Résumé Questions Exemples L’écologiste, l’économiste et le statisticien Revenus des diplômés masculins de l’université, par discipline Des conducteurs rationnels ? Un faux absentéisme rationnel ? «L’exubérance irrationnelle»








télécharger 110.21 Kb.
titreRésumé Questions Exemples L’écologiste, l’économiste et le statisticien Revenus des diplômés masculins de l’université, par discipline Des conducteurs rationnels ? Un faux absentéisme rationnel ? «L’exubérance irrationnelle»
page2/4
date de publication17.05.2017
taille110.21 Kb.
typeRésumé
p.21-bal.com > économie > Résumé
1   2   3   4
The Skeptical Environmentalist (L’Écologiste sceptique), Cambridge University Press, 2001, a mis à jour les résultats de Simon. Alors qu’il avait commencé avec l’idée de réfuter l'analyse de Simon, Lomborg découvrit au contraire que ses recherches la confirmaient. Malgré l'augmentation de la population mondiale, les revenus per capita ont continué à croître et les prix réels des matières premières les plus importantes ont continué à baisser.

Une conséquence inattendue de la publication des résultats de Lomborg furent les attaques personnelles très virulentes dont il fit l’objet. Lors de l’une de ses présentations publiques, il reçut une tarte à la crème dans la figure. Il fut même accusé de « malhonnêteté intellectuelle » par une institution scientifique danoise ayant un statut officiel. En définitive, toutes les accusations furent réfutées de manière probante, et les procédures engagées contre Lomborg furent abandonnées. (Ce qui ne veut pas dire, naturellement, que toutes les estimations et prédictions de Lomborg s’avèreront correctes.)

Une des leçons qu’on peut en tirer est la suivante : une analyse économique solidement étayée peut être plus dangereuse pour vous que vous ne le croyez !b
a Pour un compte-rendu détaillé du pari de Ehrlich et Simon, on peut lire l’article de John Tierney, « Betting the Planet » (Parier la planète), New York Times Magazine, 2 décembre 1990.

b Un résumé de la controverse de Lomborg a été fait par Jim Giles, « The Man They Love to Hate » (L’Homme qu’ils adorent détester), Nature, v. 423, 15 mai 2003.
La deuxième objection de l’esprit sceptique vis-à-vis des économistes – « Comment se fait-il qu’ils ne soient pas tous riches ? » – semble grossière. Mais les économistes sont bien les derniers à pouvoir l’écarter d’un revers de la main. Tout d'abord, ainsi que le montre l'exemple précédent, une analyse économique correcte n’est pas nécessairement mieux accueillie par le public que des assertions fallacieuses mais psychologiquement séduisantes. Plus généralement, la connaissance scientifique, quelle que soit la discipline, ne garantit pas la richesse. Si Michael Jordan avait étudié les équations aérodynamiques gouvernant la trajectoire des missiles sphéroïdaux, est-ce que cela aurait amélioré ses performances au basket-ball ? Cet argument ne doit néanmoins pas être poussé trop loin. Quelle est après tout l'utilité de l'économie (ou du reste de l'aérodynamique) si elle ne conduit à aucun résultat pratique ? Il est donc raisonnable de s'attendre à ce qu'une compréhension supérieure de l'économie et des marchés conduise à une plus grande richesse. Bien que peu de gens puissent égaler la réussite financière de génies comme Tiger Woods au golf ou Bill Gates dans le business, une formation en économie devrait accroître les revenus. Comme le montre l'exemple ci-dessous, apparemment c'est dans une certaine mesure le cas.
EXEMPLE 1.2 REVENUS DES DIPLÔMÉS MASCULINS DE L’UNIVERSITÉ, PAR DISCIPLINE
La table présente les revenus annuels médians des hommes ayant un diplôme de licence ou plus, dans une sélection de disciplines, pour l’année 1993 – l’année la plus récente pour laquelle ces données sont disponibles. Seul un échantillon de disciplines est listé ici, et le rang est au sein de cet échantillon. (La même source présente des données similaires pour les femmes, mais malheureusement l’économie n’y figure pas.)
Revenus annuels médians pour les hommes, sélection de disciplines, 1993
Discipline Revenus en 1993 Rang
Ingénierie $51 600 1

