Notes mensuelle d’analyses de juin 2015 d’








télécharger 0.83 Mb.
titreNotes mensuelle d’analyses de juin 2015 d’
page9/12
date de publication30.03.2018
taille0.83 Mb.
typeNote
p.21-bal.com > économie > Note
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   12

En 2012, le taux de pauvreté, reste le plus élevé en Corse, Languedoc-Roussillon et Nord-Pas-de-Calais (autour de 20%) ; il est le plus faible en Bretagne et Pays de la Loire (moins de 11 %).

Au niveau départemental, c’est en Île-de-France que se trouvent à la fois les départements ayant le plus fort et le plus faible taux de pauvreté. Hors Île-de-France, tous les départements des régions Nord-Pas-de-Calais, Corse, et Languedoc-Roussillon (excepté la Lozère) ont parmi les plus forts taux de pauvreté (entre 18% et 23 %) ; entre 18 et 20%, on trouve également le Vaucluse, les Bouches-du- Rhône, l’Ariège, la Creuse, les Ardennes et l’Aisne

Les plus faibles taux de pauvreté sont observés en Loire-Atlantique, Finistère, Ille-et-Vilaine et Vendée, Savoie, Haute-Savoie et Ain (autour de 10%)
Globalement, 77% de la population pauvre réside dans les 230 grandes aires urbaines de métropole, dont 65% dans les grands pôles urbains (20% dans l’aire urbaine de Paris). À l’inverse, alors que les couronnes des grands pôles urbains regroupent 20% de la population, à peine plus de 10% des personnes pauvres y résident.
Le taux de pauvreté est le plus important dans les cœurs de pôles (villes-centres, moyens pôles et petits pôles) et les communes isolées ; il l’est moins dans les « couronnes », quelle que soit l’intensité du pôle.


Catégories de communes

Population des ménages

fiscaux en milliers

Répartition

des ménages

Niveau de vie

médian

en €

Taux de pauvreté

Niveau de vie médian population pauvre en €

Répartition

population pauvre

Intensité de la pauvreté

Grands pôles urbains (54,4% des ménages et 77,3% de la population pauvre)




Grands pôles urbains

35 865

57,8

19 887

16,1

9 242

65,2

22,1

Dont villes-centres

14 265

23,0

18 731

19,5

9 132

31,4

23,1

Dont banlieues

21 599

34,8

20 619

13,9

9 344

33,8

21,3

Couronne des grands

pôles urbains

12 178

19,6

20 975

8,8

9 725

12,1

18,1

Couronnes multi polarisées (10,7% des ménages et 9,6% de la population pauvre)




Couronnes multi polarisées

3 316

5,3

19 377

12,1

9 666

4,5

18,6

Autres couronnes

multi polarisées

3 372

5,4

18 607

13,3

9 661

5,1

18,6

Moyens pôles (3,4% des ménages et 3,5% de la population pauvre)




Moyens pôles

1 735

2,8

18 447

15,7

9 489

3,1

20 ,1

Couronne des moyens pôles

361

0,6

19 350

10,6

9 779

0,4

17,6

Petits pôles (4% de la population des ménages et 4,2% de la population pauvre)




Petits pôles

2 264

3,6

18 231

15,6

9 528

4,0

19,7

Couronnes des petits pôles

269

0,4

19 012

12,3

9 636

0,2

18,8

Communes isolées (4,5% des ménages et 5,3% de la population pauvre)




Communes isolées

2 805

4,5

17 941

16,9

9 464

5,3

20,3

Total France métropolitaine




Total

62 065

100

19 740

13,9

9 378

100,0

20,5



Tous territoires confondus, les ménages les plus touchés par la pauvreté monétaire sont généralement :

- les ménages jeunes, de 17% (Pays de la Loire) à 30% (Languedoc-Roussillon, Nord-Pas-de-Calais)

- les ménages de cinq personnes ou plus, de 15% (Bretagne) à 34% (Nord-Pas-de-Calais)

