Universite chretienne du nord d'haiti








télécharger 482.34 Kb.
titreUniversite chretienne du nord d'haiti
page1/8
date de publication30.03.2017
taille482.34 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > finances > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8








UNIVERSITE CHRETIENNE DU NORD D'HAITI

UCNH


FACULTE DES SCIENCES ADMINISTRATIVES

Mémoire de sortie

Analyse des impacts des Institutions de Micro-Finance sur les PME au Cap-Haitien entre 2010 et 2014

Etude de la Micro-finance de la FINCA

Mirlande Daniel Saillant

En vue de l’Obtention du Grade de Licenciée en Gestion des Entreprises

Limbé, Haïti, Mai 2015

Analyse des impacts des Institutions de Micro-Finance sur les PME au Cap-Haitien entre 2010 et 2014

Etude de la Micro-finance de la FINCA

Identification du Jury

Ce mémoire intitulé : ________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

est présenté par l’étudiante : _____________________________________________________________

a été évalué par un Jury composé des personnes suivantes :

M _____________________________________ M ______________________________

Président Examinateur Externe

M _______________________________________________

Directeur du mémoire

Ce mémoire a été accepté le __________________________________________ par la Faculté des Sciences Administratives de l’Université Chrétienne du Nord d’Haiti, en vue de l’obtention du gade de Licenciée en Gestion des Entreprises.

Remerciements
La rédaction et la soutenance de mémoire sont des conditions requises par l’Université Chrétienne du Nord d’Haïti pour la délivrance d’une licence aux gradués de ses différentes facultés. Ce rêve que j’ai longtemps caressé devient aujourd’hui une réalité.

Ce mémoire, couronnant la fin de mes études universitaires de premier cycle, ne saurait être réalisé sans la contribution éminente de certaines personnes dont le Dieu de l'univers qui m'a donné la vie, la santé, le courage et l'intelligence pour penser et écrire des idées consistantes. Je le remercie grandement de m'avoir accordé cette faveur. Mes remerciements s’en vont également au Doyen de la Faculté de Gestion Mr Obène Deshommes, mon directeur de mémoire pour son concours très précieux, son dévouement, sa disponibilité et ses conseils ; tous mes camarades du primaire à l’Université qui m’ont encouragé soit par leur amitié ou leur conseil, mes anciens professeurs, mes collègues de travail de Plan International et la regrettée de mémoire ma défunte mère Anne-Marie Saint-Fleur qui a fait des sacrifices énormes pour financer mes études. Que son âme repose en Paix !
Dédicaces

Ce travail est dédié d’une façon particulière à mon Mari Gary Borgella, ma petite fille chérie Mirgaelle Borgella, mon père Daniel Saillant, ma petite Sœur Markencianne Saillant, mon petit frère Joena Ordena, ma très chère tante Macula St fleur Taris, ma grand’mère Madame Navoir St Fleur, mes oncles et tantes, mes cousins et cousines, les membres de la chorale Flambeau de Gédéon de la Rue 12 E du Cap-Haitien, à tous mes amis d’enfance et à tous les anciens gradués de la promotion 2002-2006 de l’UCNH.

RESUME

Encore aujourd’hui, la micro-finance occupe une place de choix dans les stratégies de lutte contre la pauvreté, même si sa capacité effective à réduire la pauvreté alimente encore bien des débats. Dans le cas d’Haïti, plusieurs auteurs ont tenté de faire une présentation de cette branche de la finance. Mais il manque un compte rendu permettant aux étudiants et aux chercheurs intéressés par la question d’avoir une vue d’ensemble du secteur, à partir de son développement en Haïti. Notre argumentation remontera à partir des années 2010 à 2014. Car même si, dans la société haïtienne le besoin de financement s’est fait sentir dès la fondation de la nation en 1804, les interventions significatives ne datent que de la période récente, puisque pendant l’occupation américaine du pays de 1915 à 1934, la question du financement pour le monde rural ne semble pas avoir fait l’objet d’attention particulière. Ce mémoire se propose de contribuer à une meilleure compréhension du secteur de la micro-finance dans le département du Nord.

