Rapporté en 2013 ou lors de consultations antérieures avoir subi des agressions sexuelles dans leur vie








télécharger 150.94 Kb.
titreRapporté en 2013 ou lors de consultations antérieures avoir subi des agressions sexuelles dans leur vie
page1/3
date de publication27.03.2017
taille150.94 Kb.
typeRapport
p.21-bal.com > documents > Rapport
  1   2   3
Conséquences chroniques des violences sexuelles

dans une consultation d'endocrinologie et de gynécologie médicale
V. Guérin

Introduction
Les violences sexuelles sont un immense fléau dont la fréquence est mal étudiée en raison de la difficulté à conduire des études épidémiologiques méthodologiquement irréprochables, du mutisme de nombre de victimes, de l'absence de dépistage actif du corps médical et du tabou qui entoure la sexualité.
L'évaluation des dégâts secondaires aux agressions sexuelles est également mal faite. Si les troubles psychologiques et psychiatriques sont souvent mis en avant, les répercussions somatiques sont grandement méconnues, c'est pourquoi après avoir publié sur le sujet en 2011 (1) et noté la fréquence croissante de publications dans la littérature médicale internationale sur le sujet, il est apparu important de détailler les observations réalisées dans le cadre d'une consultation d'endocrinologie et de gynécologie de ville.

Patients et méthodes
Patients
L'étude porte sur 100 patients ayant consulté pendant l'année 2013 au titre de l'endocrinologie ou de la gynécologie médicale ou pour entrer dans un protocole de réparation de violences sexuelles.

Tous ont

rapporté en 2013 ou lors de consultations antérieures avoir subi des agressions sexuelles dans leur vie.
Une trentaine de paramètres ont été étudiés :

- 10 concernent les caractéristiques du patient et la nature des violences vécues : le sexe, l'âge du patient au moment de l'étude, l'âge du premier traumatisme de violence sexuelle identifié spontanément par le patient, l'âge du premier traumatisme réel, l'âge de la conscientisation de la violence sexuelle, l'existence de traumatismes multiples, le lieu de l'agression (intra- et/ou extra-familiale), l’identité du ou des agresseurs, la nature de l'agression la plus grave vécue, la localisation de l'agression.

- 19, un en moins pour les hommes, concernent l'histoire médicale du patient : existence d'une thyroïdite de Hashimoto (hypothyroïdie auto-immune), d'une maladie de Basedow (hyperthyroïdie auto-immune), d'autres pathologies endocriniennes, d'une endométriose identifiée anatomo-pathologiquement chez les femmes (localisation aberrante d'endomètre), d'autres pathologies auto-immunes, d'un cancer du sein ou d'autres cancers, d'une tentative de suicide, d'une dépression avérée, d'une hypertension artérielle, d'une obésité morbide (IMC > 40 kg/m2), de troubles du comportement alimentaire, d'allergies spécifiques, et les antécédents médicaux significatifs à l'exception des adénoïdectomies, amygdalectomies, entorses et fractures qui n'ont pas été évaluées.

Ont par ailleurs été spécifiquement recherchés chez les femmes, les troubles du cycle et les problèmes de stérilité, les infections gynécologiques ou urinaires à répétition, les pathologies déclenchées pendant les grossesses, et les autres pathologies gynécologiques significatives.

Chez les hommes, l'existence de pathologies urologiques et leur nature a été précisée, ainsi que l'existence ou non d'une stérilité impactant la fécondité du couple.

- 2 critères concernent la notion de parcours psychiatrique ou psychothérapeutique des patients et l'existence de traitements au moment de la prise en charge.
- 2 critères précisent l'existence d'addictions en cours au moment de la consultation de 2013, l'orientation sexuelle des patients.
- enfin il a été demandé à chaque patient s'il avait déposé une plainte auprès des autorités compétentes et, dans l'affirmative, de préciser son devenir.
Un certain nombre de patients ayant révélé avoir été auteurs de violences sexuelles à l'égard de tiers, leur cas fera l'objet d'un point de discussion.
Méthodes
Le recueil des informations a eu lieu en consultation, dans le dossier médical, et selon la méthodologie d'interrogatoire classique recommandée à un étudiant en médecine français : motif de la consultation, histoire de la maladie, antécédents médicaux, chirurgicaux, gynécologiques pour les femmes, consommation d'alcool, tabac, drogue, activité sportive, traitements en cours et antécédents familiaux.

