Résumé de «Ecole du dos en cas de lombalgies» (version 030613)








télécharger 108.67 Kb.
titreRésumé de «Ecole du dos en cas de lombalgies» (version 030613)
page1/3
date de publication12.04.2017
taille108.67 Kb.
typeRésumé
p.21-bal.com > documents > Résumé
  1   2   3
Résumé de « Ecole du dos en cas de lombalgies » (version 030613)

http://reeducationtransmissiondessavoirs.hautetfort.com/archive/2013/03/19/ecole-du-dos-en-cas-de-lombalgies.html
« Use it or lose it » (utilisez-le ou perdez-le) et « Se reposer, c’est rouiller » (Tom MAYER)

Versus : Rien ne remplace le repos (sagesse chinoise)
Apprentissage des respirations qui seront utilisées pour tous les exercices

  • En cas de lombalgies habituelles : la respiration abdominale d’effort (encore appelée respiration abdominale inversée). C’est la technique la plus efficace et la plus utilisée à l’Institut de Rééducation POMPONIANA.

  • Lombalgies en post-partum immédiat ou en cas de prolapsus génital ou rectal : respiration avec dépression interne au niveau de l’abdomen et donc du périnée.

  • Lombalgies + emphysème ou pneumothorax : respiration sans contraintes de pressions ou de dépressions (utilisation du volume courant).

  • La respiration du yoga-relaxation (inspirer en gonflant le ventre et souffler en le rentrant) n’a aucun intérêt lorsqu’il s’agit de soulever des charges, de faire des exercices de rééducation ou de renforcement musculaire.


Echauffements

  • Minimum de 30 minutes d’activité aérobie par jour (recommandé par la Fédération Française de Cardiologie)

En effet, le déconditionnement à l’effort aérobie est un facteur favorisant les lombalgies et l’obésité.

  • Echauffement par des exercices sans le poids du corps :

le stretching en position couchée, les nages de salon, les exercices en suspension ou semi-suspension, la natation et les activités en piscine.

  • Autres échauffements : - la gymnastique classique et les circumductions

- des exercices effectués avec un gros ballon

- la gymnastique chinoise et les arts martiaux
Renforcement musculaire, gainage

Renforcement musculaire : - global

- du tronc

- des membres inférieurs

- des membres supérieurs

- autres techniques
Assouplissements

Assouplissements pour : - les membres inférieurs

- les membres supérieurs

- le rachis en début de progression

- le rachis en fin de progression
Self-pompages, self-tractions, auto-élongations vertébrales, auto-grandissement

  • Sans matériel

  • Avec matériel (sandow, sangle, table de traction, table de verticalisation inversée…)


Ergonomie, transports de charges, activités de force et d’endurance

  • Principes de base de la mécanique rachidienne et respiratoire

  • Applications dans la vie courante, les activités professionnelles, les loisirs et les sports

  • Avec des charges et des efforts progressivement croissants

  • Avec un temps de travail progressivement croissant


Bien-être et qualité de vie

  • Pourquoi rien ne remplace le repos couché ? Pourquoi la position assise ne repose pas la colonne vertébrale ?

  • Importance de la diététique / hygiène de vie (lutte contre l’excès pondéral, 5 fruits et légumes/jour et 0 cigarette)

  • Programme global de conservation de l’énergie et de lutte contre la fatigue

  • Relaxation couchée, assise et debout

  • Automassages sans matériel et avec matériel (bâton, balle de tennis…)

  • Appareillages et aides techniques


Evaluation et auto-évaluation

Evaluation et auto-évaluation - de la douleur

- de l’efficacité du traitement et de la satisfaction du patient

Article en cours de construction
Le réentrainement des lombalgiques à l’effort oscille entre 2 stratégies opposées
1. la première stratégie repose sur des principes d’entrainement et de renforcement musculaire « tout azimut »

On peut illustrer ce courant de pensée par les citations suivantes :

Use it or lose it (utilisez-le ou perdez-le) et Se reposer, c’est rouiller (Tom MAYER)
Il est surprenant de constater que ces auteurs entrainent systématiquement les patients à effectuer les gestes « classiquement » interdits.

Par exemple : ramasser des objets au sol sans plier les jambes, manutentionner des charges sans utiliser la respiration d’effort, etc…
Dans cette technique, il y a une tendance au négationnisme de la dangerosité de certaines activités physiques : sports ou travaux dépassant la résistance des matériaux rachidiens.
De plus, les participants sont amenés à signer un contrat d’objectif prévoyant un retour au travail, si possible dans le même poste sans aménagement.

