Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au








télécharger 1.67 Mb.
titreCe gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au
page6/58
date de publication07.12.2016
taille1.67 Mb.
typeCompétition
p.21-bal.com > économie > Compétition
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   58

BOSTON Ralph (1939) Etats-Unis / Athlétisme

Cet athlète américain est le premier à faire tomber le record de Jesse Owens au saut en longueur en le portant à 8.21 m. Il réalise cet exploit en 1961 et bat un record vieux de 25 ans. L'année précédente, il devient champion olympique en s'imposant lors du concours des Jeux de Rome. Il sera deuxième à Tokyo en 64 et troisième à Mexico, huit ans plus tard. Cette année là le vainqueur n'est autre que Bob Beamon qui ne laisse aucune chance à ses adversaires.
BOUCHER Gaétan (1958) Canada / Patinage de vitesse

Sélectionné pour la première fois aux Jeux d’Innsbruck en 76, le jeune patineur de vitesse canadien obtient sa première médaille à Lake Placid en 1980 dans l’épreuve de 1000 m. Devenu étudiant Gaétan Boucher participe alors aux Jeux d’hiver de Sarajevo. Inscrit dans les trois épreuves courtes, il remporte deux médailles d’or sur 1000 et 1500 m et domine alors la discipline. Il remportera une troisième médaille sur 500 m, mais en bronze cette fois. Une nouvelle fois sélectionné en 1988 à Calgary, il rentrera bredouille cette fois dans sa province du Québec.
BOUIN Jean (1888 - 1914) France / Athlétisme

Malgré son petit gabarit, ce coureur marseillais à la cage thoracique impressionnante possède un souffle inépuisable. Grandissime favori du 5000 m des Jeux de Stockholm en 1912, il sera battu d'une courte tête par le finlandais Kolehmainen qui le passe dans les 10 derniers mètres. Jean Bouin dont le nom est au fronton de nombreux stades de France est resté célèbre dans l'athlétisme pour son habitude qui consistait à courir avec une allumette coincée entre les dents. Le champion est mort aux champs d'honneur en 1914 dans la ville de Reims où il avait réussi à faire construire un centre d’entraînement destiné à former les athlètes français dans la perspective des Jeux.
BOUKHALOV Nicolaï (1967) Bulgarie / Canoë-kayak

C'est l'un des tous meilleurs canoïstes de sa génération. Double champion olympique à Barcelone en 1992 dans la catégorie C1 sur 500 et 1000 m. Il sera cinq fois champion du monde l'année suivante. Avant cette consécration, Boukhalov avait remporté une première médaille de bronze sur le plan d’eau de Pusan lors des Jeux de Séoul.
BOULMERKA Hassiba (1968) Algérie / Athlétisme

Championne du monde à Tokyo un an plus tôt, l'algérienne s'impose sans contestation dans le 1500 m sur le stade olympique de Barcelone en 1992. Elle offre ainsi à son pays sa première médaille d'or. Elle recevra un accueil formidable au retour dans son pays. Dans une Algérie en proie aux soubresauts de l'intégrisme, la championne originaire de Belcourt dédie sa victoire au président Boudiaf assassiné quelques mois plus tôt par des commandos islamistes. Un titre mondial obtenu en 1995 lui permettra de se mettre de nouveau en valeur. On apprend alors que les islamistes la menacent de mort. Elle sera de nouveau consacrée en 1999 en devenant membre du Comité International Olympique.
BOURAS Djamel (1972) France / Judo

Le judoka français n'a cessé de progresser jusqu'à son avènement aux Jeux d'Atlanta en 96. Vice champion d'Europe, troisième des championnats du monde l'année précédente, Bouras crève l'écran en finale olympique face au nippon Koga, le tenant du titre dans la catégorie des 78 kg. Il lui succède au palmarès olympique. Le judoka qui est également mannequin et qui défile pour un couturier japonais ne parvient pas à gérer son titre comme il l'entend. Les mois qui suivent son accession au sommet de sa catégorie sont douloureux. Suspendu pendant un an pour un contrôle positif qu'il a toujours contesté, il n'a pas réussi à remporter une nouvelle médaille, lors des Jeux de Sydney, sans doute victime d'un arbitrage litigieux.
BOUTAYEB Brahim (1967) Maroc / Athlétisme

