QU’est ce que nous savons sur les auteurs de violences conjugales








télécharger 285.18 Kb.
titreQU’est ce que nous savons sur les auteurs de violences conjugales
page2/7
date de publication27.03.2017
taille285.18 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7

LA VIOLENCE FAITE AUX HOMMES



QU’UN ’HOMME SOIT BATTU PAR SA CONJOINTE EST UN IMPENSABLE !

Le féminisme nous a ouvert les yeux sur la violence conjugale.

Certaines féministes n’ont ouvert qu’un seul œil sur cette violence :

Celle faite aux femmes, fermant l’autre sur la violence faite aux hommes, faisant tourner le débat politique autour de l’homme abuseur et de la femme-victime, plutôt que de présenter la violence comme un réel phénomène social, dont les solutions ne sont pas seulement d’ordre politique ou sexiste.

  • Les rapports de police ou les statistiques de services sociaux de plusieurs pays révèlent qu’il y aurait 12 à 15 femmes battues pour un homme victime de violence conjugale.

Si nous voulons travailler la violence conjugale, cessons de la voir en termes de femmes battues et considérons comme une personne (peu importe le sexe) abusant une autre personne.

  • C’est un problème humain et non un problème sexué.

  • Qu’il y ait des hommes violents ne fait aucun doute, c’est une triste réalité.

  • Il existe de nombreux points de similitude entre la violence féminine et la violence masculine : ils restent ensemble pour des raisons d’ordre économique et pour les enfants.

  • Les spécificités de la violence des hommes battus : elle atteint son intégrité sociale et professionnelle.

  • Les rôles masculins sont bafoués et humiliés. L’être public est refusé dans sa reconnaissance. C’est la violence psychologique qui « tue » l’homme.

  • Le sujet spécifique de l’homme battu par sa conjointe est un phénomène atypique.

  • La question serait : la société reconnaît-elle à l’homme le droit d’être victime de violence conjugale, est-ce un impensé ?

LE CONTEXTE ACTUEL




  • Dans les recherches en sciences sociales et humaines il est acquis que : « les identités masculines et féminines sont historiques et sociales car elles ne peuvent se comprendre que par l’étude de la société 

  • Pour Bourdieu : « les différences des sexes sont inscrites dans les structures sociales et dans les consciences »

  • Les rapports sociaux de sexe sont activés à travers la notion de rôles sociaux dont l’exercice reste indispensable à la formation identitaire du sujet.

  • Les revendications féminines ont bousculé les repères masculins.

  • « Les hommes sont victimes de la révolution entre les sexes qu’ils ont vécue comme le vol de leur virilité »

  • La division des sexes est reléguée au profit de l’interchangeabilité des rôles, de l’égalité.

  • Dès lors il n’y a plus de domaines réservés, plus de rôles fixés une fois pour toutes. « Les femmes peuvent commencer à se sentir puissantes et les hommes fragiles »

  • Il est donc fondé de dire que nous nous trouvons dans une période de transition, « bousculés» justement.

La violence de la femme sur l’homme serait la résultante de deux composantes physique et psychologique.

  1. Les violences psychologiques, un ensemble de manipulations, de comportements ayant l’intention de blesser l’homme dans son intégrité psychique (sur sa sexualité, son travail domestique, de l’éducation des enfants et du travail professionnel).

  2. Les violences physiques, par des gestes concrets, des actes repérables laissant des traces visibles.

Les formes de violence envers l’homme sont regroupées selon le critère de la visibilité
LES VIOLENCES PSYCHOLOGIQUES

La violence psychologique correspond à tous les actes qui portent atteinte à l’intégrité psychique de l’homme.

  • Cet acte, qui peut être une attitude, une parole, un coup donné aux enfants dans l’intention de blesser le conjoint, correspond à une violence psychologique envers l’homme, même s’il s’agit d’une violence physique envers l’enfant.

  • Les violences psychologiques s’adressent à l’homme par voie directe, véhiculées par des NON,

  • Ces refus cherchent à blesser l’autre, à l’humilier au sein des activités quotidiennes et de l’intimité du couple.

