Violence familiale et déficience intellectuelle








télécharger 90.5 Kb.
titreViolence familiale et déficience intellectuelle
page1/3
date de publication27.03.2017
taille90.5 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3










Violence familiale et déficience intellectuelle









 



Violence familiale et déficience intellectuelle

Déficiences intellectuelles

Les personnes atteintes d’une déficience intellectuelle ont des besoins particuliers en matière de traitement de l’information.
La déficience peut avoir une incidence sur l’apprentissage, la mémoire, la résolution de problèmes, la planification et d’autres tâches cognitives. Les capacités varient grandement d’une personne à l’autre, et les définitions de la déficience intellectuelle aussi diffèrent; on s’entend toutefois pour dire qu’une personne a une déficience intellectuelle si plusieurs aspects de son fonctionnement cognitif sont limités au point où elle ne peut répondre adéquatement aux exigences de la vie quotidienne. Comme ces exigences peuvent varier, un diagnostic de déficience intellectuelle peut être porté à certains moments et dans des situations particulières, mais non dans d’autres. De nombreux enfants, par exemple, sont classés comme ayant une déficience intellectuelle uniquement après leur entrée à l’école, où l’on met grandement l’accent sur les capacités cognitives. Mais certains de ces enfants s’adaptent bien par la suite et ne sont plus ainsi étiquetés une fois leurs études terminées.

Prévalence

Environ 1 % à 2 % de la population canadienne souffre d’une déficience intellectuelle diagnostiquée. Chez à peu près 90 %
de ces personnes, il s’agit d’une déficience légère. Cette déficience peut être congénitale (présente à la naissance) ou
acquise (à la suite d’un accident ou d’une maladie). La cause demeure inconnue dans environ 50 % de l’ensemble des cas1.
La déficience intellectuelle touche des personnes de tous les groupes raciaux, ethniques, sociaux et économiques et de tous les niveaux de scolarité, mais bon nombre d’adultes qui en sont atteints vivent dans la pauvreté en raison de leurs revenus limités2.



Termes connexes

Plusieurs termes servent couramment à désigner la déficience intellectuelle, notamment la déficience cognitive, l’arriération mentale, la déficience mentale et le retard mental. Au Royaume-Uni, l’expression trouble d’apprentissage désigne généralement la déficience intellectuelle, mais en Amérique du Nord, elle désigne des déficiences différentes et plus spécifiques, par exemple la dyslexie (difficulté à lire). Selon la définition de Troubles d’apprentissage - Association canadienne, les troubles d’apprentissage ne touchent que « des personnes qui, par ailleurs, font preuve des habiletés intellectuelles essentielles à la pensée et au raisonnement. Ainsi, les troubles d’apprentissage sont distincts de la déficience intellectuelle »3.

L’expression déficience développementale est parfois employée comme synonyme de déficience intellectuelle, mais elle désigne habituellement une catégorie plus large de déficiences qui débutent dans l’enfance et ont des effets la vie durant.

Autres déficiences

Les personnes atteintes d’une déficience intellectuelle ont souvent d’autres déficiences. Ainsi, l’épilepsie et l’infirmité motrice cérébrale sont environ huit fois plus fréquentes chez celles qui ont une déficience intellectuelle sévère que dans l’ensemble de la population. Les troubles de la vue et de l’ouïe sont également plus répandus chez les déficients intellectuels. Ces personnes peuvent aussi présenter des problèmes affectifs ou comportementaux4.

Les déficiences intellectuelles sévères entraînent généralement des schèmes de comportement et de communication

grandement atypiques, alors que les déficiences intellectuelles légères passent souvent inaperçues dans la plupart des situations.

Violence familiale

La violence familiale désigne les mauvais traitements, l’intimidation ou la contrainte exercés délibérément dans le cadre d’une relation personnelle étroite. La négligence flagrante à l’endroit d’une personne à charge peut aussi être considérée comme une forme de violence familiale lorsqu’elle cause des torts ou entraîne des risques prévisibles. Il faut adopter une définition souple de la « famille » pour reconnaître les réalités de la vie contemporaine de bon nombre de personnes, y compris celles qui ont des déficiences5.

Des phénomènes étroitement liés comme l’exploitation financière ou la violence psychologique sont parfois considérés comme des formes de violence familiale. Les enfants plus âgés et les adultes qui ont une déficience intellectuelle sont plus susceptibles de dépendre des personnes qui s’occupent d’eux que les autres personnes de leur âge. Certains dépendent de leur entourage pour leur toilette personnelle.

Pour comprendre la violence qui survient dans le cadre de ces relations étroites, il est probablement préférable de l’assimiler à la violence familiale. Bon nombre d’enfants et d’adultes ayant une déficience intellectuelle vivent dans des foyers de groupe, des maisons de soins infirmiers et d’autres habitations collectives. La violence entre deux résidents de la même habitation collective peut également être assimilée à une forme de violence familiale.

