… Université Paris 12 – Conseil général du Val-de-Marne … Sommaire de ce numéro








télécharger 31.7 Kb.
titre… Université Paris 12 – Conseil général du Val-de-Marne … Sommaire de ce numéro
date de publication15.12.2016
taille31.7 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > documents > Documentos
Sport, Santé et Préparation Physique N° 61

Lettre électronique des entraîneurs du Val-de-Marne JUIN 2008

Université Paris 12 – Conseil général du Val-de-Marne …



Sommaire de ce numéro :



  1. L’ ENDURCISSEMENT DES TIBIAS



  2. LE RHUME DE HANCHE




  1. ÉCHAUFFEMENT, MARCHE ET DÉ-MARCHE.



1) L ’ENDURCISSEMENT DES TIBIAS


R. Ziane

"L’endurcissement physique" fait partie de l’entraînement des arts martiaux en particulier et des sports de combat en général. En effet, de nombreux coups sont encaissés ou bloqués, parfois avec les tibias. Aussi, dans certains sports de combat (boxe thaïlandaise, karaté kyokushinkaï…) l’endurcissement des tibias, vise à en faire des armes redoutables tant pour distribuer des coups que pour en bloquer. Ceci n’est pas sans conséquence sur l’organisme.

  • Qu’est ce que le tibia ?

  • Quelle est la différence entre dur et insensible ?

  • Quelles sont les conséquences traumatologiques de l’entraînement visant à durcir les tibias ?



Le tibia et son périoste


C’est avec le péroné, l’un des deux os longs de la jambe, le plus long des deux. Le tibia s’articule, au niveau du genou, avec le fémur, os de la cuisse. De nombreux muscles et ligaments s’y insèrent.

Comme tous les os longs, le tibia est recouvert d’une enveloppe fibreuse appelée périoste. Cette enveloppe participe à la croissance de l’os en épaisseur. Elle est parcourue par de nombreux vaisseaux sanguins qui irriguent également l’os. Le périoste participe à la protection du système nerveux.

Confusion entre dur et insensible


Reculer le seuil de la douleur n’a aucun rapport avec rendre plus dur, c’est-à-dire moins cassant. Par contre, cela permet de mieux supporter les coups… au risque de s’acheminer vers une fracture sans s’en rendre compte !

Le durcissement des os est une adaptation très lente du tissu osseux soumis à des contraintes mécaniques (course à pieds, musculation, gymnastique…). Il s’agit plus précisément d’une réorganisation du tissu osseux : les fibres osseuses s’orientent dans le sens des contraintes mécaniques (pressions, tractions). La densité osseuse peut aussi augmenter au niveau des zones de tractions (insertions des muscles de l’avant-bras des tennismen).

Conséquences traumatologiques


L’endurcissement physique est très souvent pratiqué par la répétition de coups administrés ou encaissés. Ceci provoque des microtraumatismes. Leur répétition conduit à différents types de lésions dont certaines sont chroniques :

  • Une périostite1 : une affection inflammatoire du périoste qui est très douloureuse.

  • Une calcification intramusculaire.

  • Une ossification ou cal osseux

  • Des lésions arthrosiques conduisant à une ankylose2.

Plus grave, « les coudes et genoux peuvent être atteints d’ostéonchondromatoses3 provoquant des crises articulaires » (Vapou, 2005).

Bien que rares en sports de combat, « les fractures des membres inférieurs […] résultent de chocs violents […]sur le tibia et le péroné ». D’autres sports sont aussi générateurs de fractures des tibias (sports mécaniques, ski, football).

Conclusion


C’est plus encore sur le long terme qu’il faut envisager les conséquences des chocs sur les tibias et de leurs répercutions dévastatrices sur les genoux et les hanches.

Aussi, plusieurs précautions doivent être prises pour préserver les tibias :

  • le port systématique de protège-tibias à l’entraînement. Ceux-ci représentent les protections matérielles minimales.

  • la progressivité, par le travail aux paos ou au sac de frappe.

  • l’apprentissage de l’ accompagnement des coups au lieu de se raidir.



Protège-tibia
(Fig. extraite de : www.judo-store.com)

Finalement, « Avec les exercices d’endurcissement à l’ancienne, on épaissit certes en surface ("kentos" ou tibias) mais on abîme tout ce qu’il y a en dessous » (Zakarian4, 2007).

Ainsi, la célèbre maxime du philosophe Nietzsche « Ce qui ne me tue pas me rend plus fort »5 est à relativiser : on est moins performant avec les tibias détruits. Là aussi, les limites de résistance des matériaux doivent être pris en compte.

Références :


Guillet, R. & Genéty, J. (1973). Abrégé de médecine du sport. Editions Masson.

