Introduction a l'analyse economique








télécharger 0.54 Mb.
titreIntroduction a l'analyse economique
page11/11
date de publication15.04.2017
taille0.54 Mb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > économie > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11
2: théorie de la répartition
On parle ici de répartition des revenus.

La théorie de Ricardo doit expliquer comment le surplus se répartie dans les 3 classes de la société (voir plus haut), elle doit expliquer comment le revenu national se partage entre la rente, le profit et le salaire.
a: la théorie du salaire
(connaissant le salaire et la rente on en déduira le profit).

Il y a chez les classiques une distinction entre 2 espaces de prix, on reconnaît qu'il y a un espace variable et superficiel: les prix courants de marché. Derrière eux, il y a l'espace des valeurs: prix naturel. Cette distinction vaut pour tout les types de prix. Ricardo va appliquer cette distinction à la question du salaire.

Les prix courants de marché: Ricardo dit la même chose sur le prix courant. Ce salaire est déterminé au jour le jour par l'offre et la demande du marché du travail, par la détermination marchande. Le salaire courant est le salaire d'équilibre.

Les prix naturel est le plus important. Il est déterminé par des facteurs fondamentaux, par la valeur du travail, il va appliquer la théorie de la valeur au travail. La valeur d'une marchandise chez Ricardo est le temps de travail nécessaire à la production. Pour le salaire naturel se sera la quantité de subsistance qui permet la reproduction sociale du travail, des travailleurs.

Ricardo "le prix naturel du travail est celui qui fourni aux ouvriers, en général, le moyen de subsister et de perpétuer leur espèce sans accroissement ni diminution."

Il apparaît que le salaire naturel ne soit pas une quantité de finance mais un panier de biens: le panier de biens qui permet la reproduction sociale des travailleurs: entretien et reproduction du stock de main d'oeuvre existant. Ce salaire naturel n'est pas un minimum vital, naturel, physique mais social qui dépend de l'état d'avancement des sociétés. Le contenu du panier de biens, le salaire naturel dépend de l'évolution de la société. Avec le progrès, le salaire de subsistance tend à s'élever. Ricardo en fait une analyse conjointe qui peut se ramener à ce graphique.


Stable; on part de cette idée, quelque soit l'emploi, le salaire naturel est le même.

Nd est l'offre d'emploi des capitalistes (salaire du marché).

Il y a une demande de travail: plus le salaire est élevé plus la quantité de travail est faible

Ns est l'offre de travail des ouvriers.

Ricardo présente une vision du marché du travail et de son évolution en liant des phénomènes éco et démographiques. Le salaire courant est plus grand que le salaire naturel. Les salariés touchent plus que le nécessaire pour subsister dans leur société. On a une situation d'aisance matériel pour les salariés.

La population ouvrière quand elle se porte bien fait des enfants. Il y a un développement de la natalité 20 ans plus tard du fait de la natalité donc un déplacement (Ns2) il a beaucoup d'ouvriers. Dans cette situation nouvelle, le salaire courant est inférieur au salaire naturel. C'est une situation de pauvreté qui entraîne une forte mortalité, celle-ci va revenir au point de départ. Il y a des cycles à la fois éco et démographique. La vision de Malthus est reprise par Ricardo: avec cette représentation, le salaire courant tourne autour du salaire naturel.

Cette gravitation est un phénomène plus général chez les classiques: Smith comme Ricardo . Pour toutes marchandises, le prix du marché ou le salaire de marché gravite autour de son point moyen; naturel.

La misère est nécessaire pour la gravitation, mais Ricardo s'oppose à l'assistance au pauvre: s'il y a une surpopulation, celle-ci doit être dominé par la prévoyance individuelle c'est à dire la maîtrise de la natalité (par le mariage tardif)
b: théorie de la rente
C'est en discutant les thèses de Malthus que Ricardo à sortie cette théorie.

Cette théorie de la rente foncière sera conforme avec les fondements de l'analyse ricadienne: la théorie de la valeur.

Ricardo "la valeur échangeable d'une denrée quelconque n'est jamais réglée parla petite somme de travail nécessaire pour sa production dans les circonstances extrêmement favorables, cette valeur dépend au contraire de la grande quantité de travail que sont forcés d'employer ceux qui ont ajouté pour produire dans les circonstances les plus défavorables".

Ricardo se plaçait dans des conditions les plus difficiles dans l'exécution du travail en question. Cet élément prend un tour essentiel, pour Ricardo la valeur d'échange (le prix naturel) d'un produit correspond à son coût en travail, il ne s'agit pas du coût moyen, unitaire mais du coût marginal.

Le coût marginal est le coût à la marge de la dernière usité produite.

