fait ; b) naissance du fait ; c) modalités d’existence du fait actuellement ; d) modalités d’existence du fait dans le passé.
Paragraphe 1
Notre conception du travail est réellement aberrante. Il nous paraît normal qu’une profession soit d’autant plus dévaluée qu’elle est pénible. Plus un métier est sale, répugnant, contraignant, moins il est considéré sur le plan social moins il est rémunéré. Ainsi, chacun admet que l’éboueur soit au bas de l’échelle, puisqu’il accomplit de viles besognes. En revanche, le directeur commercial est grassement payé, dispose d’un bureau moquetté de 40 mètres carrés, puisqu’il accomplit un travail passionnant. Il est donc assez naturel que les jeunes Français qu’on a pris la peine d’instruire n’aient aucune envie de se consacrer aux basses œuvres de la production. Ils préfèrent être chômeurs plutôt qu’O.S. Aussi manque-t-on de travailleurs manuels, alors que demeurent inemployés de nombreux jeunes, plus ou moins « littéraires ». Il faut rétablir la vérité du travail. Celle-ci exige qu’une tâche soit rémunérée en fonction de sa pénibilité et de son utilité. (François de Closets, Le Bonheur en plus, Ed. Denoël)


Paragraphe 2
A quoi sert un chercheur ? Avant tout à satisfaire un besoin de l’homme, besoin aussi dévorant que la faim et la soif : celui de comprendre le monde dans lequel il est plongé. Toute société humaine s’efforce de fournir une réponse aux questions que chacun de nous se pose sur ce qu’il est, sur ce qu’est le monde animé ou vivant qui l’entoure, sur son passé, sur son avenir. Or la science apporte une des réponses possibles. Le chercheur joue donc le même rôle que le boulanger : il contribue par son travail à apaiser, provisoirement, une faim. (Albert Jacquard, Le Monde, 19 mai 1976)
Paragraphe 3
Il y a 65 ans, un jeune maître d’école allemand créa la première auberge de jeunesse, sur les bords de collines et de bois. Le mouvement des auberges de jeunesse se répandit ensuite progressivement à travers l’Europe. Sur les routes et les chemins, la vue des jeunes avec un sac à dos devint familière. Les auberges avaient une atmosphère amicale, sans formalités : on n’y faisait pas de distinction entre riches et pauvres, entre étudiants et ouvriers, entre Allemands et Français. Dans les 4364 auberges qui existent à travers le monde, la fraternité est maintenant tenue pour acquise entre tous les hommes. (Graham Heath, Courrier de l’Unesco, novembre 1974)
8. Le paragraphe suivant est consacré au commentaire d’un fait.

    1. Relevez la phrase qui énonce le fait.

    2. Pour commenter ce fait, l’auteur dispose de plusieurs éléments. En voici six ; l’un d’eux n’est pas employé : trouvez-le :

  • personnages concernés par le fait

  • causes du fait

  • manière dont il se déroule

  • conséquences du fait

  • opposition au fait

  • perspective d’avenir du fait

c. Portez en regard de chaque élément utilisé par l’auteur les informations qu’il apporte. Ex. : Personnages : « appelants » : adolescents, vieillards isolés, etc. ; « appelés » : personnes bénévoles, équilibrées…
La parole libératrice
En cinq ans, le nombre des appels téléphoniques reçus par S.O.S. Amitié a doublé. De l’adolescent déprimé au handicapé isolé, de la femme mariée qui ne parvient plus à communiquer avec son mari au vieillard qui ne parle à personne, la diversité des « appelants » est telle qu’aucun âge, aucun sexe aucun milieu social, n’est absent. Jour après jour, les câbles de téléphone tissent une sorte de filet de la solidarité discrète. Grâce à S.O.S. Amitié, chacun est assuré qu’au pire moment, il y aura encore, 24 heures sur 24, plusieurs centaines de personnes disposées à écouter. Les artisans de ce service ne peuvent pas être des professionnels. Leur recrutement est sélectif et vise à assurer l’hétérogénéité des équipes dans chaque ville. Recrutés autant que possible en fonction de leur équilibre personnel, ces « écoutants » restent en moyenne quatre ans dans le mouvement. Leur activité est bénévole et limitée dans le temps. C’est un moment de leur vie. (in Le Monde, 3 juin 1977)


