Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au








télécharger 1.67 Mb.
titreCe gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au
page10/58
date de publication07.12.2016
taille1.67 Mb.
typeCompétition
p.21-bal.com > économie > Compétition
1   ...   6   7   8   9   10   11   12   13   ...   58

COMMERCIALISATION

Financer des Jeux olympiques coûte cher et chacune des villes organisatrices se doit de trouver les moyens de célébrer la quinzaine olympique. C'est ainsi que les états participent largement aux dépenses engagées, notamment pour les infrastructures sportives et les transports. Ce choix politique est souvent largement justifié. Les Jeux accordent une publicité extraordinaire à la ville organisatrice et lui offre de plus d'énormes possibilités de développement, à court et moyen terme. Pour le reste, les sociétés commerciales accordent de larges possibilités financières aux villes organisatrices. Cela a toujours existé. Ainsi dès les Jeux d'Athènes en 1896, rien n'aurait pu se faire sans le soutien d'un mécène, Georgius Averoff qui finance la restauration du stade olympique. Lors des Jeux de Paris en 1924, le stade était constellé de panneaux publicitaires. Depuis, le CIO a voté une résolution qui ne permet plus la publicité à l'intérieur de l'enceinte olympique. A Los Angeles en 84, ce sont les sponsors qui s'acquittent du coût des installations sportives. C'est ainsi que tout naturellement le CIO a conclu des accords de partenariat avec des grandes sociétés multinationales afin d'assurer les financements complémentaires à l'organisation des Jeux.
COMMISSION EXECUTIVE

La commission exécutive du CIO, créée en 1921, est composée du président du CIO, de quatre vice-présidents et de dix autres membres. Elus à scrutin secret, à la majorité des votants, pour un mandat de quatre ans, la Commission exécutive veille au respect de la "Charte olympique", présente à la Session un rapport sur toute proposition de modification des textes du CIO et toutes les règles qui concernent l’organisation. En outre, la CE est responsable de la gestion des finances du CIO et sur toutes les propositions qui concernent l’organisation des Jeux. C’est de fait, le « gouvernement » du CIO.
La commission exécutive se réunit sur convocation du président, à l'initiative de ce dernier ou à la demande de la majorité de ses membres.
COMMUNAUTE DES ETATS INDEPENDANTS - C.E.I

C'est sous ce label que les anciennes républiques soviétiques se présentent aux Jeux de Barcelone en 1992. C'est la conséquence des nombreux soubresauts dans les pays de l'est après la chute du mur de Berlin et l'éclatement de l'Urss. Les trois républiques baltes d'Estonie, de Lituanie et de Lettonie font bande à part et défendent leurs propres couleurs. Malgré les remous politiques, la C.E.I reste aux Jeux de 1992 la meilleure nation et prend la tête du classement officieux des nations avec 111 médailles, dont 45 en or.
COMPACT DISQUE

Avant la numérisation des supports musicaux, les hymnes nationaux sont diffusés dans le stade sur disques vinyle ou sur bandes magnétiques. Il arrive parfois que les techniciens confondent deux hymnes lors d'une remise de médailles. Ainsi, on frôle l'incident diplomatique lorsque les autorités allemandes font jouer l'hymne égyptien sur le podium des Jeux de Berlin en 36, lorsque le lutteur français Emile Poilvé monte sur la plus haute marche du podium. Il faut reconnaître tout de même que les allemands l'avaient fait exprès. Avec l'arrivée du compact disque lors des Jeux de 1992 et ses plages programmables, ce type d'erreur n'est plus guère possible.
COMPAGNONI Deborah (1970) Italie / ski alpin

C'est l'une des plus grandes skieuses de sa génération. « Toujours au sommet, souvent blessée, toujours de retour » pourrait être sa devise. Championne olympique de Super G à Albertville en 1992, elle chute le lendemain dans le slalom géant et se fait une rupture des ligaments. Pour beaucoup, sa carrière est terminée. Deux ans plus tard à Lillehammer, Déborah Compagnoni est de nouveau championne olympique, cette fois en slalom géant. Entre temps, elle collectionne sept coupes du Monde et se blesse de nouveau. Elle fait un retour fracassant à Nagano au Japon où elle conserve en slalom géant le titre remporté en Norvège, tandis qu'elle se classe deuxième du slalom. Elle est l’une des rares championnes olympiques de ski consacrée à trois reprises lors de trois Jeux Olympiques.
CONCOURS D'ART

