Etre sous la loi ou sous la grâCE








télécharger 0.52 Mb.
titreEtre sous la loi ou sous la grâCE
page1/17
date de publication26.10.2016
taille0.52 Mb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   17
ESCLAVAGE OU LIBERTÉ SPIRITUELLE

ETRE SOUS LA LOI OU SOUS LA GRÂCE

par Jean leDuc



TABLE DES MATIÈRES
LA LOI DE L'ANCIENNE ALLIANCE

CHAPITRE 1

LA LOI AU NIVEAU DES JUIFS ET NON-JUIFS……………………………………………………………….11
CHAPITRE 2

LES CONFLITS INCESSANTS ENTRE LA LOI ET LA GRÂCE……………………………………………………………..20

CHAPITRE 3

OBSERVATION DE LA LOI SOUS LA GRÂCE ?..............................................................................30

CHAPITRE 4

NOUVELLE NATURE DES ENFANTS DE LA PROMESSE……………………………………………………….36

CHAPITRE 5

LE BUT DES 10 COMMANDEMENTS……………………..43

CHAPITRE 6

LE SABBAT SOUS LA NOUVELLE ALLIANCE…………………………………………………………49
CHAPITRE 7

LE PROBLÈME DU PÉCHÉ…………………………………..63
CHAPITRE 8

LA SÉCURITÉ DE LA FOI…………………………………….76
VRAIE ET FAUSSE SANCTIFICATION

CHAPITRE 9

LA SÉDUCTION DE LA CONTREFAÇON………………….85
CHAPITRE 10

SOURCE DE LA FAUSSE SANCTIFICATION……………………………………………….97
CHAPITRE 11

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA SANCTIFICATION……………………………………………..109
CHAPITRE 12

PLAIRE À DIEU PAR LES OEUVRES……………………………………………………….134
CHAPITRE 13

LA PERSÉVÉRANCE DANS LA FOI………………………139
CHAPITRE 14

QUELQUES PASSAGES DIFFICILES…………………….143


L'ILLUSION DE SERVIR CHRIST

CHAPITRE 15

LA MOTIVATION ÉVANGÉLIQUE…………………………158
CHAPITRE 16

LA MOTIVATION PAR MANIPULATION…………………170
CHAPITRE 17

LE SERVICE DU CORPS DE CHRIST……………………175
CHAPITRE 18

LE SERVICE ET LES ŒUVRES……………………………183
L'EXTORSION DE LA DIME

CHAPITRE 19

L'IMPORTANCE DE LA DÎME AU SEIN DU CHRISTIANISME………………………………………………196
CHAPITRE 20

L'EXPLOITATION PAR EXCELLENCE…………………..204
CHAPITRE 21

LES CHRÉTIENS DOIVENT-ILS PAYER

LA DÎME?...............................................................210
CHAPITRE 22

LA DÎME EST-ELLE UNE DOCTRINE BIBLIQUE?.............................................................231

CHAPITRE 23

SUPPLÉMENT (GoDieu.com)………………………………255


LES DIX COMMANDEMENTS
EXODE 20: 2-17

1 Alors Dieu prononça toutes ces paroles, en disant:

2 JE SUIS YEHOVAH ton Dieu, qui t'ai retiré du pays d'Égypte, de la maison de servitude.

3 Tu n'auras point d'autres dieux devant ma face.

4 Tu ne te feras point d'image taillée, ni aucune ressemblance des choses qui sont là-haut dans les cieux, ni ici-bas sur la terre, ni dans les eaux sous la terre;

5 Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point; car JE SUIS YEHOVAH ton Dieu, un Dieu jaloux, qui punis l'iniquité des pères sur les enfants, jusqu'à la troisième et à la quatrième génération de ceux qui me haïssent,

6 Et qui fais miséricorde jusqu'à mille générations à ceux qui m'aiment et qui gardent mes commandements.

7 Tu ne prendras point le nom de YEHOVAH ton Dieu en vain; car YEHOVAH ne tiendra point pour innocent celui qui aura pris son nom en vain.

