Importance de l’entretien individuel








télécharger 0.91 Mb.
titreImportance de l’entretien individuel
page2/4
date de publication31.03.2017
taille0.91 Mb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > documents > Documentos
1   2   3   4

Il est évident que le moniteur qui conduit un enfant à Christ doit avoir lui-même reçu Christ comme son Sauveur, avoir l'assurance du salut et être au clair sur les doctrines bibliques élémentaires.

Il doit, bien sûr, être convaincu que Dieu veut sauver les enfants et qu'il le fait. De plus, la Bible enseigne que Dieu se servira de lui et le bénira dans la mesure où il cherchera à marcher avec Dieu et Lui fera confiance.

Ceci dit, il reste trois étapes à franchir pour être apte à conduire des enfants à Christ:

  • Apprendre le plus de choses possibles sur la façon de conduire un enfant à Christ.

  • Etre prêt à vous investir dans un ministère de conseiller, être montivé. Alors, le Saint-Esprit vous ouvrira la porte. Vous apprendrez plus par l'expérience que par tout autre moyen. Vous tirerez des leçons de vos erreurs (après avoir prié et réfléchi) et vous mettrez tout en œuvre pour progresser.

  • Dépendre du Saint-Esprit quand vous conseillez. Priez Dieu qu'Il vous aide et vous guide. Il est plus intéressé et préoccupé par l'enfant que vous.



  1. Quand et où aurons-nous des occasions de conseiller ?

  • A la fin d’une réunion, au travers d’un appel :

Le plus souvent, l'occasion de conseiller et de conduire un enfant à Christ se présente à la fin d'une réunion (Ecole du Dimanche, Club de la Bonne Nouvelle ou autre rencontre dans le cadre d'une évangélisation). Pendant cette réunion, vous avez clairement exposé le message de l'Evangile (généralement dans une leçon biblique). Vous avez montré aux enfants comment se confier en Christ et les avez incités ou invités à le faire. Vous avez insisté sur le fait qu'ils peuvent se confier en Christ à tout lieu tout en soulignant l’'importance de le faire aujourd'hui, sans remettre à plus tard.

Vous reconnaissez qu'il est possible qu'un enfant dans la réunion soit prêt à se donner à Christ, mais ne sait pas comment le faire. Vous réalisez que cet enfant aurait besoin d'une aide personnelle et d'un conseil de votre part. Parfois, de tels enfants sont timides et ne viendront jamais vous parler si vous ne vous mettez pas à leur disposition pour un entretien. Ainsi, à un moment de la réunion, vous avez, par exemple, dit aux enfants:

"Si tu sais que tu n'es pas sauvé, si tu aimerais l'être, mais ne sais pas comment faire, je serais heureux de te parler après la réunion pour t'aider. Quand la réunion sera finie, reste simplement assis et quand je te verrai assis là, je saurai que tu veux me parler." ou "Peut-être n'es-tu pas sauvé et aimerais-tu l'être, seulement tu ne sais pas ce que tu dois faire, ou tu as une question à ce sujet. Je serais heureux d'en parler avec toi et de t'aider. Si tu désires que je le fasse, assieds-toi sur une des chaises du premier rang après la réunion, quand tout le monde sera parti. Je viendrai à côté de toi et nous en parlerons."

Ainsi vous vous êtes rendu disponible pour les enfants qui veulent recevoir aide et conseil d'une manière non directive. Vous avez fait savoir aux enfants que vous êtes prêt à les aider à rencontrer Christ et vous avez clairement établi que ce sont eux qui doivent solliciter cette aide. Vous n'avez pas demandé aux enfants qui ont besoin d'aide de lever la main, de se lever ou de venir sur le devant, mais vous les avez informés qu'ils peuvent attendre après la réunion s'ils veulent que vous les aidiez à venir à Christ pour être sauvés.

C'est ainsi que le moment et l'occasion de conseiller se présentent habituellement après la réunion.


