Va rejoindre à Dsoun-Boulak, en Asie Centrale, l'équipe d'Hubert de la Boissinière qui construit là-bas une étrange nef, alimentée par un mystérieux propulseur








télécharger 362.38 Kb.
titreVa rejoindre à Dsoun-Boulak, en Asie Centrale, l'équipe d'Hubert de la Boissinière qui construit là-bas une étrange nef, alimentée par un mystérieux propulseur
page1/8
date de publication28.03.2017
taille362.38 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8




Nicolas Bourbakof va rejoindre à Dsoun-Boulak, en Asie Centrale, l'équipe d'Hubert de la Boissinière qui construit là-bas une étrange nef, alimentée par un mystérieux propulseur fourni par un certain Jacobson. Tout le monde décolle. Direction : n'importe où, hors du système solaire. En accélérant à un demi g, en 17 jours la nef double Pluton. Bourbakof se fait des amis, à bord. Fowler, un physicien, transfuge de Princeton, Turyshev, un biologiste. Boissinière attend avec impatience un message de Jacobson, qui doit lui donner des instructions pour ce voyage sans précédent. Hélas une éruption solaire interrompt la réception. Voici les expéditionnaires filant "dans le brouillard". Le début du message apprend seulement au français qu'il y a dans la tête de Bourbakof, "assez de connaissances en mathématiques pour piloter la mission". Mais quelles connaissances ? se demande Boissinière. Comment aller fouiller dans la tête de cet animal ? Quelles questions lui poser ? Boissinière demande à Bourbakof de donner à l'équipage des séminaires. Celui-ci fait émerger l'équation de Lagrange d'un problème de bulle de savon. Turyshev se dit qu'il aurait dû être mathématicien. Soudain Picard, l'astronome du bord, détecte droit dans la trajectoire de la nef, qui file déjà à 8000 km/s, un immense essaim de blocs de glace. A cette vitesse, impossible de tenter une manœuvre d'évitement. Ce sont les débris de la onzième planète, fracassée par effet de marée, qui foncent vers la Terre. D'où cette mission de la dernière chance, tandis que sur Terre Jacobson et "ses amis" vont essayer de détruire cet essaim de comètes qui ne va pas tarder à débouler, Boissinière se souvient que Jacobson lui a laissé une enveloppe bleue "à ouvrir quand vous serez sortis du système solaire". Il l'ouvre ....


Nicolas Bourbakof  avait la gorge sèche. Il avait décidé de quitter définitivement ce régime honni. Bravant la police scientifique, les terribles épistémoflics qui ne faisaient pas de cadeaux, il avait décidé de tenter de rejoindre "ceux qui avaient décidé de s'en aller". Il ne supportait plus de devoir penser comme s'il avait toute la police scientifique sur le dos, sans arrêt, dans un monde qui, partout, devait être "scientifiquement correct", "mathématiquement correct". Un monde qui faisait penser au film "Brasil", sans vastes horizons, sans crêtes d'écume sur les vagues, où les mots amour, amitié semblaient avoir perdu toute signification. Des mots qui avaient été remplacés par "cooptation", "intégration". Là-bas, l'avenir était tout tracé, sur des "autoroutes de la connaissance", qui ne menaient nulle part. Un vaste ensemble circulaire, construit par le collectif des nouveaux rationalistes scientifiques, où on tournait en rond en toute connaissance de cause, d'ailleurs. Même tout gosse, quand il faisait partie des jeunesses scientifiques, il n'avait jamais été à l'aise dans ce monde-là. Le collectif gérait tout, de la naissance à la mort de l'individu, enseignait dès l'enfance que c'étaient les petits malheurs particuliers qui contribuait au grand bien général, de sorte que plus il y avait de petits malheurs particuliers et meilleures étaient les choses dans le meilleur des mondes scientifiques possibles. L'identité était la garantie de la stabilité et l'immobilisme le meilleur facteur de progrès. Cette ligne directrice, fixée par le parti, avait même touché les physiciens, puisque avant que Bourbakof ne prenne la fuite l'un d'eux avait soutenu une thèse dont le titre était « évolution des états stationnaires ».

Le voyage avait été terrible. Il avait du se cacher, partout, couvrir des milliers de kilomètres, à pied ou en s'accrochant sous des wagons de chemin de fer. Il ne connaissait qu'une chose : le nom du lieu.



