I. Lexique








télécharger 343.35 Kb.
titreI. Lexique
page8/9
date de publication01.04.2017
taille343.35 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > histoire > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9
L'identité) ne suffisent pas à mettre le moi en péril. Il faut compter, outre l'apparence physique, avec l'importance du nom - lequel n'est pas un simple mot.

79. La colère d'Achille, au début de L'Iliade, ne naît pas de l'honneur bafoué.

80. A. de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, II, II, 2, in Œuvres II, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1992, p. 614. Au faux individualisme, celui de la tradition française, cartésienne et constructiviste, Friedrich von Hayek opposera le vrai individualisme, celui de la tradition libérale anglaise représentée par Bernard de Mandeville et Adam Smith.

81. Stendhal a utilisé le néologisme d'égotisme pour désigner la peinture de soi faite par un écrivain (Souvenirs d'égotisme). En ce sens, les Confessions de Rousseau, les Essais de Montaigne sont aussi des souvenirs d'égotisme.

82. Aristote, Éthique à Nicomaque, IX, 8.

83. E. Kant, Critique de la raison pratique, trad. fr., in Œuvres philosophiques II, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1996, p. 697.

84. L'intime (adjectif substantivé) est plus large, plus englobant que l'intimité (substantif) - ainsi le vrai et le juste sont-ils plus larges, plus englobants que la vérité et la justice. Alors que le substantif renvoie à une essence mystérieuse, l'adjectif substantivé renvoie aux différentes situations concrètes où il peut être appliqué.


85. H. Arendt, condition de l’homme moderne, trad. G. Fradier, Calmann-Lévy, 1983, p. 77.

86. « économie » vient de deux mots grecs qui signifient la « loi de la maison ».

87. H. Arendt, Condition de l’homme moderne, op. cit., p. 85.

88. Ainsi peut-on continuer à se dire chrétien aujourd'hui tout en déclarant croire à la métempsycose, laquelle est évidemment incompatible avec le christianisme.

89. Voir L'éthique et La morale.

90. R. Sennett, les tyrannies de l'intimité, trad. A. Berman et R. Folkman, seuil, 1979, p. 24.

91. H. Arendt, condition de l’homme moderne, op. cit., p. 76.

92. Ibid., p. 110.

93. Ibid., p. 111.

94. Le parc de Versailles domestiquait la nature pour la vue et la promenade d'une société.

95. G. Bachelard, la poétique de l'espace, PUF, 1981, p. 88-89.

96  . G. Bachelard, la terre et les rêveries du repos, José Corti, 1948, p. 7.

97. C'est pourquoi le dommage psychologique provoqué par le cambriolage est toujours beaucoup plus important que le dommage matériel.

98. Les prostituées n’aiment pas que leurs clients leur touchent les mamelons ou la chevelure, et aucune n'accepte de se laisser embrasser sur la bouche. À Rome, même les prostituées gardaient leur soutien-gorge pour faire l'amour. Seules les femmes particulièrement dépravées l'enlevaient.

99. M. Heidegger, Questions I et II, « Tel », Gallimard, 1990, p. 418.

100. R. Descartes, Méditations métaphysiques, Œuvres et Lettres, op. cit., p. 275.

101. R. Descartes, Méditations métaphysiques, Méditation seconde eux-mêmes.

102. R. Descartes, Discours de la méthode, Quatrième partie.

103. R. Descartes, Méditations métaphysiques, Méditation seconde, Œuvres et Lettres, op. cit., p. 275.

104. E. Levinas, Totalité et infini. Essai sur l’extériorité, « Biblio Essais», Le Livre de Poche, 2010, p. 12.

105. G.W. Leibniz, lettre à Arnaud du 4/14 juillet 1686, in Discours de métaphysique et Correspondance avec Arnaud, Vrin, 1993, p. 114.

106. Ibid., p. 118.

107. J. Locke, Essai sur l'entendement humain, II, 27, § 8.

108. C.B. Macpherson, La Théorie politique de l'individualisme possessif. De Hobbes à Locke, trad. fr., « Folio Essais », Gallimard, 2004.

