Littérature Française du xviiième Montesquieu








télécharger 294.1 Kb.
titreLittérature Française du xviiième Montesquieu
page4/4
date de publication29.03.2017
taille294.1 Kb.
typeLittérature
p.21-bal.com > loi > Littérature
1   2   3   4

Présentation du XVIIIe siècle et de son rapport à l’histoire

  1. Siècle des Lumières : de 1700 à 1800 ?

  1. Un 18e siècle aux frontières étroites

  • Commence à la mort de Louis XIV en 1715

  • La révolution française 1789

  1. Un englobement du 17ème et du 18ème

  • Michel Foucault : début à l’âge classique = continuité entre le 17ème et le 18ème

  • Paul Hasard : La crise de la conscience européenne à la fin du 17ème = mouvement critique de la pensée qui correspond au dernier tiers du 17ème et fait commencer le 18ème avant le 18ème.

  • Fontenelle né en 1657 : auteur qui appartient au 2 siècles

  • Chateaubriand est né en 1768 : auteur du 18e

  1. Dates historiques à connaitre

  1. Le 18ème siècle a connu 3 rois et une régence

  • Fin du règne de Louis XIV en 1715, installation de la régence du neveu du roi Philippe d’Orléans de 1715 à 1726, Louis XV « le bien aimé » de 1726 à 1774 → stabilité des rois

  • Louis XVI en 1774 connait la Révolution Française qui lui enlève son statut de monarque de droit divin et exécuté sous la république en 1793.

  1. Période de la Révolution Française : grande instabilité politique

  • Monarchie constitutionnelle jusqu’à l’Empire au début du 18è

  • 1789 : Révolution Française par la réunion des Etats généraux

14 juillet : Prise de la Bastille

4 aout : abolition des privilèges

Etats généraux prévus par le système de la monarchie se constituent eux-mêmes en Assemblée constituante → décide de ne pas siéger séparément

  • 1791 : Monarchie constitutionnelle (= modèle anglais). Ne fonctionne que si le roi est loyal. Or Louis XVI a voulu fuir. Roi a été reconnu pendant sa fuite à Varennes.

  • 1792 : Monarchie Constitutionnelle a été remplacé par la république.

  • 1793 : vote la mort du roi → fin total de la Monarchie

  • Péril de l’étranger pour la république française + antirévolutionnaires de l’intérieur

  • 1795 : Disparition de la République

  • 1795 à 1799 : Directoire

  • 1799 : Consulat (Bonaparte au pouvoir par coup d’Etat)

  • 1804 à 1815 : Napoléon Bonaparte devient Empereur

  1. La société du 18ème : société dite d’Ancien Régime

  1. Une structure féodale (= Moyen-Age)

  • Devenue inadapté à la réalité. La société féodale propose des principes qui ne sont plus adaptés à la réalité quotidienne

  • Société par états :

Clergé : prie et rapproche de Dieu

Noblesse d’épée : fonction guerrière, vocation de défense

Noblesse de robe : gens riches qui achètent des charges à l’Etat (ex : judiciaire)

Tiers-Etat : personnes qui travaillent : artisans ou agricoles

Ceux habitant en ville vont se nommer bourgeois

Gens du tiers-état fortunés se mariaient avec des aristocrates fauchés : formation d’alliance = redorer son blason

Développement d’industries avec des structures plus conséquentes + commerce entre l’Europe et les autres pays → société féodale n’est plus adapté à l’économie

  1. Valeurs de la noblesse

  • Courage : homme est un guerrier

  • Naissance, terres, nom

  • Statut du mariage chez les nobles : mariage conçu comme une alliance sans rapport avec l’amour. Mariage décide en fonction de critères sociaux sans faire intervenir les critères individuels.