L'objectif de cette étude est d’étudier les impacts des Institutions de Micro-finance sur les Petites et Moyennes entreprises au Cap-Haitien, montrer la contribution réelle de la micro-finance dans l'expansion des Petites et Moyennes Entreprises (PME) en Haïti, particulièrement dans la ville du Cap-Haitien. Nous faisons le tandem avec la micro-finance et les PME et nous montrons qu'un renforcement de la micro-finance peut être un élément catalyseur de la croissance des PME en Haïti. En termes d'impacts économiques et sociaux, c'est que, par un système financier inclusif solide, les pauvres trouveront la possibilité de camper leurs affaires, d'augmenter leur niveau de vie, de construire un patrimoine et de trouver du travail rémunéré pour investir dans l'amélioration de leur habitat, l'éducation des enfants, les soins de santé, bref, pour assurer une vie décente. Cela permettra aux exclus sociaux de s'intégrer dans la société en se valorisant et pour être capable de jouer pleinement leur rôle.

L'on se pose la question suivante : La micro-finance contribue-t-elle à l'expansion des PME en Haïti ?

Nous supposons que le développement de la micro-finance favorise l'expansion des petites et moyennes entreprises en Haïti, particulièrement au Cap-Haitien.

Le concept « développement de la micro-finance », utilisé dans le cadre de ce travail, est accepté comme un renforcement des activités de la micro-finance qui se mesure par l'évolution du nombre d'emprunteurs et l'évolution du volume de crédit octroyés sur la période. Ainsi, selon les données recueillir sur un échantillon de 50 personnes qui utilisent le service de micro-finance de la FINCA, nous avons constaté une augmentation du capital et du revenu mensuel de ces clients, que ce soit en termes du nombre d'entreprises et des emprunteurs actifs.

Et, par expansion des PME nous entendons une dynamisation du point de vue quantitatif, du chiffre d'affaires et du nombre d'emplois créés. Compte tenu de l'absence de statistiques officielles sur les PME en Haïti, et celle d'un cadre réglementaire, nous ne sommes pas en mesure de donner des chiffres exacts sur le nombre de PME qui s'y trouvent. Mais, en procédant par une logique déductive, nous avançons que les PME se sont beaucoup multipliées de 2010 à 2014 vu que le nombre d'emprunteurs des IMF augmentent considérablement sur la période.