Elève de Saïd Aouita, Boutayeb s'impose sur 10.000 m aux Jeux de Séoul en 1988, comme un autre élève d'Aouita, Khalid Skah le fera à Barcelone, quatre années plus tard. Après ce fait d’armes, Boutayeb s’est aligné sur 5000 m. Après l’obtention d’une médaille de bronze aux championnats du monde en 1991 et une élimination lors des mondiaux 93, il a abandonné l’athlétisme pour se consacrer aux rallyes dont il est devenu un pilote émérite.
BOXE

La boxe est un des plus vieux sports du mouvement olympique avec la lutte et le pancrace, qui est un mélange des deux. A Olympie, la boxe s'appelait pugilat. On pratique aujourd'hui plusieurs formes de combats de boxe, mais c'est la boxe anglaise qui est au programme des Jeux. Les concurrents étant amateurs, ils ne disputent que quatre rounds de trois minutes. Sur le ring, les deux combattants se servent de leurs poings pour déséquilibrer l'adversaire et le premier qui tombe a seulement dix secondes pour se relever, sinon son adversaire est déclaré vainqueur. A la différence des professionnels, les boxeurs portent un casque et un maillot de corps. C'est la pesée préalable au combat qui va déterminer la catégorie dans laquelle les combattants s'exécutent. Comme au judo, les deux demi-finalistes battus obtiennent une médaille de bronze aux Jeux olympiques . Un temps menacé d'être exclue du programme olympique en raison des nombreuses contestations à l'issue des décisions arbitrales, la boxe n'a dû son salut aux Jeux qu'à la faveur d'une machine à compter les points. Elle a été inaugurée lors des Jeux de Barcelone en 1992. Reste que certaines décisions sont encore surprenantes et que des caméras vidéo surveillent les arbitres pour surprendre leur éventuelle subjectivité. Après avoir largement dominé la boxe olympique avec des champions comme Cassius Clay, Georges Foreman ou Ray Sugar Leonard, les Etats-Unis sont aujourd'hui supplantés par Cuba qui a offert ces dernières années les plus grands champions olympiques comme Teofilo Stevenson ou Félix Savon. L'un et l'autre ont été trois fois champion olympique des catégories reines des lourds et des super lourds.
BOYARSKIKH Klavdia (1940) Russie / Ski de fond

C’est en héroïne que la jeune institutrice sibérienne a quitté les Jeux olympiques d’hiver d’Innsbruck en 1964. Elle s’est adjugée trois médailles d’or dans une discipline, le ski de fond qui est entrée aux Jeux depuis seulement quatre ans. Elle remporte le 5 Km classique en compétition aux Jeux pour la première fois, avant de faire main basse sur l’épreuve du 10 Km et conduire ses compatriotes à la victoire en relais.
BOYCOTT

L'histoire du boycott aux Jeux olympiques est moins récente qu'on ne le pense. Le tout premier boycott intervient en 1956, lors des Jeux de Melbourne. Les suisses, les espagnols et les hollandais ne participent pas aux Jeux pour protester contre l'invasion soviétique en Hongrie. En 1976, lors des Jeux de Montréal, ce sont les nations africaines qui quittent Montréal pour protester contre la présence des néo-zélandais. Il est reproché aux All Blacks, l'équipe de rugby de Nouvelle-Zélande, une tournée en Afrique du sud, le pays de l'apartheid. En 1980, c'est le président américain Jimmy Carter qui demande à sa délégation de ne pas se rendre à Moscou pour s'opposer à l'invasion russe en Afghanistan. Quatre ans plus tard et sans véritable raison, les nations de l'Est, à l'exception de la Roumanie, refusent de participer aux Jeux de Los Angeles. Enfin en 1988 à Séoul, c'est la Corée du Nord qui boycotte les Jeux en raison du différend politique avec son voisin de Corée du sud. Elle entraîne dans son sillage, l'Albanie, Cuba et l'Ethiopie.