  1. Valeurs de la bourgeoisie

  • Mérite individuel

  • Travail

  • Argent

→ entre en conflit avec les valeurs dominantes de la noblesse

Origines des grandes richesses :

  • Fermiers généraux : importants qui fréquentent les nobles (très riches)

  • Commerce des Indes : commerce d’esclaves + fabriques

Denis Diderot

Biographie

Né en octobre 1713 à Langres (Est de la France). A suivi une formation dans un collège de jésuite. Fils d’une famille nombreuse. Son père est artisan (situation confortable)

Formation de 1733 à 1750. Arrive à Paris et mène une vie de bohème où il découvre son amour pour le théâtre. Il arrive à vivre en traduisant des ouvrages anglais. Il rencontre Rousseau et deviennent amis.

A partir des années 1740, il écrit la Lettre sur les aveugles destiné à ceux qui voient, ouvrage philosophique empiriste qui propose des idées inacceptables à l’époque → se retrouve en prison. Ses amis parviennent à le faire sortir et devient directeur de l’Encyclopédie

De 1750 à 1784 : Travail de l’Encyclopédie, entreprise lourde qui devait n’être qu’un travail de souscription et qui devient un nouveau projet.

Dans les années 60, il y a une rupture avec Rousseau. Ecrit des textes important pour le théâtre

Dans les années 70, va en Russie, invité par la tsarine, intéressée par la conversation mais par la politique. Les idées des Lumières ne sont donc pas acceptées et Diderot revient désillusionné.

Dans les années 80, le siècle des Lumières s’éteint (Voltaire et Rousseau meurent). Diderot meurt en 1784.

L’œuvre écrite de Diderot

C’est une œuvre polygraphe.

Le directeur de l’Encyclopédie, et le philosophe des Lumières

Il était au départ associé à D’Alembert puis il finit seul. Il commande donc des articles à un ensemble de personnes spécialisées. Il supervise l’intégralité de l’Encyclopédie. Il écrit aussi des artistes (Beau, Encyclopédie…).

Cette entreprise a eu beaucoup de succès d’autant plus que c’est ouvrage monumentale à un prix très couteux.

Les philosophes luttent contre le despotisme (celui qui gouverne seul sans aucune loi pour son pur caprice) = critique de la monarchie absolue.

→ Mise en place de l’universalisme des Lumières

Ce qui les rassemble est l’appel à la rationalité. Les encyclopédistes sont tous des philosophes de Lumières.

Le conteur et le romancier

Ecrit un roman en 1748, Les bijoux indiscrets, combiné entre une critique sociale, un roman libertin (développement au 18e) et un conte oriental (à la mode).

A écrit 3 grands romans, dont on peut se demander s’il s’agit de roman :

  • La Religieuse, a.60

  • Le neveu de Rameau, a.60

  • Jacques le Fataliste

Ecrit des courts récits (= nouvelles). Madame de La carrière.

Le théoricien esthétique

Aspect de son théâtre :

En 1757, Diderot écrit une pièce à l’intérieur des dialogues, le Fils naturel nommée « comédie sérieuse » (= drame bourgeois). Dialogue de deux personnages qui racontent l’histoire de la pièce = récit de la genèse.

Aspect de son art :

Exerce de la critique d’art, et en fait un genre littéraire dans Les salons. Il fait aussi des œuvres sur la théorie de l’art dont Essais sur la peinture en 1766.

Un peu de moins de la moitié de la production de Diderot a été publié de son vivant. Périodique écrit uniquement pour l’étranger sans de trace en France.

Jacques le Fataliste : l’intertextualité

Référence : cite le nom de l’auteur

Allusion : on laisse le lecteur comprendre de quoi il s’agit

Référence à la littérature anglaise

A écrit Eloge de Richardson (a inventé le roman sentimental)

Référence la vie et les opinions de Tritam Shandy, gentleman de Sterne.

  • Histoire de Jacques et de Denis ressemble à l’histoire de Tim

  • Le narrateur s’arrête pour réfléchir à ce qu’est un récit

Référence à la littérature antique

Référence à Esope entre le -6 et -7 avant J-C, connu pour ses fables
Référence à la littérature italienne

Référence à Goldoni par l’intermédiaire de sa pièce Le bourru bienfaisant, comédie en 2 actes en prose, pièce composée en 1770 qui a été représentée à la Comédie Française en 1771.

