Note de production








télécharger 63.05 Kb.
titreNote de production
date de publication03.04.2018
taille63.05 Kb.
typeNote
p.21-bal.com > documents > Note


Contacts presse :

Pascal Zelcer – 06 60 41 24 55 – pzelcer@wanadoo.fr

Jean-Philippe Rigaud – 06 60 64 94 27 – jphirigaud@aol.com

Masques & Nez

Création collective de la compagnie Les Sans Cou
Mise en scène

Igor Mendjisky

Distribution en alternance 

Jeanne Arenes

Marc Arnaud

Clément Aubert

Jonathan Cohen

Romain Cottard

Florine Delobel

Laurent Ferraro

Tewfik Jallab

Paul Jeanson

Adrien Melin

Igor Mendjisky 

Arnaud Pfeiffer

César Van Den Driessche

Esther Van Den Driessche
Création Masques 

Etienne Champion
Durée 1h20

A partir du 11 octobre 2011

Du mardi au samedi à 19h00

Théâtre Michel

38 rue des Mathurins 75008 PARIS

Réservations : 01 42 65 41 30

Tarifs : cat 1 : 24€ / Cat 2 : 15€
Générales de presse :

Mardi 11 octobre 2011 à 19h00

Mercredi 12 octobre 2011 à 19h00

Sur scène, ils sont 5 comédiens masqués, assis, là, devant vous… Ils sont venus pour participer au cours de leur Prof de Théâtre, Igor. Au Programme du cours de ce soir, c’est selon : Grande Littérature, scènes cultes du Cinéma, chansons populaires, discours politiques, réflexions sur l’actualité, slams ou modestes poèmes de leurs compositions...

Un spectacle sur le fil... des acteurs d'exception, le vertige d’une impro maîtrisée, de la guitare douce, du Freestyle made in Marseille, une course poursuite parfois, au moins un clown, du tragique, de la chaleur venue des Antilles, du brio, beaucoup de brio et des rires surtout.

Note de production

Benjamin Bellecour

P/o Mises en Capsules
C’est donc le jour J que je découvre le spectacle. Je suis avec eux en coulisse, ils

portent des masques et de tous petits gémissements résonnent. Je me glisse dans

la salle. Au bout de quelques secondes, je sens que le spectacle touche juste. Le public rit mais de ce rire qui n’est pas celui de complaisance. C’est un rire à double tranchant à la fois moqueur et ému. Sur scène, ils sont cinq silhouettes. Des silhouettes que nous croisons dans les rues, des Monsieurs et Madames, tout le monde. Seul détail, ils portent des masques ou des nez de clown. C’est un cours de théâtre amateur. La frontière avec le public n’est pas claire. De la salle, Igor, le metteur en scène, leur parle comme si tout était normal, c’est un cours public.

Le spectateur est lié au spectacle, le dispositif est excellent et les acteurs virtuoses.
Le festival dure trois semaines, le public se bouscule pour le voir. A la dernière, les escaliers sont surchargés et nous refusons du monde. Un coup d’essai qui demande une suite.
Et donc la suite là voilà. Même dispositif, mêmes acteurs, seule différence, là où précédemment tout était improvisé, les acteurs ont ici plusieurs trames possibles, plusieurs possibilités de cheminer à l’intérieur du spectacle.

Masques et Nez est une ode aux Acteurs et au Théâtre. Le spectacle rappelle à chacun la force de l’humain sur scène, la vulnérabilité des comédiens et surtout la force de communion qui y préside. Le public n’est pas un anonyme tapi au fond de la salle préparant son jugement, il est ce sixième acteur qui rend la représentation possible. Un spectacle complet, simple et ludique qui puise à l’essence même du Théâtre. Un petit bijou !