Mathématiques 50 500 2

Pharmacie 50 500 3

Physique 50 400 4

Économie 48 100 5

Comptabilité 47 800 6

Puériculture 43 500 7

Business, autre 43 000 8

Science politique et administration 41 600 9

Psychologie 40 700 10

Biologie / sciences de la vie 39 600 11

Sociologie 38 800 12

Histoire 38 300 13

Langue et littérature anglaises 37 600 14

Éducation 34 500 15

Arts de la scène 32 100 16

Assistance sociale 30 600 17

Philosophie, religion et théologie 29 700 18
Source : Table 5 dans Daniel E. Hecker, « Earnings of College Graduates, 1993 », Monthly Labor Review, décembre 1995
Dans ce palmarès, l’économie est la première des sciences sociales. Elle vient juste derrière les disciplines dépassant $50 000 que sont l’ingénierie, la physique, les mathématiques et (plus surprenant peut-être) la pharmacie. (Bien que n’étant pas montrée ici, la pharmacie se classe au premier rang chez les femmes.)

On ne peut pas être assuré que ces revenus élevés soient spécifiquement la conséquence de la formation reçue. Pour obtenir un diplôme en ingénierie, mathématiques, statistiques, ou physique, vous devez de toute façon être plutôt intelligent ; cela s'applique peut-être aussi à l'économie. De plus, les genres de vie associés aux diverses activités sont plus ou moins attrayants. Il est concevable qu'un revenu un peu plus élevé soit nécessaire pour induire les gens à devenir inspecteur des impôts ou bourreau ; l'économie peut, elle aussi, souffrir d'un léger déficit d’image. Il est possible que la catégorie Philosophie, religion et théologie vienne en dernier dans cette table des revenus car beaucoup de gens pensent que c’est une activité noble, une « vocation élevée ». (De quelle manière ces considérations non pécuniaires jouent un rôle dans les profils de revenus par activité sera étudiée dans le chapitre 12.) L’un dans l’autre, il semble raisonnable de conclure qu’étudier l’économie conduit, dans une certaine mesure, à un surcroît de revenus.

Qu'en est-il des autres sciences sociales ? La sociologie, l'anthropologie, les sciences politiques, la psychologie sociale, et la sociobiologie essaient, elles aussi, d'expliquer les comportements. Les frontières entre l'économie et ces autres sciences sont imprécises, en partie parce que le raisonnement économique s’est montré utile dans ces disciplines aussi. Les anthropologues utilisent des techniques de l’économie pour analyser les choix de recherche de nourriture et les décisions d'espacement des naissances dans les sociétés primitives. Les spécialistes en sciences politiques utilisent l'analyse coût-bénéfice pour prédire combien de citoyens se rendront aux urnes et dans quel sens ils voteront. Et les sociobiologistes, se fondant sur l'hypothèse que des stratégies économiquement raisonnables ont plus de chances de passer les tests de sélection de la théorie de l'évolution, utilisent l'analyse économique pour expliquer par exemple pourquoi certains animaux choisissent de défendre un territoire quand d'autres préfèrent fuir. Ce livre illustrera des principes économiques à l’aide d’exemples tirés de ces diverses sciences sociales et d’autres domaines liés.

Même si ses limites sont indistinctes, l'économie a un noyau central. Premièrement, au niveau des choix individuels les économistes font généralement le postulat de l' « homo economicus », c'est-à-dire considèrent un être hypothétique dont les décisions sont fondées sur la poursuite rationnelle de son intérêt personnel. Deuxièmement, l'économie se concentre sur un type d'interaction entre les êtres humains : le concept des échanges marchands. Dans ce livre, nous donnons donc une importance prépondérante à « l'économie au sens étroit du terme », qui est associée à ce concept fondamental. Mais il existe aussi une « économie au sens large du terme » qui va au-delà de ce concept. Les économistes peuvent aussi essayer de prendre en compte les comportements irrationnels et non égocentriques. Et ils dépensent certainement des efforts importants à étudier les interactions non marchandes, allant des relations familiales aux conflits violents.

