Le rapport Laurent Grandguillaume sur l’entreprise individuelle (dont l’auto-entrepreneuriat)








télécharger 0.87 Mb.
titreLe rapport Laurent Grandguillaume sur l’entreprise individuelle (dont l’auto-entrepreneuriat)
page5/15
date de publication14.04.2017
taille0.87 Mb.
typeRapport
p.21-bal.com > loi > Rapport
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   15

Quatre secteurs présentent les taux de défaillance les plus élevés, quelle que soit la taille de l’entreprise et sa date de création ; ce sont la construction, les transports, l’industrie manufacturière et le commerce. L’information sur l’effectif est pour plus de la moitié des entreprises recueillie au cours des deux premières années d’existence de l’entreprise (70 % sur les trois premières années) ; trois quarts des entreprises y ont au plus 5 salariés. Les entreprises les plus jeunes, celles créées en 2006 et 2007, ont été les plus fragilisées par la crise.

Les cohortes 2003 et 2004 ne sont pas proportionnellement les plus soumises aux défaillances, bien qu’elles correspondent à des années d’accélération des créations.

Le taux de défaillance est moins sensible au cycle économique dans le commerce que dans les trois autres secteurs.
Au total, le taux de défaillance évolue comme le nombre moyen d’incidents de paiement par entreprise, les deux phénomènes étant fortement corrélés.

Les incidents de paiement sur effets de commerce augmentent significativement le taux de défaillance ; dans la construction, ce taux est multiplié par 2,5 dès le premier incident de paiement, et par 6 au 10ème incident ; les premiers incidents affectent relativement plus le taux de défaillance, les suivants le font croître à un rythme plus faible. Dans certaines entreprises, le nombre cumulé d’incidents de paiement constatés peut être très élevé (15 et plus)
Quelle proportion de défaillances peut-on attribuer à la crise ?

La proportion de défaillances imputables à la crise varie fortement d’un secteur à l’autre. Toutes cohortes confondues, elle est de 27 % dans le commerce de détail, 35 % dans les transports, 43 % dans l’industrie et 46 % dans la construction

La mise en lumière de l’impact des incidents de paiement sur la probabilité de défaillance suggère que les délais de paiement jouent un rôle non-négligeable dans le processus de défaillance.

TPE, artisanat, PME

34% des indépendants sont localisés en milieu rural, autour de 20% dans les aires urbaines (hors Paris) de plus de 100 000 habitants, 14% à Paris et 12% dans les villes de moins de 100 000 habitants

« Les métiers et leurs territoires », INSEE Première N°1478, décembre
Beaucoup de métiers sont répartis de façon relativement uniforme entre les régions ; c’est le cas des professions intermédiaires et employés administratifs ou de commerce, ou des métiers de proximité (professions de santé, professions de l’action sociale et de l’orientation, ouvriers du second œuvre du bâtiment, ouvriers de la réparation automobile…). Pour certains métiers, de fortes disparités régionales existent liées à l’histoire économique des territoires, à leur spécialisation sectorielle et aux stratégies d’implantation des entreprises tels les ouvriers industriels, les métiers agricoles, l’armée et la police, et certains métiers de cadres (ingénieurs informaticiens, professionnels de la communication et de l’information).





Aires rurales

Aires urbaines

Total

Paris

Plus de 500 000 hab

De100 à 500 000 hab

Moins de 100 000 hab

Dont couronnes




Indépendants*

33,8

14,2

18,8

21,0

12,3

16,8

100

Ouvriers peu qualifiés

28,0

12,8

20,4

24,4

14,3

15,3

100

Ouvriers qualifiés

23,8

15,3

21,9

25,5

13,5

14,6

100

Employés peu qualifiés

20,5

20,1

22,4

24,5

12,4

12,8

100

Employés qualifiés

16,1

21,1

24,3

25,5

13,0

8,9

100

Profes intermédiaires

14,4

22,1

26,2

25,5

11,9

9,4

100

Cadres

10,4

35,3

26,1

19,8

8,4

7,5

100

Ensemble

18,6

21,9

23,7

23,8

11,9

11,1

100

*dont agriculteurs, hors dirigeants salariés de leur entreprise
En 2010, 61 % des emplois de cadres sont localisés dans les plus grandes aires urbaines, celles dépassant 500 000 habitants, une concentration qui s’est renforcée depuis 1999 ; l’aire urbaine de Paris emploie à elle seule 35 % des cadres et concentre 54 % des professionnels de l’information et de la communication ou des ingénieurs de l’informatique et des télécommunications, 46 % des cadres de la banque et des assurances ou encore des cadres administratifs ; d’autres catégories de cadres sont davantage localisées dans les plus grandes aires urbaines de province (personnel d’étude et de recherche, cadres commerciaux et technico-commerciaux).