  • Dans un temps informel à votre initiative :

En marge de ce contexte et en dehors de toute réunion structurée, des occasions de conseiller des enfants inconvertis et de les conduire à Christ peuvent également se présenter. Vous connaissez peut-être un enfant qui, de toute évidence, n'est pas sauvé et vous pouvez vous sentir conduit par Dieu à vous approcher de lui personnellement et à lui parler de son besoin du salut. Vous devez alors guetter une occasion suscitée par Dieu pour entamer une conversation ou une série d'entretiens avec l'enfant dans l'espoir que cela débouchera, tôt ou tard, sur un désir, exprimé par l'enfant, d'être conseillé. La conversation en elle-même ne relève pas, à proprement parler, du "conseil" pour le conduire à Christ, mais elle peut y mener. Ce type de situation demande beaucoup de sagesse. Il est si facile de faire pression sur un enfant, surtout si c'est vous, l'adulte, qui prenez l'initiative. Vous devez toujours être très prudent afin de ne pas le pousser à prendre un engagement qu'il ne comprend pas et pour lequel il n'est pas prêt.
Vous pouvez aussi remarquer un enfant perturbateur. Essayez de vous approcher de lui gentiment et de lui demander pourquoi il a un tel comportement. Voyez si cela n’est pas lié à un problème, un souci. Quand nous remarquons une attitude, un acte, une parole…qui n'est pas juste; l'appeler à l'écart pour en parler avec lui l’interroger sur le pourquoi, qu'en pense t-il; à son avis qu'en pense Dieu, que dit la Bible … Le conseiller, le reprendre, mais en lui expliquant pourquoi ce n'est pas juste ou pas bon. Attention aux remarques désobligeantes devant les autres; l'enfant en sera blessé. Menaces et interdictions sans explications, créent plutôt de la révolte, parce que non comprises; si les enfants en comprennent la raison, ils s'y soumettent sans difficulté.

Soyez attentif aux enfants distants, renfermés et essayez de créer un lien, un dialogue avec eux. Ils ont besoin de votre aide pour s’ouvrir et ne viendront pas d’eux même se confier. Vous devez les aider.

  • Dans un temps informel à l’initiative de l’enfant :

Si vous aimez passer du temps avec les enfants en dehors des moments d’école du dimanche, vous verrez que des enfants viendront spontanément vous parler. Ils commenceront par des sujets anodins, et c’est à vous de détecter qu’il a quelque chose de plus important à dire. Ils vous envoient des signaux. Dans ce cas, encouragez-les.
Enfin, accordez du temps individuel aux enfants « collants », ils recherchent d’une manière particulière votre attention et votre affection.

  • Les parents :

Les parents peuvent aussi avoir des occasions de dire à leurs propres enfants.que s'ils veulent se confier au Seigneur Jésus, ils seront toujours prêts à en parler avec eux et à les aider.

Dans toutes ces situations particulières, le parent ou le moniteur doit faire preuve de beaucoup de sagesse, de sensibilité et de prudence. Il ne doit jamais exercer de pression d'aucune sorte sur l'enfant, mais être, en tout temps, sensible à la direction du Saint-Esprit.

  1. Comment conseiller un enfant ?

Quelqu'un qui veut vraiment savoir comment conseiller un enfant et le conduire à Christ peut y parvenir. Il doit d'abord comprendre certains principes de base, exposés dans les pages suivantes, puis connaître une série, simple et logique, d'étapes à suivre. Les principes de base et la compréhension élémentaire de la marche à suivre suffiront à sa préparation. Il ne lui faudra que de les mettre en application !
III / DIX PRINCIPES A SAISIR

Lorsqu'un enfant vient vers vous après une réunion pour vous dire qu'jl aimerait accepter Christ comme son Sauveur et Seigneur, il est de votre responsabilité de vous asseoir à ses côtés et de le conseiller d'une manière aussi simple et approfondie que possible.

C'est un moment crucial pour l'enfant. Prier avec lui ou même le faire prier est superficiel. Il n'est pas satisfaisant non plus de lui faire signer une carte de décision. Beaucoup de tort peut être causé par un entretien médiocre et trop superficiel. Vous devez prendre conscience de la grande responsabilité que Dieu vous a confiée et apporter autant d'aide que possible à l'enfant. Il vous incombe d'amener l'enfant à ce contact vital avec Jésus-Christ tout en restant en retrait vous-même autant que possible.

Aucun autre aspect du travail parmi les enfants ne nécessite probablement autant de sagesse divine et autant de sensibilité à se laisser diriger par le Saint-Esprit. La Bible dit, cependant, "Si quelqu'un d'entre vous manque de sagesse, qu'il la demande à Dieu, qui donne à tous et sans reproches," Jacques 1.5.