Cependant, commençons par le commencement. Il faut tout d'abord examiner le noyau central du raisonnement économique.

1.2 Homo economicus
Le terme « homo economicus » est fréquemment employé avec une connotation péjorative, pour critiquer implicitement le raisonnement économique. Puisque que les gens ne sont pas toujours rationnels ni égocentrés, l’économie, prétendent ses critiques, est bâtie sur du sable. Mais l’économiste ne déclare pas que les comportements rationnels et égocentrés sont des faits universels et absolus. Ils constituent plutôt une hypothèse de travail, dont la validité dans un contexte donné ne peut être appréciée qu’en fonction de son utilité. Est-ce que cette hypothèse nous aide à comprendre ce qui se passe effectivement sur les marchés et ailleurs ?
La rationalité

Un « comportement rationnel », dans l’usage courant, a au moins deux sens. Le premier fait référence à une méthode, le second à un résultat. Quand on parle de méthode, le comportement rationnel est une action choisie sur la base d'une pensée raisonnée plutôt que d'une habitude, d'un préjugé ou d'une émotion. Quand on parle de résultat, le comportement rationnel est une action efficace pour atteindre un objectif souhaité. Les deux sens sont différents. De bonnes méthodes peuvent parfois conduire à de mauvais résultats. (« Les plans les mieux conçus des souris et des hommes souvent ne se réalisent pas » – Robert Burns.) Et les méthodes apparemment inférieures dont disposent les animaux, même dotés de très petits cerveaux, souvent fonctionnent bien. Un être humain poursuivant une mouche avec une tapette perd en général la partie. Néanmoins, le plus souvent, on s’attend à ce qu’une décision réfléchie conduise à une meilleure action.

Tout le monde se comporte dans une certaine mesure de façon irrationnelle – mû par la passion, la décision irréfléchie, la déficience mentale, ou la simple perversité. Alors comment peut-on faire l’hypothèse de la rationalité en économie ? Postuler la rationalité ne se justifie que si cette approche aide à prédire le comportement des gens. Les économistes trouvent que la plupart de temps, même si ce n’est pas exactement tout le temps, l’hypothèse de la rationalité fonctionne bien.

Conduire une voiture fait intervenir de nombreuses décisions, parmi lesquelles le choix du niveau d’agressivité du conducteur. Il pourrait sembler que conduire agressivement est toujours irrationnel, en fait cela dépend de l’objectif qu’on a. Une personne rationnelle attachera une grande valeur à la sécurité, mais donnera aussi de l’importance à d’autres objectifs comme gagner du temps ou éviter les soucis.
EXEMPLE 1.3 DES CONDUCTEURS RATIONNELS ?
Les airbags réduisent en moyenne la gravité des blessures et le risque de mourir dans un accident de voiture. Alors, étant donné cette marge de sécurité, il peut devenir rationnel pour un conducteur de conduire plus agressivement !

Observe-t-on un tel phénomène ? Steven Peterson, George Hoffer, et Edward Millner ont étudié les statistiques collectées dans l’État de Virginie sur les accidents mortels entre deux véhicules en 1993a. Dans 30 accidents, une des voitures était équipée d’airbag et l’autre non. Les rapports d’accident permettent de connaître dans chaque cas « l’initiateur » supposé, le véhicule qui conduisait le plus agressivement. La table montre que dans 22 des 30 accidents (73%) les initiateurs conduisaient le véhicule avec un airbag, bien que seulement 50% des voitures impliquées dans un accident soient équipées d’airbags. Donc cela indique qu’avoir un airbag augmente la probabilité pour un conducteur de provoquer un accident.
Accidents entre deux véhicules l’un avec airbag et l’autre sans (État de Virginie, 1993)
Avec airbag Sans airbag

Nombre de véhicules 30 (50%) 30 (50%)

Nombre « d’initiateurs » 22 (73%) 8 (27%)
Source : adapté de Peterson et al., p. 262
Un élément de démonstration comme celui-ci ne peut être qu’indicatif, pas définitif. Et même s’ils étaient totalement validés, ces résultats n’impliqueraient pas nécessairement qu’une réglementation imposant les airbags soit mal venue. Bien que les conducteurs de véhicules équipés d’airbags puissent effectivement être tentés de prendre plus de risques, l’augmentation de l’agressivité peut ne pas effacer complètement le bénéfice général en terme de sécurité apporté par les airbags.
a Steven Peterson, George Hoffer, et Edward Millner, « Are Drivers of Air-Bag-Equipped Cars More Aggressive ? A Test of the Offsetting Behavior Hypothesis », Journal of Law and Economics, v. 38 (octobre 1995).

