Programme des nations unies pour le developpement (pnud)








télécharger 1.11 Mb.
titreProgramme des nations unies pour le developpement (pnud)
page16/21
date de publication12.04.2017
taille1.11 Mb.
typeProgramme
p.21-bal.com > économie > Programme
1   ...   13   14   15   16   17   18   19   20   21



Modalités de gestion institutionnelle et financière


Le projet sera exécuté selon la modalité « Exécution Nationale » (NEX).

L’Agence gouvernementale de coordination est le MEF qui ouvrira un compte bancaire au niveau de la coordination nationale. Le Coordinateur du Projet et le Responsable Administratif et Financier seront les cosignataires de ce compte. Au niveau des régions des comptes seront également ouverts pour faciliter l’exécution rapide des activités. Les modalités de fonctionnement des comptes seront précisées dans le manuel de procédures du projet dès le démarrage.

Le transfert des ressources se fera sous formes d’avances de fonds trimestrielles et ceci en conformité avec le Plan Annuel de Travail. La CAP appuie la mise en œuvre du projet. Elle procède à la vérification des pièces justificatives des dépenses encourues par le projet, à l’exploitation des demandes de fonds par le biais du plan de travail annuel, du budget, des rapports financiers et des rapports d’activités. Elle procèdera à l’instruction de ces demandes de fonds à l’adresse du PNUD.

L’Agence gouvernementale de coopération est le Ministère de la Coopération Internationale, de l’Aménagement du Territoire, des Transports Aériens et des Infrastructures-MICATTI à travers la Direction de la Coopération Décentralisée- DIRCOD.

Compte tenu du rôle du Ministère en charge de l’Environnement, un accord ad hoc d’appui/conseil à la mise en œuvre et au suivi des activités du projet sera établi entre la DIRCOD et la DEEC.

  • Le pilotage et la mise en œuvre du Programme sera effectué, au niveau national, par le

Comité National de Pilotage (CNP). Le CNP, présidé par le Ministre en charge de la Coopération Décentralisée comprend les représentants du Ministère de l’Economie et des Finances (CAP/DDI, DCEF), des Ministères en charge de l’Environnement, des Collectivités Locales, du COMNACC, des présidents de région, des représentants des régions partenaires du Nord (1 représentant des régions appuyant l’Entente Ferlo, un représentant des régions appuyant la région de Fatick), d’autres partenaires de la coopération internationale.
Le comité de pilotage aura à :

Définir les orientations politiques et stratégiques du projet ;

Valider le Plan de Travail Annuel et le Budget y afférent ;

Approuver les rapports d’activités et rapports financiers y relatifs ;

Assurer la supervision globale du projet ;

Valider les rapports d’avancement et de tout autre rapport se rapportant à l’exécution du projet ;

Assurer l’évaluation continue et annuelle de l’exécution du projet (à travers notamment l’approbation des rapports techniques annuels ou l’organisation de rencontres tripartites) ;

Impulser le dialogue et la concertation entre les différentes structures partenaires.

Le Comité peut s’adjoindre en cas de besoin, les compétences de toute personne et/ou institution ressource jugée utile pour la bonne exécution de sa mission.

Le Comité se réunit au moins une fois dans l’année.

La composition du CNP fera l’objet d’un arrêté ministériel .Le secrétariat du CNP sera assuré par l’Unité de Gestion du Projet

La mission du CNP sera facilité par :

* Le COMNACC, mis en place par l’arrêté ministériel du 23 mars 2003, sera chargé de la coordination au niveau national des activités menées par les COMRECC, d’avaliser politiquement ces dernières afin de s’assurer de leur alignement à la politique nationale menée en matière de changement climatique et d’avaliser les PCTI.  