  1. a. Les trois paragraphes ci-dessous développent la même idée : « Par son caractère instantané, l’information influe bien souvent sur l’événement qu’elle présente. ». Quel processus (exemple, anecdote ou argumentation) est utilisé dans chaque paragraphe pour développer l’idée ?

b. Le paragraphe dont l’idée est développée par l’argumentation utilise deux termes de liaison qui ont respectivement cette valeur : a) addition d’un argument avec un autre ; b) introduction d’une conséquence. Trouvez ces termes.
Paragraphe 1
Il ne saurait en être autrement. Des dizaines de satellites dominent aujourd’hui notre globe, posant implacablement sur lui les regards de leurs caméras. Rien ne leur échappe ; le moindre événement est immédiatement repéré. D’autre part, les systèmes de communication sont tels que la transmission d’une information suit instantanément son repérage. Ainsi, le public est-il averti d’un événement au moment même où celui-ci commence à se produire. Rien d’étonnant, en ce cas, à ce que les réactions du public interviennent parfois avant même que l’événement ne se termine. Il n’est pas rare alors qu’elles infléchissent son cours. Et c’est ainsi que l’information, par son caractère d’instantanéité, peut modifier le fait même qu’elle annonce.
Paragraphe 2
Jadis, la nouvelle cheminait lentement. On sait qu’en 1821 la mort de Napoléon ne fut connue à Paris que près de trois mois après qu’il eut rendu à Sainte-Hélène le dernier soupir, et près d’un an plus tard seulement en province. Avec la radio et la télévision, la relation et la télévision est devenue instantanée. En 1969, des centaines de millions de téléspectateurs de plus de trente pays ont pu assister aux premiers pas de l’homme sur la lune. A ce stade, la diffusion des faits commence d’influer sinon sur ces faits eux-mêmes, du moins sur leurs conséquences immédiates. Et ce n’est pas tout. En France, dès avril 1961, les transistors des soldats d’Algérie contribuaient puissamment à empêcher l’armée de basculer du côté des généraux révoltés. Et plus encore, en mai 1968, les récits haletants des radioreporters sur le fond sonore des affrontements ponctués par le bruit des explosions précipitaient vers le Quartier Latin des milliers de Parisiens, et donnaient à ce qui aurait pu n’être qu’une bagarre d’étudiants le caractère d’une émeute. Ainsi l’information sur les ondes, par son instantanéité, ne modifie plus seulement la suite, mais la nature même de l’action qu’elle annonce.

P. Viansson-Ponté, « Informer, c’est agir », Le Monde du 23 octobre 1972.
Paragraphe 3
Pierre est directeur d’une chaîne radiophonique. A tout instant, les téléscripteurs de sa station vomissent les nouvelles provenant de grandes agences de presse : France-Presse, Havas, Tass, etc. Soudain, une nouvelle tombe sur les téléscripteurs : la Vierge serait apparue à une enfant dans un petit village du Cantal. Pierre donne l’ordre de diffuser l’information. Aussitôt, des centaines de personnes montent dans leur voiture et convergent vers le village en question. Bientôt, elles sont des milliers. Certaines sont sceptiques, d’autres croient fermement ; d’autres encore, influencées par ce grand rassemblement populaire, subissent les effets de la foule et du caractère insolite de l’événement : elles croient voir des signes surnaturels : une croix lumineuse dans le ciel, le visage de la Madone dans un nuage. Bientôt, ce qui n’était peut-être que l’illusion d’un enfant, ou à tout le moins un fait qui requérait prudence et vérification, devient un événement considérable, incontrôlable. L’information, par son instantanéité, a modifié l’événement même dont elle vient de rendre compte.



  1. a. Indiquez si le paragraphe qui suit démontre par l’exemple, l’argumentation ou par l’anecdote l’idée qu’il développe.

b. Relevez la phrase à partir de laquelle l’auteur généralise.

c. La formulation de l’idée comporte le mot « précipitation ». Relevez dans le paragraphe tous les mots évocateurs de vitesse et classez-les à l’aide de la grille ci-dessous. Tirez-en ensuite une conclusion sur la façon dont on peut développer une idée en s’aidant du vocabulaire.