Retenons pour la petite histoire que trois américains ont finalement participés aux Jeux de Moscou en 80, l’un entraînait l’équipe de Suède de basket, l’autre boxait pour le compte de Porto Rico et le troisième défendait les couleurs de l’Autriche en athlétisme.
BRADBURY Steven (1974) Australie / Patinage de vitesse

Il a fallut beaucoup de chance à l’australien Steven Bradbury pour devenir le premier champion olympique australien aux Jeux d’hiver. Distancé dans l’épreuve du 1000 m de short track des Jeux de Salt Lake City, Bradbury a bénéficié de la chute du favori, l’américain Ohno et de tous ceux qui le devançait en finale, pour s’imposer les bras levés. Eliminé dès les quarts de finale quatre ans plus tôt à Nagano, il pouvait alors déclarer : « j’ai gagné, mais ce n’est pas juste. Dieu vous sourit un jour et c’était mon jour ». Après cet exploit, il a abandonné sa discipline pour devenir pompier.
BRAGLIA Alberto (1883 - 1954) Italie / Gymnastique

Braglia a remporté trois médailles d'or en gymnastique, deux individuelles et une par équipes à une période où sa discipline n'avait pas d'audience. Cette période, c'est le début du siècle et les Jeux de 1908 et 1912. Comme les concours par agrès ont été supprimés, il ne reste plus que le concours général pour s'illustrer. Dommage parce que Braglia aurait pu remporter une kyrielle de médailles. A l'issue de sa carrière, il deviendra trapéziste dans un cirque. Il avait déjà pratiqué cet art entre ses deux participations aux Jeux sans pour autant perdre son statut d'amateur contrairement à Jim Thorpe, notamment. Pourtant, il gagne une fortune pour l'époque. Braglia tentera un retour à la compétition en 1928 à près de 45 ans, mais il échoue et prend en main les destinées de l'équipe d'Italie qui s'illustre aux Jeux de 1932 en remportant 4 médailles d'or.
BRASHER Christopher (1928) Grande-Bretagne / Athlétisme

Eternel second, souvent chargé de faire la course en tête pour les autres, Brasher va connaître son heure de gloire à Melbourne lorsqu'il s'impose dans le 3000 m steeple. Malgré cela, les juges veulent le déclasser en raison d'une bousculade dont il est tenu responsable. Fort heureusement, Brasher reçoit le soutien de son dauphin le très fair-play norvégien Larssen et on lui rend sa médaille d'or.
BRASSARD Jean Luc (1972) Canada / Ski artistique

Battu par Edgar Grospiron à Albertville en 1992, le canadien Jean Luc Brassard est devenu l'un des maîtres du ski de bosses, une jeune discipline olympique qui consiste à dévaler une pente enneigée constellée de bosses le plus vite possible, tout en réalisant deux sauts spectaculaires à mi-parcours. Deux ans plus tard à Lillehammer, c'est lui qui s'impose devant le maître.
BRASSE

Considérée comme la moins rapide des nages olympiques , la brasse se compose de deux mouvements. Le premier consiste à placer les épaules parallèles à la surface de l'eau, tandis que les jambes restes recroquevillées. Dans un deuxième temps, le corps s'allonge à la surface de l'eau et ainsi de suite. Aux Jeux olympiques , la brasse se dispute sur 100, 200 m et lors des relais 4 nages.
BRETJENS Bart (1974) Pays-Bas / VTT