Mise en scène

IGOR MENDJISKY
Formé chez Jean Louis Martin Barbaz au Studio Théâtre d’Asnières, il intègre le

Conservatoire National d’Art Dramatique en 2004. Il a entre autre comme professeur Muriel Mayette et Daniel Mesguich. Puis, il joue au théâtre du conservatoire, sous la direction de Gildas Milin dans Ghost (2007), Tilly dans Spaghettis bolognaises (2006), Mario Gonzalès dans Molière en masque (2007) et Wajdi Mouawad dans Littoral (2007).
Il joue également sous la direction d’Emmanuel de Sablet dans L’échange (2005) de Claudel, de Louise Deschamps dans Le privilège des chemins (2006) de Pessoa au centre de création Deschamps Makeïeff et sous la Direction de René Loyon dans Antigone (2008) de Sophocle au théâtre de l’Atalante et en tournée au CDN de Nancy, Troyes, Dijon...il travaille en 2008/2009 avec Jean-Yves Ruf dans Mesure pour Mesure de Shakespeare à la M.C 93 et en tournée. En 2004, il met en scène une première création Banquet à Barbaville de Paul Jeanson et Romain Cottard créée au théâtre de la Main d’Or. En 2007, il met en scène La lamentable tragédie du cimetière des éléphants au théâtre de la ville de Louveciennes et au Ciné 13 théâtre, en 2008 Le plus heureux des trois d’Eugène Labiche au ciné 13 théâtre et en tournée.
En 2009, il met en scène Hamlet au Ciné13Théâtre, au Festival d’Anjou et de Sarlat, ainsi que Rêves de Wajdi Mouawad au Studio Théâtre d’Asnières, au théâtre Mouffetard et en 2010 au festival d’Anjou. En 2010, il jouera dans « Soudain l’été dernier » de T.Williams au théatre de la Tempête et au théâtre des Célestins mis en scène par René Loyon.
A la télévision, il a tourné notamment avec Renaud Bertrand (La prof Margaux), Gilles Béhat (Requiem pour un assassin), Félix Olivier (La Résistance), Edouard

Niermans (Le 7ème juré), Sébastien Grall (Clara une passion française). Il travaille également pour France Culture avec Margueritte Gateau (Quelques indices compromettants, Des phrases courtes ma chérie, Bouli Miro...)


Genèse du projet
L’idée de « Masque et Nez » m’est venue au Conservatoire pendant les cours de

Mario Gonzales et Christophe Patty. Mario est un très grand maître, il enseigne le masque et le clown dans le monde entier depuis des années avec des règles bien précises qui poussent les acteurs vers le présent. Il nous a accompagnés en première et deuxième année dans les “naissances de personnages”, une présentation de ces mêmes personnages en deuxième année et un spectacle « Molière masqué » en dernière année. Bien que le spectacle sur Molière m’ait évidemment beaucoup plu et appris, le plus intéressant pour moi se tramait en loge et en coulisses, derrière en somme.
Une des premières règles du jeu est, qu’une fois masqués, la voix que nous devons utiliser, doit être celle du personnage. Aussi ce n’était donc plus vraiment des acteurs qui se préparaient à jouer mais des personnages, des personnages masqués qui se maquillaient, parlaient de leurs vies de personnages, de leurs problèmes de perruque, de faux ventre, des personnages profondément ancrés dans le présent (ce qui paradoxalement était moins le cas sur scène). Certainement à cause des costumes d’époque, du texte et des règles trop respectées qui nous installaient fatalement dans la commedia Del Arte formidable certes, mais moins en connexion directe avec le présent et donc avec le spectateur...
Grâce au Festival « Mises en Capsules » l’idée est devenue concrète: créer un spectacle autour d’une classe de théâtre amateur, où ces personnages, face à un professeur, viendraient se frotter au théâtre au travers de textes, de chansons, d’anecdotes et d’exercices.