L'identification des violences a été rendue possible par la question systématiquement posée par le médecin de l'existence de violences physiques, morales ou sexuelles, ce qui ne fait pas encore partie de la routine systématique de l'examen médical classique en France ou pour certains patients ayant répondu par la négative à cette question initiale, suite à la conscientisation des violences au cours d'un travail psychothérapeutique.
Tous les patients ont été vus par le même médecin, lors de consultations d'une durée moyenne d'une heure.
En ce qui concerne les bilans thyroïdiens, ils ont comporté systématiquement un examen clinique avec palpation cervicale, une échographie de la thyroïde et un bilan biologique. Il est précisé que les diagnostics de thyroïdite de Hashimoto ont été posés sur l'existence de signes cliniques et/ou biologiques, d'anticorps anti-thyroperoxydase et/ou thyroglobuline, et de signes échographiques de thyroïdite objectivés par l’étude systématique en doppler de la vascularisation thyroïdienne.

Résultats
L'étude porte sur 100 patients, 88 femmes et 12 hommes, âgés en moyenne de 44,3 + 13,05 ans, au moment de la consultation (F : 44,9 + 12,97 ans

; H : 39,7 + 13,36 ans

).
88 patients ont été vus au titre de l'endocrinologie ou de la gynécologie (incluant les problèmes de stérilité de couple) ; 4 hommes et 8 femmes ont consulté directement pour entrer dans un protocole de réparation d’agressions sexuelles.

Age du premier traumatisme
Avant travail thérapeutique, 97 patients rapportaient des agressions vécues alors qu’ils étaient mineurs, trois femmes décrivaient des viols au-delà de leur majorité, respectivement à 21, 24 et 24 ans.


Chronologie des faits


Femmes

(88)

Hommes

(12)

Pourcentage de patients ayant daté avec précision un premier traumatisme

62,5 %

41,7 %

Age du premier traumatisme identifié avec précision (ans)

9,3 + 5,07 ans

6,5 + 1,00 ans

Pourcentage de patients faisant remonter le premier traumatisme à "l’enfance" (avant la puberté)

34,1 %

58,3 %

Age de la conscientisation des faits (ans)


31,4 + 17,68

29,2 + 18,47


Après une phase de travail psychothérapeutique, les réponses ne sont pas identiques, le travail ayant souvent aidé à remonter des traumatismes antérieurs.

Cela a été le cas des trois femmes violées alors qu'elles étaient majeures et qui ont retrouvé des agressions sexuelles dans leur enfance, l'une à 8 ans et les autres dans "l'enfance".
14 femmes et un homme ont identifié des traumatismes antérieurs à ce qui était déclaré initialement.

Age de la conscientisation des faits
Comme on peut le voir dans le tableau ci-dessus, la conscientisation des agressions s'est faite chez 40,7% des patients, au-delà du délai de prescription pour la justice française (18 ans + 20 ans pour les viols et 18 ans + 10 ans pour les attouchements sur mineurs).
Dans plus de 90% des cas la possibilité de parler des faits n'est survenue qu'après un travail thérapeutique de réparation et au-delà des 38 ans fatidiques qui représentent l'âge maximal de prise en compte des faits par la justice française (cas du viol sur mineur).

Polyagressions

Les traumatismes ont été multiples chez 87,5% des femmes et 83,3% des hommes.

La même question avait été posée avant la phase de travail psychothérapeutique et la conscience de traumatismes multiples étaient très inférieure, le travail ayant souvent aidé à la réminiscence de traumatismes antérieurs.

Nature et localisation de l'agression


Agression la plus "grave" selon la terminologie juridique française

Femmes

(88)

Hommes

(12)

Viol (%)

81,6

66,7

Attouchements (%)

18,4

33,3

En %







Viols







Vaginal

79,3

-

Rectal

3,4

25,0

Buccal

5,8

0

Pluri-orificiel

11,5

75,0

Attouchements







Sexe

17,2

75,0

Seins

18,4

-

Rectum

3,4

25,0

Plusieurs sites

61,0

0



Nature de l'agresseur
Dans la grande majorité des cas, l'agresseur est quelqu'un de connu et de proche.