2



Formes de violence

On connaît peu la nature et la portée de la violence familiale même si la relation entre certaines de ses formes et la déficience intellectuelle a été bien documentée dans les années 1960. Certains aspects de la violence familiale (p. ex., la violence à l’égard des enfants) ont été beaucoup plus étudiés que d’autres (p. ex., la violence conjugale).

Violence à l’égard des enfants

Dans les années 1960, bon nombre de chercheurs ont établi une relation entre la violence à l’égard des enfants et la déficience intellectuelle. Elmer et Gregg, par exemple, ont indiqué que 50 % des enfants qu’ils ont examinés au cours d’un suivi de mauvais traitements présentaient une déficience intellectuelle6. Même si de nombreuses études ont porté sur des échantillons restreints ou comportaient des limites méthodologiques, la recherche a fait état à maintes reprises d’une surreprésentation des enfants ayant une déficience parmi les enfants violentés et d’une surreprésentation des enfants violentés parmi les enfants déficients.

La première étude bien contrôlée d’envergure a corroboré cette association. Elle a établi que les enfants ayant une déficience étaient au moins 1,7 fois plus nombreux à subir une forme de mauvais traitement que les autres enfants7. Une vaste étude de cohortes plus récente a établi que les enfants ayant une déficience intellectuelle risquaient 3,7 fois plus d’être négligés, 3,8 fois plus d’être victimes de violence physique et psychologique et 4,0 fois plus d’être victimes de violence sexuelle8. Les enfants atteints d’autres déficiences (p. ex., une déficience intellectuelle et des déficiences comportementales) couraient encore plus de risques d’être victimes de mauvais traitements.

La violence en établissement est collective, cachée de la population et marquée par de très grandes inégalités de pouvoir9.

On estime que les petits établissements qui sont moins isolés de la collectivité réduisent certains des risques associés à la vie en établissement sans toutefois les supprimer.

Violence en établissement

La plupart des personnes (enfants et adultes) qui ont une déficience intellectuelle vivent dans des familles normales, mais ils sont plus nombreux que les autres à vivre dans des hôpitaux, des maisons de soins infirmiers et d’autres habitations collectives, qui sont souvent le cadre d’une violence endémique. La Commission du droit du Canada s’est penchée sur la violence en établissement et a fait l’observation suivante :

La fréquence des sévices physiques et sexuels dans un grand nombre d’établissements censés protéger, soigner et éduquer des jeunes représente un tragique abus de confiance de la part des auteurs de ces actes et remet en question les moyens de surveillance mis en œuvre dans les établissements en cause. Ce mal témoigne aussi de notre indifférence vis-à-vis des enfants que nous plaçons en établissement10.

Le rapport de la Commission du droit était centré sur les enfants, mais les adultes vivant en établissement subissaient le même genre de mauvais traitements.

3



On considère parfois que la violence en établissement diffère de la violence familiale, mais cette distinction apparaît quelque peu superficielle aux yeux des personnes qui passent une bonne partie de leur vie dans des établissements ou des milieux qui s’y apparentent. Il n’y a pas non plus de mur étanche entre la famille et l’établissement, mais plutôt un continuum de milieux de vie (p. ex., familles naturelles, foyers d’accueil, foyers de groupe) qui amalgament diverses caractéristiques de la famille et de l’établissement.

Négligence

La négligence a ceci de particulier par rapport aux autres formes de violence qu’elle consiste en une omission, mais c’est l’un des torts les plus courants et les plus destructeurs qui soient causés aux personnes ayant une déficience intellectuelle et à d’autres personnes qui dépendent des fournisseurs de soins11,12. La négligence peut comprendre le fait de ne pas fournir des soins médicaux, une protection ou les nécessités de la vie. La négligence affective et éducative peut également causer des torts graves. Certains parents, par exemple, ont du mal à établir un lien solide avec un enfant qui a une déficience. L’éloignement affectif des parents augmente le risque de troubles d’apprentissage et de troubles de comportement chez ces enfants.

Agression

La violence physique à l’égard des adultes ayant une déficience intellectuelle a été relativement peu étudiée par rapport à celle qui touche des enfants ayant la même déficience, qui a reçu une attention considérable de la part des chercheurs. L’information recueillie révèle toutefois

l’existence d’un grave problème. Une étude australienne a établi que les hommes et les femmes atteints de déficience intellectuelle sont 2,9 fois plus souvent agressés physiquement que les autres adultes13.

Violence conjugale

La violence exercée par le conjoint et par d’autres partenaires intimes de déficients intellectuels est un problème dont l’ampleur n’est pas connue. Quelques études montrent cependant qu’il pourrait s’agir d’un problème grave et répandu. Les personnes qui ont des déficiences graves et multiples sont moins nombreuses à avoir des fréquentations ou à se marier que les autres personnes du même âge et du même sexe. La violence au foyer et la violence dans les fréquentations sont peut-être moins courantes chez ces personnes qui, dans l’ensemble, sont moins susceptibles d’avoir des relations intimes.