Pour vous préparer à ce ministère de première importance, il est nécessaire d'avoir étudié les dix principes de base suivants. Vous devrez les connaître, les comprendre et les garder à l'esprit pour conseiller un enfant inconverti en vue de l'amener au salut.


  1. Comptez sur le Saint-Esprit

Rappelez-vous que Dieu aime les enfants (Matthieu 18.14) et qu'Il ne' veut pas qu'un seul périsse. Rappelez-vous aussi que le Saint-Esprit peut sauver un enfant malgré vos erreurs au cours de l'entretien. Le salut est, après tout, le travail de Dieu!

Alors, faites de votre mieux ; soyez à l'aise. Dieu veut vous utiliser, mais vous n'êtes pas aussi indispensable que vous pourriez le penser. Priez afin que le Saint-Esprit soit à l'œuvre dans le cœur de l'enfant - pour le convaincre de péché, pour lui rendre Christ et son œuvre réel pour lui et pour le régénérer.

Priez afin que le Saint-Esprit vous guide et vous inspire dans ce que vous aurez à dire.

Priez avant de venir à la réunion, juste avant de la commencer, et de nouveau avant de conseiller l'enfant. Restez également dans une attitude de prière tout au long de l'entretien.

  1. Faites preuve de sagesse

Une approche sage de la situation comprend deux mesures simples, mais utiles.


  1. Choisir un endroit approprié

Pour conseiller l'enfant vous devez choisir un endroit tranquille où son attention ne sera pas distraite. Pensez à le placer le dos tourné à tout ce qui pourrait attirer son attention.

Malgré cela, l'endroit choisi devrait être public et ouvert. Si vous conseillez un enfant après une réunion en plein air, assurez-vous qu'on peut vous voir. Faites tout à la vue de quiconque voudrait vous observer; ne donnez jamais l'impression de vouloir vous cacher.

Ne prenez pas l'enfant avec vous derrière un mur, dans une voiture ou dans une chambre la porte fermée, où vous seriez seul avec lui. Hormis les soupçons que cela pourrait susciter, cela pourrait mettre l'enfant mal à l'aise.

  1. Conseiller un seul enfant à la fois

Il est préférable de conseiller les enfants un par un, si les circonstances le permettent. Autrement, vous pouvez conseiller plusieurs enfants ensemble, si c'est nécessaire et s'ils ont le même problème de base. Si possible, conseillez les enfants du même sexe que vous, surtout si l'enfant est plus âgé et si vous êtes adolescent ou avez une vingtaine d’années.

  1. Soyez prêt

S'il est incontestable que vous devez dépendre du Saint-Esprit pour conseiller, il faut également faire de votre mieux pour être aussi compétent que possible, "un ouvrier qui n'ait pas à rougir". Il est indispensable que vous soyez bien préparé à un tel entretien.

Posez-vous les questions suivantes:

  • Ai-je prié? C'est-à-dire prié avant la leçon pour que Dieu sauve des enfants et prié de manière spécifique même brièvement, avant de commencer l'entretien. i-je étudié soigneusement et attentivement un livre comme celui-ci qui m'aidera à savoir ce qu'il faut faire ?

  • Ma Bible est-elle prête à l'emploi? Est-ce que je dispose des grandes lignes du plan qui m'aideront à me rappeler la marche à suivre? (Voir pages 49 et 50.)

  • Ai-je choisi, d'avance, le verset que je vais expliquer?

  • Me suis-je entraîné avec un ami à conseiller? Cela peut être d'un grand secours.



  1. Soyez à l’écoute

Soyez sensible à la direction du Saint-Esprit pour ce que vous devrez dire à l'enfant. Souvenez-vous que chaque enfant est différent. Certains ont besoin de plus d'aide et de plus d'explications sur tel ou tel point que d'autres. Il est bon d'avoir un plan pour l'entretien, mais le Saint-Esprit peut vous conduire dans une direction non prévue.

Soyez sensible à la direction du Saint-Esprit pour savoir jusqu'où aller. Guettez les signes qui vous montreront que vous êtes allé aussi loin que l'enfant voulait aller ou qu'il était prêt à aller (agitation, regard fuyant ou pensées distraites). Soyez attentif pour déceler tout signe évident d'incompréhension de vos paroles.