Table des Matières

Présentation du sujet i

Page des membres du Jury ii

Remerciements iii

Dédicaces iv

Résumé v

Introduction 1

Problématique 2

Justification 3

Objectifs …………………………………………………………………………………...……...3

Objectif général ……………………………………………………………………...……3

Objectifs spécifiques ……………………………………………………….……………..3

Choix et Intérêt du sujet ……………………………………………………….……………..…...4

Délimitation du sujet ………………………………………………………………………...……5

Hypothèses de travail ………………………………………………………………..……………6

Méthodologie ………………………………………………………………………….………….7

CHAPITRE I

LES CADRES CONCEPTUEL ET THEORIQUE DU TRAVAIL

  1. Cadres Conceptuel et Théorique …………………………………...…....…….….…12

  1. Cadre Conceptuel …………………………………………………....…….…….…12

  2. Cadre Théorique …………………………………………………...…..……............12

CHAPITRE II

ETUDE DE LA MICRO-FINANCE DANS L’ECONOMIE DES PAYS MOINS AVANCES (PMA) : cas d ' Haiti de 1937 à 2014

2.1Définition de la Microfinance…………………………………..…….…....…….…21

      1. Historicité de la Microfinance ………………………...………..……....…...21

      2. La Microfinance dans quelques régions du monde ……..……………...……21

  1. Amérique du Nord et Europe de l’Ouest ……………….…………….....22

  2. Asie et Pacifique ……………………………………...……………..…..23

  3. Afrique Sub-Saharienne ……………………………………….………...23

  4. Europe de l’Est et Asie Centrale ……………………………....…….…..24

  5. Moyen-Orient et Afrique du Nord …………………….…..……..……...24

  6. Amérique du Nord et les Caraïbes …………………….….….….………24

      1. La Microfinance en Haiti………….…………………………………..……..25

        1. La première phase d’expansion de la microfinance Haïtienne..……........23

        2. Les Institutions non-coopératives pratiquant la microfinance................25

    1. Méthodologie de Crédit.…………………………...………………..………………..35

CHAPITRE III

Présentation Générale des Petites et Moyennes Entreprises (PME) en Haiti

3.1 Les Petites et Moyennes Entreprises (PME) ………………………………………...……38

3.2 Caractéristiques des PME en Haiti ………………………………………………………..38

3.3 Expansion des PME en Haiti ……………………………………………………..……….41

3.4 Les PME au Cap-Haitien ………………………………………………………………….42

CHAPITRE IV

Présentation générale de la FINCA

Présentation de la FINCA et l’Analyse de ses Impacts sur les PME au Cap-Haitien

4.1 Historicité de la FINCA …………………………………………………….…………..…..44

4.2 La Mission de la FINCA ……………………………………………....……………...…….45

4.3Soutiens financiers reçus par la FINCA …………………………….………………….…….45

4.4 Services offerts par la FINCA ………………...…………………………...………..……….46

4.5 La Méthodologie de la FINCA….…………………………………………………….……..47

4.6Conditions d’Eligibilité au Crédit à la FINCA ..…………………………...………..…….....53

4.7 Classification des clients..………………………………………….…..…………...……….53

CHAPITRE V

Analyse des impacts de la FINCA sur les PME au Cap-Haitien et quelques Suggestions

5. Avantages et inconvénients liés à l’utilisation du crédit à la FINCA ………….….…..…..….57

5.1 Impacts de la Microfinance sur les PME au Cap-Haitien.………………,…………………..58

5.2 Analyses des indicateurs d’expansion des PME …………………………………….............64

5.3 Analyse de l’impact de la FINCA sur les PME au Cap-Haitien...……………….…….........65

Suggestions……...……………………………………………………………………………….65

Conclusion ……………………………………………………………………………….……...67

BIBLIOGRAPHIE …………………………………………………………………...…..……...68

ANNEXES

Annexe 1 : Formulaire d’enquête pour les clients de la FINCA

Annexe 2 : Formulaire d’enquête pour les employés de la FINCA

Liste des Sigles et acronymes

ACLAM : Action Contre la Misère

ACME : Association pour la coopération avec la Micro Entreprise

ADA : Action pour le Développement Alternatif

ADIE : Association pour le droit à l’initiative économique

ANIMH : Association Nationale des Institutions de Micro-finance d'Haïti

BID : Banque Interaméricaine de Développement

BRH : Banque de la République d'Haïti

BV : Banque Villageoise

CGPME : Conférence Générale des Petites et Moyennes Entreprises

CNC : Conseil National des Coopératives

CRS : Catholic Relief Service

ECVH : Enquête sur les conditions de vie en Haiti

FENU : Fonds d'Équipements des Nations Unies

FHAF : Fondation Haïtienne d'Aide à la Femme

FHD : Fondation Haïtienne de Développement

FONKOZE : Fondasyon Kole Zepol

HTG : l'Unité Monétaire Haïtienne (La gourde)

IFC : International Finance Coorporation

IHSI : Institut Haïtien de Statistiques et d'Informatiques

IMF : Institution de Micro-finance

INSEE : Institut National de la statistique et des Études Économiques

MCN : Micro Crédit National

MIX : Micro-finance Information eXchange

ONG : Organisation Non-Gouvernementale

ONU : Organisation des Nations Unies

PME : Petites et Moyennes Entreprises

PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement

Sogesol : Société Générale de Solidarité S.A

USAID: U.S. Agency for International Development

USD : Unité Monétaire des USA (Dollar Américain)



INTRODUCTION
Étendue comme la provision de services financiers de petite taille à des populations pauvres et/ou exclues, la micro-finance a été plébiscitée comme outil de développement dans les pays pauvres ou encore comme une innovation dans les politiques de développement.

Avoir un business, c’est la volonté de cette nouvelle génération d’entrepreneurs, collectif ou individuel, ils tiennent à développer une activité économique tenant compte de leur environnement d’une manière ou d’une autre, contribuant à l’amélioration ou à l’agrandissement. Pour répondre aux besoins vitaux de leur famille, en Haiti, plus particulièrement dan la ville du Cap-Haitien, des femmes et des hommes très pauvres mais entreprenants développent une activité génératrice de revenus : étal de fruits et légumes, micro-épicerie, salon de coiffure, couture, cantine de rue, etc.

Le principal frein au développement de leur activité est le manque de capital. Ces micro-entrepreneurs n’ont pas accès à des services bancaires classiques car le montant dont ils ont besoin est trop faible pour intéresser les banques, et ils n’ont pas de garantie à leur présenter, trop petits, trop risqués, faibles apports, manque de visibilité, rentabilité trop faible ; ils sont exclus des grilles de sélection des banques. C’est aussi en pensant au financement, ces entrepreneurs qui sont à la recherche d’un financement conforme à leurs valeurs de solidarité et de durabilité se tournent vers des institutions de Microcrédit comme la FINCA que nous allons analyser ses impacts sur ces entreprises dans la ville du Cap-Haitien.

