Baccalauréat blanc géNÉral








télécharger 31.12 Kb.
titreBaccalauréat blanc géNÉral
date de publication02.04.2018
taille31.12 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > documents > Documentos
BACCALAURÉAT BLANC GÉNÉRAL
SESSION JANVIER 2013
SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE
SÉRIE S Enseignement de Spécialité
Durée de l’épreuve: 3 h 30 - coefficient: 8
Ce sujet comporte 8 pages numérotées de 1/8 à 8/8. Les pages 7 et 8 sont à rendre avec votre copie.
Conformément aux termes de la circulaire 99-186 d 16 novembre 1999, l’usage de la calculatrice est autorisé pour l'exercice 1 de la partie II.
PARTIE 1 ( 8 POINTS ) Thème 1A- Génétique et évolution 

QCM (3 POINTS) :Cochez la proposition exacte pour chaque question 1 à 6 sur la feuille annexe à remettre avec la copie.

Question de synthèse (5 points):


La diversité du vivant a pour origine de nombreux mécanismes dont certains sont d’origine génétique

« En prenant comme exemple la transmission de deux gènes liés, montrez comment lors de la méiose il peut s’effectuer un brassage de l’information génétique ».

Votre exposé structuré ( introduction, plan et conclusion) sera accompagné de schémas


PARTIE II Exercice 1 (3 POINTS) Thème 1B Le domaine continental et sa dynamique

On se propose d'effectuer une datation de deux granites à partir de mesures obtenues par la méthode Rubidium-Strontium.

A partir des informations extraites du document et de vos connaissances proposez une datation des granites G1 et G2 par la méthode Rubidium – Strontium en justifiant votre réponse.


Document 1 : principe de la mesure par la méthode rubidium-strontium

La méthode mise en œuvre est fondée sur la décroissance radioactive du 87Rb, un isotope instable du Rubidium qui se désintègre spontanément en 87Sr, un isotope stable du Strontium.

87Rb → 87Sr T = 48,8 Ga 87Sr = 87Sr0 + 87Rb (eλt - 1)

Deux minéraux ou deux roches cristallisant à partir d'un même magma intégreront dans leur réseau cristallin du strontium (Sr) avec un rapport isotopique 87Sr/86Sr identique à celui du magma d'origine.

Par ailleurs, sachant que 86Sr n'est ni radioactif ni radiogénique, la quantité de cet isostope ne varie pas au cours du temps dans un système clos et 86Sr=86Sr0. Si on divise toute l'équation par le nombre d'un autre isotope du Sr, le 86Sr, l'équation devient donc 



Par spectrométrie de masse, on mesure dans la roche les quantités de 87Rb et 87Sr ainsi que de 86Sr, un isotope stable dont la quantité est supposée constante au cours du temps. Les valeurs des rapports 87Rb/86Sr et 87Sr/86Sr fournies par ces mesures sont reportées sur un graphique.

Document 2 : résultats de la mesure par la méthode rubidium-strontium des deux granites

Des mesures isotopiques effectuées sur des échantillons et des minéraux des deux granites G1 et G2 ont permis de construire le graphique :



PARTIE II Exercice 2 ( 5 POINTS) Thème 1 Énergie et cellule vivante eucaryote
On définit deux types d'effort physique :
- l'endurance : l'effort est modéré mais prolongé.
- la résistance : l'effort est intense mais de courte durée.
On distingue dans les muscles deux types de cellules ou fibres (type I et type II) se caractérisant par des performances mécaniques différentes.

En exploitant les documents et en utilisant vos connaissances, vous montrerez, après avoir donné les caractéristiques de chaque type de fibres musculaires en relation avec son métabolisme énergétique, que les athlètes présentent des caractéristiques physiologiques associées aux particularités de leur sport.