Goldoni en 1707, mort en 1793. Auteur italien lié à Venise. Sa pièce est une pièce écrite en français (= Casanova, Histoire de ma vie)
Référence à la littérature française

Référence à Cleveland, édition en 1731 et finit en 1739. Titre complet : Le philosophe anglais ou Histoire de Monsieur Cleveland, fils naturel de Cromwell. Il en fait référence pour se moquer de l’imagination extravagante des romans d’aventures.

Référence à L’abbé Prévost (1697-1763)

Référence à Molière (auteur du 17e) par Le Médecin malgré lui, présenté en 1666, comédie qui représente la farce, intervient comme un comique grossier.

Référence à La Fontaine par « le gland et la citrouille » (fable 9, livre 4)

Allusion à Rabelais par l’intermédiaire de la gourde, dans le quart livre

Jacques le fataliste : Histoire de l’édition

Périodique « La Correspondance littéraire » fondé au milieu du 18e fondé par Grimm, un allemand grand ami de Diderot. Ensemble d’informations qui parait tous les 15 jours. Elles portent sur la vie culturelle (parutions d’ouvrages, représentations théâtrales, concert…). Cette parution reste manuscrite.

Diderot s’intègre à cette correspondance en écrivant les comptes rendus des salons (1759). Il devient alors un critique d’art et choisis de donner un certain nombre de texte qu’il sait qu’ils resteront dans les archives → parution de Jacques le Fataliste en 17 fois de novembre 1778 jusqu’à juin 1780. Certains passages ne sont pas décents ce qui montre sa publication discrète.

Première réelle parution date de 1785, traduction d’un morceau traduit en Allemagne. Traduction du morceau avec Madame de la Pommeraye → « la vengeance d’une femme »

Traduction allemande retraduite en français en 1793, le titre devient « exemple singulier de la vengeance d’une femme » pas le succès.

L’intégralité du roman d’aujourd’hui date de 1792, et nous vient d’Allemagne. Il parait finalement en Française en 1796 avec une publication des vrais textes de « La correspondance littéraire ».

Accès aux propos du narrateur et ceux du lecteur sont relayés par le narrateur. 2 types de propos :

  • Discussion sur la littérature = méta-roman

  • Dialogue entre Jacques et son maître

3 volets constitués par Jacques et son maître :

  • Constitutions du voyage (anecdotes, rencontres…) → 9 jours

  • Discussions avec sujets variés

  • Histoires racontées par Jacques et son maître. Les personnages rencontrés peuvent aussi devenir des conteurs d’histoire

Roman qui travaille sur la discontinuité : s’interrompt sans cesse et passe à autre chose. Ceci est volontaire de la part de Diderot et a même renforcé cette coupure qui complexifie la tâche du lecteur.

Le mélange des genres :

  • Roman : Voyage de Jacques et son maître (pas seulement : fin = 3 fins possibles)

  • Dialogue (à dissocier du théâtre)

  • Fable (moral : propos général que l’on va retirer de l’histoire)

  • Conte (récit court, nouvelle)

  • Méta-discours : anti-roman ou nouveau roman ? (lecture en tant que nouveau roman à partir des a.70)

  • Parodie : reprend des éléments des genres en s’en moquant

→ recherche d’une esthétique qui sort des lieux communs en inventant des personnages extra-ordinaires.

Genre des Modernes : promotion et invention

Désigne des auteurs qui la fin du 17ème siècle ont pensés que les auteurs de l’Antiquité avaient des œuvres qui n’étaient pas supérieur à celles qu’ils étaient en train de faire. Les Modernes pensent qu’à leur époque on peut écrire des œuvres d’aussi bonne qualité que les antiquités.