8 Souviens-toi du jour du repos pour le sanctifier;

9 Tu travailleras six jours, et tu feras toute ton œuvre;

10 Mais le septième jour est le repos de YEHOVAH ton Dieu; tu ne feras aucune œuvre en ce jour-là, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ton bétail, ni l'étranger qui est dans tes portes;

11 Car YEHOVAH a fait en six jours les cieux et la terre, la mer et tout ce qui est en eux, et il s'est reposé le septième jour; c'est pourquoi YEHOVAH a béni le jour du repos et l'a sanctifié.

12 Honore ton père et ta mère, afin que tes jours soient prolongés sur la terre que YEHOVAH ton Dieu te donne.

13 Tu ne tueras point.

14 Tu ne commettras point adultère.

15 Tu ne déroberas point.

16 Tu ne diras point de faux témoignage contre ton prochain.

17 Tu ne convoiteras point la maison de ton prochain; tu ne convoiteras point la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, ni aucune chose qui soit à ton prochain.

 
 

LA LOI DE L'ANCIENNE ALLIANCE
CHAPITRE 1

LA LOI AU NIVEAU DES JUIFS ET NON-JUIFS

Tout semble indiquer que «la loi de l'Ancienne Alliance» a autant d'interprétations que le diable a de faces. Elle est mal comprise par presque tous ceux qui se disent chrétiens, un grand nombre cherchant encore ses applications en vue de leur salut ou de leur sanctification. Pour enlever toute ambigüité, mentionnons dès le début que «LA LOI DE DIEU OU LOI DE L'ANCIENNE ALLIANCE A ÉTÉ DONNÉE AU PEUPLE D'ISRAËL SEULEMENT ET NON À TOUTES LES NATIONS DE LA TERRE», et ceci il est important de le comprendre le plus rapidement que possible (Exode 19:1; 20:1,2; Deutéronome 4:10). La Bible est très claire sur ce sujet. Bref, à moins que vous soyez de l'ancienne nation d'Israël, la loi que les anciens Hébreux ont reçue de Dieu par l'entremise de Moïse, ne s'applique point à vous. Aussi, quoiqu'un chrétien authentique est souvent considéré comme un Juif réel (Romains 2:28,29), cela ne signifie aucunement qu'il soit encore sous les obligations de la loi, car il est Juif au niveau de l'Esprit et non de la chair.

 