Il y’a lieu de rappeler que le COMNACC est présidé par la société civile et son secrétariat est assuré par la DEEC du Ministère de l’Environnement. Il est constitué de l’ensemble des experts nationaux sectoriels dans le domaine des changements climatiques : représentants de la Présidence de la République, des différents ministères, de l’Assemblée nationale, du secteur privé, du Centre de Suivi Ecologique, des ONG (ENDA, CONGAD, etc.), des Agences de l’Etat (ASER, APIX), associations d’élus locaux, syndicats, universités, etc. Il s’agit d’un organe de formation, de sensibilisation, de concertation, de coordination, de gestion et de suivi des différentes activités identifiées dans le cadre de la mise en œuvre des mesures de réduction des émissions de GES et d’adaptation aux impacts négatifs des changements climatiques. Le COMNACC intervient dans tous les domaines relatifs aux activités prises en compte par la CCNUCC et ses instruments juridiques additionnels. Afin de mener à bien ses tâches, le secrétariat du COMNACC, la DEEC, procède à la création et la tenue d’une base de données sur toutes les activités et le financement obtenus et à rechercher pour la mise en œuvre des objectifs de la Convention et de ses instruments juridiques. Le COMNACC constitue donc le lieu privilégié de mise en synergie du programme et des activités de planification et la programmation dans le domaine des changements climatiques, avec les politiques nationales dans ce domaine.
La DIRCOD abritera, au niveau national, l’Unité de Gestion du Projet (UGP). L’UGP sera en charge de la coordination, de l’élaboration des programmes de travail, de la programmation des sessions de formation, de la mobilisation des partenaires au niveau national, de la gestion des procédures de passation de marchés, de l’achat d’équipements, de l’ordonnancement et du paiement des dépenses, de la gestion des biens et équipements, etc., dans le sens d’un meilleur suivi de la mise en œuvre. Elle sera en charge par ailleurs de la production des rapports d’activités. L’Unité de Gestion pourra également s’adjoindre toutes autres compétences que nécessitera l’exécution du programme.

L’équipe de l’UGP sera composée:

a)- au niveau national : d’un Coordonnateur, d’un Responsable Administratif et financier, d’un Assistant Administratif et Financier et d’un staff d’appui (Secrétaire, agent de service, chauffeur) ;
L’UGP nationale sera responsable de la bonne mise en œuvre du projet, et notamment en ce qui concerne la planification, la supervision, la bonne exécution des activités incluant :

  • L’articulation et la réalisation des plans de travail, national et régionaux ;

  • La consolidation des rapports d’activités périodiques et annuelles, nationales et régionales ;

  • Le bon décaissement des ressources en accord avec les activités définies dans les plans de travail et dans les budgets correspondants élaborés en coordination avec le PNUD et le CNP ;

  • Les opérations et la comptabilité financière

  • La systématisation continue des informations ;

  • La consolidation des relations de travail entre le niveau national et les régions ;

  • L’identification des expertises et connaissances pouvant être mises à disposition par els instances nationales

  • La consolidation des relations avec les partenaires du programme en assurant un contact régulier et de qualité avec ces derniers ainsi qu’une bonne utilisation et adéquation des ressources (tant en termes financiers que d’expertise) mises à disposition par ces derniers ;

  • L’établissement de relations institutionnelles et programmatiques solides avec les institutions, ministères et programmes pertinents au niveau national ;

  • La participation à la mobilisation de ressources


Le Coordinateur de projet est la personne principale de contact pour toutes les activités relatives aux communications externes du projet. Il facilitera les réunions avec les différents acteurs impliqués à une bonne mise en œuvre du projet (ministères, régions, PNUD, institutions et organisations nationales - telles que les universités, le secteur privé, etc.-, partenaires de la coopération internationale et décentralisée, etc). Il facilitera l’organisation des réunions du CNP.

Il appuiera autant que besoin est les unités de gestion basées au niveau régional lorsque ces dernières leur en font la demande. Il suivra sur une base quotidienne les activités menées par ces dernières et leur apportera l’appui nécessaire afin que des solutions concertées soient apportées face aux contraintes institutionnelles, techniques, opérationnelles sont rencontrées.
b)- au niveau des régions de concentration le Conseil régional présidera le COMRECC dont le secrétariat sera l’antenne régionale de l’UGP qui sera logée (a) au Conseil Régional pour la région de Fatick et (b) au niveau de l’entité choisie par les Présidents des Conseils Régionaux de l’Entente ZSP/Ferlo.
L’Antenne régionale de l’UGP comprendra :

  • un point focal « gouvernance et partenariats ». Le point focal sera notamment chargé de s’assurer du caractère participatif et multisectoriel du cadre de gouvernance, en organisant, convoquant, animant les groupes de travail ; il devra établir et maintenir le lien avec les Comités nationaux et l’UGP sur Dakar ; il sera par ailleurs en charge de la définition et de la mise en œuvre de la stratégie de sensibilisation en matière de changements climatiques auprès des populations locales, ainsi que de la stratégie de communication externe ; il sera aussi chargé de l’accompagnement au Conseil Régional dans la mobilisation et l’accompagnement de la Coopération Décentralisée et des autres partenaires, et la formulation de projets de coopération, etc.