109. Voir La personne.

110. J. Locke, Essai sur l'entendement humain, II, 17.

111. J. Locke, Essai sur l'entendement humain, II, 27, § 7.

112. J. Locke, Essai sur l'entendement humain, II, 27, § 11.

113. J. Locke, Essai sur l'entendement humain, II, 27, § 19. Selon le critère de l'identité de conscience, c'est la métensomatose (passage d'un corps à l'autre par l'âme après la mort) et non la métempsycose (transformation de l'âme après la mort) qui constitue, selon certaines croyances, le devenir du sujet. De même, avec le thème de ce qui est encore de l'ordre de la science-fiction : un cerveau qui serait transplanté dans un corps donnerait à celui-ci une autre personnalité tandis qu'un autre corps connecté à un cerveau ne changerait pas la personnalité de celui-ci. Enfin, pour prendre une situation tragiquement réelle : dans quelle mesure une personne atteinte de la maladie d'Alzheimer est-elle la même personne ?

114. Hume relèvera une autre difficulté, d'ordre logique : la circularité entre mémoire et identité pour expliquer la formation du sujet (Traité de la nature humaine, livre I, 4e partie, section VI).

115. G.W. Leibniz, Nouveaux essais sur l'entendement humain, § 9-14. Voir L’inconscient.

116. La « véritable » révolution copernicienne a consisté à déloger le sujet (collectif) humain du centre du monde, à écarter l'anthropocentrisme de toujours.

117. E. Kant, Critique de la raison pure, Déduction transcendantale des catégories, § 16.

118. E. Kant, Critique de la raison pure, AK III, 263, Œuvres philosophiques I, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1980, p. 1047.

119. Erwin Schrödinger nota cette irréductible unicité de la conscience : « La conscience n'est jamais éprouvée au pluriel, mais seulement au singulier. Même dans les cas pathologiques de conscience divisée ou de double personnalité, les deux personnes alternent, elles ne se manifestaient jamais simultanément » (E. Schrödinger, Qu'est-ce que la vie ?, trad. fr., Christian Bourgois, 1986, p. 204). Lorsque je me dédouble, c'est encore moi qui me dédouble. La neurophysiologie contemporaine revient sur ce paradoxe : le cerveau fragmente le réel en séparant couleurs, formes, mouvements etc. Néanmoins, nous avons l'impression d'être une seule personne, dans un monde unique. D'où vient cette cohérence ? Peut-être les informations convergent-elles dans un centre cérébral (comme le pensait Descartes avec la glande pinéale). Ou alors, autre hypothèse, il y aurait une synchronie, une activation des neurones au même moment, un phénomène qui se reproduirait des dizaines de fois par seconde. Le vertige, l'illusion de la sortie hors du corps propre, l'impression qu'une partie de ce corps ne nous appartient plus sont autant de signes montrant que cette cohérence peut être détruite.

120. Kant a écrit quelque part il n’y a dans la connaissance de soi-même que la descente aux enfers qui puisse conduire à l'apothéose.

121. « Je, dont on ne peut même pas dire qu'elle [cette représentation] soit un concept mais qui est une simple conscience accompagnant tous les concepts » (E. Kant, Critique de la raison pure, trad. fr., in Œuvres philosophiques I, op. cit., p. 1050).

122. E. Kant, Prolégomènes à toute métaphysique future, § 46, trad. fr., in Œuvres philosophiques II, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1985, p. 114.

123. E. Kant, Critique de la raison pure, op. cit., p. 1467.

124. Voir La substance.

125. Les trois concepts ensemble constituent la spiritualité. L'âme renfermée dans les limites de celle-ci donne l'immortalité.

126. E. Kant, Critique de la raison pure, Dialectique transcendantale, Des paralogismes de la raison pure, AK III, 264-265.

127. Ibid., AK III, 276.

128. E. Kant, Critique de la raison pure, op. cit., p. 1050.

129. Voir Le devoir et La morale.

130. Voir La propriété.

131. M. Stirner, L'Unique et sa propriété et autres écrits, trad. fr., L’Âge d'homme, 1972, p. 81.

132. F.W.J. Schelling, Lettres sur le dogmatisme et le criticisme, trad. S. Jankélévitch, Aubier, 1950, p. 55.

133. G.W.F. Hegel, Esthétique I, trad. fr., LGF, 1997, p. 160.

134. M. Merleau-Ponty, «  La Nature ou le monde du silence », in Maurice Merleau-Ponty, ouvrage collectif dirigé par É. de Saint-Aubert, Hermann, 2008, p. 49.

135. É. Bréhier, Histoire de la philosophie III, « Quadrige », PUF, 2000, p. 612.