Avant qu'un taré dise «mais cela voudrait dire que l'on peut tuer, voler, ou sauter la femme du voisin avec ses gros nichons», mentionnons que pour le restant de nous, croyants comme non-croyants, tous ceux qui ne font pas parti du peuple hébraïque ou juif, la Bible dit que la loi de Dieu est écrite dans le cœur de tous les hommes pour diriger notre conscience (esprit de vie) et régir nos comportements (Romains 2:14,15), et cela depuis le début des temps lorsque Dieu souffla en l'homme l'esprit de vie (Genèse 2:7). S'il ne serait ainsi la race humaine se serait éteinte depuis très longtemps, même que nous avons tendances à notre propre destruction car le cœur de l'homme est tortueux au-dessus de toutes choses et entièrement dépravé depuis la Chute en Éden. Sans loi interne pour guider notre conscience, quoique la lumière de celle-ci est profondément obscurcie par le péché, nous n'aurions aucune restreinte et serions pire que les animaux, même que ces derniers ont souvent plus de sens que les êtres humains. Il s'agit en fait de cette loi interne ou loi morale qui fut rédigée en dix principes par Moïse sous la direction de l'Esprit de Dieu, et à laquelle fut associée tous les principes du culte dans le Tabernacle et plus tard dans le Temple. Quand la nation hébraïque et judaïque d'Israël fut détruite de la face de la terre en l'an 70 par les armées romaines (Deutéronome 28:50-57; Daniel 9:26), ses lois ou prescriptions cessèrent évidemment d'être en vigueur puisqu'elles se rapportèrent uniquement à ce peuple et non aux Gentils (non-juifs). Comprenons toutefois qu'il s'agit ici des principes qui se rapportaient au culte, cérémonies, rituels, ordonnances, sacrifices, etc. Mais la loi morale demeura dans le cœur de tous les hommes sans exception pour nous condamner devant Dieu, autant Juif que Grec. Israël fonctionnait d'après un système théocratique et non un système démocratique et ses principes ne peuvent être appliqués au sein d'une nation moderne, malgré toutes les prétentions qui existent à ce niveau. Nos systèmes de justice en sont que des caricatures grossières et lamentables qui dépendent plutôt de la philosophie des anciens grecs sur la démocratie (puissance des démons du peuple) qu'ils tordent à leur gré, car nous sommes devenu nos propres dieux et maudit soit celui qui ne marcherait pas selon nos raisonnements divins.
Ce que les juifs appellent la «Loi» est un ensemble de 613 commandements qui s’appliquent à tous les domaines de la vie quotidienne, sociale, religieuse, politique, et économique. Les détails les plus intimes comme les plus officiels sont prévus, codifiés, réglementés par la loi. Parmi ces 613 commandements, il y en a 10 qui sont considérés comme essentiels. Ils sont souvent nommés «le cœur de la Loi», ceux qu’il faut absolument respecter, sans négociation, sans discussion possible. Ainsi 10 commandements absolus d’un côté, et 603 qu’il est possible d’interpréter librement de l’autre. Littéralement il s'agit dans la Bible non de 10 commandements mais de 10 paroles (Hébreu = DABAR = déclarer, ordonner, commander, avertir), mais des paroles qui détenaient une autorité souveraine de la part du Dieu Tout-Puissant et qui demandaient une obéissance absolue sous peine de mort. Lorsque des paroles détiennent une telle autorité, ce sont obligatoirement les termes «lois, commandements, statuts, ordonnances, décret, etc...» qui sont utilisé variablement pour les décrire. En d'autres mots, il n'y a pas de différence à la base entre «une loi, un commandement, un statut, une ordonnance, un décret» car, quoique ce sont différents mots, ils représentent tous une seule et même chose. L'un et l'autre peuvent être utilisés dans un texte, le choix dépend du rédacteur pour exprimer ses idées dans un contexte donné. Nous présentons cette règle rudimentaire car il faut tout mâcher pour certains qui ne se donnent même pas la peine de comprendre les mots de leur propre langage. Quelques-uns, surtout parmi les sectes dites Évangéliques, dissocient même les dix commandements mosaïques de la loi de Dieu pour justifier leur fausse doctrine, prétendant que ceux-ci ne feraient pas parti de la loi dans le but de leur donner une continuité sous la grâce, comme nous voyons avec ceux qui s'obstinent à vouloir suivre le Sabbat. Pour ceux-ci une loi n'est pas un commandement et un commandement n'est pas une ordonnance, ce sont des choses complètement différentes dans leur cerveau hébété. Pour leur facilité la tache, quoique nous savons qu'ils ne comprendront jamais rien car la seule loi pour eux est leur raisonnement détraqué, voici les différents synonymes des mots «commandement» et «loi» dans le Dictionnaire Crisco:
- commandement: autorité, avertissement, conduite, contrainte, décalogue, décret, demande, dette, devoir, direction, exploit, impératif, injonction, loi, obligation, ordre, pouvoir, précepte, prescription, puissance, recommandation, règle, responsabilité, sommation, ultimatum.