  • La conjointe ne se déchaîne pas, mais contient ses émotions.

  • La femme violente est une « agressive passive »

  • C’est le refus du contact corporel, la négation de la relation physique à l’autre 

  • Insatisfaite, insultante, dénigrante jusque dans sa manière d’exercer sa profession

  • la violence psychologique comprend effectivement « la violence faite à l’autre en détruisant, brisant ou violentant, des personnes, des objets, des animaux à qui l’autre attache une valeur affective ou sentimentale tout autant que des chantages, les humiliations en public. »


IMPACT DES VIOLENCES PSYCHOLOGIQUES

L’impact des violences psychologiques est d’autant plus fort que l’homme est démuni face à elles.

  • L’homme entre dans le jeu de la violence en cherchant à satisfaire sa conjointe par tous les moyens.

  • Les observations sur le terrain révèlent qu’avec le temps les violences se diversifient et le rythme s’intensifie

  • Les scènes de violence prennent de l’ampleur et de nouveaux modes d’élaboration.

  • Au départ, les violences ont lieu sous des formes verbales et psychologiques, voire de l’indifférence ou du rejet,

  • Par la suite ces comportements « passifs » laissent place à des comportements agressifs, actifs et directs comme les violences physiques, point culminant de la violence conjugale.


CAS
CHRISTOPHE a 45 ans, marié depuis 20 ans avec Chantal, 48 ans

Ils ont 3 filles : 22 ans (fille de Mme) et 2 autres 18 et 14 ans

C’est son avocate qui l’oriente vers moi pour que je l’aide à comprendre son comportement, sa violence 

Il est fou amoureux de sa femme, de ses filles

  • Il a été violent envers sa femme : insultes, menaces, crachats, contraintes sexuelles et économiques

  • Il contrôle ses filles : sorties, petits copains, argent, scolarité, activité

  • Il est patron d’un restaurant, il a du personnel qu’il conduit de façon autoritaire, il ne leur laisse rien passer, le personnel tourne beaucoup, il est partout à la fois

  • Ce sont les deux plus jeunes filles qui ont poussé leur mère à partir, à s’éloigner de ce tyran après que Mr at traité de « salope  » sa belle fille qui sortait avec l’un de ses serveurs qui travaillait mal (mélange de la vie privée et du travail) ; père jaloux !!!!

  • Il a également levé la main sur sa femme, sans la toucher, parce qu’elle remettait en cause son autorité et qu’elle trouvait que son attitude n’était pas juste : les trois filles avaient travaillé au restaurant toutes les vacances, sans jour de congé et sans être payées

  • Mme n’a pas supporté cette injustice qui était la millième, elle est à bout

Elle part avec ses filles et est hébergée dans un CHRS dans un autre département

Christophe est issu d’une famille portugaise : père maçon, mère femme de ménage, ayant eu cinq enfants

  • Ils sont arrivés en France dans les années 1970, il avait 5 ans,

  • Ils ont vécu d’abord chez des compatriotes, puis le père a trouvé un terrain, une bicoque en piteux état

  • Le projet était d’avoir une maison à soi et toute la famille s’est retrouvée à bricoler, peindre, rénover, sans eau ni électricité,

  • Tout fonctionnait à coup de triques, de coups de ceinture, de privation de nourriture : avant et après l’école, les W.E, les vacances, et cela pendant des années

  • Tout l’argent possible servait à acheter le matériel de construction : pas de superflu, de choses inutiles, de gaspillage, de plaisir, de temps pour soi, pas de relations extérieures, les autres sont « de la vermine »

Christophe aussi loin qu’il se souvienne a souvent vu sa mère pleurer, en cachette, sans avoir de réaction : c’est le père qui commande

Son frère aîné se mettait souvent devant les plus jeunes dès que le père hurlait après les uns ou les autres.