Note d’intention de mise en scène
Depuis mes débuts de metteurs en scène, une de mes principales préoccupations a été de sortir le public de son statut de spectateur passif. Mon souhait est d’inclure cette idée du « spectateur actif » dans mon questionnement de mise en scène. Ce spectacle s’inscrit dans cette démarche. Les personnages ressemblent profondément aux spectateurs. Ce rapport de proximité, presque de miroir instaure un climat de confiance, de complicité, intime et par là même précieux.
Le décor, ce sera le théâtre dans lequel nous jouerons. Le plateau nu n’est pas tout a fait un endroit de représentation ni tout à fait une scène. Ce spectacle pourrait être joué n’importe où, dans n’importe quelle condition. Les accessoires sont des plus basiques. Ils laissent tout possible: quelques chaises, une guitare, peut-être une ardoise, un livre fatigué...
Les cinq ou six acteurs sont constamment au plateau. Chaque soir la troupe racontera l’histoire de cette classe au public, comme à une veillée.
Il y a besoin d’un peu de lumière: une poursuite, des masques, des nez, des acteurs, cette histoire et un public.

Notre façon de travailler a été la suivante :
Nous avons fait pendant deux semaines les exercices de chœur de Mario Gonzales pour nous refamiliariser avec les règles pures du masque et du clown et pour pouvoir ensuite mieux les casser, ce qu’il nous conseillait quand le personnage le voulait.
Nous avons ensuite travaillé les “naissances de personnages”. Nous les avons fait

parler entre eux et enfin je les ai fait travailler sur une quinzaine de textes chacun, de résumés de pièces, d’exercices et de chansons.
L’idée était de voir un personnage masqué à la place qu’aurait pu tenir n’importe

lequel des spectateurs: un chauffeur de taxi, un épicier ou un avocat qui tous les

Lundis soir va à son cours de théâtre parce qu’il aime la poésie, parce que ça le

défoule, l’amuse et que parfois, pour s’amuser comme s’amusent les enfants, il a

envie de dire un passage de Macbeth, ou de jouer une scène d’un film de Martin

Scorsese.
Le spectacle maintenant ...
Une trame toute simple : le déroulement humain de ce cours...
Moi, metteur en scène, je joue presque mon propre rôle. Je suis dans le public et je les fais travailler et eux tout simplement, ils vivent sur scène. Cette simplicité permet le mouvement constant du spectacle. Elle lui donne une vie interne libre et mouvante. Les personnages changent d’humeur tous les soirs (comme dans la vie), les textes, les chansons et les exercices ne sont jamais les mêmes. Les élèves ne sont parfois pas les mêmes (les acteurs seront en alternance) et les rapports entre eux évolueront avec les représentations. Il est probable que comme dans tout cours du soir un personnage tisse des relations intimes avec un autre, que deux autres ne s’entendent pas du tout, il peut être arriver que le professeur changent pour un ou deux cours et que cela sème la zizanie.
Bref, ce spectacle et cette forme, nous permettent d’être constamment dans l’étonnement et le hasard de l’instant et par la même dans le ludique car évidemment l’erreur, le bide, le raté y ont leur place. Un élève peut se tromper, être repris par le professeur, il peut aussi se demander avec le professeur et le public ce que veut vraiment dire ce monologue d’ Hamlet ou de Cyrano qu’il a envie de travailler.
Le vertige et le danger sont chaque soir au rendez-vous pour nous, acteurs de ce spectacle car même si nous avons travaillé tout cela, nous ne savons jamais comment ça va se passer. Une heure avant le spectacle je prends connaissance des textes qu’ils vont me jouer et que je leur ferai travailler mais je ne connais pas

leurs humeurs ou ce qui a pu leur arriver la veille ou l’avant-veille. Surtout je ne sais pas comment va réagir le public ni comment eux vont réagir face au public car une des règles fondamentales du jeu masqué est d’être en prise constante avec les réactions du public. C’est un saut un peu plus risqué qu’une représentation classique, une confrontation sans filet entre les comédiens et le public mais c’est de ces zones étranges faites de hasard et d’imprévus que la vie et donc le Théâtre tirent souvent leurs plus beaux éclats de vérité et sincérité.
Les Comédiens (en alternance)  