En %


Femmes

Hommes

Violences intra-familiales

53,4

50,0

Violences extra-familiales

23,9

41,7

Violences intra-familiales + extra-familiales

22,7

8,3


Un agresseur unique a été identifié chez 53,4% des femmes et 83,3% des hommes. L’exposition à des agresseurs multiples est le plus souvent le cas des familles incestueuses.

Treize femmes (14,8%) et 4 hommes (33,3%) ont été agressés par une ou plusieurs femmes.

Pour 19 femmes (21,6%) et 3 hommes (25%) l’agresseur était mineur.


En %

Femmes


Hommes

Intra-familial







Père

33,7

25,0

Mère

10,5

33,3

Frère

8,1

0

Grand-père

12,8

0

Grand-mère

2,3

0

Oncle

5,8

0

Tante

0

8,3

Cousin

9,3

8,3

Cousine

2,3

0

Oncle par alliance

2,3

0

Beau-père

7,0

0

Conjoint/compagnon

4,6

0

Extra-familial







Voisin

2,3

0

Amis, amis d’amis

19,7

16,7

Gynécologue

1,1

-

Ostéopathe

1,1

0

Psychothérapeute

1,1

0

Dentiste

1,1

0

Pédicure

1,1

0

Professeur d’école

1,1

8,3

Professeur de gymnastique

1,1

0

Prêtre

1,1

8,3

Employé de maison ou en lien avec employé

3,3

8,3

Homme de famille d’accueil

1,1

0

Inconnu

16,2

8,3


  1   2   3

similaire:

Rapporté en 2013 ou lors de consultations antérieures avoir subi des agressions sexuelles dans leur vie iconRapport de stage
«préparation opérationnelle» des équipes, avec, dans un premier temps la volonté de leur faire découvrir la sophrologie et ses bienfaits,...

Rapporté en 2013 ou lors de consultations antérieures avoir subi des agressions sexuelles dans leur vie icon2) Examinez le paratexte (= tout ce qui est autour du texte)
«le regard de Dieu» : le narrateur a accès aux pensées de chacun des personnages. IL connaît également leur passé, leur avenir, leur...

Rapporté en 2013 ou lors de consultations antérieures avoir subi des agressions sexuelles dans leur vie iconL'activité Petite Enfance
«Baby-Gymnastes» vont apprendre à découvrir leur corps et l'espace dans lequel ils vont se développer et évoluer tout au long de...

Rapporté en 2013 ou lors de consultations antérieures avoir subi des agressions sexuelles dans leur vie iconCourse de l’Espoir
«Partenaires dans la Cité», les Lions de France expriment leur engagement à favoriser l’amélioration de la vie quotidienne dans la...

Rapporté en 2013 ou lors de consultations antérieures avoir subi des agressions sexuelles dans leur vie iconThèse Pour obtenir le grade de
«capricieuse»!!! Merci également de m’avoir permis d’être impliqué dans des collaborations (eth zurich) et dans un programme Européen...

Rapporté en 2013 ou lors de consultations antérieures avoir subi des agressions sexuelles dans leur vie iconSynopsis Une année dans la vie de quatre bébés. Du jour de leur naissance...

Rapporté en 2013 ou lors de consultations antérieures avoir subi des agressions sexuelles dans leur vie iconInstitut de Gérontologie Sociale – Université de Provence Jeudi 22...
«subissent, dans leur environnement, des limitations d’activités et des restrictions de participation»(1) et ce à tous les âges de...

Rapporté en 2013 ou lors de consultations antérieures avoir subi des agressions sexuelles dans leur vie iconL'automne, saison d’intenses couleurs ou l'énergie des éléments nous...
«oui» intérieur et laisser le flot de la vie circuler dans le calme et la paix du cœur

Rapporté en 2013 ou lors de consultations antérieures avoir subi des agressions sexuelles dans leur vie iconForum Milieux de vie du 21 novembre 2013

Rapporté en 2013 ou lors de consultations antérieures avoir subi des agressions sexuelles dans leur vie iconL’Indien dans les sociétés hispano-américaines coloniales
«indien» solidaire face aux agressions est par définition plus récente — en réalité, elle date essentiellement des indigénismes du...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com