Dans cette optique une aide-soignante dans un service mal équipé devrait-elle se contenter de manutentionner les patients à la main ?

Au lieu de réclamer le matériel indispensable (lève-malades, et autres aides techniques…) qui diminuerait considérablement les contraintes sur son rachis et donc les risques de récidives de lumbago, lombalgies et sciatiques ?
A l’appui de cette technique :

Des études statistiques très instructives prouvant par exemple qu’il y a moins de récidives de hernies discales opérées, lorsque le patient reprend un sport dans lequel il a été performant avant la première hernie discale que s’il arrête de s’entrainer. Et ce, même si ce sport n’est pas un sport conseillé habituellement dans les écoles du dos.


Bibliographie :

Vanvelcenaher J, Raevel D, O'Miel G, Voisin P, Struk P, Weissland T, Aernoudts E, Bibré P, Goethals M et Masse P. Programme de Restauration Fonctionnelle du Rachis® dans les lombalgies chroniques. Encycl Méd Chir (Elsevier, Paris), Kinésithérapie-Médecine Physique-Réadaptation, 26-294-b-10, 1999, 13p.

http://www.em-consulte.com/article/10246/programme-de-restauration-fonctionnelle-du-rachisr
LA LOMBALGIE : -SES REPERCUSSIONS -UNE APPROCHE THERAPEUTIQUE DYNAMIQUE

http://users.skynet.be/apmm/mahieu.html

2. la seconde stratégie repose sur les principes d’économie du rachis, des interdictions, du repos…

On peut illustrer ce courant de pensée par la citation :

Rien ne remplace le repos (sagesse chinoise)
En pratique, cette attitude thérapeutique est souvent utilisée.

Il est d’ailleurs impossible de faire autre chose en phase hyperalgique aigüe.

Par contre, dans les atteintes chroniques, un excès de précautions et de repos peut avoir des conséquences désastreuses.
3. notre démarche se situe entre ces 2 extrêmes

Un réentrainement à l’effort quantifié des patients lombalgiques chroniques est indispensable.

Un patient bien musclé, pratiquant régulièrement des exercices d’assouplissement et bien entrainé est moins exposé aux épisodes aigus.
Mais, il est préférable :
- d’effectuer toutes les activités de force et d’endurance ultérieures après une préparation spécifique comprenant un échauffement adapté.

Cette préparation sera toujours nécessaire pour effectuer sans danger des activités physiques professionnelles, sportives ou usuelles.
- de limiter les contraintes sur le rachis en utilisant systématiquement les techniques respiratoires et ergonomiques les plus appropriées avec un matériel spécifique bien adapté (par exemple utilisation d’un lève-malade pour les aides soignantes) et des gestes techniques bien rodés.
- de respecter les règles d’hygiène de vie : limiter l’excès pondéral, les contraintes anormalement élevées sur le rachis et prévoir des périodes de repos couché et de sommeil, indispensables à la récupération quotidienne des fonctions du rachis.
- d’apprendre au patient à prévenir, à réparer lui-même et à gérer les petites douleurs et microtraumatismes par self-pompages, self-tractions, auto-élongations vertébrales, auto-grandissement, automassages…
- d’utiliser un programme global de conservation de l’énergie basé sur les mêmes principes que ceux conseillés aux patients présentant une sclérose en plaques. En effet, l’énergie du patient n’est pas illimitée.

De plus, le seul repos bénéfique au rachis n’est pas un repos debout ou assis mais un repos couché.

En effet, c’est en position couchée que la pression dans les disques est minimisée et que le rachis peut se réhydrater, se régénérer.

http://www.mssociety.ca/chapters/regiondequebec/pdf/conservation_energie.pdf
- de proposer aux patients non-sportifs des activités physiques et sportives sans danger pour le rachis. Natation, tai-chi-chuan, nages de salon, danse en ligne, danses de salon, body-karaté, etc…
- de proposer aux sportifs qui pratiquent des sports à risque pour le rachis (judo, parachutisme, ski…) de compenser les effets néfastes de leur sport favori par la pratique d’activités physiques de complément (natation, aquarunning sans contact avec le sol, nages de salon…).

Il est dangereux de nier les effets néfastes que peuvent avoir certaines activités physiques ou sportives. Il s’agit là d’une désinformation du public et de l’exploitation de la crédulité humaine.


Apprentissage des respirations qui seront utilisées pour tous les exercices

  • La respiration abdominale d’effort, encore appelée respiration abdominale inversée : c’est la technique la plus efficace en cas de lombalgies habituelles.