Soyez sensible aussi pour évaluer la perception et la compréhension spirituelles de l'enfant que vous êtes en train de conseiller. Comprend-il ce que vous dites? Est-il prêt à aller plus loin? Vous devriez toujours conseiller et conduire un enfant dans les limites de sa disponibilité. Quand il est évident que le Saint-Esprit n'est pas à l'oeuvre dans le coeur de l'enfant, qu'il ne semble pas comprendre ou que vous sentez qu'il n'est pas prêt à aller plus loin, n'hésitez pas à mettre fin à l'entretien. Vous êtes peut-être seulement celui qui sème ou celui qui arrose, et non celui qui moissonne (1 Co. 3.6). Il y a généralement plusieurs maillons dans la chaîne qui amène un enfant à Christ. Vous pouvez être le dernier ou le premier.

Que ce soit en évangélisation ou en entretien, veillez toujours à ne pas faire pression sur l'enfant et vouloir lui faire franchir des étapes auxquelles le Saint-Esprit ne l'a pas préparé.

Cette sorte de sensibilité requiert une autodiscipline et une maîtrise de soi qui vous garderont de contraindre l'enfant à quoi que ce soit.

S'il n'est pas prêt à aller plus loin, vous devriez lui proposer d'avoir un autre entretien plus tard s'il le souhaite et prier pour que Dieu continue son oeuvre dans son coeur.

  1. Soyez consciencieux et prenez le temps nécessaire

Vous devez être prêt à consacrer du temps à l'enfant qui demande votre conseil. Identifiez d'abord son problème et ensuite montrez-lui simplement et clairement, par la Bible, comment son problème peut être résolu dans la Personne et l'Oeuvre de Jésus-Christ. C'est le moment le plus important de la vie de l'enfant et cela demande de votre part un approfondissement des choses et le temps nécessaire.

Pour le bien de l'enfant, évitez tout ce qui est superficiel et vite fait, en un mot, les méthodes rapides. Il n'est pas satisfaisant de poser des questions auxquelles l'enfant répondra par "oui" ou "non", de lui faire signer une carte de décision, de lui lire juste un verset de la Bible, de faire une courte prière ou de le faire prier.
Vous devez aller au fond des choses et cela demande du temps. On ne peut pas le faire en deux ou en cinq minutes. En moyenne vingt à trente minutes sont nécessaires pour conseiller un enfant, comprendre son problème et lui en donner la solution. Dans certains cas, en face de problèmes particuliers, il faudra passer encore plus de temps. Il ne sera peut-être pas possible de tout dire en un seul entretien et il faudra peut- être demander à l'enfant de revenir pour continuer et compléter ce qui aura été commencé.

Néanmoins, il faut reconnaître que le temps de l'entretien varie selon les enfants, leur contexte, leur connaissance et leur degré de réceptivité (ou tout autre paramètre). Certains enfants sont vraiment prêts et déjà si réceptifs, qu'un court entretien peut suffire. Il est essentiel, cependant, de toujours aller au fond des choses et s'il subsiste un1 doute, de prévoir un entretien plus long.

Divers facteurs peuvent empêcher, semble-t-il, de passer autant de temps à conseiller un enfant. Vous devez mettre tout en oeuvre pour trouver une solution à ces difficultés:

  • Les parents peuvent s'inquiéter si l'enfant ne rentre pas à la maison à l'heure habituelle.

Téléphonez aux parents ou envoyez quelqu'un leur dire que l'enfant sera en retard et indiquez quelle en est la raison

  • L'enfant peut avoir un train ou un bus à prendre à une certaine heure.

Raccompagnez-le chez lui en voiture.

  • Il n'y a pas un instant disponible pour conseiller à la fin de la réunion.

Dites à l'enfant de venir plus tôt le jour suivant ou la semaine suivante de manière à pouvoir le conseiller avant la réunion.

Une autre solution est de modifier le programme de la réunion de manière à ce que la leçon biblique se déroule plus tôt, ce qui vous permettra de conseiller les enfants avant la fin de la rencontre.


  • Si vous faites votre leçon dans une école, vous ne disposerez ni du temps ni de l'occasion de conseiller.

Assurez-vous d'avoir clairement présenté le message de l'Evangile et la voie de salut dans votre leçon. Priez que Dieu le Saint-Esprit conduise des enfants à Christ sur la base de ce qu'ils auront entendu. Vous pouvez aussi proposer aux enfants qui voudraient discuter plus longuement de vous donner leurs nom et adresse afin que vous les contactiez ultérieurement.