Les personnes qui présentent une déficience intellectuelle légère ou modérée et qui sont plus nombreuses à avoir des relations intimes et à se marier forment cependant un plus grand groupe. Certaines d’entre elles semblent particulièrement vulnérables à la violence conjugale. Celles qui ont été violentées ou négligées dans leur enfance ont parfois de faibles attentes ou des attentes négatives à l’égard de leurs relations d’adultes. Elles sont donc excessivement tolérantes face aux mauvais traitements exercés par le conjoint. L’isolement social, la dépendance par rapport au conjoint, la pauvreté et d’autres facteurs fréquents dans ce groupe compliquent énormément toute tentative de fuite. Les conjoints qui ont une déficience intellectuelle craignent parfois de se voir déclarés incapables de prendre

4



soin de leurs enfants et d’en perdre la garde s’ils quittent leur partenaire. Une relation violente leur semble parfois préférable à l’absence totale de relation.

Il est fréquent que les personnes atteintes d’une déficience intellectuelle se marient et aient des enfants. Bon nombre d’entre elles le font avec un succès indéniable. D’autres connaissent des problèmes graves dans leur rôle de mari, de femme ou de parent. Même si la déficience intellectuelle figure au nombre de ces difficultés, ce n’est souvent que l’une parmi tant d’autres. Une bonne proportion de ces personnes ont passé leur enfance en établissement ou dans une série de foyers d’accueil14, et d’autres ont été violentées et négligées. Ces facteurs leur ont souvent donné peu de modèles de relations familiales saines.

Agression sexuelle

Wilson et Brewer ont observé que les femmes australiennes souffrant d’une déficience intellectuelle étaient 12,7 fois plus nombreuses à être agressées sexuellement que les femmes de l’ensemble de la population15.

Stimpson et Best ont interrogé des femmes canadiennes ayant diverses déficiences, et ils ont conclu que 73 % d’entre elles avaient connu une certaine forme de violence et que 96 % de ces femmes avaient été victimes de violence sexuelle16.

Sobsey et Doe ont constaté que les femmes déficientes qui ont été agressées sexuellement ont souvent eu de la difficulté à obtenir des services de traitement17. L’article 273.1 du Code criminel du Canada aborde des questions importantes en ce qui concerne le consentement valable à l’activité sexuelle

par des personnes ayant une déficience intellectuelle. Une personne ayant un handicap sévère sur le plan de la communication ou du jugement peut être considérée comme « incapable » de donner un consentement valable. De même, une personne vulnérable de n’importe quel âge peut ne pas être en mesure de donner un consentement valable à un soignant en situation d’autorité et de confiance.

Homicide

Il y a eu très peu de recherche sur les homicides de personnes ayant une déficience intellectuelle. Il semblerait toutefois, selon les premiers indices, que les décès par homicide sont fréquents dans ce groupe. Le taux de filicide, c’est-à-dire d’homicide d’enfants déficients ou non par leurs parents, a grandement augmenté au Canada depuis 1994, tandis que le taux général d’homicide a baissé18,19. Un certain nombre de ces filicides touchaient des enfants déficients.

Relations

La recherche a clairement démontré l’existence d’une relation entre violence et déficience.

La violence, cause de la déficience

La violence est une cause importante de déficiences, intellectuelles et autres, mais son rôle a peut-être été énormément sous-estimé.

Des études récentes montrent, par exemple, que des déficiences neurologiques découlant du syndrome du bébé secoué ne se manifestent souvent qu’un an ou plus après la sortie de l’hôpital. La
  1   2   3

similaire:

Violence familiale et déficience intellectuelle iconUne déficience physique (DP), intellectuelle (DI)

Violence familiale et déficience intellectuelle iconCe document est une réalisation du Comité régional des associations...

Violence familiale et déficience intellectuelle iconColèRE, agressivité et violence
«un moyen choisi pour dominer l’autre personne». Elle adopte une théorie sur la violence conjugale qui écarte une partie importante...

Violence familiale et déficience intellectuelle iconL'assurance autonomie : une initiative porteuse pour l'autonomie...
«Nous sommes très heureux de constater que les besoins des personnes adultes et aînées ayant une déficience physique sont pris en...

Violence familiale et déficience intellectuelle iconÀ mon retour à Lyon, ma vie familiale et mes activités professionnelles...

Violence familiale et déficience intellectuelle iconOrganisation mondiale de la propriéTÉ intellectuelle

Violence familiale et déficience intellectuelle iconComité du développement et de la propriété intellectuelle (cdip)

Violence familiale et déficience intellectuelle iconTable ronde sur la propriété intellectuelle et les savoirs traditionnels

Violence familiale et déficience intellectuelle iconSuivi externe à domicile pour les adultes ayant une déficience physique

Violence familiale et déficience intellectuelle iconCc02(15) Un simple test de chuchotement est efficace pour diagnostiquer une déficience auditive








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com