2 querelle : vers la fin du 17ème + début du 18ème siècle

  • Le conte

Les Modernes ont inventés beaucoup de genres → promotion du conte de fée qui n’est pas une imitation de la littérature antique. S’inspire de la tradition orale des Mille et une nuits. Cette littérature considérée comme sans intérêt peut être une source pour les auteurs.

  • Le roman

Les Romans Mémoire inspiré par la vie de Marianne de Marivaux de 31 à 42

Marivaux a écrit une partie qu’il a laissé inachevé. Dans le roman Mémoire, il y avait l’usage d’écrire ces Mémoires. Combine roman de Mémoire et roman d’aventure. La vie de Marianne permet d’entrer dans l’intériorité des personnages car c’est le personnage qui a vécu les histoires qui les raconte.

  • Le libertinage

Le libertinage est une pratique. Le roman libertin est une construction postérieur (= Liaisons dangereuses : écrit lorsque la mode du libertinage est dépassé). Le libertinage est un mot qui s’applique aux mœurs de certains membres de la noblesse. Le noble n’a plus d’utilité majeure dans la société car ne fait plus la guerre. Interprété comme le noble n’ayant plus à faire la guerre sur le champ de bataille, déplace son champ de bataille dans le domaine de l’amour. Quand le libertin projette la conquête d’une femme, toutes ses stratégies relèvent du vocabulaire militaire. L’auteur Crébillon fait parler un libertin et utilise l’ironie qui fait l’éloge de l’inconstance (désir ne puisse pas être stabilisé). Nie l’existence des sentiments et privilégie l’exaltation du désir. Le libertinage correspond à une philosophie de la vie.

Dialogue entre Clitandre et Sydalise.

B. Raisons et critiques

Extrait entre l’arlequin et le prince de Marivaux

Réfléchit sur la question de la politique. Il est dans l’essence de l’être humain d’être libre et d’être égaux entre eux si on ne le respecte pas, on le dénature. C’est pourquoi les philosophes en viennent à critiquer les régimes monarchiques de l’époque. Ils sont opposés au despotisme et à la tyrannie.

Dimension politique : arlequin rappel au prince ses devoirs → c’est le paysan enlevé qui négocie un échange. Il fait également des reproches au prince. Il rappelle que le prince doit avoir le souci du bonheur de son peuple.

  • Le prince doit avoir de la compassion (sentiment chrétien)

Henriade : épopée consacrée à Henri IV

Roi présenté comme tolérant ce qui aide Voltaire à montrer sa position. Voltaire convaincu que la guerre est faite pour tuer des gens

Les lettres anglaises consacrées à Locke

Voltaire critique Descartes mais pas en tant que philosophe de la raison

  • c’est un métaphysicien, celui qui cherche la raison des phénomènes et ainsi arrive à passer des phénomènes physiques supposés au-delà de la physique.

  • Descartes est en plus un philosophe à système c’est-à-dire qu’il met en place une philosophie globale du monde dans lequel il fait rentrer coute que coute la réalité.

  • Il n’apprécie pas non plus le fait que Descartes défende l’existence des idées innées. Cela suppose qu’il y ait une instance supérieure au-delà de ce qui est observable.

Voltaire veut marginaliser Descartes pour mettre en avant un autre philosophe qui est Locke :

  • Il vaut mieux douter que d’avancer des idées que l’on ne peut vérifier

  • L’observation est le chemin par lequel on atteint des éléments justes mais celles-ci doit être liées avec l’observation de soi-même en train d’observer.

  • La philosophie n’a aucun rapport avec la religion (France au 17ème siècle : monarchie absolue de droit divin). La liberté de penser en-dehors du cadre de l’Eglise catholique n’existe pas. Les spéculations et analyses philosophiques devaient se faire dans cette conception catholique et monarchique du monde.

  • Celui qui est philosophe est celui qui conduit la raison. Il s’agit donc pour les philosophes de séparer les domaines (philosophie/religion, politique/religion…). C’est grâce aux philosophes du 18ème qu’il y a aujourd’hui séparation des domaines.