- les familles monoparentales, de 24% (Île-de-France) à 40% (Nord-Pas-de-Calais)

Les villes-centres des grands pôles urbains, ainsi que dans les moyens et petits pôles, concentrent ces populations : 27% des jeunes, 35% des familles monoparentales, 37% des ménages de cinq personnes ou plus dans les villes-centres et autour de 27% dans les moyens et petits pôles.
À l’inverse, c’est dans les couronnes des pôles que les taux sont généralement les plus faibles, en particulier dans les couronnes des grands pôles urbains où 13% des personnes parmi les ménages jeunes sont pauvres, 14% parmi les ménages de cinq personnes ou plus et 23% parmi les familles monoparentales.
Les couples sont dans l’ensemble moins exposés à la précarité monétaire ; le taux de pauvreté des couples sans enfant, en particulier, est très en-dessous de celui de l’ensemble de la population (moins de 5% en Haute-Normandie, Alsace, Bretagne, Pays de la Loire et région Centre).
Pour les personnes plus modestes, le niveau de vie dépend fortement des prestations sociales ; parmi les 10% de personnes ayant les plus faibles niveaux de vie, les prestations sociales représentent plus de 35% du revenu disponible dans les trois quarts des régions (de 27% en Corse à 48% en Nord-Pas-de-Calais).

Dans l’ensemble des grands pôles urbains, les prestations sociales constituent en moyenne 42% du revenu disponible des 10% de personnes les moins aisées (46% dans l’ensemble des villes-centres, contre 39% en moyenne sur l’ensemble des banlieues et 29% sur l’ensemble des couronnes.
Parmi les 10% de personnes ayant les plus forts niveaux de vie, les revenus du patrimoine contribuent pour plus de 25% au revenu disponible dans toutes les régions de métropole ; dans l’ensemble des grands pôles urbains, la part des revenus du patrimoine pour les 10% les plus aisés représente 27% du revenu disponible, 30% dans les villes-centres, contre 25% dans les banlieues et 26% dans les couronnes des grands pôles.

Le marché du travail, l’emploi

« Pour la première fois depuis 2012, le nombre de création d’emploi est supérieur aux destructions (solde : +16.223) », mais ce chiffrement ne prend pas en compte les TPE. La situation diffère selon les régions (solde globalement négatif au nord, est et centre, et positif à l’ouest et au sud)

«  Créations et destructions d’emplois en 2014 en France : attractivité des territoires », groupe France Industrie&Emploi, 6éme édition, mai

Base de l’étude : 202.921 entreprises de 10 salariés et plus (source : Insee, 2015), dont :





Commerce

distribution

Industrie

« autres services

Aux entreprises »

construction

Santé

Education

TIC

com

Autres

services

Banque

assurance

Immobilier

Nombre d’entreprises

71 334

36 672

30 371

28 719

15 584

7 074

5 678

4 624

2 685

Répartition %

35,2

18,1

15,0

14,2

7,7

3,5

2,8

2,3

1,3


Les destructions et créations d’emplois ont été caractérisées à partir de nombreuses sources dont :

Recensement de l’exhaustivité des Plans sociaux pour les entreprises de plus de 50 salariés

Etudes d’employabilité des salariés liées aux opérations de reclassement

Monographies socio-économiques de territoires, études territoriales (CCI, Maisons de l’Emploi, Agences de développement, etc.)

Analyse de bases spécialisées : XERFI, SESSI, CRCI, pôles de compétitivité, DATAR, ADEME, CORPORAMA, Observatoire de l’Investissement, etc.

Etudes sectorielles et études et statistiques de syndicats et associations professionnelles : ANIA, AFRC, UIMM, UIC, ENR, etc.