Dès l'origine du mouvement olympique, Pierre de Coubertin a la volonté de marier aux Jeux du corps, ceux de l'esprit. C'est ainsi qu'en 1906, il organise à Paris, une conférence à laquelle il convie des intellectuels, des artistes et des sportifs afin de donner une dimension artistique aux Jeux. Cette conférence aboutit à la création de concours d'art. Des architectes, des musiciens, des écrivains, des peintres et des sculpteurs doivent s'affronter dès les Jeux de Londres en 1908. Mais les anglais ne parviennent pas à mettre sur pied les concours. En revanche à Stockholm en 1912, les concours sont organisés et se révèlent de très belle facture. Ils se poursuivront jusqu'en 1948. Depuis, l'art n'a cessé de tenir une place considérable aux Jeux, sans que les formes artistiques ne débouchent sur un concours. Toutefois, les villes qui organisent les épreuves multiplient les manifestations culturelles de nature à démontrer la vigueur de leur création artistique. C'est ainsi que les plus grands talents mondiaux s'y sont un jour ou l'autre, exprimés.
CONGRES OLYMPIQUE

Le congrès du centenaire qui s'est déroulé à Paris en 1994 était le douzième congrès dans l'histoire des Jeux modernes. Il décide des grandes orientations que doit adopter le mouvement olympique (l'éthique, le professionnalisme, le dopage, etc.) Ce congrès rassemble les membres du CIO, les présidents des comités nationaux, les présidents des fédérations sportives et le comité d'organisation des prochains Jeux. La régularité des réunions du congrès olympique est aujourd'hui plus tranchée. Il doit se dérouler tous les huit ans. Mais il faut savoir que dans le passé le congrès olympique, après s'être régulièrement réuni de 1894 à 1933, est resté silencieux pendant quarante ans, jusqu'au sommet de Varna en Bulgarie en 1973.
CONOLLY James (1868 - 1957) Etats-Unis / Athlétisme

C'est le premier médaillé d'or des Jeux de l'ère moderne, le premier à monter sur le podium à Athènes en 1896 après sa victoire dans le triple saut. Conolly démontre les jours suivants ses ressources physiques en remportant la médaille d'argent de la hauteur et celle de bronze à la longueur. Il sera de nouveau sur le podium des Jeux de Paris en 1900, pour une médaille d'argent au triple saut. Après cette brillante carrière, Conolly s'est reconverti dans le journalisme et l'écriture. On lui doit quelques 25 romans et près de 200 nouvelles.
CONSTANTINI Daniel (1949) France / Handball

L'entraîneur historique du hand-ball français conduit son équipe en demi-finale du tournoi olympique de Barcelone en 1992 pour une médaille de bronze. L'année suivante, les français sont vice champion du monde et champion en titre en 95. Cette équipe composée entre autres de Martini, Volle, Gardent, Lathoud, Mahé, Munier, Stoecklin ou Richardsson hérite du surnom de «Barjots» après sa demi-finale contre l'Islande, où l'ensemble des joueurs se teint les cheveux en blonds pour narguer leurs adversaires scandinaves. Toujours à la tête de l'équipe de France à Atlanta et Sydney, Daniel Constantini et son capitaine Jackson Richardsson en dépit d'un statut d'outsiders ne sont plus parvenus au podium olympique.
COOK Stéphanie (1972) Grande-Bretagne / Pentathlon moderne

La jeune britannique est la première championne olympique de pentathlon moderne. Elle s'impose aux Jeux de Sydney en coiffant sur le fil l'américaine Emily de Riel qui jusqu'à 400 m de la fin de la dernière épreuve, la course à pied, avait dominé la compétition. Cette victoire sembla surprendre Stéphanie Cook elle-même puisqu'elle avait jusque là privilégié ses études de médecine à son sport favori.
COOPER Charlotte (1870-1966) Grande Bretagne / Tennis

C'est la toute première femme à remporter une médaille d'or aux Jeux olympiques. Elle s'impose aux Jeux de Paris en 1900 dans l'épreuve de tennis. Elle remporte le simple dames avant de s'imposer en double mixte associée à son compatriote Reginald Dohertie. Il faut savoir que lors des Jeux de Paris, seules 28 femmes ont pris part aux épreuves sportives.
COQUELIN DE L'ISLE Pierre (1900 - 1980) France / Tir

Surnommé « le kid » en raison de son application à tirer dans le mille, le tireur français Coquelin de l'Isle est champion olympique à Paris en 1924. Il frappe 396 fois sur 400 au centre de la cible. Il devient champion olympique et conserve de longues années le titre de recordman du monde. Neuf ans plus tard, Coquelin de l’Isle a remporté son premier titre mondial dans la même spécialité.
CORDE LISSE

C’est un mat de cocagne de près de 10 m de haut que doivent escalader à main nue les concurrents de la corde lisse qui participent aux Jeux d’Athènes en 1896. Une épreuve presque surhumaine à laquelle les concurrents étrangers sont mal préparés. Ils abandonnent ou renoncent les uns après les autres. Seuls deux concurrents grecs solidement apprêtés parviennent jusqu’au terme de l’épreuve. Nicolaos Andriakopoulos devance Thomas Xenakis.
COREE DU SUD