ADVERBES


VERBES


ADJECTIFS


NOMS




Nos contemporains souffrent de précipitations chroniques. Voici une jeune secrétaire parisienne qui s’éveille. A peine debout, elle prend hâtivement son petit déjeuner, s’habille promptement, puis dévale l’escalier de son immeuble tant elle a peur de manquer le métro de huit heures. C’est d’un pas vif qu’elle parcourt le couloir de sortie du métro, puis la distance qui la sépare de son entreprise. Il ne lui reste en effet que dix minutes pour être à l’heure. A 8 heures 30, la journée professionnelle commence. Machines, claviers, téléphones ne cessent de fonctionner sur un rythme trépidant. A midi, c’est la pause rapide de la « journée continue ». On mange en trente minutes. Puis, l’activité professionnelle reprend avec la même densité et selon la même cadence. Télex, lettres, dossiers : tout est « pressé ». 16 heures 30 voit notre jeune femme refaire d’un pas alerte le chemin qu’elle a parcouru le matin. Il lui faut être, en effet, à 17 heures dans son quartier pour suivre l’entraînement du club sportif auquel elle adhère (quand on a la chance d’appartenir à la « civilisation des loisirs », on se doit d’en profiter !) : c’est le retour au logis, et la prise en main des activités ménagères. Il faut faire vite car il y a un beau film à ne pas manquer à la télévision. La nuit vient, et notre secrétaire cherche vainement son sommeil. Son système nerveux, éprouvé par la hâte, ne sait plus se relaxer. Alentour d’elle, des centaines de Français souffrent du même mal et pensent comme elle « Je suis fourbue ! » Leur « overdose » de précipitation quotidienne les a usés.


  1. a. Le paragraphe ci-dessous développe au moyen d’exemples l’idée qu’il énonce. Citez les trois domaines dans lesquels se situent les exemples pris par l’auteur.

  1. Relevez les termes qui introduisent la phrase qui conclut.

  2. Dites à quoi servent les trois groupes nominaux apposés dans la dernière phrase (« … ses goûts, son besoin de s’identifier, son idéal »).


La jeunesse ressemble au caméléon : elle est changeante. La vie courante en donne de multiples exemples. Il n’est que de regarder d’abord la tenue vestimentaire des jeunes pour s’en convaincre. Ce sont eux qui suivent hardiment les changements de formes et de couleurs proposés par les modélistes. D’ailleurs, les couturiers ne changent aussi souvent la mode que parce qu’ils connaissent bien ce goût de la jeunesse. La vie familiale en donne d’autres exemples. Les parents aménagent leur habitat en vue d’une période assez longue, alors que les jeunes changent fréquemment la décoration de leur chambre et la disposition de leur mobilier. Les parents sont attachés aux traditions, quand leurs enfants affichent vis-à-vis d’elles une totale liberté. Ils les agréent ou les renient, selon le cours de leur évolution. S’ils ont ce comportement, c’est qu’ils refusent de copier les adultes, d’être seulement les héritiers de leurs parents. Ils veulent que leur génération change de style, qu’elle ait son identité propre. Il en va de même dans la politique. Les jeunes désirent changer la société, la remodeler selon leur foi. L’autre soir, dans un reportage télévisé sur un pays en crise, on interviewait un adolescent. Souriant, malgré la mort qui l’entourait, ce jeune disait son espoir en un changement de société. Sa lutte était portée par sa foi en un monde meilleur. On le voit, le besoin de changement est inhérent à la jeunesse. Tout l’y porte : ses goûts, son besoin de s’identifier, son idéal.



