La gestion des différences culturelles dans les fusions-acquisitions internationales : une compétence distinctive ?








télécharger 131.42 Kb.
titreLa gestion des différences culturelles dans les fusions-acquisitions internationales : une compétence distinctive ?
page1/4
date de publication31.03.2017
taille131.42 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > économie > Documentos
  1   2   3   4
La gestion des différences culturelles dans les fusions-acquisitions internationales : une compétence distinctive ?

Christine Coisne – Edhec Business School

Cet article propose un cadre conceptuel permettant d’éclairer la problématique culturelle dans les fusions-acquisitions transnationales. En effet, encore aujourd’hui, plus de la moitié de ce type d’opérations échouent pour des raisons dites culturelles. Peu de progrès ont été constatés depuis les années 80 et d’éminents chercheurs regrettent l’absence d’avancée significative dans ce domaine. Les résultats contradictoires issus des travaux relatifs au paradigme de la distance culturelle fournissent le point de départ de cette analyse: le paradigme de la distance culturelle, qui englobe l’ensemble des analyses de mesure des différences entre cultures et a largement dominé la recherche de ces trente dernières années, n’a pas permis de tirer des conclusions claires et significatives sur les phénomènes de rapprochement culturel.

L’analyse propose de dépasser ce paradigme pour aborder le mode de gestion des différences culturelles par les organisations transnationales dans la phase d’intégration. Elle a pour objectif de formuler des pistes de réflexion et de recherche permettant d’enrichir la compréhension des difficultés rencontrées dans la dynamique du rapprochement de deux entités organisationnelles. Afin d’atteindre cet objectif, l’analyse propose de suivre un continuum qui progresse de la non-prise en compte à la prise en compte des différences culturelles et identifie des stratégies culturelles susceptibles d’être mises en œuvre dans les organisations transnationales. La mise en perspective de ces stratégies privilégie une prise en compte active des éléments constitutifs des ensembles culturels en présence.

La prise en compte active des caractéristiques culturelles présente un double avantage : elle permet d’alléger les tensions liées aux « factions » culturelles et de capitaliser sur les bénéfices dérivés de la diversité des approches. Les processus d’intégration socioculturelle, d’une part, et organisationnelle, d’autre part, sont facilités grâce à la mise en place d’un management interculturel formalisé reposant sur des dispositifs adaptés. Le management interculturel de l’intégration des fusions-acquisitions internationales est présenté comme une compétence organisationnelle distinctive, capable de transformer les résistances et incompréhensions mutuelles en création de valeur pour l’organisation. Il procède d’une étude détaillée des caractéristiques culturelles des deux organisations ou audit culturel, qui va servir de fondement à l’élaboration d’une stratégie culturelle en lien avec les objectifs du rapprochement et se traduire en mécanismes formels d’intégration culturelle sous-tendus par l’apprentissage.

Les bénéfices d’une gestion formalisée des différences culturelles peuvent se révéler considérables pour les chercheurs et praticiens : les démarches qui consistent à tourner la page du paradigme de la distance culturelle et aborder la différence sous l’angle de l’enrichissement mutuel sont dignes d’intérêt.

Mots-clés : différences culturelles - gestion – intégration – fusions et acquisitions internationales

La gestion des différences culturelles dans les fusions-acquisitions internationales : une compétence distinctive ?

Introduction

Ces trois dernières décennies ont vu se multiplier les rapprochements internationaux de toute nature. Les fusions-acquisitions sont, à ce titre, un mode d’approche privilégiée de nouveaux marchés permettant aux entreprises d’accéder à une taille et un rayonnement supérieurs et de générer de la rentabilité et de la croissance. Dans l’analyse des critères de performance, la recherche en fusions-acquisitions s’est développée à l’intérieur de champs bien spécifiques. Les expertises financière et stratégique ont dominé les courants de recherche dans les années 1980 et 1990 (Cartwright & Schoenberg, 2006). La création de richesse (Agrawal & Jaffe, 2000) ou l’alignement stratégique entre les entités du rapprochement (Seth, 1990) ont focalisé l’attention des chercheurs pendant deux décennies. Peu à peu, les critères organisationnels sont entrés en ligne de compte dans l’analyse de la performance, retenant l’intérêt de chercheurs spécialistes de la psychologie, du comportement organisationnel et de la gestion des ressources humaines (Buono & Bowditch, 1989; Cartwright & Cooper, 1992; Mirvis & Marks, 1992; Sales & Mirvis, 1984). L’étude des conséquences du choix de la stratégie d’intégration post-acquisition sur la performance (Haspelagh & Jemison, 1991; Cartwright & Cooper, 1993) ainsi que la mise en œuvre du processus d’intégration (Child, Faulkner & Pitkethly, 2001; Schweiger & Very, 2003) ont fait plus récemment l’objet d’un intérêt croissant.