Coût moyen est le coût unitaire;

Le coût marginal est le coût de production dans les circonstances les plus défavorables. Ce principe (qui ne sera pas repris par Marx mais par les néoclassiques dans une école marginaliste) est le coût marginal et non pas le coût moyen, dans des circonstances les plus défavorables et pas dans les circonstances normales ou moyennes.

Cet élément est appliqué de façon privilégié par Ricardo à propos de l'agriculture (ce revenu est proprement agricole et non industriel).

On pourrait résumer son raisonnement en 3 temps (par la thèse ricardienne):* en matière agricole, les terrains sont de qualités diverses (fertilité diverses). Le blé suivant les terrains, sera produit à des coûts différents.

                                              *le prix de vente du blé (prix naturel, valeur d'échange) correspond au coût en travail le plus élevé, celui correspondant aux terres les moins fertiles (les dernières terres mises en culture car elles sont fertiles);

                                            * conclusion: que vont faire les propriétaires fonciers des terres les plus fertiles ? Les 1ères terres sont celles pour lequel le coût en travail pour faire du blé, est le plus faible. Ces propriétaires vont exiger de leurs fermiers (entreprise capitaliste agricole) à qui il loue leurs terres, ils vont exiger un loyer à l'origine de la rente et pour le niveau du loyer, les fermiers vont demander une somme égale à la différence entre le coût de Y° marginal (sur la dernière terre mise en culture) moins les coûts de Y° effectifs.

R = coût de Y° marginal - coût de Y° effectif

    valeur

Le loyer (rente) que les propriétaires fonciers, les entreprises capitalistes qui louent leurs terres, vont exiger de leur fermiers: est égal à l'écart entre les coûts de Y° sur la terre marginale (valeur du blé) , coût en travail dans les circonstances les plus défavorables, c'est à dire le coût de Y° sur les terres marginales donc coûts de Y° effectif pour les entreprises capitalistes, ces terres sont plus fertiles que les terres marginales.

A partir de là, la rente foncière est une rente différentielle car chez Ricardo elle dépend de la différenciation des conditions de la Y° agricole selon les différents terrains. Il y a des terres de productivité différentes, des coûts de productivité différents et donc il peut y avoir des rentes ponctionner par les propriétaires fonciers sur le produit de la terre;
c: le profit
C'est ce qui reste entre les mains des entreprises capitalistes une fois qu'ils ont payé les salaires et les rentes.

On peut avoir une idée du montant du profit car c'est le revenu national moins les salaires moins les rentes.

Le revenu national est égal au produit national (la somme des biens dont le montant est explicité à l'issus de la théorie de la valeur de Ricardo). On peut donc déduire le profit.

Si le profit national et le revenu national sont constants: si les rentes augmentent, le profit va baisser, de même si les salaires augmentent, le profit baisse. Ricardo mettra en évidence un mouvement général qui aboutit a un rétrécissement de la part des profits lequel va apporter un crack à l'évolution de l'éco. En 1970 l'état saturé (accroissement zéro).

Chez Ricardo le profit est perçu par le taux de profit (r), il ramène le montant absolu total du profit au capital engagé; ce taux de profit est le même (uniformité du taux de profit) car il y a une concurrence entre les capitaux

r = µ/ K-> uniforme dans toute l'éco, sinon un mouvement de capitaux se fait.
3: la théorie de l'évolution éco
L'évolution éco moderne, en régime capitaliste, est une situation de croissance éco qui est essentiellement permise par l'accumulation de capitaux. Cette accumulation a une condition unique: un taux de profit suffisamment élevé.

Ricardo: si le taux de profit est suffisamment élevé, il dépasse le niveau jugé normal, si le capital est suffisamment rémunéré, on aura une accumulation de capitaux.

Cette accumulation du capital permettra la croissance éco. Si le capital rapporte assez, le taux de profit sera suffisamment élevé, le comportement d'épargne et d'investissement en seront encouragés.

On va investir, le progrès technique sera incorporé et on aura une croissance, un développement éco. Chez Ricardo la rémunération du profit a un rôle essentiel car il conditionne la progression éco. Ricardo nous dit que ce taux de profit est la cause unique de l'accumulation du capital, il s'oppose à Malthus qui a été le précurseur de la demande effective: Malthus avait donné l'idée que pour que la croissance se développe, il faut une accumulation du revenu mais Malthus y rajoute les débouchés, car si les débouchés sont insuffisants, cela va compromettre la croissance éco.

Pour Ricardo non, il suit JB Say et sa loi des débouchés. Loi de Say "tout offre crée sa propre demande".

Ricardo: "la demande de produit n'est borné que par la production", c'est l'offre qui peut limiter la demande mais pas l'inverse. Donc en écartant la nécessité de débouchés préalables, il fait du taux de profit et de rentabilité, le point central au sein de la croissance donnée. En reprenant Smith, il affirme que c'est en particulier du développement individuel que dépend du capital accumulé.

