Création d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise








télécharger 0.87 Mb.
titreCréation d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise
page11/11
date de publication14.04.2017
taille0.87 Mb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

Les entreprises dont les salariés télétravaillent bénéficient :

• d’une baisse de l’absentéisme estimée à 5,5 jours d’arrêt de travail en moins par an et par télétravailleur ; cette baisse correspond à une réduction d’un tiers des arrêts de travail actuels pour les salariés ; la baisse de l’absentéisme correspond ainsi à une augmentation du temps de travail des télétravailleurs de 2,5%

• d’une augmentation des heures de production due au réinvestissement partiel du temps gagné dans les transports ; les télétravailleurs gagnent environ 35 minutes par trajet dans les transports, soit près de 1h10 par jour ; 30 minutes sont réinvesties dans le travail, générant une augmentation des heures de production d’environ 3,3%

• d’une augmentation de la productivité journalière (travail dans le calme et à l’abri des dérangements) conduisant à une hausse de la productivité de 7% pour les télétravailleurs.

Le cumul de ces trois effets conduit à évaluer la hausse de production à 13%.
Les hypothèses retenues pour 2025 (prenant notamment en compte les futures infrastructures du Grand Paris) sont une part de télétravail de 21% (aujourd’hui située entre 12 et 17%) et un taux de pénétration des télécentres sur les télétravailleurs de 11%.

Les projections décrivent une situation en 2025 avec 438 télécentres dans les 20 premières agglomérations françaises, dont 318 en Ile-de-France, qui offriront au total 67000 places fréquentées par 171000 télétravailleurs (le télétravail étant pratiqué majoritairement à temps partiel).
Principaux bénéfices au niveau national : En 2025, environ 116 000 déplacements seront évités chaque jour, soit une diminution de 0,3% de l’ensemble des déplacements quotidiens en Ile-de-France et une diminution des distances parcourues par les voitures de 1,1% sur l’ensemble du trafic domicile-travail réalisé hors Ile-de-France.

Ce sont au total près de 440 M€ qui seront économisés chaque année, grâce à la suppression de ces déplacements (répartis pour 2/3 en Ile-de-France).

Avec la réduction de l’absentéisme, la diminution des coûts de santé pour la collectivité (sécurité sociale et mutuelles) est évaluée à près de 46 M€ par an.

Ce sont donc au total, en 2025, près de 500 M€ économisés chaque année par la collectivité nationale, pour « seulement » 1,5% des actifs.

La formation, les jeunes
La moitié des apprentis de niveau CAP, mais 73 à 78% de niveau bac et plus, sont en emploi, 7 mois après leur sortie d’apprentissage

« En février 2013, 65 % des jeunes ont un emploi sept mois après la fin de leur apprentissage », Note d’information N°4 de la DEPP du ministère de l’Education Nationale, mars

Source : L’enquête Insertion professionnelle des apprentis (IPA) de la DEPP existe depuis le début des années 1990.

65% des apprentis ont un emploi, 30% sont au chômage et 5% sont inactifs.

Cet emploi est un CDI pour 59%, en CDD pour 26%, plus rarement un emploi aidé (8%) ou exercé dans le cadre d’un contrat d’intérim (7%) ; avant la crise, la part des CDI était de 65% et celle des CDD de 20%.
Le taux d’emploi est faible pour les peu diplômés (34%), moyen pour les CAP/BEP (54%), plus favorable pour les bac et + (entre 73 et 78%) :





Sans diplôme

Brevet des collèges

CAP ou BEP**

Bac pro***

Bac techno

BTS

Au-delà

Total 2013

Total 2012

En emploi

34,8

34,1

53,7

72,7

74,5

77,9

77,4

64,9

68,8

Chômage

55,7

55,3

40,9

22,9

19,6

17,6

18,4

29,9

26,3

Inactifs*

9,5

10,6

5,4

4,5

5,8

4,4

4,2

5,2

4,9

Répartition

4,6

3,6

33,4

23,9

3,6

4,2

17,9

100

100

*2% sont en stage et 3% ne recherchent pas d’emploi ; Pour les filles, il s’agit le plus souvent (38 % des raisons citées) de l’attente d’un événement familial (naissance d’un enfant par exemple), surtout pour les filles les moins diplômées (70 % des raisons citées par elles), alors que pour les garçons, la raison principale citée est l’attente d’une autre formation (26 %) ou une autre raison (27 %) dont l’attente d’un engagement dans l’armée ou d’un départ à l’étranger

**CAP 77%, BEP 16%, mention complémentaire 7%

*** Baccalauréat professionnel (66%), brevet de technicien (1%) ; brevet professionnel(BP), brevet de maîtrise (BM) ou brevet des métiers d’art (BMA) (33%).
Les embauches en CDI sont un peu plus le fait des plus diplômés ; l’intérim et les CDD sont plus le fait des moins diplômés, mais les décalages dont bien plus modestes que pour le fait d’avoir un emploi :