Document 1 : tableau de quelques caractéristiques des fibres musculaires




Note : la myoglobine est une protéine musculaire capable de stocker temporairement du dioxygène dans la cellule

Document 2 : résultats de quelques mesures effectuées sur des fibres musculaires


Des fibres musculaires des deux types sont soumises à des stimulations qui provoquent leur contraction. Ces stimulations sont prolongées pendant une trentaine de secondes



Document 3 : Électrophotographies de fibres musculaires (vues de détail en MET)
(D'après Didier TS 2002)





Fibre I

Fibre II


Document 4: ATP, contraction musculaire et données sur le métabolisme énergétique cellulaire


Des myofibrilles, éléments contractiles des fibres musculaires, sont isolées. On mesure la force de contraction de ces myofibrilles suite à l'ajout successif de deux substances : l'ATP puis le salyrgan qui est un poison qui bloque l'utilisation de l'ATP.




Métabolisme

Localisation dans la cellule

Quantité d'ATP produite
(par mole de glucose)

Glycolyse

hyaloplasme

2

Dégradation totale du pyruvate

mitochondrie

34

Document 5 : Pourcentages des deux types de fibres chez différents athlètes

D’après SVT option sciences expérimentales 1ère S. Nathan.




ANNEXE DE LA PARTIE 1 À RENDRE AVEC LA COPIE


  1. Cette photographie représente une cellule à :

  1. 2n = 24, en anaphase d’une mitose. 

  2. 2n = 24, en anaphase 1 d’une méiose. 

  3. 2n = 12, en métaphase d’une mitose. 

  4. 2n = 12, en anaphase 2 d’une méiose. 




  1. La mitose :




  1. est source de diversité génétique. 

  2. donne naissance à 4 cellules à partir d’une cellule. 

  3. conserve toutes les caractéristiques du caryotype. 

  4. permet la production des gamètes. 




  1. La méiose produit :




  1. 4 cellules haploïdes à partir d’une cellule diploïde. 

  2. 2 cellules diploïdes à partir d’une cellule diploïde. 

  3. 4 cellules diploïdes à partir d’une cellule diploïde. 

  4. 2 cellules haploïdes à partir d’une cellule diploïde. 

  1. La réplication de l’ADN a lieu :




    1. entre les deux divisions de la méiose. 

    2. uniquement avant une mitose. 

    3. uniquement avant une méiose. 

    4. avant la première division de la méiose 



  1. Lors d’une méiose, se déroulant sans anomalie, il peut s’effectuer :




  1. Un brassage intrachromosomique entre chromosomes non homologues 

  2. Un brassage interchromosmique entre chromosomes homologues 

  3. Un brassage interchromosomique puis un brassage intrachromosomique 

  4. Un brassage intrachromosomique puis un brassage interchromosomique 


Le document ci-dessous représente le caryotype d’un enfant atteint d’une anomalie chromosomique

6) Le caryotype ci-dessus peut avoir pour origine :


  1. Une non-disjonction de la paire chromosomique X lors de la division I de la méiose 

  2. Une non-disjonction de la paire chromosomique 21 lors de la division I de la méiose 

  3. Un accident génétique uniquement lors de la formation des gamètes de son père 

  4. Un accident génétique uniquement lors de la formation des gamètes de sa mère 



/8

similaire:

Baccalauréat blanc géNÉral iconLes dates des épreuves du baccalauréat et du brevet ont été dévoilées...
«à l’exception de l’évaluation des compétences expérimentales de physique-chimie et de sciences et vie de la Terre du baccalauréat...

Baccalauréat blanc géNÉral iconNote de service n° 2011-149 du 3 octobre 2011 relative à l'épreuve...
«Si l'autorité médicale atteste d'un handicap ne permettant pas une pratique adaptée, une dispense d'épreuve et une neutralisation...

Baccalauréat blanc géNÉral iconBaccalauréat "GÉnie electronique"

Baccalauréat blanc géNÉral iconExamen : baccalauréat professionnel session 2007

Baccalauréat blanc géNÉral iconExamen officiel final de Baccalauréat appelé : Epreuve certificative

Baccalauréat blanc géNÉral iconEpreuve orale de contrôle du Baccalauréat s session 2013 Question 1

Baccalauréat blanc géNÉral iconConcours blanc

Baccalauréat blanc géNÉral iconConcours blanc 05/06

Baccalauréat blanc géNÉral iconUniversité Panthéon – Assas – Paris II 2009 Baccalauréat Economique et Social (ES)

Baccalauréat blanc géNÉral iconConcours Blanc 1’ (Octobre 2015)








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com