- loi: acte, arrêt, autorité, bill, canon, code, commandement, constitution, contrainte, décret, devoir, discipline, dogme, droit, édit, exigence, impératif, législation, norme, obligation, observance, ordonnance, précepte, prescription, principe, proposition, puissance, règle, règlement, statut.
Un grand nombre de questions théologiques ont ébranlé le christianisme à travers son histoire, surtout au niveau de la divinité de Christ, de la Trinité Ontologique, des sacrements ou ordonnances, de l'administration et de la discipline dans les prétendues églises, mais la polémique opposant les concepts de «loi» et de «grâce» est celle qui a provoqué le plus de conflits. En fait cette controverse nous révèle la base de toutes les fausses doctrines qui surgirent depuis le temps des apôtres. Elle est exactement la même contestation entre la Souveraineté de Dieu et la supposée liberté de l'homme qui se veut souverain et maître de son propre destin, et qui a engendré plus d'une guerre au cours des siècles.
De nos jours, le christianisme se divise en deux camps: ceux qui croient que le salut dépend des œuvres ou de leur choix personnel; et ceux qui croient que le salut est une pure grâce de Dieu qui repose sur sa souveraineté absolue. Même si ceux qui disent croire que la grâce de Dieu est l’unique moyen de parvenir au salut ont raison, il y a encore un sérieux problème. Bien des supposés chrétiens prétendent connaître cette doctrine biblique en profondeur, mais dans la pratique, ils échouent lamentablement. Alors qu’ils aiment proclamer tout haut que le salut est une pure grâce de Dieu, ils sont fort habiles à y ajouter des clauses personnelles qui en compliquent et annule la réception et l’efficacité. Autrement dit, ils présentent le salut comme une grâce, en y ajoutant plusieurs conditions qu’ils jugent essentielles à son obtention: «C’est gratuit à condition que tu fasses ceci et cela, et que tu ne fasses plus ceci ni cela.» Subtilement, ces faux chrétiens proposent un salut par les œuvres déguisé en salut par pure grâce.

 

Un autre fait doit aussi être éclairci: la Loi de Moïse est indivisible. Autrement dit, nous ne pouvons prendre que ce qui nous plaît, en rejetant ce que nous aimons moins de cette loi. À cet égard, lisons ce qui dit l’apôtre Jacques à ce sujet: «Car quiconque observe toute la loi, mais pèche contre un seul commandement, devient coupable de tous» (Jacques 2:10). Lorsqu’on lit des textes de l’Ancien Testament qui traitent des dix commandements la Loi de Moïse, il est fréquent d’y lire que cette loi doit être prise dans son ensemble. Toute la loi devait être observée, car transgresser un seul de ses commandements équivalait à la transgresser entièrement. Certains systèmes théologiques présentent une idéologie arbitraire face à la Loi. Même si la loi n’est pas le moyen d’être sauvé, ils y adhèrent quand même partiellement. Pourquoi? C'est que la loi valorise les efforts personnels dans une vaine tentative de plaire à Dieu, lorsque le seul moyen de plaire à Dieu est par la foi seule (Jean 6:28,29; Hébreux 11:6). Ni pouvons-nous interpréter les œuvres de la foi au même niveau que les œuvres de la loi, car les œuvres de la foi, tout comme le respire de nos poumons, sont les agissements normaux de la foi en action dans des œuvres de confiance en Christ pour toutes choses dans notre vie, elle ne proviennent pas d'obligations à observer de notre part mais de la puissance de la grâce qui agit en nous pour nous libérer de l'esclavage de la loi et de sa condamnation. Simplement dit ce n'est pas ce que nous faisons qui compte, mais ce que Christ à fait pour nous à notre place qui compte. Souvenons-nous que même si nous ne sommes pas sous la Loi de Moïse, nous sommes néanmoins sous la loi de Christ. (1 Corinthiens 9:20-21), non une loi d'obligations mais une loi de vie et de liberté (Romains 8:2; Jacques 1:25).