En lien avec les spécificités locales de l’appareil productif, certains métiers de cadre sont également très concentrés dans des zones d’emploi particulières (ingénieurs de l’informatique et des télécommunications dans les zones de Lannion), des informaticiens à Niort (sociétés d’assurance), Grenoble ou encore Cannes-Antibes avec Sofia-Antipolis.
Les plus grandes aires urbaines, parisienne ou provinciales, emploient également plus fréquemment les professions intermédiaires administratives ou commerciales, les formateurs et les techniciens de l’informatique ; d’autres professions intermédiaires sont plutôt surreprésentées dans les aires urbaines de province de plus de 100 000 habitants (techniciens du BTP ou de l’électricité-électronique) ; on y trouve aussi davantage d’agents de gardiennage et de sécurité (42 % sont dans l’aire urbaine de Paris) et des employés de banque et assurance.
L’Île-de-France est la région où l’on rencontre le plus de cadres et de professions intermédiaires, mais aussi une proportion non négligeable d’ouvriers et d’employés peu qualifiés.
Les métiers de l’économie résidentielle (répondant aux besoins de la population résidente ou liés au tourisme) sont davantage dans le Sud et dans les régions d’outre-mer ; il s’agit de certains métiers du commerce (caissiers et commerçants indépendants), des métiers de soins aux personnes, des patrons et cadres d’hôtels, cafés, restaurants, d’ouvriers du bâtiment et des employés administratifs de la fonction publique.
En lien avec une forte présence de personnes âgées, les aides à domicile et les aides-soignants sont plus implantés en Limousin et en Auvergne et plus généralement dans des zones plus rurales, alors que les assistantes maternelles le sont en couronne périurbaine (23 % de celles-ci y sont localisées contre 11 % pour l’ensemble des emplois).
Les emplois d’ouvriers sont surreprésentés dans les communes isolées, les couronnes périurbaines, les aires urbaines de moins de 100 000 habitants (42 % des emplois d’ouvriers peu qualifiés et 37 % des emplois d’ouvriers qualifiés contre moins de 20 % pour les cadres) à l’exception du sud de la France.

Entre 1999 et 2010, la structure des emplois s’est modifiée au profit des cadres et professions intermédiaires et au détriment des ouvriers industriels ; l’augmentation des cadres et des professions intermédiaires a concerné toutes les régions de métropole, mais la dynamique des cadres a été plus forte en Île-de-France, Bretagne, Pays de la Loire, Aquitaine, Midi-Pyrénées, Rhône-Alpes et dans les régions méditerranéennes.

Pour les ouvriers industriels, les pertes d’emplois ont été, en évolution relative, plus élevées dans le nord et l’est de la France, le bassin parisien, le Limousin, l’Auvergne et Rhône-Alpes ; avec la forte hausse des emplois de la construction jusqu’en 2007, les emplois d’ouvriers non industriels ont augmenté dans toutes les régions, avec cependant une moindre croissance dans les parties nord et est de la France.

Enfin, plusieurs métiers de la filière agroalimentaire (agriculteurs, éleveurs, ouvriers des industries de process, bouchers-charcutiers, boulangers) sont surreprésentés dans le Limousin, l’Auvergne, la Bretagne et la Basse-Normandie ; ils sont très fortement implantés dans les petites aires et les communes isolées.
Entre 2006 et 2010, le nombre d’employés qualifiés administratifs ou de commerce a baissé dans pratiquement toutes les régions, avec des pertes particulièrement marquées en Ile-de-France.

Sur la même période, dans les aires urbaines de moins de 100 000 habitants du bassin parisien, la dynamique d’emploi a été beaucoup plus défavorable qu’au plan national pour les trois quarts des familles professionnelles.
La mobilité entre régions : d’abord les cadres et la fonction publique

Plus de 15% des personnes exerçant ces métiers étaient dans une autre région cinq ans auparavant, contre 9% en moyenne ; à un degré moindre, c’est aussi le cas pour les employés de l’hôtellerie- restauration, les infirmiers, les professions médicales et paramédicales, les professionnels de l’action culturelle et sportive et ceux de l’action sociale et de l’orientation.

A contrario, les mobilités sont largement inférieures à la moyenne pour nombre de métiers d’ouvriers industriels, les métiers agricoles ainsi que pour certains métiers d’employés peu qualifiés (agents d’entretien, employés de maison, aides à domicile).


Quelques rares brèves informations autour des artisans : le cas de la Moselle

« L’artisanat en Moselle en 2012 », enquête opale pour la CMA 57, décembre

Noter que l’artisanat en Moselle est calé sur le système allemand, et donc sur le titre d’artisan, qui ne connait pas de limite de taille d’entreprise.
27% jugent leur situation actuelle bonne ou excellente, 54% moyenne et 19% mauvaise ou très mauvaise. Les 2/3 travaillent principalement avec des particuliers, 28% avec des entreprises et 6% dans la cadre de marchés publics.

41% envisagent le développement de leur entreprise via des démarches commerciales (45%), l’amélioration de la production (investissement, modernisation, formation….32%), la création d’une nouvelle activité (25%) ou une reprise (6,5%), le développement des ressources humaines (19%), le recours aux TIC (16%), le développement durable (8%), les certifications (6,5%), l’export (4%).
42% des entreprises n’ont pas de salarié, 48% de 1 à 9, 10% davantage ; 26% emploient leur conjoint, surtout dans les plus petites entreprises. La moyenne en personne occupée est de 4,04 personnes par entreprise dont 2,85 en personnel opérationnel, 0,61 en personnel administratif et commercial, 0,31 en personnel d’encadrement et 0,27 en dirigeant ; 5,6% des entreprises artisanales emploient du personnel handicapé.