  1. Problématique

Dans tous les pays où règne un retard considérable de développement, la majeure partie de la population n'a pas accès aux services financiers traditionnels, plus particulièrement au crédit bancaire. Cette situation est vraisemblablement dû au fait qu'une grande partie de ces populations vivent dans des situations d'extrêmes précarités et de pauvreté et que les institutions financières traditionnelles imposent des conditions « draconiennes » pour accéder au crédit dans le but de couvrir le haut niveau de risque lié à l'investissement dans ces pays.

En Haïti, ces conditions sont très rigides, compte tenu surtout des troubles sociopolitiques, des catastrophes naturelles et de la mentalité anti-changement dont fait montre certains de nos concitoyens. Ces contraintes font du pays l'un des endroits des Caraïbes où le niveau de risque est le plus élevé en matière d'investissement privé et, par conséquent, un endroit où le crédit est très restrictif où la forte régulation du système bancaire ne facilite point le financement de projet risqué.1

Pour certains, le crédit est un luxe, il est discriminatoire et sélectif. « Le haut niveau de risque en est la cause, » affirment habituellement les banquiers et autres responsables d'institutions financières. Il faut ajouter à tout cela l'incapacité d'un grand nombre de demandeurs de crédit de répondre aux exigences des banques commerciales, même tout niveau de risque pris en compte.

Il faut donc, à cela trouver une alternative, si l'on veut toucher certains des problèmes économiques auxquels font face le pays. Considérant qu'avec le principe du « multiplicateur des crédits », ce dernier est le moteur du développement de l'entreprise privée, qui peut aider grandement le pays à se lancer sur la voie du développement économique et social. Il devient donc urgent que la problématique du crédit soit posée, tout en considérant ses multiples aspects.

Au Cap-Haitien, il y a une grande quantité d’institutions qui œuvrent dans le domaine de la micro-finance. Notre souci à nous est de nous interroger sur le contenu et l'efficacité du microcrédit.

Quel est l'impact global de la micro-finance sur le secteur informel à travers l'amélioration des conditions de vie des marchands bénéficiaires ?

De cette question principale découlent des préoccupations secondaires telles :

  • La micro finance est-elle capable, dans sa philosophie actuelle, de promouvoir réellement la croissance économique ?

· A quel niveau a-t-elle contribuée à réduire le problème du crédit en Haïti ?

  • Comment les institutions de Micro-Finance contribuent dans la réduction de la pauvreté dans le département du Nord plus précisément dans la ville du Cap-Haitien ?

  • Dans quelle mesure peut-on faire de la micro finance un pilier de l'économie haïtienne ?

De là, toute une série de questions que nous proposons de répondre, afin de pouvoir, à la fin du travail, confirmer ou infirmer nos hypothèses qui présupposent une relation positive entre microcrédit, accroissement de micro-entreprises commerciales et amélioration des conditions de vie au Cap-Haitien pendant la période sous étude.
  1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

Universite chretienne du nord d\Service Accueil-Information de l’Université Bureau p 023  01 44...

Universite chretienne du nord d\1 La loi lru a été votée le 10 août 2007, alors que les personnels...
«gouvernance» (article 6), donne davantage de pouvoirs aux présidents de l’Université

Universite chretienne du nord d\Séance 1 : Introduction à la séquence
«De Lisbonne à Haïti, penser la catastrophe», article de Fabien Trécourt, publié dans Philosophie magazine (15 janvier 2010), et...

Universite chretienne du nord d\C omité Départemental du Nord de Basket Ball

Universite chretienne du nord d\Statuts de l’union departementale nord lille

Universite chretienne du nord d\Économies d’eau : Réutilisation des eaux de pluie
«Eaux» de l’Afssa 15 cnrs- umr 5119-Université Montpellier 2- montpellier 16 ehesp- rennes 17 Laboratoire de Santé publique et Environnement-Faculté...

Universite chretienne du nord d\De la caisse régionale de crédit agricole du nord est

Universite chretienne du nord d\Problématique du chômage dans le département du nord et question fondamentale

Universite chretienne du nord d\Amérique du Nord 2009 Exercice I : le hockey sur gazon (5 points)

Universite chretienne du nord d\Le thème du négatif dans la pensée freudienne et la tradition des philosophies du néant
«vie et mort», qui marque fortement le titre du présent ouvrage, et la tradition ancienne, héllénique-hébraïque-chrétienne-puis-luthérienne,...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com