  • un point focal « changement climatique »: Il sera chargé d’appuyer l’identification des besoins en termes de renforcement des capacités (formations, outils, données, méthodologies, etc.), l’établissement du Profil Climat Territorial, puis du PCTI, et enfin de l’identification des projets d’adaptation et d’atténuation ;

  • un assistant administratif et financier, et un personnel d’appui.

Cette équipe assurera la coordination de l’élaboration des programmes de travail, la programmation des sessions de formation, la gestion des procédures de passation de marchés, l’achat d’équipements, l’ordonnancement et le paiement des dépenses, la gestion des biens et équipements, etc., dans le sens d’un meilleur suivi de la mise en œuvre.
Le COMRECC jouera le rôle d’organe de pilotage du projet au niveau des régions de concentration. Le COMRECC sera composé des représentants de la région et des collectivités locales qui la composent, des services déconcentrés, du secteur privé, des organismes de base et plus généralement de la société civile. Le COMRECC pourra éventuellement s’appuyer sur un groupe régional de travail (GRT), qui pourra selon les besoins appuyés techniquement le COMRECC et l’UGP.

Il y’a lieu de noter que (i) dans la ZSP, le point focal chargé de la coordination et de la mise en place du cadre de gouvernance et de partenariats sera assisté d’un expert en changements climatiques dans chacune des deux régions de St Louis et de Matam (ii) dans la région de Fatick, le point focal chargé de la coordination et de la mise en place du cadre de gouvernance et de partenariats sera assisté d’un expert en changements climatiques.

Le recrutement du personnel sera effectué par un Comité conjoint PNUD/Gouvernement.
*Le PNUD prendra toutes les dispositions requises pour la mise en œuvre des accords de partage de coûts signés avec la Belgique, les Régions parties prenantes du programme notamment en ce qui concerne la fourniture des rapports sur l’exécution technique et financière.

*Le Bureau-Pays du PNUD fournira les recommandations et l’appui nécessaire à la mise en œuvre afin que les résultats attendus soient délivrés dans le temps impartis. Le Bureau-Pays sera appuyé dans cette tâche par l’appui technique et en termes d’expertise fourni par le Bureau-Régional (équipe responsable de l’approche territoriale des changements climatiques). Cette équipe assurera notamment le suivi de l’état d’avancement et l’évaluation des besoins et opportunités en termes de support en provenance des facilités financières du PNUD dans le domaine de l’adaptation et de l’atténuation (MDG CF, UN REDD, etc.). Outre la recherche et le développement de synergies avec ces facilités, le Bureau Régional appuiera le Bureau-pays à coordonner le programme avec d’autres initiatives nationales ou régionales dans le domaine de l’atténuation et l’adaptation des changements climatiques, mais aussi de la gouvernance locale (tel que le programme ART). Il se chargera par ailleurs d’identifier les consultants internationaux et régionaux pouvant contribuer au programme, de faciliter la gestion de connaissance, la réplication des bonnes pratiques développées dans le cadre du programme, ainsi que de la diffusion des leçons apprises. Enfin, le bureau-pays et le bureau-régional participeront à la mobilisation des partenaires.

Conformément aux politiques de programmation et de procédures définies dans le Guide d’Utilisateur du PNUD, le projet sera suivi dans Atlas à travers:

  • une évaluation de qualité  sur une base trimestrielle (méthodes de Gestion de Qualité);

  • la diffusion de la liste des problèmes pour faciliter le repérage et les réponses ou demandes pour le changement ;

  • l’analyse des risques. La liste de risques sera diffusée dans l’Atlas et régulièrement mise à jour en révisant l’environnement externe qui peut affecter la mise en œuvre du projet ;

  • Basé sur l’information enregistrée ci-dessus dans l’Atlas, un Rapport de Progrès de Projet (RPP) sera établi ;

  • Une liste de leçons apprises sera diffusée et mis à jour pour assurer l’apprentissage et l’adaptation en cours au sein de l’organisation, et pour faciliter la préparation de Rapport de leçons à la fin du projet.