La culture ayant été « accusée » de faire obstacle aux rapprochements internationaux et nationaux (Zollo & Meier, 2008), de nombreuses études se sont penchées sur l’influence de la culture nationale aussi bien qu’organisationnelle sur la performance. Des résultats pour le moins concluants issus de ces travaux ont renforcé l’intérêt des chercheurs pour l’énigme culturelle, certains décrivant les bienfaits, d’autres, les inconvénients des rapprochements transnationaux. Les concepts d’ « ajustement culturel » (cultural fit : Weber, Shenkar & Raveh, 1996), de « compatibilité culturelle » (cultural compatibility : Cartwright & Cooper, 1993), de « distance culturelle » (cultural distance : Morosini, Shane & Singh, 1998) et de « similitude de style de management » (management style similarity : Larsson & Finkelstein, 1999) ont constitué divers angles d’approche du lien entre culture et performance qui nous intéresse aujourd’hui dans ses aspects contrastés et ambigus.

Une première méta-analyse réalisée par King et al. (2004) portant sur 93 études empiriques confirme l’hypothèse selon laquelle les facteurs de succès des fusions-acquisitions méritent plus ample attention : « nos résultats indiquent que la performance des fusions-acquisitions est modérée par des variables non identifiées par la recherche existante ». Une deuxième méta-analyse menée par Stahl & Voigt (2004) sur l’impact des différences culturelles sur la performance conclut à la non-résolution de la plupart des facteurs explicatifs de la variance culturelle. Des analyses postérieures proposent des pistes de recherche complémentaires. Very & Teerikangas (2006) suggèrent que des biais conceptuels et méthodologiques ont altéré le processus et les résultats de la recherche. Stahl & Voigt (2008) se demandent si le rapport entre culture et performance est modéré par les différences de culture ou par le mode de gestion de ces différences.

L’étude qui suit se propose d’examiner la pertinence du mode de gestion des différences culturelles ou management interculturel appliqué à la gestion des fusions-acquisitions. Elle fournit un cadre conceptuel permettant d’appréhender la portée du management interculturel dans la gestion du processus d’intégration sous l’angle des compétences distinctives. Son développement s’organise en trois parties : la première partie dessine le cadre conceptuel des travaux présentés en mettant en lumière les modes de gestion des différences culturelles ; la seconde identifie les enjeux culturels de la réussite des rapprochements internationaux ; la troisième partie insère le cadre conceptuel dans une dynamique d’intégration positive pour l’organisation.
  1   2   3   4

similaire:

La gestion des différences culturelles dans les fusions-acquisitions internationales : une compétence distinctive ? iconCentre rhone –alpes d’ingenerie sociale solidaire & territoriale
«respect» de la liberté individuelle et des différences culturelles ne me semble de nature à dispenser toutes les femmes et tous...

La gestion des différences culturelles dans les fusions-acquisitions internationales : une compétence distinctive ? iconUn scénario d’activité pédagogique
«00uq : Appliquer les méthodes de l’algèbre linéaire et de la géométrie vectorielle à la résolution de problèmes». Pour en arriver...

La gestion des différences culturelles dans les fusions-acquisitions internationales : une compétence distinctive ? iconRésumé : Cet article vise à définir l’expression «outil de gestion»
«techniques de gestion», les «dispositifs de gestion» et les «innovations organisationnelles»

La gestion des différences culturelles dans les fusions-acquisitions internationales : une compétence distinctive ? iconDiagnostic de la gestion des déchets
«Eco-école», les élèves de première es ont mené une enquête sur la gestion des déchets au lycée. Pour cela, ils ont établi un questionnaire...

La gestion des différences culturelles dans les fusions-acquisitions internationales : une compétence distinctive ? iconVariation entre quartiers à Montréal et dans les grandes villes
«Les différences entre les régions du Canada, et même entre les quartiers d’une même ville, peuvent être aussi prononcées que celles...

La gestion des différences culturelles dans les fusions-acquisitions internationales : une compétence distinctive ? iconGestion électronique des documents … Acquisition de documents papier...
«papier» pour les intégrer dans le système de gestion électronique des documents produits et exploités au sein de l’organisation

La gestion des différences culturelles dans les fusions-acquisitions internationales : une compétence distinctive ? iconLes differences et les discriminations raciales
«idéologie fondée sur la croyance qu’il existe une hiérarchie entre les groupes humains»

La gestion des différences culturelles dans les fusions-acquisitions internationales : une compétence distinctive ? iconEconomiques Stratégiques Internationales
«rédigé par les sionistes» Programmation d’une passation de pouvoir à Israël ? Mise en garde de liesi quand les imams réalisent le...

La gestion des différences culturelles dans les fusions-acquisitions internationales : une compétence distinctive ? iconGestion des ressources humaines
«corps social» Dans cette perspective la Gestion des ressources humaines doit tendre à améliorer la communication transversale, tout...

La gestion des différences culturelles dans les fusions-acquisitions internationales : une compétence distinctive ? iconCandidature spontanée
«Emmaüs Agir», de l'association de Master «Biolaw» et de l'association «Les Halles de Rabelais» qui contribue à aider les étudiants...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com