La respiration abdominale d’effort s’apprend en 2 minutes, car c’est très facile.

Il suffit :

- d’inspirer en rentrant le ventre,

- puis de bloquer la respiration.

- Il est également recommandé de contracter le périnée,

- et entre chaque effort de réaliser environ 3 ventilations naturelles et calmes.
But : augmenter la pression intra-abdominale et intra-thoracique pendant environ 30 secondes (durée variable de l’apnée selon l’effort effectué).

Une partie des contraintes engendrées par l'effort est absorbée par le ventre et le thorax qui se comportent comme un caisson bien gonflé.

On effectue alors l’activité physique dangereuse pour la colonne vertébrale en apnée.
Pour plus d’informations sur cette respiration, cliquez sur le lien ci dessous :

http://reeducationtransmissiondessavoirs.hautetfort.com/archive/2012/02/20/respiration-abdominale-d-effort.html
Titre de la vidéo : Hernie discale opérée : ma rééducation. Film N° 1

Lien URL : http://www.youtube.com/watch?v=y5G3L24noB0
Douleurs lombaires persistantes et respiration abdominale d'effort : témoignage d'un patient https://www.youtube.com/watch?v=gzByXmV3NdE



  • Respiration avec dépression interne au niveau de l’abdomen et donc du périnée.

Indiquée dans les lombalgies en post-partum immédiat ou en cas de prolapsus génital ou rectal.

Ce sont des techniques respiratoires connues depuis des siècles dans le yoga et qui ont été « redécouvertes » récemment dont il existe plusieurs variantes.
Il s’agit essentiellement d’effectuer les efforts :

- en apnée expiratoire (vider les poumons),

- avec la glotte fermée (bloquer la respiration environ 30 secondes),

- le ventre rentré et les côtes effectuant un effort de pompage de la pression résiduelle (ouvrir les côtes en rentrant le ventre vers le haut).

- en effectuant un auto-grandissement (se grandir).

- entre chaque effort, réaliser au moins 3 ventilations naturelles et calmes.
http://www.josyrunning.com/parole-de-mum-abdominaux-stop-aux-exos-bidons/

et

http://www.kines-sport.fr/reeducation.php?id=reeducation-postnatale

et

http://blog.yogasynergy.com/2010/09/secrets-of-advanced-breath-control-pranayama-with-internal-locks-bandha-energy-control-gestures-mudra-and-internal-cleansing-kriya/
En post-partum l’ANAES recommande (page 55)

- Une contraction abdominale en apnée expiratoire sur un effort inspiratoire par les muscles accessoires afin d’entraîner une hypopression thoracique et abdominale.

- D’éviter tout exercice provoquant une protrusion abdominale ou périnéale

http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/post_partum_rap.pdf
Pour trouver une formation concernant les techniques hypopressives :

http://www.marcel-caufriez.com/fr/index.php
http://www.physioswiss.ch/download/Gymnastique_Abdominale_Hypopressive.pdf

Cependant, l’idée d’appliquer cette méthode à tous les patients lombalgiques parait abusive car en pratique, elle ne donne pas d’aussi bons résultats que la respiration abdominale d’effort dans les douleurs aiguës des hernies discales opérées et dans les efforts de soulèvement de charge des lombalgiques chroniques.


  • La respiration naturelle, sans contraintes de pressions ou de dépressions (utilisation du volume courant).

Elle est conseillée aux lombalgiques + risque (ou de séquelles) de pneumothorax ou d’emphysème.

On utilise également la respiration naturelle pour les patients présentant des interventions chirurgicales récentes, (ou des lésions traumatiques récentes) portant sur la cage thoraciques, des muscles de la respiration et des éléments sur lesquels ils s’insèrent (côtes, cartilage costaux, corps vertébraux de T12 à L2…).
Il s’agit de patients très fragiles pour lesquels il faut éviter toutes pressions ou dépressions qui risqueraient d’accentuer les lésions ou les douleurs.

On se contentera donc d’une respiration spontanée, sans apnée inspiratoire ou expiratoire.



  • Autre site concernant différentes respirations possibles au cours des efforts

http://www.ulb.ac.be/preview1/facs/ism/docs/abdos.pdf



  • La respiration du yoga-relaxation (inspirer en gonflant le ventre et souffler en le rentrant) n’a aucun intérêt lorsqu’il s’agit de soulever des charges, de faire des exercices de rééducation ou de renforcement musculaire.

Malheureusement, cette respiration dite physiologique est souvent utilisée lors de la rééducation des patients présentant une lombalgie, un lumbago ou des séquelles de sciatiques. Les raisons d’une telle erreur ne sont pas claires.