136. L’Ichheit de Fichte a été rendu par le barbare « moiité ». « Essence du moi » est plus élégant.

137. Il n'est pas si étonnant que les deux philosophes de la subjectivité moderne - Maine de Biran et Kierkegaard - se soient exprimés sous la forme d'un journal.

138. Maine de Biran, Dernière philosophie : existence et anthropologie, Vrin, 2000, p. 91.

139. Maine de Biran, Nouveaux essais d'anthropologie, Œuvres XIV, PUF, 1969, p. 212.

140. Voir Le sensible.

141. Maine de Biran, Correspondance avec Destutt de Tracy, Œuvres VII, Félix Alcan, 1930, p. 257.

142. S. Kierkegaard, Post-scriptum aux Miettes philosophiques, trad. fr., « Tel », Gallimard, 1989, p. 211.

143. Ibid., p. 201-202.

144. Ibid., p. 204.

145. « Ce moucheron de subjectivité », disait Hegel.

146. S. Kierkegaard, Post-scriptum aux Miettes philosophiques, p. 230.

147. Ibid., p. 235.

148. Ibid., p. 236. C'est Kierkegaard qui souligne.

149. Ibid., p. 132.

150. Ibid., p. 133.

151. S. Kierkegaard, Traité du désespoir, trad. fr., « Tel », Gallimard, 1990, p. 433.

152. Ibid., p. 477.

153. S. Kierkegaard, Ou bien… ou bien, trad. fr., Gallimard, 1943, p. 32.

154. M. Henry, Phénoménologie de la vie II. De la subjectivité, op. cit., p. 26.

155. E. Husserl, Logique formelle et logique transcendantale, trad. Suzanne Bachelard, PUF, 1957, p. 363.

156. Contre le psychologisme et dans la lignée de Frege, Husserl souligne que la théorie des nombres ordinaux ne dérive pas des vécus de l'ordination mais de l'ordre lui-même (ibid., p. 207). Seule la phénoménologie transcendantale de la raison peut fonder subjectivement la logique (ibid., p. 355).

157. En dérivant sum res cogitans, « je suis une chose qui pense » de l’ego sum, ego existo, Descartes a réifié l’ego.

158. E Husserl, Méditations cartésiennes, I, § 10, trad G. Peiffer et E Levinas, Vrin, 1992, p 52.

159. E Husserl, Méditations cartésiennes, I, § 10. Pour Michel Henry (Phénoménologie de la vie II. De la subjectivité, op. cit., p. 26-27), c'est l'idée d'âme (réalité distincte du corps et juxtaposée à lui) qui fait manquer la subjectivité à Descartes. L'âme, en effet, n'est pas donation, mais un simple fragment de réalité.

160. E. Husserl, Logique formelle et logique transcendantale, op. cit., p. 337. Voir aussi Méditations cartésiennes, § 11. G. Peiffer et E Levinas écrivent « transcendental » dans leur traduction, mais l'usage de « transcendantal » s'est imposé en français.

161. À la différence de l’épokhè sceptique, l’épokhè phénoménologique ne fait rien perdre, mais, à l'inverse, ouvre à des phénomènes jusqu'alors prisonniers d'un regard à la fois naïf et factice.

162. E Husserl, Méditations cartésiennes, I, § 11, op. cit., p. 54.

163. Sartre refusera comme inutile le moi transcendental de Husserl (La Transcendance de l'ego, Vrin, 1965, p. 23) et critiquera son refus de le soumettre à l’épokhè (p. 34).

164. E. Husserl, Idées directrices pour une phénoménologie, § 57, trad. Paul Ricœur, Gallimard, 1950, p. 189.

165. E. Husserl, Recherches phénoménologiques pour la constitution, trad. É. Escoubas, PUF, 1982, p. 154.

166. Ibid., p.155.

167. E Husserl, Méditations cartésiennes, I, § 8, op. cit., p. 46. Husserl rejette le terme de moi trop marqué empiriquement et psychologiquement.

168. Pour les phénoménologues, loin d'être une anticipation de l’épokhè, le doute cartésien est une méprise ruineuse.

169. E. Husserl, Idées directrices pour une phénoménologie, op. cit., p. 270.

170. Ibid., p. 270-271.

171. Voir infra.

172 . Platon, Premier Alcibiade, 132c-133c.

173. Voir
1   2   3   4   5   6   7   8   9

similaire:

I. Lexique iconAvant-propos
«candides» ont proposé des définitions pour chacun de ces lexiques. En fin de stage, toutes ces définitions ont été fusionnées en...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com