Beaucoup de ces problèmes peuvent être surmontés si vous en faites un sujet de prière. En établissant votre programme, ménager un temps pour des entretiens.

  1. Expliquez et approfondissez ce que l’enfant a déjà entendu

Pendant l'entretien, vous n'introduirez généralement rien de très nouveau pour l'enfant. Il aura déjà entendu les vérités fondamentales pendant la réunion. Au cours de l'entretien, on ne fait que les répéter, les expliquer, les développer, en s'assurant que l'enfant les comprend.

Dieu a déjà parlé à l'enfant au travers des vérités qu'il a entendues pendant la réunion et lui a inspiré le désir d'être sauvé sur ces bases. Vous les reprendrez et bâtirez là-dessus lors de l'entretien.

La grande différence, c'est que vous avez la possibilité de poser des questions et de recevoir, en retour, la réaction de l'enfant; vous pouvez également appliquer à l'enfant ce que vous avez enseigné en tenant compte de ses besoins personnels.

  1. Ne perdez pas de vue l’objectif

Vous devez être vigilant, afin de ne pas vous écarter du sujet, soit par manque d'attention ou de préparation de votre part, soit parce que l'enfant introduit des éléments sans importance. Le temps est limité et il est important de maintenir le cap.


  1. Posez des questions

La principale erreur commise par les conseillers inexpérimentés est de trop parler et de trop peu écouter. C'est un entretien de conseil, un dialogue, non pas une mini-prédication avec un seul auditeur !

Il vous faut écouter l'enfant pour discerner quels sont ses besoins afin de pouvoir y répondre. Vous devez savoir ce que l'enfant comprend et ce qui lui échappe.

Pour conseiller de façon efficace, il est nécessaire de poser des questions et d'écouter attentivement les réponses. De cette manière, vous comprendrez mieux les problèmes de l'enfant et vous pourrez aussi mieux apprécier son degré de compréhension.

Il y a plusieurs règles à suivre quand vous posez ces questions:

  • Cherchez à éviter les questions auxquelles on répond par "oui" ou "non". Par exemple: "Es-tu assez bon pour aller au Ciel quand tu mourras?" ou "Sais-tu que Jésus est mort sur la croix pour tes péchés?" Des réponses d'un mot ou de telles questions ne vous aideront pas beaucoup. Cela peut même vous induire en erreur quant aux problèmes de l'enfant ou à sa compréhension.

  • Evitez les questions qui ont des réponses faciles et évidentes, qui demandent peu de réflexion, apportent peu d'informations et auxquelles on peut répondre comme un perroquet. Par exemple: "Qui est mort sur la croix pour tes péchés?" Quelques-unes pourraient aider, mais il ne faut pas en abuser.

  • Posez des questions dont la réponse vous aidera réellement à cerner le problème de l'enfant et la compréhension qu'il a du sujet. Par exemple: "Comment est Dieu, selon toi? Qu' est-ce- que le péché, à ton avis? Que voit Dieu quand Il regarde dans ton coeur et dans ta vie? Pourquoi le Seigneur Jésus est-Il le seul qui puisse te laver de tes péchés ?




  • Assurez-vous que votre question est simple et pas trop "théologique". Si l'enfant ne la comprend pas, reformulez-la et simplifiez-la.

  • Encouragez l'enfant à utiliser ses propres mots et à ne pas simplement répéter les vôtres. Ils ne seront peut-être pas aussi corrects et théologiques que les vôtres, mais ils vous donneront une meilleure indication de sa compréhension et de ses problèmes.

  • Il est parfois bon de poser des questions qui peuvent avoir deux réponses possibles. Ceci permet à l'enfant de répondre sans embarras ou crainte de donner la mauvaise réponse. Par exemple: "Es-tu sauvé ou est-ce cela qui te préoccupe? As-tu déjà reçu Christ ou n'as-tu pas encore fait ce pas ?"

  • Si l'enfant ne semble pas conntre la réponse à une question (et cela arrive souvent), ouvrez la Bible à un verset qui donne la réponse et demandez-lui de le lire. Ou posez-lui des questions qui peuvent l'aider à trouver la réponse.