CLÉMENT AUBERT
Formé chez Jean Louis Martin Barbaz au Studio Théâtre d’Asnières, il travaille au théâtre sous la direction de Frédéric Jessua dans “ Le Misanthrope ”, de Jean-Louis Martin Barbaz dans “Occupe-toi d’Amélie” de Feydeau au théâtre Sylvia Montfort, “Le songe d’une nuit d’été” de William Shakespeare et “Du rire aux armes - cabaret” au Studio Théâtre d’Asnières ; sous la direction de Danielle Colson dans “Le théâtre ambulant Chopalovitch” de L.Simovitch au théâtre Clavel. En 2004, membre fondateur de la compagnie “Les Sans Cou” il crée avec sa compagnie “Banquet à Babarville” de R. Cottard et P. Jeanson au théâtre de la Main d’or sous la direction d’Igor Mendjisky. En 2007, il joue dans “ La lamentable tragédie du cimetière des éléphants ”, dans “ Le plus Heureux des trois ” d’Eugène Labiche et dans Hamlet de W. Shakespeare.
ROMAIN COTTARD
Formé chez Jean Louis Martin Barbaz au Studio Théâtre d’Asnières, il travaille au théâtre sous la direction de : Declan Donnellan dans “ Andromaque ” de Racine aux Bouffes du Nord, Denis Podalydès dans “ Cyrano de Bergerac ” d’Edmond Rostand à la Comédie Française, Benno Besson dans “ Œdipe Tyran ” de Sophocle à la Comédie Française, Paul Desveaux dans “ Les Brigands ” de Shiller au théâtre 71 Malakoff, Stéphane Douret dans “ Le mandat ” de Nikolaï Erdman au Théâtre 13, Jean Louis Martin Barbaz dans “ Le songe d’une nuit d’été ” de William Shakespeare et “ Du rire aux armes – cabaret ” au Studio Théâtre d’Asnières. En 2004, il co-écrit avec Paul Jeanson “ Banquet à Babarville ” et “ La lamentable tragédie du cimetière des éléphants ” dans lesquelles il jouera également. En 2009, il joue Hamlet dans la pièce Eponyme de W. Shakespeare.
JONATHAN COHEN
Formé au conservatoire nationale d’art dramatique dans les classes de Andrej Sewerin, Muriel Mayette,Dominique Valadié, il travaille au théatre du conservatoire sous la direction de Gildas Milin «Ghost», Tilly «spaghettis bolognaises », Mario Gonzales, «Moliere masqué», Marcial di Fonzo bo «la stupidité». il joue ensuite au théatre des Amandiers sous la direction de Mathias Langhoff dans «Donia Rosita» puis au théatre de l’aquarium avec Julie Brochen dans «Paroles d’acteurs». À la télévision et au cinéma, il tourne avec Dominique Farrugia et Arnaud Lemort ,Fouad Benhamou, Catherine Corsini, Zabou Breitman, Lisa Azuelos, Alexandre Castagnetti, Eric Rochant... Il met en scène également «La collection» d’Harold Pinter au conservatoire nationale dans le cadre des cartes blanches. A partir du 9 mars, on le retrouvera dans la série « Les invincibles » sur Arte.