Premier champion olympique de VTT sur le circuit d'Atlanta en 96, le hollandais était toujours au sommet de la discipline à la veille des Jeux de Sydney après avoir pris la troisième place du championnat du monde 2000, devancé par le français Miguel Martinez qui occupait la 3ème place sur le podium à Atlanta. A Sydney, c’est le français qui l’emporte, le hollandais a disparu du podium. Le VTT comprend 3 disciplines: la descente, le trial et le cross country, mais il n'y a que cette dernière épreuve qui est inscrite au programme des Jeux.
BRIAND BOUTHIAUX Anne (1968) France / Biathlon

Le biathlon féminin ne compte que neuf licenciés en France lorsque associée à Véronique Claudel et Corinne Niogret, Anne Briand remporte la médaille d'or par équipes à Albertville en 1992. Deux ans plus tard, c'est en individuel et sur 15 Km qu'elle est cette fois médaille d'argent à Lillehammer. Entre temps, elle remportera le titre mondial avec ses partenaires. Anne Briand remportera au total 8 médailles olympiques et mondiales jusqu'à son retrait de la compétition.
BRIETZKE Siegfried (1952) Allemagne / Aviron

Cette force de la nature est l'un des plus brillants rameur dans les années 70. Il réussit l'exploit de remporter trois médailles d'or aux Jeux olympiques lors de trois Jeux différents. Il s'impose aux 2 sans barreur des Jeux de Munich en 72, avant de remporter deux médailles d'or avec le quatre de RDA à Montréal et à Moscou, en 76 et 80.
BRISCOE-HOOKS Valérie (1960) Etats-Unis / Athlétisme

Grande spécialiste du sprint long, Valérie Briscoe-Hooks est l'une des vedettes des Jeux de Los Angeles en 84 où elle s'impose sur 200, 400 et dans le relais par équipes 4x400 m. Elle était jusqu'aux Jeux d'Atlanta en 96, la seule athlète à avoir réussi le doublé 200, 400 m. Depuis la française Marie-José Pérec l'a égalée et même dépassée au palmarès olympique.
BROOKES William - Grande Bretagne

Au siècle dernier, le docteur William Brookes a créé une association olympique dans la petite ville de Much Wenloch en Angleterre afin de permettre aux habitants du Comté de participer à des exercices de plein air. Ces Jeux olympiques là ont connu une authentique popularité locale. Notons que Pierre de Coubertin et le Docteur Brookes se sont vus et ont longtemps entretenu une correspondance. On peut donc considérer que le Dr Brookes a contribué à la restauration du mouvement olympique.
BROQUEDIS Marguerite (1893 – 1983) France / Tennis

Cette joueuse de tennis française s’impose aux Jeux de Stockholm en 1912 en finale du simple dame au dépend de l’allemande Dorothea Koring. Marguerite Brodequis qui possédait un coup droit d’une très grande puissance pour l’époque fut d’ailleurs la seule joueuse à battre sa compatriote Suzanne Lenglen, la plus grande joueuse de cette génération.

Quelques jours plus tard, associée à son compatriote Albert Canet, la jeune pyrénéenne atteint les demi-finales du double mixte. Battus, les français devront se contenter de la médaille de bronze.
BROUSNIKINA Olga / KISSELEVA Maria (1980) Russie / Natation synchronisée

Les deux jolies nageuses russes ont impressionné le public de l'Aquatic Center en s'imposant à deux reprises dans l'épreuve de natation synchronisée des Jeux de Sydney 2000. Avec un programme qui a frisé la perfection les deux russes ont remporté la médaille d'or avec la note maximale de 100 sur 100.

Reste que Maria Kisseleva n’aurait jamais du concourir car elle avait été contrôlée positive lors des précédents championnats d’Europe.