Médiocre nation olympique jusqu'au Jeux de Séoul en 1988 organisé sur son territoire, la Corée du sud fait aujourd'hui partie des grandes nations sportives mondiales. C'est aux Jeux de Rome en 1960, que ce pays fait parler de lui pour la première fois. Sept ans après la fin de la guerre de Corée, il est demandé aux deux pays de la péninsule asiatique, issue de la guerre, de présenter une équipe commune à Rome. Les coréens du nord refusent. Ils ne réintègreront pas le mouvement olympique avant 1972. Lors des Jeux de Séoul en 1988, les coréens du nord souhaitent organiser des compétitions sur leur territoire. Ils font peser la menace de boycott de leur allié soviétique, s'ils n'obtiennent pas gain de cause. Malgré le déploiement de bonnes volontés, la Corée du nord n'obtient pas la faveur espérée et ne participe pas aux Jeux. Toutefois, son puissant allié soviétique est lui présent. Pour sa part, la Corée du sud décroche lors de ces Jeux, le quatrième rang au classement officieux des nations. Les coréens confirment ces dispositions à Barcelone en remportant 29 médailles dont 12 d'or. Depuis, la Corée du sud est définitivement admise parmi les dix meilleures nations sportives mondiales, qu'il s'agisse des Jeux d'été ou des Jeux d'hiver. Désormais, les deux Corée tentent de se rapprocher politiquement. Un des temps fort de ce réchauffement diplomatique a eu pour cadre la cérémonie d'ouverture des Jeux de Sydney. Les deux nations ennemies acceptent de défiler sous un même drapeau et sous l'ovation des 110.000 spectateurs.




CORNAGGIA MEDICI Gian Carlo (1904-1970) Italie / Escrime

Trois médailles d’or viendront récompenser la carrière de cet épéiste italien vainqueur du tournoi olympique à Los Angeles en 1932 et seulement troisième à Berlin quatre ans plus tard. C’est par équipes à Amsterdam en 1928 et à Berlin en 1936 qu’il a remporté deux nouvelles médailles d’or et une médaille d’argent à Los Angeles.
COROEBUS – Grèce / Course à pied

C'est le tout premier vainqueur du stade lors des Jeux de l'Antiquité. C'est aussi le seul dont les exploits sont consignés dans un registre concernant les Jeux en 776 avant J.-C. Date encore considérée comme l'année de création des premiers Jeux olympiques. Il est également précisé que cet athlète était cuisinier et originaire de la proche cité d'Elis, non loin d'Olympie.
CORTINA D'AMPEZZO - Italie

Charmante station alpine aux pieds des Dolomites, Cortina accueille les Jeux d'hiver de 1956. C'est l'actrice Sophia Loren, alors au sommet de sa gloire qui est la reine de la cérémonie d'ouverture. Le monde du sport découvre les « tifosi », les supporters italiens qui animent les épreuves. Ainsi les voient-on lancer des fruits trop mûrs sur le couple de patineurs transalpins qui n'a pas obtenu de médaille. Le grand vainqueur des Jeux reste le skieur autrichien Toni Sailer. Il réalise le grand chelem et remporte trois médailles d'or en ski alpin. Les soviétiques qui participent aux Jeux d'hiver pour la première fois repartent avec six médailles d'or.
COSIC Kresimir (1948 - 1995) Yougoslavie / Basket-ball

C'est le meneur de jeu et pivot de la sélection yougoslave, championne du monde et championne olympique de basket en 1980. Cosic et le reste de la sélection profite cette année là de la défection de la sélection américaine. Déjà médaillé d'argent en 1968, il fut l’un des premiers joueurs européens à rejoindre la célèbre NBA et le premier étranger à inscrire son nom au Hall of Fame qui consacre les meilleurs sportifs professionnels évoluant aux Etats-Unis. Cosic devient alors un héros national. Au terme de sa carrière, il devient entraîneur et dirigea la sélection yougoslave aux Jeux de Séoul en 1988 pour l’obtention d’une médaille d’argent. Atteint d’un cancer, il s’est éteint à 46 ans.
COSTELLO Paul - Vincent (1894 - 1986) Etats-Unis / Aviron

Ce rameur américain pratique le double scull, un bateau de deux équipiers, sans barreur. Il est triple champion olympique de la catégorie entre 1920 et 1928 pour trois titres obtenus consécutivement. Paul Vincent Costello est parent avec l'autre célèbre rameur américain, John Kelly.
COUBERTIN Pierre de Fredy, baron de (1863 - 1937) France

C'est le père de l'olympisme moderne et le fondateur des Jeux. Avant lui, des grecs, un scandinave, un anglais et quelques français comme Ferdinand de Lesseps, Georges de Saint Clair ou le journaliste Paschal Grousset tentent de rétablir les Jeux olympiques. Mais seul, De Coubertin parviendra à ses fins. Convaincu que le sport est essentiel à la formation des hommes, il réfléchit, écrit et propose en 1894, devant les représentants du monde entier, le rétablissement des Jeux olympiques. Deux ans plus tard à Athènes, son rêve est exaucé. Il crée alors, le Comité International Olympique.