LAURENT FERRARO

Prix d’Interprétation Masculine au Festival de Courts-Métrages EICAR 2009 pour La Plus Belle Soirée de Ma Vie. Comédien et metteur en scène formé à Paris chez Jean Périmony puis chez Claude Matthieu. Au théâtre, on l’a notamment vu aux côtés de Niels Arestrup et Gérard Desarthe dans « A Chacun Sa Vérité », de Luigi Pirandello, mis en scène par Bernard Murat au Théâtre Antoine (Paris). Côté mise en scène, il débute en scénographiant des numéros de cirque pour le Cabaret Circus qui effectuera plusieurs tournées en France et en Belgique. Au théâtre,il monte Caviar Triomphe, qu’il a co-écrit, des lectures scénographiées de Tchekhov pour le Théâtre des Deux Rives de Charenton, ou encore Pétrifiée, texte qu’il a également écrit, dans le cadre du Festival Mises en Capsules au Ciné 13 Théâtre à Paris. En 2008, il met en scène deux farces de Molière, « Le Mariage Forcé » et « L’Amour Médecin », au théâtre Le Lucernaire (Paris), spectacle qui y sera joué 5 mois durant. Au cinéma, il joue en 2009 dans « La Plus Belle Soirée de ma Vie », de Benjamin Dimier et Nicolas Puyoo, « Mes Chères Etudes », de Matthias Castegnaro, « Entre Parenthèses », de Nadia Masri, « An Imitation of Life », d’Orazio Frizicalle ou encore dans « Jimmy », de Charles Liebens. Il prépare actuellement les mises en scène du Mariage de N. Gogol, Macbeth de W. Shakespeare et « Qui A Peur de Virginia Woolf ? »

JEANNE ARENNES

Formée initialement au Cours Florent, elle poursuit son enseignement auprès de nombreux Directeurs de stages tel que Philippe Hottier, Antoine Caubet…Elle a joué dans des pièces très diverses comme, notamment, « Vassa 1910 » de Gorki, mis en scène par Gilberte Tsai au CDN de Montreuil, « Juste la Fin du Monde » de J-L.Lagarce, mis en scène par Jean-Charles Mouveaux , « Les 4 Deneuve » une comédie de M.Drigeard et V. Juillet…Par ailleurs son intérêt grandissant pour la direction d’acteur la poussera à commencer la mise en scène avec « Peepshow dans les Alpes » de Kobeli dès 2004. Elle co-mettra en scène « Psycholove » de M.Drigeard et V. Juillet avec P.Peyran Lacroix puis fera une collaboration artistique sur le projet « Même si tu m’aimes » de M.Drigeard et V. Juillet, mis en scène par Julien Boisselier.

PAUL JEANSON

Formé chez Jean Louis Martin Barbaz au Studio Théâtre d’Asnières, il travaille au théâtre sous la direction de Omar Porras dans « Les fourberies de Scapin », Joël Dragutin dans « On ne badine pas avec l’amour » d’Alfred de Musset, Denis Podalydès dans “Cyrano de Bergerac” d’Edmond Rostand à la Comédie Française ; sous la direction de Benno Besson dans « Œdipe Tyran » de Sophocle à la Comédie Française ; sous la direction de Stéphane Douret dans “Le mandat” de Nikolaï Erdman au Théâtre 13. En 2004, il est l’un des membres fondateurs de la compagnie “ Les Sans Cou” pour qui il co-écrit avec Romain Cottard “Banquet à Babarville”, pièce qu’ils créeront au théâtre de la Main d’or sous la direction d’Igor Mendjisky. En 2007, il joue dans « La lamentable tragédie du cimetière des éléphants » et dans « Le plus Heureux des trois » d’Eugène Labiche. Il joue sous la direction d’Igor Mendjisky également dans dans « Masques et Nez » et « J’ai couru comme dans un rêve », les deux dernières créations collectives des Sans Cou. Il écrit et mets en scène "Betty calls" qui se jouera en avril 2012 au Ciné 13 Théâtre.