Ricardo: "il n'est pas de limites pour la demande, pour l'emploi du revenu, toutes les fois que le revenu donne quelque profit".

r assez haut-> accumulation de capitaux -> développement éco

Une accumulation de capitaux (z) fait augmenter la main d'oeuvres d'où un besoins accru de blé donc augmentation de la production agricole d'où la culture de terres supplémentaires donc augmentation du prix du blé donc augmentation de la rente totale donc baisse du taux de profit dans l'agriculture donc baisse du taux de profit général, l'accumulation de capitaux est entravée d'où un état stationnaire.

Ricardo commence par dire que (Z) est égal à l'investissement, l'entreprise demande de plus en plus de bras d'où une augmentation de la main d'oeuvre, s'il en faut plus il faut plus de blé pour les nourrir, cela veut dire mettre en culture des terres nouvelles donc moins fertiles, donc un coût plus élevé du blé, cette liaison est correcte si on adopte la théorie de la valeur de Ricardo et si on fait l'hypothèse que le rendement agricole baisse. Au fur et à mesure que la Y° augmente les conditions sont plus difficiles donc le prix du blé augmente, si le prix du blé augmente, le rente aussi.

Ricardo "ce n'est pas parce que la rente est élevé que le prix du blé est élevé mais le contraire."

Si la rente augmente, le profit diminue mais on a une hypothèse de taux de profit uniforme. Donc si le taux de profit baisse dans l'agriculture, on a une baisse du taux de profit en général. Un taux de profit assez haut est la condition à l'accumulation de capitaux. Si le profit baisse trop, l'accumulation du capital est entravée et donc un état stationnaire s'installe;

Le système est en croissance. C'est la tendance spontanée du système au début elle peut être entravé ou favorisé suivant la politique éco qui est menée.

Il y a 2 politique éco à laquelle le parlementaire Ricardo va s'opposer, cette position prise est en fait justifiée par sa théorie.

La 1ère politique éco s'oppose à la taxation des profits, il est favorable aux impôt mais pas sur les profits car ils ont tendance à la baisse. Ricardo dans le débat sur les Corn Laws (lois du blé, présentent en Angleterre qui protégeaient les producteurs, propriétaires fonciers et entravent l'import de blé), Ricardo va se battre pour abolir cette loi car le schéma mène à l'état stationnaire. Si on ouvre les frontières de l'Angleterre au blé français: l'augmentation de la production pourrait donner lieu non pas à la mise en culture de nouvelles terres mais on pourrait répondre aux besoins en blé par l'importation, ainsi il n'y aura pas de pression, à la hausse du prix du blé et dans ce cas là, la rente n'augmentera pas donc le taux de profit ne diminuera pas, donc l'accumulation de capitaux n'est pas entravée.

Pour Ricardo, l'importation est une façon de contrecarrer l'état stationnaire, il promeut le libre échange, il poursuit la théorie de la spéculation et du commerce international proposé par Smith, il verrait très bien une division internationale du travail: L'Angleterre devient l'usine du monde, spécialisé en bien naturel et le reste du monde se spécialise dans les produits agricoles.
Ricardo a aussi pris des positions à la fois théorique et pratique en faveur du progrès technique et dans l'agriculture en particulier, car si le progrès technique se développe notamment en agriculture cela pourrait augmenter la production du travail dans l'agriculture donc cela pourrait limiter l'augmentation du prix du blé. Il faudra moins de travail pour produire autant. Le prix naturel du blé va diminuer. Ricardo comme Keynes est un auteur qui sait joindre les 2 bouts: bâtir une théorie abstraite

                       faire aboutir cette théorie dans les termes du politique éco proposé pour répondre à des problèmes très concrets c'est à dire aux problèmes théoriques du moment.
CHAPITRE 3: échange marchand

CHAPITRE 4: marché et organisation

CONCLUSION: méthode utilisée en économie
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

similaire:

Introduction a l\Introduction aux sciences économique et à la gestion
«La science économique est celle qui a pour objet la production, la consommation et l’échange de biens et services rares»

Introduction a l\De l’analyse économique moderne

Introduction a l\Introduction a l'analyse de fourier

Introduction a l\La science économique est l'ensemble des travaux élaborés par les...

Introduction a l\Une analyse exhaustive de la liaison wan
«L’analyseur wan optiView est d’un grand intérêt pour les responsables informatiques désireux de pérenniser leurs investissements...

Introduction a l\Chapitre 1 : Introduction à l'optique géométrique I introduction

Introduction a l\Critique 183: Une analyse étrange du lien existant entre la consommation...
«modérés» réduisent-ils leurs risques de mortalité ? Un examen systématique, une méta-analyse de la consommation d’alcool et de la...

Introduction a l\L’organisation socio-économique

Introduction a l\Partie 2 – économique, scientifique et technique

Introduction a l\Définition "intelligence économique"/"veille"








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com