Non contente de ce triomphe, elles ont conduit leurs six équipières de l'équipe russe de natation synchronisée au titre olympique de ballet. Là encore le spectacle était impressionnant de classe et de beauté. Il rappelait aux spécialistes la plus pure tradition du bolchoï.
BRUCKNER Roland (1955) Allemagne / Gymnastique

Médaillé d’or aux exercices au sol lors des Jeux de Moscou en 1980, le gymnaste allemand remportera cinq médailles tout au long de sa carrière olympique. Déjà médaillé de bronze aux Jeux de Montréal en 76 avec l’équipe soviétique, il remporte l’argent dans ce même exercice aux Jeux de Moscou. Il complète ce palmarès avec deux médailles de bronze aux barres parallèles et au cheval d’arçon.
BRUMEL Valéry (1942) Russie / Athlétisme

Champion olympique du saut en hauteur à Tokyo en 64 et médaillé d'argent, quatre ans plus tôt, Valéry Brumel a battu à six reprises le record du monde de la spécialité. Il l'a porté à 2.28 m.

Un an après ce titre, l'athlète sera victime d'un accident de moto qui faillit lui faire perdre la jambe. Il subira six opérations et marchera avec des béquilles pendant trois ans avant de retrouver le stade et les sautoirs. Mais il ne franchira plus de barre au delà de 2,10 m.
BRUNDAGE Avery (1887 - 1972) Etats-Unis

Ardent défenseur du sport amateur, Avery Brundage se fait quelques inimitiés dans les années 60-70 auprès des sportifs qui lui reprochent son intransigeance, dans une période où l'accession au professionnalisme de nombreux sportifs devient monnaie courante. Pendant ses vingt années à la présidence du CIO, il reste le farouche avocat de la cause olympique. Ancien président de l'Union athlétique, Brundage avait participé aux Jeux de Stockholm en 1912 comme pentathlonien. Il avait pris la cinquième place de l'épreuve. A cette époque, il fonde également une entreprise de bâtiment et construit de nombreux gratte-ciel dans la région de Chicago. Quelques mois avant sa mort, Brundage cède la présidence du CIO à l'irlandais Killanin après les Jeux de Munich en 72. A l'époque, la presse internationale lui reprochait d'avoir autorisé la poursuite des Jeux après l'attentat anti-israéliens du village Olympique.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   58

similaire:

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconLes maladies pulmonaires obstructives sont des affections qui se...
«poumon du fumeur». En général, 10 paquets-années, ce qui correspond au fait de fumer un paquet par jour pendant 10 ans, sont nécessaires...

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconI présentation l'École de football regroupe les enfants nés entre 2002 et 2007
«Débutants» et les U10/U11 les «Poussins». Depuis maintenant 2 ans, les U13 (ex «Benjamins») ont été rattachés à la préformation...

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconExercices sur «representation visuelle» avec corriges
«chapelle Sixtine de l'art pariétal», l'âge de ses peintures est estimé entre 18 600 et 18 900 ans. Malheureusement, en arrivant...

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconRésumé : Pour réussir une distribution de documents pédagogiques...
«seconde main». Le réalisme impose alors d’utiliser des systèmes d’exploitation correspondant à leurs capacités (Windows 2000, Win...

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconL’âge de toutes les révolutions
«Avant, l’adolescence, ça n’existait pas. À 15 ou 16 ans, on était un adulte», dit-elle

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconL’âge de toutes les révolutions
«Avant, l’adolescence, ça n’existait pas. À 15 ou 16 ans, on était un adulte», dit-elle

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconL’âge de toutes les révolutions
«Avant, l’adolescence, ça n’existait pas. À 15 ou 16 ans, on était un adulte», dit-elle

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconLa plus grande série de courses d’obstacles au Canada célèbre ses 5 ans
«Nous combinerons tous les meilleurs éléments des événements Mud Hero, et de nouvelles surprises qui sauront impressionner même les...

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconRésumé Thérèse Raquin est la fille d'un capitaine français, qui en...

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconManuel d’operations
«v n x» qui devient alors «v n x+1» mais reste non applicable. Lorsque les amendements mineurs successifs le justifient ou lors d’un...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com