  • Il est important de poser les questions dans une atmosphère détendue. Evitez toute tension, de quelque nature qu'elle soit. Ne faites pas de cet entretien une "mini-inquisition" ou interrogatoire qui mettra l'enfant mal à l'aise ou lui fera craindre de donner une mauvaise réponse. II risque de s'enfermer dans le mutisme.



  1. Utilisez votre bible

Ayez votre Bible ouverte à la main pour montrer à l'enfant que ce que vous dites est basé sur la Parole de Dieu. Evitez cependant de lire ou de citer trop de versets, ce qui entraînerait une certaine confusion. Vous ne négligerez pas de lui montrer un verset qui concerne le salut et l'invitation de Christ à venir à Lui; il est préférable de se concentrer sur ce seul verset. D'autres versets peuvent être cités de mémoire et précédés des mots "la Bible dit ... " sans forcément les lui montrer.

Il peut être utile d'utiliser le "Livre sans paroles" à un moment donné de l'entretien, le plus tôt possible, car cela vous aidera à savoir ce que l'enfant sait et ne sait pas. De toutes façons, veillez à conduire l’enfant à Christ avec votre Bible à la main et basez sur elle, et non sur le livre sans paroles", tout ce que vous direz.

Les couleurs du "Livre sans paroles" présentent le salut d'une manière très claire et très vivante et elles stimuleront la réflexion et la compréhension:

  • La page dorée parle de Dieu et du Ciel.

  • La page sombre parle du péché.

  • La page rouge parle de la mort du Christ et de la résurrection.

  • La page blanche parle de la justification par la foi.

• La page verte parle de la croissance dans la vie chrétienne.

Le "Livre sans paroles" peut vraiment vous aider à expliquer à un l’enfant la voie du salut et aussi, par le moyen de questions, à voir quelle compréhension il a de l'Evangile.

Vous pouvez, bien sûr, atteindre le même but sans le "Livre sans paroles".

  1. Soyez attentif et plein d’amour

Les enfants apprécient une personne qui s'intéresse vraiment à eux personnellement et au travers de qui rayonne l'amour de Dieu. Un enseignant ou un conseiller ne devrait jamais devenir un technicien ou un professionnel dans son approche des enfants.

Une fois que la glace est rompue et que la relation commence à s’établir, il peut être tout à fait facile et plaisant de parler aux enfants et de les conseiller. Les enfants sont naturels et ouverts. S'ils vous écoutent et vous font confiance, ils vous diront ce qu'ils savent et ce qui leur échappe.

Néanmoins, il y a plusieurs clés principales à se remémorer.

  • Respectez l'enfant comme une personne qui a de la valeur et acceptez-le en tant qu'individu qui a des besoins.




  • Ne soyez pas critique à son égard.

  • Ne donnez jamais l'impression qu'un problème est sans intérêt et n'en riez pas. Dieu n'agit jamais comme cela avec nous.

  • Gardez pour vous ce que l'enfant vous aura confié. Si vous dévoilez ses confidences à quelqu'un d'autre, il sera amèrement déçu et ne reviendra jamais vous voir.
1   2   3   4

similaire:

Importance de l’entretien individuel iconEspace social et collectif
«en leurre» un principe de réalité sociale et individuel d’existence de l’adepte qui croit encore être dans les rapports sociaux...

Importance de l’entretien individuel iconThème: L'importance du sommeil à l'école élémentaire

Importance de l’entretien individuel iconDe l’importance du référentiel et de la methodologie des entretiens pour la vérification

Importance de l’entretien individuel icon8. Transcription de l’entretien p. 17 à 19

Importance de l’entretien individuel icon8. Transcription de l’entretien p. 14 à 17

Importance de l’entretien individuel iconTerme inventé par le médecin Kenneth cooper, «aérobics» aux Etats...
«aérobics» aux Etats Unis dans les années 60. IL met en évidence l’importance des activités aérobies ( test de Cooper )

Importance de l’entretien individuel iconActivite d’entretien : musculation

Importance de l’entretien individuel icon«Orienter et développer les effets de l’activité physique en vue...
«Orienter et développer les effets de l’activité physique en vue de l’entretien de soi»

Importance de l’entretien individuel iconEntretien et nettoyage definitions : Biocontamination

Importance de l’entretien individuel iconSur tous les continents et depuis la haute antiquité, l'observation...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com