Locke et l’empirisme

Philosophe anglais qui a vécu au 17ème siècle (= philosophie mise en place à l’atranger et au siècle précédent).

Mise en place de l’empirisme. C’est une philosophie qui se pose la question de la formation de l’homme et de l’esprit. Elle part de l’observation. Des éléments de l’extérieur viennent s’inscrire dans le corps et laissent des traces dans l’esprit. L’accumulation de ces traces forme progressivement la mémoire.

La pensée empiriste est à l’origine de la psychologie (comment l’esprit se forme). Au 18ème siècle ni le terme d’anthropologie ni celui de psychologie n’existe.

Innovation des genres

Le 18ème siècle a inventé beaucoup de genre

Le roman sentimental

Pratiqué en France au milieu du 18ème siècle sous l’influence de Richardson. Julie ou la Nouvelle Héloïse de Rousseau est l’un des principaux romans sentimental, en réaction au roman libertin. Pour Rousseau, c’est le roman « des belles âmes », soit en opposition aux âmes laides du libertinage. Il fait l’éloge du sentiment et particulièrement de l’amour.

Histoire de deux jeunes gens séparés qui s’aiment. Saint-Preux fait un voyage à travers le monde et revient. Julie s’est mariée entre-temps. Ils se retrouvent et font un pèlerinage amoureux → thème du bonheur terrestre est important.

Saint-Preux pense à se suicider de désespoir en entrainant la femme qu’il aime dans sa mort. Rousseau pense finir le roman avec cette partie mais finalement renonce. Il écrit 2 parties supplémentaires qui changent de fin → vertu des personnages peut triompher du désespoir.

L’autobiographie

Le roman-mémoire : roman fictif mais évocation de la vie privée du personnage

Quelqu’un qui n’a pas obligatoirement une place importante dans la société. Quelqu’un qui écrit l’aspect privé de sa vie.

Les Confessions de Rousseau : raconte comment sa personnalité s’est formée en fonction des circonstances et de certaines expériences.

Ex : la mort de sa mère et a donc été élevé par son père

Tente de comprendre la genèse de la sexualité : met en place des objets d’études par le biais de la littérature.

→ autobiographie : genre au-delà du récit de la vie d’un personnage.
1   2   3   4

similaire:

Littérature Française du xviiième Montesquieu iconLittérature comme «maison du jouir»
«La littérature maghrébine de langue française au tournant du 21ème siècle : Formes et expressions littéraires dans un monde en mutation»...

Littérature Française du xviiième Montesquieu iconLittérature française du xviiiè siècle

Littérature Française du xviiième Montesquieu iconLittérature : littérature générale (grand format et éditions de poche), littérature jeunesse
«pépite» dans le monde de l’édition. Cette réussite, Editis la doit à ses maisons, des maisons prestigieuses, parfois centenaires,...

Littérature Française du xviiième Montesquieu iconLittérature : littérature générale (grand format et éditions de poche), littérature jeunesse
«pépite» dans le monde de l’édition. Cette réussite, Editis la doit à ses maisons, des maisons prestigieuses, parfois centenaires,...

Littérature Française du xviiième Montesquieu iconLittérature québécoise
Il fut un temps où, nous aussi, nous pouvions créer, dans les déserts américains, une grande nation française et balancer avec les...

Littérature Française du xviiième Montesquieu iconLittérature, théâtre, poésie, érotisme, littérature populaire, polar...

Littérature Française du xviiième Montesquieu iconLittérature : littérature générale (grand format et poche), littérature jeunesse
«pépite» dans le monde de l’édition. Cette réussite, Editis la doit à ses maisons, des maisons prestigieuses, parfois centenaires,...

Littérature Française du xviiième Montesquieu iconRÉpublique française

Littérature Française du xviiième Montesquieu iconAu programme : étude de la langue française

Littérature Française du xviiième Montesquieu iconLe programme de music together version francaise








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com