ARNAUD PFEIFFER
Formé chez Jean Louis Martin Barbaz au Studio Théâtre d’Asnières, il travaille au théâtre sous la direction de Frederic Jessua dans “ Le Misanthrope ”, de Sydney Ali Mehelleb dans “ Big Shoot ” de Koffi Kwa-hulé au théâtre de Vanves, de Michel Fau dans “Eugene Onéguine” de Tchaïkovski à l’Opéra National de Dijon ; sous la direction de Paul Desveaux dans “Les Brigands” de Shiller au théâtre 71 Malakoff ; avec la Compagnie “Un grand bol d’art” dans “Le songe d’une nuit d’été” de Shakespeare et sous la direction de Jean Hache dans “Grand Peur et Misère du 3e Reich” de B.Brecht au Festival Avignon. En 2004, il est l’un des membres fondateurs de la compagnie “Les Sans Cou” et crée avec la compagnie “Banquet à Babarville” de R. Cottard et P. Jeanson au théâtre de la Main d’or sous la direction d’Igor Mendjisky. En 2007, il joue dans “ La lamentable tragédie du cimetière des éléphants ” et dans “ Le plus Heureux des trois ” d’Eugène Labiche. Il joue sous la direction d’Igor Mendjisky également dans « Hamlet » de Shakespeare, « Rêves » de Wajdi Mouawad et dans « Masques et Nez » et « J’ai couru comme dans un rêve », les deux dernières créations collectives des Sans Cou.
ESTHER VAN DEN DRIESSCHE
Formé chez Jean Louis Martin Barbaz au Studio Théâtre d’Asnières et à l’American Modern Dance, elle travaille au théâtre sous la direction de Jean-Louis Martin Barbaz dans “Occupe toi d’Amélie” de Feydeau au théâtre Sylvia Montfort et “Du rire aux armes - ca-baret” au Studio Théâtre d’Asnières ; sous la direction de Valerie Castel-Jordy dans “follement gai” au théâtre treize de Dominique Sarrain, dans «planète sans visa» au théâtre de la Verriere à Lille. Elle tourne aussi pour la télévision avec Denis Amar et Jean Daniel Verhaeghe. Elle joue sous la direction d’Igor Mendjisky également dans « Rêves » de Wajdi Mouawad et dans « Masques et Nez » et « J’ai couru comme dans un rêve », les deux dernières créations collectives des Sans Cou.

MARC ARNAUD
Formé au Conservatoire de théâtre d'Angers, puis au Cours Florent et enfin au Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique de Paris et à la London Academy of Music and Dramatic Art où il joue Shakespeare en anglais. L'auteur, metteur en scène Gildas Milin lui propose un rôle dans sa création ''Machine sans cible'' qui se joue au Festival d'Avignon en 2007 puis au théâtre National de la Colline à Paris. En 2008, il danse à Lyon avec la danseuse chorégraphe Julia Cima.

En 2009, il explore sur scène le répertoire classique avec entre autres ''Le Partage de Midi'' de Paul Claudel mis en scène par Jean Christophe Blondel qui se jouera en France et en Chine dans le cadre d'une tournée exceptionnelle, et ''Tartuffe'' de Molière sous la direction de Brigitte Jacques-Wajeman au festival de Grignan. Il travaille avec Didier Sandre et André Ferreol dans ''RER'' de Jean Marie Besset au théâtre de la Tempête puis en ouverture de saison au CDN de Montpellier.

Il participe à plusieurs courts métrages dont ''Spadassins'' de Jean Baptiste Saurel en compétition Officielle du Short film festival de Brooklyn 2008 et ''Scène de vestiaire'' de Frédéric Malègue dans le cadre des Jeunes Talents Cannes Adami 2011. Il joue aux côtés d'Emmanuelle Béart dans le prochain film de Michel Leclerc ''Télé Gaucho'' qui sortira en 2012. Marc Arnaud a donné des stages aux élèves du Cours Florent et de l'Académie Centrale de Théâtre de Pékin. Il continue d'enseigner le travail de l'alexandrin au Laboratoire de Formation au Théâtre Physique à Paris sous la direction de Maxime Franzetti. En 2010, il écrit et compose son premier album ''Moi je'' qu'il chante depuis dans les bars parisiens avec son groupe.
ADRIEN MELIN
Eleve au cours Florent en 2003, il intègre ensuite le Conservatoire National Supérieur d'Art dramatique (promotion 2007) ou il travaille avec Christophe Rauck, Tilly, Marcial Di Fonzo Bo, Cecile Garcia Fogel, ect... . Au théâtre, il joue dans Roméo et Juliette de Shakespeare, adapté et mis en scène par Denis Llorca. En 2008 et jusqu'en mai 2010 il tient le rôle de Louis XIV aux cotés de Claude Rich dans Le Diable Rouge d'Antoine Rault, dirigé par Christophe Lidon au théâtre Montparnasse puis en tournée. En 2010 il joue dans Ce qui arrive et ce qu'on attend de JM Besset dans une mise en scène de Arnaud Denis. Il travaille a deux reprises avec Jacques Lassalle sur Annemarie de René Zhand et La leçon du Maitre de Jean Pavans d'après Henry James. Il vient de jouer un monologue au théatre des Dechargeurs : Thomas Chagrin de Will Eno mis en scène par Gilbert Desveaux. 