  1. a. Indiquez le processus de développement utilisé par l’auteur dans le paragraphe ci-dessous : s’agit-il de l’exemple, de l’anecdote ou de l’argumentation ?

b. Résumez en une phrase chacun des éléments employés par l’auteur pour montrer que : « La formation se doit de préparer les jeunes à l’adaptation » (Ex. : Elément 1  les techniques évoluent).

c. Relevez les termes de liaison qui marquent, au sein du paragraphe, l’expression des rapports logiques suivants :



CAUSE




CONSEQUENCE




OPPOSITION






  1. Dans la phrase suivante, indiquez si « or » marque une opposition entre des faits ou, au contraire, une concordance : « Qui ne s’adapte pas est voué à l’échec : or, l’adaptation est rarement innée chez les êtres. »

Quelle que soit la branche professionnelle dans laquelle elle s’exerce, la formation se doit de préparer les jeunes à l’adaptation. En effet, les techniques évoluent constamment, modifiant les machines et les méthodes de travail. Un même métier est appelé à se transformer au cours des années, au point de s’en métamorphoser parfois. Dès lors, qui répugne à sortir de son sillon routinier, qui ne se sent pas à l’aise hors de l’activité à laquelle il s’est habitué, est voué à l’inadaptation, avec tout ce qu’il comporte d’angoisse et d’incompétence. Par ailleurs, l’évolution des techniques entraîne la suppression de certains métiers et la naissance de fonctions nouvelles ; or une personne dont la profession disparaît doit être capable d’en exercer une autre sous peine de connaître le chômage. Cette reconversion ne sera pas seulement fonction de connaissances nouvelles, elle dépendra aussi de la capacité de l’individu à s’adapter au changement. Enfin, les progrès fantastiques des moyens de communication et de transport font que l’activité industrielle et commerciale est de plus en plus multinationale. La plupart des grandes entreprises ont des succursales dans les différents pays, voire dans divers continents, si bien que leur personnel est parfois appelé à travailler à l’étranger. Cela implique changement d’environnement, de civilisation, de méthodes de travail. Ici encore, qui ne s’adapte pas est voué à l’échec. Or, l’adaptation est rarement innée chez les êtres. A l’inverse de certaines espèces animales, les humains ne sont guère migrateurs. Tout les porte, au contraire, à se fixer en un lieu et à se créer des racines. Dès lors, l’adaptation au changement requiert préparation, et celle-ci doit intervenir très tôt, dès la jeunesse, comme tout apprentissage essentiel. C’est donc à la formation de l’assurer.

CHAPITRE 2 : La correspondance


  1. Quelques consignes de présentation




  • En situation professionnelle, la lettre doit être écrite sur une feuille blanche non lignée de format A4. L’encre utilisée doit être bleue ou noire, pas trop pâle. La feuille doit être pliée d’abord selon la grande médiane et insérée dans l’enveloppe en commençant par le côté plié pour éviter une déchirure lors de l’ouverture.




  • Les différentes dispositions : bloc à la marge – bloc à la date « style français » - bloc à la date « style américain » (voir lettres de démonstration)




  • La lettre est structurée de la manière suivante (voir lettres de démonstration) :

    1. La date

    2. L’en-tête

    3. La vedette

    4. L’objet

    5. L’appellation

    6. Le contenu de la lettre à proprement parler

    7. La formule finale

    8. La signature



  1. La lettre de motivation




    1. Deux types de lettres de motivation

    2. Pourquoi écrire une lettre de motivation ?

    3. Les quatre parties d’une lettre de motivation

  1. L’entrée en matière

  2. L’argumentaire

  3. L’incitation à l’action

  4. La formule de politesse

    1. Conseils



Pour les 1e F uniquement
Quelques remarques concernant vos essais :
- La correction du style et de la ponctuation 
« La motivation, l’enthousiasme, et le fait de mener à bien des tâches qui me sont confiées, sont trois de mes principaux atouts. »
« Venant d’obtenir mon diplôme de secrétaire médicale à l’école Hazinelle, ayant les compétences et la motivation je souhaiterais obtenir un entretien avec vous pour vous expliquer mes lieux de stage et ma motivation de travailler dans votre service. »
« J’espère enrichir mes connaissances chez vous ainsi que de vous apporter mon bon sens du travail et ma bonne humeur au sein de votre entreprise. »

« A ma dernière année, j’ai pu faire un stage dans une entreprise à Bruxelles. »
« Je possède toutes les compétences requises à mon école et suis prêt, à 22 ans, à démarrer dans la vie professionnelle. »
« N’ayant pas d’autre expérience que celle de mon stage, mais néanmoins motivée pour ce travail, j’espère que vous me laisserez la chance de continuer mon apprentissage avec vous. »
« Je viens d’obtenir mon diplôme d’assistante de direction et je serais intéressée par cet emploi qui constituerait ma première expérience professionnelle. »
« Votre entreprise m’attire énormément par sa production et sa relation avec l’étranger. »
« En espérant avoir une réponse positive de votre part, je vous prie Madame, Monsieur, d’agréer mes sentiments distingués. »