Mauchien L. & Zakarian, H. (2007). « Taper contre un arbre, c’est débile ». Karaté Bushido. 366 : 66.

Vapou, R.-Q. (2005). Arts martiaux et traumatologie. En ligne.

Ziane, R. (2006). Elasticité, plasticité, rupture. Sport, Santé et Préparation Physique. Let. 44  : 3.

2) LE RHUME DE HANCHE


R. Ziane

L’expression est surprenante voire à peine crédible. Pourtant, le rhume de hanche est une pathologie bien connue du milieu médical.


  • Qu’est-ce qu’un rhume de hanche ?

  • Quelles sont ses conséquences sur la pratique sportive ?

  • Quels sont les traitements ?

Qu’est-ce qu’un rhume de hanche ?


Le rhume de hanche est caractérisé par une douleur unilatérale à la marche obligeant à boiter accompagné d’une petite fièvre. La douleur peut s’étendre jusqu’au genou. Il peut être précédé de quelques jours par une infection ORL6 ou digestive.

Le rhume de hanche est une arthrite7 réactionnelle le plus souvent d'origine virale. C’est plus précisément une synovite aiguë8 transitoire, c’est-à-dire une inflammation de la membrane :

  • qui tapisse l'intérieur de la capsule articulaire (la synoviale),

  • qui produit le liquide lubrifiant appelé synovie.

Le rhume de hanche concerne le plus souvent des enfants de 3 à 10 ans. Les garçons sont plus concernés que les filles.

Traitement


Il consiste quasi-inévitablement en un repos alité pendant une semaine pour décharger le membre inférieur. Un anti-inflammatoire non-stéroïdien peut être prescrit (aspirine, paracétamol…).

Les cas les plus graves peuvent être traités par :

  • une immobilisation du membre inférieur par traction.

  • une ponction du liquide intra-articulaire avec examen bactériologique.

Au bout de six semaines, la guérison doit être vérifiée par un examen clinique et une radio. Cette maladie ne laisse pas de séquelle, sauf dans 10% des cas, une coxa-magna : un développement disproportionné de la tête du fémur.

Rhume de hanche et pratique sportive


La pratique est impossible durant la maladie car la douleur empêche de solliciter la hanche atteinte et même de poser le pied au sol.

La reprise des activités physiques devra être progressive et commencer par la marche.

Conclusion


Le diagnostic correct est réalisé, à partir d’une radiographie ou une échographie, voire une scintigraphie et en dernier recours par une ponction, donc par un médecin.

Comme pour de nombreuses maladies, les symptômes peuvent être communs à d’autres maladies. Ceux du rhume de hanche peuvent aussi faire penser à :

  • une ostéoarthrite de hanche,

  • une épiphysiolyse de hanche,

  • la maladie de Legg-Calve-Perthes.



Références :


Collectif d’auteurs. (2008). Rhume de hanche. Wikipedia. En ligne.
3) ÉCHAUFFEMENT, MARCHE ET DÉ-MARCHE.

T. Maquet
Il est parfois bon de casser les rituels d’échauffement pour proposer des modalités alternatives qui d’entrée captivent l’attention des participants et qui contiennent des éléments propices à la préparation à l’effort. La marche rapide ou marche athlétique et la dé-marche peuvent dans cette perspective constituer des outils intéressants.
Quels sont les intérêts de la marche athlétique ?

Qu’est ce que la dé-marche ?

Quels en sont les intérêts pour l’échauffement ?

Quels sont les intérêts de la marche athlétique ?

Commencer l’échauffement en marchant vite pour progressivement déboucher sur une marche athlétique où le pas s’allonge grâce à une mobilisation active du bassin et des bras présente de nombreux intérêts.

Préparation cardiovasculaire et élévation de la température centrale.

Préparation des articulations du train inférieur par des mises en pression successives mais avec des chocs très limités.

Préparation musculaire des membres inférieurs, particulièrement les muscles de la jambe (mollets, jambiers antérieurs) et les muscles postérieurs de la cuisse (ischio jambiers).

Préparation proprioceptive et éducation du pied par des actions de déroulés plus importantes impliquant un armé du pied lors de la pose qui doit se faire par le talon et une poussée complète qui se termine par l’action des orteils sur le sol.

Éducation motrice d’un gainage dynamique dû à l’obligation de verrouiller, déverrouiller le bassin dans des mouvements de torsions et ainsi renforcement des muscles rotateurs impliqués dans le contrôle de la position du buste lors des déplacements.
Qu’est ce que la dé-marche ?