 

Sous la Nouvelle Alliance dans laquelle tous les croyants participent, contrairement à l'Ancienne Alliance qui était réservée uniquement au peuple juifs, il n'y a plus aucune obligation à observer quelques ordonnances de la loi, mais seulement un esprit de liberté et de bons conseils avantageux pour marcher dans une confiance certaine en Christ. Les obligations de la loi ne sont pas imposer aux chrétiens non-juifs (les Gentils), même que les apôtres indiquent cela très clairement dans Actes 15:17-29. La Loi de Moïse est souvent utilisée par des sectes chrétiennes comme standard dans le but de mériter le salut à travers une vie de sanctification par l'obéissance nécessaire à des principes bibliques sortit hors de contexte. Mais à la lumière de la Parole de Dieu, nous avons aussi vu que l’œuvre de Jésus-Christ à la croix est l’unique moyen que Dieu donne à ses élus pour l’obtention du salut et l'assurance de la gloire éternelle. Ainsi, le salut n’est pas reçu grâce aux bonnes œuvres ni à cause d'une décision personnelle, ou même à cause de notre fidélité à observer les Dix Commandements, mais comme un pur don gratuit.

 

La Loi est un. Dans les textes bibliques, le mot hébreu pour désigner la loi est "Torah". Ce dernier, lorsqu’il est appliqué à la Loi de Moïse est toujours au singulier. C’est la même chose avec son équivalent grec Nomos pour les textes du Nouveau Testament. Ce fait est fort important parce qu’il démontre que la Loi est indivisible. Autrement dit, elle n’est pas simplement un code renfermant plusieurs lois, mais bien une seule loi qui renferme plusieurs ordonnances. Voilà qui nous aide à comprendre que la Loi doit être prise d’un seul bloc. Ainsi, on ne peut en retirer que ce qui fait notre affaire, comme le font un grand nombre de faux chrétiens qui sont déchus de la grâce pour leur persistance à vouloir se justifier par la loi.

 
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   17

similaire:

Etre sous la loi ou sous la grâCE iconUn philosophe
«Sous-inspecteur, va me chercher quatre sous de tabac», le Sous-inspecteur se levait gravement et accomplissait sa mission sans le...

Etre sous la loi ou sous la grâCE iconTp de physique n°11 : Plongée sous-marine, pression d’un fluide soumis...
«à 10 m de profondeur, la pression de l’air dans une bouteille de plongée est deux fois plus importante qu’à la surface.»

Etre sous la loi ou sous la grâCE iconCompte rendu belles challes lauzieres
«gardien d’immeuble» prévu par la loi. IL peut être employé de l’immeuble, ou du syndic, sous-traitant, gardien, etc IL peut varier...

Etre sous la loi ou sous la grâCE iconI. introduction
«séparation» (Branch). Puis divers critères sont utilisés pour identifier les sous-ensembles qui peuvent contenir la solution optimale...

Etre sous la loi ou sous la grâCE iconLes Poésies populaires juives
«optimistes» (n°9 à 11), pensant qu’ainsi le tout pourrait passer pour une comparaison entre les Juifs malheureux sous les tsars...

Etre sous la loi ou sous la grâCE icon1) Parmi les commandes suivantes, lesquelles peuvent être utilisées...

Etre sous la loi ou sous la grâCE iconSupplément au contrat de services microsoft
«l'abonné sous licence». À condition que vous respectiez tous les termes du présent Supplément, vous êtes autorisé à installer et...

Etre sous la loi ou sous la grâCE iconProcessus de création de procédés et de produits sous contraintes
«L'éléphanteau respire souffle et envoie, grâce à sa trompe, des douzaines de papillons dans les airs dans une gerbe de couleurs....

Etre sous la loi ou sous la grâCE iconStatuts l'association cynophile de ham-sous-varsberg
«L'Association Cynophile de Ham-sous-Varsberg» diffuse des informations par tous procédés (publications sur tous supports, conférences...

Etre sous la loi ou sous la grâCE iconLes deux c I t a t I o ns s o nt pr o p o s ées s a ns I n d I c...
«Il se pourrait que la vérité fût triste» (Renan) et «Les vérités consolantes doivent être démontrées deux fois» (Rostand)*. Sous...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com