Un foutu patelin, à la limite de la Mongolie extérieure. En dehors des yourtes et des parcs de petits chevaux dont les crinières blondes se soulevaient dans le vent, il voyait des tentes modernes et de vastes hangars. Comme un homme qui titube, il s'approcha de ce village de toile. Soudain il aperçut un homme à la vaste stature, au crâne dégarni, qui le héla :

- Bourbakof ! Sapristi ! Si j'avais cru qu'un homme comme vous viendrait nous rejoindre. Venez vous désaltérer. Vous avez l'air crevé.

- Je dormirais bien une semaine. Qui êtes-vous ?

- Hubert de la Boissinière, responsable du projet.

- Un projet ?

- Oui, je vous expliquerai. Mais pour le moment vous semblez être trop fatigué pour tenir une conversation qui se tienne. Venez, on va s'occuper de vous.

De Boissinière entraîna Bourbakof sous une tente.

- Vous avez du whisky, ici ?

- Non ! C'est du kulik, un truc local. Mais ça vous fera du bien.

- Boissinière … ça me dit quelque chose. Vous êtes spécialiste de MHD, je crois, non ?

- Exact.

- Et c'est quoi, ce ... projet ?

- C'est pour cela que vous êtes venu, non ?

- Bien sûr. Pour moi, les maths, c'est du passé. Je suis prêt à tout ... même à faire de la physique.

- Comme vous y allez ! Nous allons avoir besoin de vous. Ne laissez pas sur cette planète vouée dans un avenir proche à l'extension de la guerre bactériologique vos précieuses connaissances de géomètre.

- En quoi diable celles-ci pourraient elles vous être utiles ?

- Vous ne savez pas où nous allons.

- Où ?

- Justement, nous ne le savons pas non plus. La géométrie, c'est la science de l'imprévu, non ?

- Hm mm …



Il y eut un long silence. Boissinière eut un rire.

- Vous reprenez des couleurs à vue d'œil. Cigare ?

- Un truc local ?

- Non, ceux-là viennent de la Havane.

Bourbakof apprécia le mélange de fumée de Havane et de faux whisky.

- Bref, nous allons quitter la Terre.

- Exact.

- Avec la MHD ?

- Oui et non. Tout dépend d'une aide que nous attendons, d'un jour à l'autre. Le projet est accroché au fait que Jacobson réussisse à franchir les lignes avec l'Iliouchine et le bébé qu'il contient.

- Et c'est quoi ?

- Je vous l'ai dit, c'est la clef du succès de l'opération. Mais Jacobson n'a pas voulu m'en dire plus. Peut-être ne le sait-il pas lui-même, du reste.



Bourbakof ne répondit pas, il s'était endormi, affalé sur la table. Boissinière le fit installer sur un lit de camp. On lui enleva ses chaussures et il dormit quarante huit heures d'affilée, en ronflant comme un vrai slave.

L'Iliouchine se posa dans un nuage de poussière. Les membres de la petite colonie coururent vers la porte, en traînant avec eux une simple échelle, pour permettre aux passagers de descendre. Jacobson apparut le premier.

- Formidable, vous avez pu passer, s'exclama Boissinière.



La rampe arrière de l'Iliouchine s'abaissa. Les hommes détachèrent les élingues et firent descendre, avec d'infinies précautions, un gros colis qui emplissait presque toute la soute de l'avion-cargo.

- Bon, maintenant vous avez tout ce qu'il vous faut. Dans cette serviette j'ai mis tous les documents qui vous permettront d'utiliser ce truc.

- On sait comment ça marche ?

- Non, et ils nous ont demandé de ne pas l'ouvrir. Il y a deux choses qui vous intéressent. La première est une sortie de puissance électrique. Il y a de tout, du continu, une sortie BF et une sortie HF, en trois gigahertz.

- Bien...

- Au bout, la tuyère. Elle devrait vous assurer une poussée plus que suffisante, mais seulement hors de l'atmosphère terrestre. Compte tenu de la résistance structurale de la nef, je vous conseille quand même de limiter l'accélération, en croisière. Pour le décollage et la traversée de la couche atmosphérique il vous faudra prendre appui sur l'air, avec la MHD.

- S'il y a de la puissance électrique, on arrachera la nef, pas de problème.

- Je vous fais confiance pour cela. Excusez-moi, je dois repartir immédiatement. "Professeur Noé", au revoir et bonne chance.

- Vous ne restez pas un moment ?

- Non, il faut que je retourne à l'aire 51.