Statistiques INSEE et Administrations Publiques

Pôle-Emploi (Etudes BMO)
Limites (peu ou pas précisées dans la méthodologie) :

Les TPE ne sont pas intégrées dans l’étude, alors qu’elles chiffrent, dirigeants compris, plus du 1/3 des emplois du secteur marchand ; d’ailleurs, l’INSEE constate un solde négatif du fait notamment d’une situation défavorable des TPE. Le secteur public est en partie pris en compte (sans que nous sachions le type d’organismes observés, renforçant sans doute les activités service).

Le champ observé prend par ailleurs en compte les prévisions d’emploi pour l’année, en plus des mouvements effectifs, excluant (je suppose) les embauches pour remplacement

2014 intègre pour la 1er fois le commerce et rend les comparaisons globales impossible avec les années antérieures.

Enfin, on ne sait si les entreprises observées sont les établissements, les unités légales, ou les groupes d’entreprises (dans ces 2 derniers cas, les emplois sont pris en compte au siège, et non localement au lieu d’exploitation, ce qui ne semble pas être le cas ici (à vérifier).
Quelques tendances et évolutions significatives en 2014 :

Il y a poursuite des destructions d’emplois dans l’industrie, y compris dans des secteurs d’excellence comme la santé-pharmacie, l’automobile, les équipements électroniques, et un solde favorable dans les services et le commerce :


Evolution des

emplois

2014

2013

2012

créations

destructions

Ecarts

créations

destructions

Ecarts

créations

destructions

Ecarts

Nbre toutes activités dont

71 878

55 655

+16 223

53 614

68 458

-14 844

65 261

99 689

-34 428

Services

38 932

14 324

+24 508

36 111

31 398

+4 713

37 117

48 831

-11 714

Industrie

17 946

33 336

-15 390

16 643

32 384

-15 741

27 644

48 741

-21 097

Commerce

14 897

6 752

+ 8 145

?

?




?

?




Construction

103

1 243

-1 140

537

4 676

-4 139

500 à 1000

2 117

-1 617-1 117

Nbre de projets

1 813

1 020

+793

1 096

1 290

-194

1 274

1 482

-208

Nbre emplois par projet

40

54




48

53




51

67




1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   12

similaire:

Notes mensuelle d’analyses de juin 2015 d’ iconNotes mensuelle d’analyses de janvier 2016 d’
...

Notes mensuelle d’analyses de juin 2015 d’ iconLe départ sera donné le samedi 27 juin 2015 à 4h00 du matin

Notes mensuelle d’analyses de juin 2015 d’ iconCompte-rendu de l’Assemblée Générale Extraordinaire Du 24 juin 2015
«adhésions» n’ont pas été augmenté l’année passée cependant cette prochaine saison

Notes mensuelle d’analyses de juin 2015 d’ iconCalendrier juin 2012 vendredi 1 er juin animations / Semaine culturelle...

Notes mensuelle d’analyses de juin 2015 d’ iconJournal de bord de Hubert Vincent résident à Polenovo de 25/01/2015 au 22/03/2015

Notes mensuelle d’analyses de juin 2015 d’ iconTerme du début du XX. Ethno = études des peuples. Musicologie = référence...
«Ud»= existe des instruments non frété pour ne pas ajuster la hauteur des notes et d’autres avec frète pour arrêter les notes

Notes mensuelle d’analyses de juin 2015 d’ iconEn application du Règlement général d’exemption déclarant certaines...
«Dispositif d’aide pris en application du régime d’aide exempté n°SA. 41298, relatif au pour la période 2015-2020, adopté sur la...

Notes mensuelle d’analyses de juin 2015 d’ iconJournée Internationale de lutte contre la maltraitance envers les adultes âgés
«Allô Maltraitance» a tenu à marquer la Journée Internationale de lutte contre la maltraitance envers les adultes âgés le Lundi 15...

Notes mensuelle d’analyses de juin 2015 d’ icon2 postes à pourvoir à partir de janvier 2017 au Laboratoire d'Analyses...

Notes mensuelle d’analyses de juin 2015 d’ iconBts analyses de biologie medicale (bts abm)








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com