Lors d’épisodes d’alcoolisation, le père choisissait l’un des enfants soit pour le battre soit pour lui ordonner de taper ses frères et sœurs, voire parfois la mère qui se refugiait dans sa chambre

Ce Mr était une force de la nature, violent, froid, distant et alcoolique, mort à la tâche et seul, à 60 ans

Christophe s’est juré que jamais, jamais il ne ferait comme son père

Il aurait une vraie famille : une femme, des enfants, une maison, un bon travail :

  • Vingt ans plus tard, il constate qu’il est au même point que son père avec peut être plus de sournoiseries, de mensonges, de violences rentrées sans alcool ou si peu.


Elle, par téléphone, me dit :

  • Qu’ils se sont mariés très jeunes : lui 19 ans, elle 22 ans

  • Que par amour elle a tout accepté, il était si gentil avec son ainée qui n’était pas sa fille et qu’elle ne voulait pas élever seule

  • Que parfois, elle aussi sentait de la violence monter en elle : le désir fou de frapper, frapper cet homme qu’elle aimait mais qui la faisait souffrir elle et ses enfants

  • Elle s’est rendu compte que son mari ressemblait à sa propre mère, choix inconscient ou mimétisme et loyauté

Elle a commencé une thérapie individuelle ainsi que ces filles, loin de La Rochelle

Mr est venu en consultation jusqu’au jugement, il s’était engagé à «  se soigner  » !!!

A travers nos consultations il a enfin compris certaines de ses attitudes, reconnu son excessivité

Pourtant il continue à nier sa violence : ce qu’il fait vivre à sa femme et ses filles n’est rien par rapport à ce que lui a vécu

Le procès pour violence conjugale a eu lieu : cinq mois de sursis, une amende,

Mme a demandé le divorce et que le droit de visite de sa cadette soit réduit au minimum

Lui, je ne l’ai plus revu.

1   2   3   4   5   6   7

similaire:

QU’est ce que nous savons sur les auteurs de violences conjugales iconL a vision de l'Islam sur l'environnement et sur l'écologie
«Et ceux-là diront : «Louange à Dieu qui a, pour nous, réalisé Sa promesse et nous a fait hériter la terre ! Nous allons nous installer...

QU’est ce que nous savons sur les auteurs de violences conjugales iconRéunion de la
«jouent pas le jeu» soient écartés de nos activités, ce qui est, nous le savons tous, une nécessité absolue pour ne pas hypothéquer...

QU’est ce que nous savons sur les auteurs de violences conjugales iconConférence sur le sens de la vie
«Enquêtes sur le sens de la vie» est parsemé. Les questions de l’interview ont été inventées mais les réponses sont conformes à 99...

QU’est ce que nous savons sur les auteurs de violences conjugales iconEst un conte philosophique dans lequel Voltaire nous raconte les...
«Le Code noir», gravure de Moreau le Jeune, xviiie siècle (reproduction tirée de Roland Lambalot, Toussaint Louverture au Château...

QU’est ce que nous savons sur les auteurs de violences conjugales iconVous êtes sans doute d'avis que vivre en bonne santé devrait être...

QU’est ce que nous savons sur les auteurs de violences conjugales iconMichèle Bourton, ancien professeur dans l'Éducation nationale, a...
Elle nous a envoyés notre numéro d'établissement national. Nous sommes connus et inspectés par l'Éducation nationale, mais nous ne...

QU’est ce que nous savons sur les auteurs de violences conjugales iconManuel
«en vase clos». Cet état de fait nous interpelle sur notre conception de l’école et nous oblige à nous interroger sur nos objectifs...

QU’est ce que nous savons sur les auteurs de violences conjugales iconRésumé Quelle expérience de consommation quand le consommateur est...
«atmospherics». Ces travaux ont été repris et développés par de nombreux auteurs. Turlet &Milliman (2000) ont établi une liste des...

QU’est ce que nous savons sur les auteurs de violences conjugales iconComposition de l’air : de quoi est composé l’air que nous respirons ? Est-il un corps pur ?
«les animaux qu’on y introduisait y périssaient en peu d’instant et les lumières s’y éteignaient sur le champ comme si on les eût...

QU’est ce que nous savons sur les auteurs de violences conjugales iconRecherche sur les «services écosystémiques»
«stage» de 5 jours. Nous vous livrons à la suite de cette liste, les programmes que nous ont adressés les chercheurs








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com