Pour une personne en invalidité accident, dont le salaire est temporairement pris en charge par la Sécurité sociale, le choix rationnel du moment de retourner travailler dépend d’une analyse coût-bénéfice. À quoi doit-on s’attendre si la protection sociale est renforcée ?

EXEMPLE 1.4 UN FAUX ABSENTÉISME RATIONNEL ?
Selon les réglementations fédérales américaines, dans chaque État les programmes de protection contre les accidents du travail doivent prendre en charge le salaire d’un employé blessé avec un certain « taux de remplacement » (habituellement environ 2/3 du salaire avant accident) jusqu’à un plafond donné. Pour un décideur rationnel, plus la couverture en cas d’accident est élevée, moins forte est l’incitation à reprendre le travail quand on est rétabli. Bruce D. Meyer, W. Kip Viscusi, et David L. Durbin ont étudié une « expérience naturelle » pour tester si un changement dans les incitations avait un effet sensible sur la décision de reprendre le travaila.

En 1980, l’État du Kentucky a élevé son plafond de couverture invalidité accident de $131 par semaine à $217 – une augmentation de 66%. En 1982, l’État du Michigan augmenta son propre plafond de $181 à $307 – soit +70%. (Les autres dispositions de ces États en matière de protection contre les accidents du travail restèrent essentiellement les mêmes.) Un point important à noter est que ces ajustements eurent un impact seulement sur les employés les mieux payés, ceux dont les salaires étaient suffisamment élevés pour être concernés pas la hausse du plafond de remboursement.

Si rester ou non en invalidité accident était une question purement médicale, un plafond plus élevé ne devrait pas avoir d’incidence sur la date de reprise du travail. Mais en tenant compte des incitations monétaires, un employé dans la tranche des hauts salaires et calculant rationnellement devrait être tenté de rester plus longtemps en invalidité. En revanche, les employés des tranches de salaires plus basses, n’étant pas concernés par la hausse des plafonds, n’avaient pas d’incitation particulière à repousser la date de reprise du travail.

Après la modification des dispositions dans le Kentucky, la durée médiane d’invalidité temporaire pour les employés bien payés passa de 4 à 5 semaines, tandis qu’elle resta de 3 semaines pour les employés avec des bas salaires. De même, dans le Michigan, la durée médiane pour les employés à haut salaire passa de 5 à 7 semaines, et elle resta pour les autres constante à 4 semaines. Ainsi les réactions des employés à haut salaire aussi bien que des employés à bas salaire sont cohérentes avec l’hypothèse de rationalité.
COMMENTAIRE

Nous ne devons pas nous précipiter vers la conclusion que les employés qui choisissent de rester plus longtemps en invalidité sont des cas patents de faux absentéisme. Il est aussi possible que les responsabilités familiales et d’autres contraintes financières aient auparavant forcé certains employés à retourner au travail alors qu’ils n’étaient pas encore totalement rétablis.
a Bruce D. Meyer, W. Kip Viscusi, et David L. Durbin, « Workers’s Compensation and Injury Duration: Evidence from a Natural Experiment », American Economic Review, v. 85 (juin 1995).
En dépit de ces exemples de choix rationnels et de beaucoup d’autres, faits dans des contextes aussi inattendus que la conduite automobile, on entend souvent parler de comportements « irrationnels » – même de la part d’économistes aussi éminents que le président du Bureau de la Réserve fédérale américaine.
EXEMPLE 1.5 « L’EXUBÉRANCE IRRATIONNELLE »
Le 5 décembre 1996, Alan Greenspan, le président du Bureau de la Réserve fédérale américaine à cette époque-là, fit part de sa préoccupation que le niveau élevé des prix des actions en Bourse représentait « une exubérance irrationnelle ». Et de fait, comparés aux données historiques, les cours boursiers étaient extraordinairement élevés. Au début de l’année 1980, le Dow Jones se situait vers 800 points. Dix ans plus tard, il était passé à environ 2800, et, en décembre 1996, il était aux alentours de 6900. Bien que le marché eût un peu fléchi après la déclaration de Greenspan, au début de l’année 2000 l’index atteignait presque 11000 points.