Il jouera bientôt le double rôle masculin du comte et du banquier dans "Il faut/Je ne veux pas" un spectacle Musset/Besset conçu par Jean Marie Besset

FLORINE DELOBEL
Florine commence sa formation aux "ateliers de l'ouest" sous la direction de Steve Kalfa, elle a ensuite suivi un stage de Commedia dell'arte puis intégré le studio "théâtre et cinéma" de l'école Acting International. On l'a vue au théâtre dans "Don Juan et l'invité de pierre" de Tirso de Molina mis en scène par Lionel Fernandez. Elle vient de terminer le tournage des "infidèles" de Fred Cavayé.

Mises en Capsules a été créé en 2007. A son origine : Benjamin Bellecour. Comédien, auteur, metteur en scène et co-directeur du Ciné 13 Théâtre.
La création de l’association est concomitante à celle du Festival du même nom. Toutes deux sont nées de la conviction qu’il était nécessaire de favoriser la production théâtrale pour venir en aide aux compagnies en voie de professionnalisation. Dans cette logique l’association a produit les quatre premières éditions du Festival Mises en Capsules et prépare actuellement la cinquième.
En parallèle, elle produit en 2008 La Confession D’une Jeune Fille de Marcel Proust interprété par Sara Forestier et mis en scène par Patrick Mille au Ciné 13 théâtre (60 dates). Le spectacle rencontre un fort succès à Paris et part en tournée (Atelier Théâtre Actuel).

La même année, Mises en Capsules monte Roméo Et Juliette, adapté et mis en scène par Alexis Michalik, au Ciné 13 Théâtre (100 représentations) puis emmène le spectacle par deux fois en Avignon au Théâtre des Béliers. Celui-ci a été repris à partir du 20 mai 2010 au Studio Des Champs Elysées pour 60 dates.

Entre mars et Octobre 2010, Mises en Capsules produit Masques et Nez d’Igor Mendjisky (70 dates), avec le soutien du JTN et de l’ADAMI. Ce spectacle sera également présenté au Théâtre des Béliers dans le cadre du Festival d’Avignon 2011, édition durant laquelle Mises en Capsules produit la toute dernière création d’Alexis Michalik, Le Porteur d’Histoire, programmé en septembre 2012 au Théâtre 13, Direction Colette Nucci.


ASSOCIATION MISES EN CAPSULES


C /o Mme Binet 77 rue Vauvenargues 75018 Paris

SIRET 50227470700020 / APE 9001Z / Licence 2 -1030293




similaire:

Note de production iconDans le cadre de la migration du Centre de Production, Post-Production...

Note de production iconNote argumentée
«moyenne» n’est pas la même pour toute les disciplines. La note de 8/20 peut être une note moyenne ! Pour des interlocuteurs étrangers,...

Note de production iconNote Note rôles soc

Note de production iconRépondre à l’ensemble des questions de ce dossier; ce travail sera...

Note de production iconQuestions à la mythologie de la «production»

Note de production icon1. 2/ Le gaz naturel (production, distribution) : p 3

Note de production iconII. Définition et production des ultrasons

Note de production iconNote d’orientation pes garçons Note d’orientation pes filles
«Recherche et aide à l’entraînement» viennent compléter la structure proposée l’an passé

Note de production icon1ere évaluation de production orale en continue

Note de production iconGuide pour une intensification durable de la production








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com