  • Un Plan de Programme de Contrôle sera diffusée dans l’Atlas et mis à jour pour repérer les actions principales de gestion d’actions/d’évènements.

* La mise en œuvre sera également facilitée par :

  • La Plateforme pour les Partenariats Innovants (Hub) du Bureau de Liaison du PNUD Genève chargée de mobiliser, et d’assurer la participation de tous les partenaires intéressés par un appui et une collaboration au programme Sénégal. Le Hub est donc chargé d’apporter un support technique, organisationnel et administratif aux collectivités locales et autres partenaires soucieux d’établir un partenariat de coopération. Par ailleurs, elle se charge de la diffusion auprès de son réseau de partenaires et des Associations de Régions des documents de communication sur le programme et d’informer ces derniers des avancées. Par ailleurs, le Hub coordonne au niveau international le programme ART et facilitera donc le développement de synergies au niveau international de ces deux programmes. Responsable de la coordination, de la programmation et de l’exécution des ressources internationales en appui aux Programmes dans les pays, le Hub est donc responsable de la gestion des ressources et de leur gestion administrative. Il est aussi coresponsable de l’élaboration des rapports techniques et financiers pour les bailleurs de fonds de l’ensemble des programmes faisant partie du programme global « Vers des territoires moins émetteurs de gaz à effet de serre et plus résistants aux changements climatiques ». Enfin, le Hub est en charge de la promotion sur la scène internationale de l’approche territoriale des changements climatiques et donc des bonnes pratiques et expériences mises en œuvre dans le cadre du programme au niveau local. Elle appuiera donc le programme national à participer à des conférences internationales afin de développer des synergies entre acteurs internationaux et territoires sénégalais.




  • Le Centre de Services CLIMSAT est la plateforme du PNUD destinée à la fourniture des services (formation, données, etc.), de l’expertise, d’assistance technique, etc. en fonction de la demande des pays et territoires concernés. Les services fournis relèvent par exemple de l’appui à l’élaboration des Profils climat territoriaux, à la diffusion d’outils d’appui à la décision (telles que les données satellitaires, les évaluations des zones de vulnérabilité, la cartographie, l’identification de projets d’atténuation et d’adaptation, etc.).


1   ...   13   14   15   16   17   18   19   20   21

similaire:

Programme des nations unies pour le developpement (pnud) iconProgramme des Nations Unies pour le développement (pnud)
«Soumission» désigne la réponse du soumissionnaire à l’appel d’offres, y compris le formulaire de soumission, la soumission technique...

Programme des nations unies pour le developpement (pnud) iconProgramme des Nations Unies pour le Développement
«Sécurité, autonomisation et réintégration socio-économique des femmes victimes des violences basées sur le genre» (psar)

Programme des nations unies pour le developpement (pnud) iconOrganisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture

Programme des nations unies pour le developpement (pnud) iconMémorandum adressé au Conseil de Sécurité des Nations Unies

Programme des nations unies pour le developpement (pnud) iconRapports périodiques sur la mise en œuvre de la convention des Nations...

Programme des nations unies pour le developpement (pnud) iconQuel rôle pour le professeur-documentaliste dans l’Education à l’environnement...
«défi pour la terre», la charte de l’environnement, l’exposition de l’Education Nationale sur «le développement durable, pourquoi...

Programme des nations unies pour le developpement (pnud) iconRésumé : Les différents projets présentés promeuvent et participent...

Programme des nations unies pour le developpement (pnud) iconType d’Opération 44 du Programme de Développement Rural centre val de loire 2014-2020

Programme des nations unies pour le developpement (pnud) icon1050 pour donner du maltose 2 molécules de glucose unies par une...
«découpé» par des enzymes pour donner plusieurs molécules simples de glucose. Ainsi, l’amylase (enzyme provenant des glandes pré-pharyngiennes,...

Programme des nations unies pour le developpement (pnud) iconLes territoires : une nouvelle source d'impulsion pour le développement...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com