- La correction de l’orthographe
* les signes diacritiques : les cédilles (en vous remerçiant, reçevoir) et les accents (diplomé, agreer, interessée)
* la coupure en fin de ligne (la motivat – ion)
* l’emploi des majuscules et des minuscules (« je parle Anglais et Néerlandais », « dans l’attente d’une réponse, Veuillez agréer… »)
* les accords (« les langues que j’ai étudié… », une secrétaire médical, « ceux-ci me permettent d’être opérationnels… »)
* l’orthographe d’usage (parmis, intérressée, un entretient)
* les conjugaisons (je vient, je me permet, je me tient)
Pour les 1e D2 uniquement
Quelques remarques concernant vos essais :
- La correction du style et de la ponctuation 
« Je reste à votre entière disposition pour de plus amples informations et vous faire part de mes motivations. »
« Je suis une personne motivée ; souriante ; respectueuse. Je suis prête à me consacrer à vos exigences.»
« Je me permets de vous écrire car j’ai vu que vous étiez à la recherche de vendeuses, ça m’intéresserait beaucoup de travailler pour vous.»
« Je vous fais part de cette lettre, suite à l’annonce parue dans le journal « Vlan ». »
« Je suis diplômée en secrétariat de direction. ayant de l’expérience et de la volonté, je pourrais convenir à vos exigences présentées dans l’annonce.»
« Vous trouverez ci-joint mon C.V. où vous constaterez que les langues font partie de ma vie au quotidien. »
« Dynamique, ponctuelle, responsable et surtout très bonnes connaissances en anglais et néerlandais avec quelques bases d’allemand, je pourrai rajeunir l’entreprise grâce à ma motivation sans oublier le sens des responsabilités. »
« Je suis ponctuelle, motivée pour cet emploi, et j’espère avoir la chance de pouvoir passer un entretien avec vous.»
« Lors de mes expériences professionnelles, je m’intègre vite et correctement aux tâches qui me sont confiées. »
« En l’attente de votre réponse,… »
« J’espère vous avoir convaincu de me rencontrer et de vous avoir donné l’envie de travailler en collaboration. »
« J’aime le contact avec les gens et travailler en équipe ne me dérange pas du tout. »
« Auparavant, j’ai déjà effectué un stage dans une agence immobilière. »

- La correction de l’orthographe
* les accents (diplomé, agreer, interessée, hesiter)
* l’emploi des majuscules et des minuscules (« je parle Anglais et Néerlandais », « je viens de terminer mes études à l’ecsac », « Bachelière en Secrétariat de Direction »)
* les accords (mes salutations distingué, une secrétaire médical, « les tâches qui me sont confiée… », de plus ample informations)
* l’orthographe d’usage (réjendat, intérressée, un entretient, faire partis, les acquits, un travaille)
* les participes passés (« je viens d’avoir terminer… »
* les conjugaisons (je travail, je vient, je me permet, je me tient, je vous écrits


Exercices

En annexe, tu trouveras un exemple d’annonce à laquelle tu pourrais être un jour amené€ à répondre, en tant que futur(e) secrétaire.

1. Complète chaque partie de ce tableau, en fonction de cette annonce.



L’employeur et ses attentes

Moi, mes atouts pour la fonction








  1. Fais le même exercice avec ce tableau-ci.




Essaie de décrire toutes les qualités nécessaires à la fonction.




Par rapport à ces qualités, repère toutes celles que tu possèdes.




Replace ces qualités dans une phrase.