Il s’agit simplement d’un déplacement en marche arrière ou à reculons. Cette pratique peut se faire aussi bien en marchant qu’en courant. Elle a fait ses preuves en matière de rééducation et d’entraînement. Lors de la dé-marche, la position est plus droite, la fréquence et le temps d’appui au sol augmentent tandis que le contact au sol s’inverse, passant de talon orteils à orteils talon. La hanche est cette fois beaucoup plus fixe, enrichissant ainsi le répertoire du gainage dynamique.
Quels en sont les intérêts pour l’échauffement ?

Sur le plan cardiovasculaire, la mobilisation est nettement plus importante.

Les systèmes ostéo-articulaire et neuromusculaire sont sollicités en sens inverse ce qui a tendance à la fois à rééquilibrer et augmenter l’amplitude des contraintes.

Les muscles de la face antérieure de la cuisse sont ici particulièrement échauffés.

Le travail de proprioception est enrichi ce qui s’avère très utile dans la prévention des chutes et des entorses.
Comment procéder ?

D’un point de vue pratique, il s’agit de savoir comment combiner ces deux modes de déplacement. Dans les salles équipées de tapis de marche ou de course, il existe des inverseurs donc cela ne pose pas de problème (il convient néanmoins de se tenir aux barres latérales). A l’extérieur ou dans des salles non équipées, il faut envisager des combinaisons de type marche 5-4. Il est ici question de faire 5 pas en avant, de s’équilibrer brièvement sur une jambe avant de repartir en arrière pour 4 pas et ainsi de suite. Lorsque l’on aura ainsi parcouru une quarantaine de mètres, une bonne partie de l’échauffement sera déjà réalisée. Une organisation par binôme en face à face est aussi possible. Après chacun fait selon ses possibilités et son imagination.
Pour en savoir plus :

www.backward-running-backward.com


Coordinateurs SSPP :

Thierry Maquet : Université Paris 12 – thierrymaquet@tele2.fr

Sophie Daudet-Taupin/Corinne Bouvat : Service départemental des Sports - Conseil général du Val-de-Marne - 2, rue Tirard - 94000 Créteil

Tél. 01.43.99.73.92 / Fax : 01.43.99.73.96 / e-mail : sds@cg94.fr



1 Elle ne doit pas être confondue avec une périostose : « un élargissement pathologique de l'os ».

2 Ankylose : c’est une réduction de la mobilité articulaire, souvent due à une ossification des ligaments et des articulations.

3 Ostéochondromatose : formation de multiples tumeurs bénignes à la surface d'un os près du cartilage.

4 H. Zakarian est médecin de l’équipe de France de taekwondo, spécialiste en traumatologie du sport, rhumatologue et… ceinture noire 3ème Dan de karaté.

5 Dans Ainsi parlait Zarathoustra, Nietzsche développe l’idée de surhomme : « …il faut que l'homme se fixe un but immanent qui passe par son propre dépassement ». Cette idée est largement prégnante dans le milieu sportif et fonde certaines dérives.

6 ORL : oto-rhino-laryngologique (oreille, nez, gorge).

7 Arthrite : inflammation aiguë ou chronique des articulations dont l'origine est rhumatismale ou infectieuse.

8 Aiguë : dont l’évolution est rapide.

similaire:

… Université Paris 12 – Conseil général du Val-de-Marne … Sommaire de ce numéro icon… Université Paris 12 – Conseil général du Val-de-Marne …

… Université Paris 12 – Conseil général du Val-de-Marne … Sommaire de ce numéro icon… Université Paris 12 – Conseil général du Val-de-Marne …

… Université Paris 12 – Conseil général du Val-de-Marne … Sommaire de ce numéro icon… Université Paris 12 – Conseil général du Val-de-Marne …

… Université Paris 12 – Conseil général du Val-de-Marne … Sommaire de ce numéro iconUniversite paris-est creteil val-de-marne (upec)

… Université Paris 12 – Conseil général du Val-de-Marne … Sommaire de ce numéro iconRapport d’evaluation interne 2013 sommaire
«Coste Baills» a été construite en 1975 et achevée en 1977. C’est un Etablissement public géré par son Directeur, soumis aux instances...

… Université Paris 12 – Conseil général du Val-de-Marne … Sommaire de ce numéro iconSommaire
«emplois d’avenir» en ce sens. En contrepartie, le Conseil général aide toutes les associations qui souhaitent embaucher ces jeunes....

… Université Paris 12 – Conseil général du Val-de-Marne … Sommaire de ce numéro iconSommaire Règlement général du brevet professionnel

… Université Paris 12 – Conseil général du Val-de-Marne … Sommaire de ce numéro iconUniversité Paris II – Panthéon Assas

… Université Paris 12 – Conseil général du Val-de-Marne … Sommaire de ce numéro iconUniversite de paris XIII année 2010

… Université Paris 12 – Conseil général du Val-de-Marne … Sommaire de ce numéro iconDept de medecine generale / universite paris diderot








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com