Passionné par son œuvre, Coubertin écrit beaucoup et remporte, sous un nom d'emprunt, une médaille d'or en littérature aux Jeux de Stockholm en 1912. Quoiqu'on dise, Coubertin a sacrifié sa vie et sa fortune au rétablissement des Jeux. Il se retire en 1925 après près de trente années de présidence active, tout en restant président d'honneur du CIO. C'est lui qui a codifié et établi les principales règles du mouvement encore en vigueur aujourd'hui. Il meurt à Genève en 1937, non loin de Lausanne où est implanté le Comité International Olympique.

En hommage à son dévouement pour l'idéal olympique et selon ses dernières volontés, son cœur est emmuré dans une stèle de marbre au centre du site d'Olympie.
COULOIR

C'est lors des Jeux de Londres en 1908 que les couloirs sont inventés sur la piste d'athlétisme afin d'offrir un espace à chacun des concurrents du 400 m. Lors de cette épreuve, les trois finalistes américains gênent le concurrent anglais. Les juges qui à l'époque sont tous britanniques décident de faire recourir l'épreuve le lendemain. Cette fois des cordes séparent chaque participant. Cet artifice est alors inutile puisque les américains refusent de recourir la finale et que l'anglais Haswelle dispute seul le 400 m. Depuis est admis le principe de constituer des couloirs de séparation sur la piste. Les cordes du début ont aujourd'hui été remplacées par des lignes blanches matérialisées au sol.
COURSE A PIED

Il existe plusieurs types de courses aux Jeux: le sprint long et court, le fond et le demi-fond, ainsi que les courses de haies. Le sprint court se dispute sur 100 et 200 m, le coureur peut atteindre 45 Km/h. Le 400 m est un sprint long.

Le 800 m et le 1500 m sont des épreuves de demi-fond, tandis que le 5000, le 10.000 m et le marathon sont des épreuves de grand fond. Les haies se disputent sur 100 m pour les femmes, 110 m pour les hommes et sont très resserrées. Sur 400 m, elles sont beaucoup plus espacées.

Enfin sur 3000 m steeple, les concurrents doivent franchir plusieurs haies et une rivière à chaque tour de piste. L'origine du franchissement de la rivière aurait été décidé au début du siècle par des notables britanniques qui avaient fait disputer à des athlètes une épreuve habituellement réservée aux cavaliers et à leurs montures.
1   ...   6   7   8   9   10   11   12   13   ...   58

similaire:

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconLes maladies pulmonaires obstructives sont des affections qui se...
«poumon du fumeur». En général, 10 paquets-années, ce qui correspond au fait de fumer un paquet par jour pendant 10 ans, sont nécessaires...

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconI présentation l'École de football regroupe les enfants nés entre 2002 et 2007
«Débutants» et les U10/U11 les «Poussins». Depuis maintenant 2 ans, les U13 (ex «Benjamins») ont été rattachés à la préformation...

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconExercices sur «representation visuelle» avec corriges
«chapelle Sixtine de l'art pariétal», l'âge de ses peintures est estimé entre 18 600 et 18 900 ans. Malheureusement, en arrivant...

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconRésumé : Pour réussir une distribution de documents pédagogiques...
«seconde main». Le réalisme impose alors d’utiliser des systèmes d’exploitation correspondant à leurs capacités (Windows 2000, Win...

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconL’âge de toutes les révolutions
«Avant, l’adolescence, ça n’existait pas. À 15 ou 16 ans, on était un adulte», dit-elle

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconL’âge de toutes les révolutions
«Avant, l’adolescence, ça n’existait pas. À 15 ou 16 ans, on était un adulte», dit-elle

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconL’âge de toutes les révolutions
«Avant, l’adolescence, ça n’existait pas. À 15 ou 16 ans, on était un adulte», dit-elle

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconLa plus grande série de courses d’obstacles au Canada célèbre ses 5 ans
«Nous combinerons tous les meilleurs éléments des événements Mud Hero, et de nouvelles surprises qui sauront impressionner même les...

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconRésumé Thérèse Raquin est la fille d'un capitaine français, qui en...

Ce gymnaste domine les compétitions à Londres en 1948 en compagnie de ses compatriotes Heikki Savolainen, alors âgé de 44 ans et Veikko Huhtanen qui s’impose au iconManuel d’operations
«v n x» qui devient alors «v n x+1» mais reste non applicable. Lorsque les amendements mineurs successifs le justifient ou lors d’un...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com