  1. Ecris une lettre de motivation personnelle pour introduire ta candidature à la fonction proposée.



SECRETAIRE GENERALISTE (H/F)
Description de l'offre

Catégorie de métier :

Secrétaire généraliste  (1213101)
[PERSONNEL DES SERVICES ADMINISTRATIFS]

Secteur d'activité :

Services et administration publiques

Lieu(x) de travail :

REGION WALLONNE

Votre fonction :


Votre fonction implique une collaboration directe avec le responsable hiérarchique auquel le poste est attaché. Il s'agit d'un rôle de confiance dans l'organisation, la coordination et la gestion quotidienne de l'entité
La tenue du secrétariat se traduit par des tâches administratives diverses, notamment:

  • la réception du courrier

  • la réception et la transmission des communications téléphoniques

  • la gestion de l'agenda du supérieur hiérarchique

  • la rédaction et la dactylographie de courriers, de notes, de comptes rendus...

  • la préparation de dossiers

  • l'organisation de réunions, d'événements.


Le contenu précis de la fonction est en rapport avec le domaine d'activité propre à l'organisme où l'emploi est vacant.
Une période de stage permet au stagiaire de suivre un ensemble de formations tant générales que spécifiques; une évaluation a lieu à intervalles fixes afin de mieux orienter le nouvel agent par rapport aux différents aspects de sa fonction.

Votre profil

Formation(s) :

Niveau

Intitulé du diplôme

Enseignement supérieur (ou BAC+2 ou +3)

baccalauréat ou graduat impérativement orienté secrétariat (général, de direction ...)




Connaissances spécifiques :

  • Vous savez communiquer par écrit.

  • Vous avez la capacité à vous intégrer et travailler en équipe.

  • Vous êtes capable de prendre en compte l'intérêt général (en particulier les règles de sécurité) et possédez un sens du service au public.

  • Vous êtes capable d'adapter les instructions reçues aux circonstances.

  • Vous êtes capable d'organiser et de planifier votre travail personnel.

  • Vous êtes capable de réagir rapidement et de prendre les décisions adéquates.

  • Vous êtes capable de défendre le point de vue de l'administration dans des environnements et dans des circonstances parfois difficiles.

  • Vous êtes capable de privilégier l'aspect humain dans l'application des règlements.

  • Vous avez de la conscience professionnelle

Description libre :




Votre contrat

Régime de travail :

Temps plein de jour

Type :

A durée indéterminée

Contact

Modalités de candidature :

Envoyez une lettre de motivation

Nom de l'entreprise :

Service Public de Wallonie

Nom de la personne :

M. Brilot David

Adresse :

Place de la Wallonie 1
5100  JAMBES
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

similaire:

Introduction : qu’est-ce que la communication ? iconIntroduction : qu’est-ce que la communication ?
«savants» que nous employons ne sont pas toujours compris. Essayez de remplacer les termes suivants par une expression équivalente...

Introduction : qu’est-ce que la communication ? iconLes nouveaux outils d’information / communication
«Rhizome». Ces réseaux évoluent très vite : par exemple MySpace est bientôt dépassé, au profit de FaceBook. Notre rôle, en tant que...

Introduction : qu’est-ce que la communication ? iconEn général Dans l’éducation Audiovisuel
«l’introduction des technologies de l’information et de la communication, quoiqu’elle soit inéluctable, ne saurait apporter des réponses...

Introduction : qu’est-ce que la communication ? iconRésumé L’objectif de cette communication est de mettre en exergue...

Introduction : qu’est-ce que la communication ? iconChapitre 1 : Introduction à l'optique géométrique I introduction

Introduction : qu’est-ce que la communication ? iconVers une identification de la composante managériale du métier d’entraîneur de sport collectif
«le management de proximité». Dans le cadre de cette communication, c’est du micromanagement dont nous traiterons entendu en première...

Introduction : qu’est-ce que la communication ? iconParcours : un clip interactif en forme de campagne de prévention contre le cyber-harcèlement
«voyous virtuels», d’autres adolescents. La communication dont IL est question se fait par claviers interposés et elle s’oppose,...

Introduction : qu’est-ce que la communication ? iconIntroduction à la science politique – Jean-Marie Donegani
«cela est politique». Cela explique pourquoi le caractère politique n’est pas immédiatement repérable : la définition de chacun en...

Introduction : qu’est-ce que la communication ? iconLe gprs est une norme pour la
«circuit» en gsm où un circuit est établi – et les ressources associées – pour toute la durée de la communication. Le Gprs a ensuite...

Introduction : qu’est-ce que la communication ? iconDoctorat Science de l'information et de la communication (71e section)








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com