- Vous ne voulez pas me dire ce que vous fabriquez là-bas ?

- Je pourrais, mais ça serait long et je n'ai pas le temps. De toute façon, quand vous aurez fait un bout de route, vous comprendrez immédiatement de quoi il retourne.

- Bien, je n'insiste pas. Il faut nous mettre au travail aussitôt. En tout cas, merci. Et puis... Remerciez aussi vos ... amis.

- Je n'y manquerai pas. Mais ce sont des manifestations auxquelles ils ne sont guère habitués.

Déjà, Jacobson avait tourné les talons et gagné l'appareil d'un pas vif. En émergeant de sa tente, Bourbakof vit l'Iliouchine s'arracher au sol, en bout de piste. Il rejoignit Boissinière, qui coordonnait le remorquage de l'énorme engin, recouvert d'une bâche, vers le hangar principal.

- Et voilà, c'est à nous de jouer, maintenant. Le propulseur de croisière, on l'a.

- Vous voulez dire que grâce à ce truc nous allons pouvoir quitter la Terre.

- Avec vous, à moins que vous n'ayez changé d'avis.

- Certes non.

Les semaines suivantes furent consacrées à l'adaptation de l'ensemble propulseur générateur à la nef MHD discoïdale que Boissinière avait construite en pièces détachées et amenée à Dsoun-Boulak, dans le plus grand secret.

- Vous me faites penser à Némo, avec son Nautilus.

- Il y a de cela. Mais au lieu d'explorer les mers, c'est vers le Cosmos que nous allons nous tourner.

- Direction ?

- Constellation de la Vierge, çà ou ailleurs....
  1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

Va rejoindre à Dsoun-Boulak, en Asie Centrale, l\Proyecto final : eoc
«Los Protegidos» est une série espagnole qui s’adressent aux adolescents. C’est l’histoire d’un groupe de personne qui se fait passer...

Va rejoindre à Dsoun-Boulak, en Asie Centrale, l\Imbe new – Vendredi 17 avril 2015
«Ils ont été introduits dans l'Union européenne via les Pays-Bas» et proviendraient «d'Amérique centrale», a-t-il précisé

Va rejoindre à Dsoun-Boulak, en Asie Centrale, l\Résumé Cette communication s’intéresse aux implications concrètes...
«chaînes globales de valeurs (…) nous relient les uns aux autres» déclarait Pascal Lamy, le Directeur général de l’Organisation Mondiale...

Va rejoindre à Dsoun-Boulak, en Asie Centrale, l\Comment Camus fut-il amené à envisager un roman ayant pour sujet une ville en proie à la peste
«plaies» que, dans la Bible, Dieu envoie aux méchants pour les punir; découvrit aussi, à propos de l'épidémie qui ravagea Marseille...

Va rejoindre à Dsoun-Boulak, en Asie Centrale, l\En ce qui concerne le paysage dans les œuvres poétiques de Baudelaire...
«Nous sommes dans un lieu, quelconque. Pourtant, par la faille entrouverte entre ciel et terre, dans l’écart qui déploie, entre ici...

Va rejoindre à Dsoun-Boulak, en Asie Centrale, l\Bernard Andrieu ó Histoire des sciences de la vie et ÈpistÈmologie†:...
Par-delà les étoiles, par-delà toute chose, c’est vers l’inconditionné que nous visons, là-bas où IL n’y a plus de choses qui fourniraient...

Va rejoindre à Dsoun-Boulak, en Asie Centrale, l\Recherche de profit au travers de l’accumulation du capital. Etat : «gendarme»
«c’est un ensemble construit autour d’une question principale…, des lignes d’analyse qui permettront de traiter le sujet choisi»

Va rejoindre à Dsoun-Boulak, en Asie Centrale, l\I. Le transfert d’un usager : soin, acte ou simple mesure administrative? 4
«soins» qui est centrale. Or, le transfert est-il un «soin» ? Voilà la question cruciale qui permettra une détermination plus juste...

Va rejoindre à Dsoun-Boulak, en Asie Centrale, l\Rapport de stage iset tozeur
«Départements», que pour chacune d’elles est attribuée une tache.(j'ai effectué mon stage au centre de commutation et de transmission...

Va rejoindre à Dsoun-Boulak, en Asie Centrale, l\Civilisations de l’Asie Orientale Cadre naturel et chronologique
«indépendance historique». Ce recours à l’histoire peut aussi cacher une critique adressée à des gouvernements où la liberté de pensée...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com