La moitié des salariés ont entre 25 et 44 ans. 83% sont en CDI et 7% en alternance.

Au cours des 5 dernières années, 24% ont embauché, et 54% ont connu la stabilité. 23% ont recruté en 2011, en moyenne 1,96 salarié. 55% disent rencontrer des difficultés pour embaucher, particulièrement en ce qui concerne les motivations et l’inadéquation des compétences aux besoins des entreprises.

Si la moitié admet des besoins de formation pour leur personnel (majoritairement dans le domaine technique, peu dans l’informatique, la gestion…), la majorité se heurte au remplacement du salarié alors qu’il est en formation.

40% des dirigeants envisagent de suivre une formation l’année à venir (36% en technique, 23% en gestion ou commerce, 13% en normes, sécurité, développement durable).
12% des artisans devraient partir en retraite dans moins de 5 ans et 15% dans 5 à 10 ans.

Un sur deux a eu recours à un financement bancaire ; parmi ces derniers, les 2/3 environ ont jugé facile l’accès à ce financement.

4 indicateurs de suivi sont particulièrement utilisés (en priorité déclinante) : la trésorerie, le chiffre d’affaires, la marge ou la rentabilité, les créances client.

En 2012, le résultat courant moyen brut des indépendants adhérents à la FCGA, tous secteurs confondus, s’élève à 49 000€ (contre 50 000€ en 2011)

« Chiffres et Commentaires – Cahier n° 19 » FCGA, octobre et novembre

Une enquête qui analyse les performances de 75 professions du commerce et de l’artisanat dans 11 secteurs d’activité ; les données sont issues des déclarations fiscales 2012 des 210 000 adhérents (entreprise individuelle le plus habituellement, fiscalement sous le régime de la déclaration contrôlée).
L’évolution du chiffre d’affaires des commerçants et des artisans enregistre un net recul (+0,5% seulement, contre +2,5% en 2011) tandis que le résultat courant chute, en moyenne, de 2,5 points (contre + 2,3% en 2011) ; la quasi-totalité des 75 professions analysées est sévèrement touchée et les habituelles disparités sectorielles observées les années précédentes ont tendance à s’égaliser à la baisse. Trois tendances à retenir en ce qui concerne l’évolution de l’activité :

- L’affaissement de l’artisanat du bâtiment (-0,2%, contre +4,3% en 2011)

- La dégradation des services (+0,1%, contre +3,7% un an plus tôt)

- La résistance du commerce de détail alimentaire (+1,5%, comme l’année précédente)
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   15

similaire:

Le rapport Laurent Grandguillaume sur l’entreprise individuelle (dont l’auto-entrepreneuriat) iconCréation d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise

Le rapport Laurent Grandguillaume sur l’entreprise individuelle (dont l’auto-entrepreneuriat) iconCréation d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise

Le rapport Laurent Grandguillaume sur l’entreprise individuelle (dont l’auto-entrepreneuriat) iconProjet pedagogique accueil periscolaire saint-laurent/ vouzeron année scolaire 2014/2015
«Villages et forêts» comprenant les villages de Saint-Laurent, Neuvy / Barangeon, Vignoux /Barangeon

Le rapport Laurent Grandguillaume sur l’entreprise individuelle (dont l’auto-entrepreneuriat) iconRapport de jury capeps ecrit 1 2011
«blocs» dont IL était nécessaire de clarifier la signification en introduction. Ne retenir que l’un d’entre eux ou donner la priorité...

Le rapport Laurent Grandguillaume sur l’entreprise individuelle (dont l’auto-entrepreneuriat) iconAthletique club de bar sur seine
«athlétique club de bar sur seine» dont le siège est fixé à la mairie 132 grande rue à bar sur seine et dont l'objet est de diffuser...

Le rapport Laurent Grandguillaume sur l’entreprise individuelle (dont l’auto-entrepreneuriat) iconRapport d’activite et analyse des pratiques professionnelles l’accompagnement...

Le rapport Laurent Grandguillaume sur l’entreprise individuelle (dont l’auto-entrepreneuriat) iconRésumé Vivant sur une île du Saint-Laurent, dans une abbaye désaffectée,...

Le rapport Laurent Grandguillaume sur l’entreprise individuelle (dont l’auto-entrepreneuriat) iconLaurent lopez 10 rue Jean dor

Le rapport Laurent Grandguillaume sur l’entreprise individuelle (dont l’auto-entrepreneuriat) iconAdresse professionnelle
«Les usages en Droit de l’Entreprise», Collection Actualité de Droit de l’Entreprise, t. 27, Litec (2010)

Le rapport Laurent Grandguillaume sur l’entreprise individuelle (dont l’auto-entrepreneuriat) iconRèglement du Jeu Facebook
«Entreprise des Postes et Télécommunications», ci-après dénommée la «Société Organisatrice», dont le siège social est à 8a, avenue...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com