Sommaire








télécharger 433.2 Kb.
titreSommaire
page8/39
date de publication31.03.2017
taille433.2 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > loi > Documentos
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   39

Collecte


Les déchets verts produits par les ménages représentent un gisement éclaté, de plus ou moins bonne qualité.

On peut envisager les actions suivantes :

- la mise en place d'une collecte séparative en porte-à-porte,

- la mise à disposition de conteneurs de réception spécifiques aux déchets verts dans des espaces bien localisés (espaces de propreté, déchèteries…),

- l'information et la sensibilisation au compostage individuel (avec mise à disposition de bacs à compost) ou l'apport volontaire sur des plates-formes de compostage.
Afin de maîtriser les coûts générés par une collecte au porte-à-porte des déchets verts, il est nécessaire de privilégier l'apport volontaire en déchèteries, le compostage individuel et de limiter le volume du contenant destiné à la collecte en porte-à-porte.


Elimination




Valorisation



D'une façon générale, les caractéristiques des déchets verts et leur degré de pureté justifient leur aptitude à subir une valorisation par compostage.

Le compostage offre une alternative intéressante face aux autres filières d'élimination et permet :

• de valoriser la matière organique et boucler ainsi le cycle de la matière,

• de réduire les flux des déchets vers les centres de stockage et les incinérateurs,

• de produire un amendement de qualité, en conformité avec la norme NF U 44-051 (en cours de révision), utilisable en agriculture, maraîchage, sur les espaces verts...
Aujourd'hui, les déchets verts sont de plus en plus souvent amenés en déchèteries et des unités de compostage sont construites en complément de l'installation de collecte.
Autres filières

Le brûlage et le rejet dans des décharges brutes ou sauvages sont encore des pratiques courantes. Non seulement, elles vont à l'encontre de la réglementation mais, de surcroît, elles occasionnent des nuisances pour le milieu naturel (odeurs, fumées, ruissellements de jus riches en azote, dégagements de biogaz…).

Les solutions de traitement ou de stockage avec les ordures ménagères sont peu adaptées aux déchets végétaux et présentent de nombreux inconvénients :

- remplissage rapide des centres de stockage qui deviennent de plus en plus rares et ne sont plus autorisés à stocker ces déchets en l'état depuis 2002 (stockage réservé alors aux seuls déchets ultimes),

- saturation saisonnière des unités de traitement des ordures ménagères par incinération, voire même une perturbation de la combustion (variation du pouvoir calorifique des ordures ménagères).

Bibliographie





Essai agronomique de plein champ d'un compost de déchets verts - 2001 - ADEME - Réf. 4079

Les matériels de compostage de déchets verts - 2001 - ADEME - Réf. 4011

Suivi d'une unité de compostage de déchets verts - 1998 - ADEME - Réf. 2967



9. Déchets de chantiers du bâtiment

Nature et origine


Ils sont issus des chantiers :

- de constructions neuves,

- de réhabilitation (dépose et reconstruction),

- de démolition.
Mis à part les déchets d'emballages, on peut classer ces déchets en trois catégories selon leur dangerosité.

Les déchets dangereux sont les matériaux contenant des goudrons, les bois traités avec des sels ou oxydes de métaux lourds ou avec des créosotes, les colles, les mastics, les peintures et vernis, les matériaux d'isolation contenant de l'amiante libre tels que les flocages et calorifugeages …,

Les déchets banals sont les bois non traités, les plastiques, les fibres organiques, les produits de synthèse, les agents de fixation…

Les déchets "inertes" sont définis comme des déchets qui ne subissent aucune modification physique, chimique ou biologique importante. Les déchets inertes ne se décomposent pas, ne brûlent pas et ne produisent aucune réaction physique ou chimique, ne sont pas biodégradables et n'ont aucun effet dommageable sur d'autres matières susceptibles d'entraîner une pollution de l'environnement ou de nuire à la santé humaine.

La production de lixiviats et la teneur des déchets en polluants ainsi que leur écotoxicité doivent être insignifiantes. Ainsi, les déchets de fabrication ou de l'utilisation de bétons, briques, tuiles et céramiques, font partie des déchets classés inertes.

1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   39

similaire:

Sommaire iconLe catalan, l’occitan et l’espéranto. Cliquez sur "International"...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Sommaire iconLa Ville est partenaire de Suivez le Phil, une émission radio qui...
«Montpellier notre ville». En page 2 de ce document un sommaire a été créé pour faciliter l’accès aux différents articles du journal....

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire

Sommaire iconSommaire








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com