On peut dire des prix des actions qu’ils sont « trop élevés » ou « trop bas » seulement en comparaison avec les revenus actuels et anticipés des entreprises cotées. Dans son livre
1   2   3   4

similaire:

Résumé Questions Exemples L’écologiste, l’économiste et le statisticien Revenus des diplômés masculins de l’université, par discipline Des conducteurs rationnels ? Un faux absentéisme rationnel ? «L’exubérance irrationnelle» iconRésumé IL s’agit d’étudier l’impact de l’attractivité physique des...

Résumé Questions Exemples L’écologiste, l’économiste et le statisticien Revenus des diplômés masculins de l’université, par discipline Des conducteurs rationnels ? Un faux absentéisme rationnel ? «L’exubérance irrationnelle» iconListe des médecins agréés pour le contrôle à leur cabinet de l’aptitude...

Résumé Questions Exemples L’écologiste, l’économiste et le statisticien Revenus des diplômés masculins de l’université, par discipline Des conducteurs rationnels ? Un faux absentéisme rationnel ? «L’exubérance irrationnelle» iconRésumé Comment identifier les obstacles à l'apprentissage et comment...
«au travers» des obstacles à l’apprentissage dont les principaux sont : les "conceptions" des élèves

Résumé Questions Exemples L’écologiste, l’économiste et le statisticien Revenus des diplômés masculins de l’université, par discipline Des conducteurs rationnels ? Un faux absentéisme rationnel ? «L’exubérance irrationnelle» iconPerpendiculaire à la direction de propagation
«la» du diapason ou encore une corde mise en mouvement par un vibreur sont des exemples d’ondes progressives périodiques

Résumé Questions Exemples L’écologiste, l’économiste et le statisticien Revenus des diplômés masculins de l’université, par discipline Des conducteurs rationnels ? Un faux absentéisme rationnel ? «L’exubérance irrationnelle» iconSujet 5 – calcul des autres revenus et déductions

Résumé Questions Exemples L’écologiste, l’économiste et le statisticien Revenus des diplômés masculins de l’université, par discipline Des conducteurs rationnels ? Un faux absentéisme rationnel ? «L’exubérance irrationnelle» iconSection 1 : La catégorie des revenus de capitaux mobiliers 3

Résumé Questions Exemples L’écologiste, l’économiste et le statisticien Revenus des diplômés masculins de l’université, par discipline Des conducteurs rationnels ? Un faux absentéisme rationnel ? «L’exubérance irrationnelle» iconCe questionnaire est
«Facteurs Humains» (FH), supervisée par la Fédération Française de Vol à Voile (ffvv) et réalisée par un intervenant indépendant,...

Résumé Questions Exemples L’écologiste, l’économiste et le statisticien Revenus des diplômés masculins de l’université, par discipline Des conducteurs rationnels ? Un faux absentéisme rationnel ? «L’exubérance irrationnelle» iconUniversite de m’hamed bougara de boumerdes
«machine pour mesurer la vitesse des eaux courantes et le sillage des vaisseaux». Le concept est repris et amélioré par l'ingénieur...

Résumé Questions Exemples L’écologiste, l’économiste et le statisticien Revenus des diplômés masculins de l’université, par discipline Des conducteurs rationnels ? Un faux absentéisme rationnel ? «L’exubérance irrationnelle» iconQcm : Répondre par Vrai ou Faux

Résumé Questions Exemples L’écologiste, l’économiste et le statisticien Revenus des diplômés masculins de l’université, par discipline Des conducteurs rationnels ? Un faux absentéisme rationnel ? «L’exubérance irrationnelle» iconRésumé : L’évolution des sciences de gestion est en partie assurée...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com