Il s’agit peut-être d’une habitude prise lors de la rééducation des patients présentant une bronchite chronique ?

Ou de cours de mécanique respiratoire mal compris ?

Ou de l’idée (fausse) qu’il faut souffler lors des exercices de rééducation active ?
Cette technique de respiration est dite « physiologique » bien que ce terme soit contestable lors des efforts.
En fait si l’on souffle lors d’un effort, il n’y a plus de pression dans le ventre ni dans la cage thoracique puisque l’air s’échappe en permanence (comme dans un pneu crevé). Et toutes les contraintes de compression lors des efforts sont supportées par le rachis. La pression dans le ventre n’est plus assez importante pour jouer un rôle mécanique.


  • La technique dite « du bûcheron » ou du « karatéka »

Il s’agit d’une variante de la respiration précédente.

Elle consiste à laisser une partie de l'air accumulé avant l'effort s'échapper, la quantité étant directement proportionnelle à l'intensité de la puissance à fournir.

En phase d'apprentissage, on peut émettre un son en laissant l'air s'échapper : le "Han" du bûcheron (le "Kiaï du karatéka, ou le "Hou" de l'haltérophile)... Ce son n'est pas obligatoire.

Lors d'un geste de la vie courante, il suffirait de faire une "expiration filée", c’est à dire laisser un peu d'air s'échapper en pinçant les lèvres pour obtenir une sorte de "valve de sécurité".

Buts de cette technique : 

- décharger une partie de l’hyper pression qui s'exercerait sur le cœur, les vaisseaux et le cerveau lors d’une apnée

- éviter le "coup de bélier" lors de la phase de fin de l'activité.

 

Nous pouvons douter des dangers réels de l’apnée lors des activités de la vie courante d’un patient lombalgique car nous n’avons jamais constaté d’effet secondaire de ce type chez aucun patient. Nous avons pourtant enseigné la respiration abdominale d’effort avec apnée lors de la phase d’effort à plusieurs centaines de personnes.

 

Il est probable que les efforts demandés en rééducation et dans la vie courante sont moins violents que ceux développés par un bucheron ou par un karatéka pour qui chaque coup doit être potentiellement mortel, avec la règle bien connue des pratiquants « ikken hissatsu » = « tuer d’un seul coup » = « un coup, une vie ».
  1   2   3

similaire:

Résumé de «Ecole du dos en cas de lombalgies» (version 030613) iconProgrammes école-collège, version consolidée conforme au bo du 24 décembre 2015

Résumé de «Ecole du dos en cas de lombalgies» (version 030613) iconRÉsumé liste des personnes consultées par le commissariat géNÉral...

Résumé de «Ecole du dos en cas de lombalgies» (version 030613) iconExtension de l’école La Fontaine
«Pôle Nord» s’est ouvert dans l’extension de l’école de La Fontaine (1995/1996) lorsque les classes maternelles, qui s’y trouvaient...

Résumé de «Ecole du dos en cas de lombalgies» (version 030613) iconTpe travaux Personnels Encadrés
«conception d’un enfant indemne de la maladie génétique recherchée et susceptible de soigner de façon décisive son aîné malade»,...

Résumé de «Ecole du dos en cas de lombalgies» (version 030613) icon13 étirements et exercices pour soulager les douleurs au bas du dos

Résumé de «Ecole du dos en cas de lombalgies» (version 030613) iconAssociation Sportive Orléanaise de Danse sur Glace
«Ecole de Glace et scolarité 2 1 asodg dépositaire du Label «Ecole de Glace»

Résumé de «Ecole du dos en cas de lombalgies» (version 030613) iconTM/thl/asm frédéric godfryd & Edouard dos santos 3219. doc, 26/03/17

Résumé de «Ecole du dos en cas de lombalgies» (version 030613) iconLa thèse (présente l’opinion de l’énonciateur)
«gangs» populaires de filles de l’école secondaire de mon quartier. Elle n’était plus que l’ombre d’elle-même. N’est-ce pas attristant?...

Résumé de «Ecole du dos en cas de lombalgies» (version 030613) iconComprendre la fonction de l’école Se construire comme une personne...
...

Résumé de «Ecole du dos en cas de lombalgies» (version 030613) iconRésumé Cette recherche introduit la notion de syncrétisme culturel...
«Il est impossible de ne pas communiquer» (Aaker, 2008). En effet, au moment du lancement, le manager va élaborer une stratégie marketing,...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com