Sans diplôme

Brevet des collèges

CAP ou BEP

Bac pro

Bac techno

BTS

Au-delà

Total 2013

Total 2012

CDI

53,1

45,1

53,2

61,6

57,5

57,3

64,6

58,5

58,6

CDD

30,4

34,7

31,1

24,7

31,6

22,1

23,6

26,4

25,6

ST emploi classique

83,5

79,8

84,3

86,3

89,1

79,4

88,2

84,9

84,2

Emploi aidé

6,3

6,8

7,3

6,6

6,6

12,6

6,7

7,7

8,4

Intérim

10,3

13,5

8,5

7,2

4,3

8,0

5,2

7,3

7,4


Parmi les sortants d’une formation en apprentissage, le taux d’emploi après une formation dans le secteur des services (67%) est globalement supérieur à celui après une formation dans le secteur de la production (64%) ; c’était l’inverse avant la crise (74% et 77% en 2008).

Le secteur des services embauche davantage les moins diplômés et bien plus les filles (85% des embauches d’apprentis contre 15 dans la production), à l’inverse des garçons très présents dans la production (74% contre 26%). Toutefois, de fortes différences sont observées selon les secteurs d’activité :


% d’embauche

Production

Services

Pas de diplôme

moyenne 31,9 (entre 25 et 31%),

sauf mécanique auto(35), électricité (41)

Moyenne 41,7 (entre 35 à 36) sauf coiffure/esthétique (15)

Brevet des collèges

Moyenne 32 (26 à 34)

Moyenne 38,4 (29 à 35), sauf coiffure/esthétique (12)

CAP, BEP

Moyenne 55,1 (49 à 56) sauf bois (61), chimie (62), génie civil (70)

Moyenne 50,6 (42 à 47) sauf HCR (53), social (61), transports (70), santé (76)

Bac pro

Moyenne 76,1 (65 à 78) sauf alimentation (80), bois (81), bâtiment (82)

Moyenne 67,6 (62 à 75) sauf secrétariat (50), santé (84)

Bac technologie

Moyenne 70,9 (66 à 77)

Moyenne 75,9 (63 à 74) sauf santé (85)

BTS

Moyenne 81,2 (78 à 84) sauf mécanique auto (86), génie civil (86), structures métalliques (87)

Moyenne 75,2 (73 à 78) sauf secrétariat (65), santé (90)

Au-delà

Moyenne 78,6 (74 à 81) sauf génie civil (89)

Moyenne 77 (72 à 79) sauf services à la collectivité (67), informatique (85), santé (90)


Deux spécialités ont des taux d’emploi nettement supérieurs à la moyenne : l’informatique

(82 %) et la santé (85 %), pour des niveaux BTS ou supérieur au BTS.
Parmi l’ensemble des démarches effectuées pour trouver le poste que les jeunes occupent actuellement, 1/3 ont pris contact avec leur ancien employeur, 18% ont fait des candidatures spontanées, 12% ont eu recours à leurs relations personnelles et 12% à Pôle Emploi

Les apprentis diplômés du seul brevet des collèges ont davantage privilégié les candidatures spontanées (19%), l’inscription à Pôle Emploi (18%), nettement moins le contact avec l’ex employeur (22%) que les BTS ou au-delà.
La part des jeunes en emploi quelques mois après la fin des études en CFA dépasse 70 % dans six académies : Versailles, Paris, Rennes, Lyon, Nantes et Grenoble ; seules les académies des DOM ont un taux d’emploi inférieur à 50 %.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

similaire:

Création d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise iconCréation d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise

Création d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise iconLe rapport Laurent Grandguillaume sur l’entreprise individuelle (dont l’auto-entrepreneuriat)
«dangereuse»; les enseignant travaillant en lien avec les entreprises ont une représentation bien plus positive. Réseau National...

Création d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise iconRapport d’activite et analyse des pratiques professionnelles l’accompagnement...

Création d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise iconA l'attention des personnels de l’education nationale
«certificat médical final» ne doit pas être confondu avec le «certificat médical de reprise», ce dernier n’indiquant que la date...

Création d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise iconAdresse professionnelle
«Les usages en Droit de l’Entreprise», Collection Actualité de Droit de l’Entreprise, t. 27, Litec (2010)

Création d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise iconSynthèse de votre travail d’auto-observation

Création d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise iconNorth American International Auto Show

Création d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise iconCour de cassation, civile, Chambre sociale, 8 octobre 2014, 13-16....
«challenge» national interne à l'entreprise et à l'égard des collègues ou supérieurs hiérarchiques du salarié, se rattachaient...

Création d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise iconQuels droits d’auteur pour le traducteur professionnel ?
«arts appliqués». C’est ce qu’on appelle la théorie de l’unité de l’art selon laquelle la même loi doit être appliquée à tous les...

Création d’entreprise, auto-entrepreneuriat, reprise iconMots-clés : patrimoine, succession, Web, numérique, entreprise, économie, juridique, nouveautés
«nuage» (Cloud), IL se compose des codes et mots de passe, données stratégiques et sensibles du consommateur et dirigeant d’entreprise...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com