Cours efficacite energetique








télécharger 30.34 Kb.
titreCours efficacite energetique
date de publication02.04.2018
taille30.34 Kb.
typeCours
p.21-bal.com > documents > Cours

STI2D

Ch3 : Les flux d’énergie

http://www.lycee-benjamin-franklin.fr/php5/spip/local/cache-vignettes/l100xh93/logo-sti2d-96353.png

cours


  1. - EFFICACITE ENERGETIQUE :



Flux d’énergie souhaitée, qui permet d’apporter la VA à la matière d’œuvre (Ws, Ps)
- Définition d’un système énergétique : Tout système technique consomme de l’énergie dans le but d’apporter une valeur ajoutée à la matière d’œuvre.

On peut écrire VA = MOS - MOE.


Flux d’énergie entrant (We, Pe)




Flux d’énergie sortrant

Système



Flux d’énergie non souhaitée = les pertes




    1. - L’énergie : L’énergie est une grandeur physique (noté W ou Q) caractérisant un système et exprimant sa capacité à modifier d’autres systèmes avec lesquels il entre en interaction.

Exemple : la retenue d’eau.


Reserve d’énergie

Travail effectué grâce à l’énergie


EAU

h

h

EAU

turbine

1.3 - Les unités : Il existe plusieurs unités pour l’énergie :

- le Joule (J) est l’unité du système international (1 J = 1 W.s)

- La Watt.heure (Wh) est l’unité utilisé pour la consommation électrique (EDF)

- La tonne équivalent pétrole (TEP) : c’est l’énergie qu’une tonne de pétrole peut libérer lors de sa combustion.
La conversion

1 Wh = 3600 J

1 kWh = 1000 Wh
1.4 - Le rendement (noté η) : permet de caractériser l’efficacité énergétique d’un système.
η = Ws/We ou η = Ps/Pe
Le Développement Durable suppose, entre autre, une utilisation optimale et réfléchie des ressources énergétiques disponibles. Au cours de l’étude de systèmes techniques, un regard critique sera porté sur leur efficacité énergétique.

II - Les différentes formes prises par l’énergie :
Il existe 7 formes principales : énergie lumineuse (rayonnement), énergie nucléaire, énergie chimique, énergie mécanique, énergie électrique, énergie hydraulique et énergie thermique
fichier:cycles énergies vect.svg
On distingue les sources d'énergies renouvelables et non renouvelables. Une fois produite, l’énergie est acheminée jusqu’à son utilisation par un vecteur énergétique : électricité, fluide caloporteur (eau, air, vapeur).
L’énergie peut être transformée, stockée, transportée. L’agriculture, le résidentiel et le tertiaire, l’industrie sont de gros consommateurs d’énergie.


III - Caractéristiques des systèmes techniques :
3.1 - Système mono-source : système de production d’énergie urilisable à partir d’une seule forme d’énergie primaire ou secondaire.
Les flux d’énergie sont de type chaleur, électricité, travail mécanique :

- panneaux solaires photovoltaïques

- chaudière gaz murale ;

- traction ferroviaire ;

- distribution d'eau sous pression ;

- éclairage domestique.

Un système mono source à production combinée est une application particulière : il véhicule ou produit des flux de charge multiple (chaleur et électricité par exemple) à partir d’une seule source d’énergie :
- unité de co-génération par moteur.

3.2 - Système Multi sources ou Hybride :
Un système multi sources est utilisable à partir de plusieurs sources d’énergie primaire(s) ou

secondaire(s). Depuis l’essor des énergies renouvelables, ces systèmes se développent de manière importante :

- système combiné photovoltaïque-éolien en site isolé pour la production d’électricité ;

- pompe à chaleur.
Un système hybride, qui est une sous-famille des systèmes multi sources, utilise l’énergie produite par des technologies différentes pour véhiculer ou développer une même forme d’énergie utilisable :

- vélo à assistance électrique ;

- véhicule hybride ;

- chauffe eau solaire Individuel (CESI) avec appoint électrique.

IV - LE SYSTEME GLOBAL : de l’extraction à l’utilisation de l’énergie.

Dans cette chaîne énergétique, les pertes sont présentes à tous niveaux. Un des enjeux essentiels est d’améliorer le rendement.
Aussi, plusieurs actions sont possibles :
- améliorer le taux d’extraction des énergies primaires (aujourd’hui, les cadences de puisage imposées nécessitent une injection massive d’eau dans les gisements, le pétrole ainsi extrait est utilisable à 35% à cause du mélange avec l’eau) ;
- améliorer l’efficacité des procédés qui utilisent les énergies secondaires (un moteur électrique possède un rendement autour de 90% alors qu’un moteur thermique avoisine les 45%) mais aussi celle du stockage.

4.1 - système technique à production centralisée (connecté à un réseau d’énergie électrique ou de fluides)



4.2 - système technique à production décentralisée mais semi autonome (partiellement connecté au réseau et/ou directement dépendant d’une source primaire)


4.3 - système technique autonome (indépendant d’un réseau d’énergie centralisé ou décentralisé).



V - SYSTEME LOCAL

Les pertes les plus importantes sont issues de l’utilisation que l’on fait des énergies finales (une ampoule à incandescence produit par exemple seulement 10% d’énergie lumineuse pour 90% de pertes dissipées sous forme thermique).
5.1 - Le diagramme fonctionnel d’un système technique local.


Sur la chaîne d’énergie ci-dessus on distingue deux flux :

  • Le flux de matière d’œuvre

  • Le flux d’énergie




5.2 - La fonction alimenter :

Cas particulier qui décrit une source d’énergie disponible à l’entrée du système isolé, sans tenir compte de la production de cette énergie.
Exemple : transformateur électrique, régulateur pneumatique…
5.3 - la fonction moduler : modifier les caractéristiques de l’énergie. Elle peut se décliner selon trois modèles :



5.4 - la fonction convertir : fonction du système qui délivre l’énergie utile (permettant d’agir sur la matière d’œuvre).
Exemples :

- générateur électrique : transformer une énergie mécanique en énergie électrique.

- générateur thermique : transformer une énergie électrique en énergie thermique.

- générateur de lumière : transformer une énergie électrique en énergie lumineuse.

- moteur électrique : transformer une énergie électrique en énergie mécanique de rotation.
5.5 - la fonction transmettre ou adapter :

Cette fonction permet le transfert et l’adaptation d’une énergie, souvent du convertisseur vers l’effecteur.
Exemples : transmission mécanique embrayages, accouplements, etc.), circuits électriques, circuit hydraulique…

5.6 - la fonction stocker :

Cas particulier d’un transformateur qui permet de stocker de l’énergie (en changeant ou non de nature).
Exemples : réservoir hydraulique, supercondensateur, ressort, ballon d’eau chaude…


5.7 - la fonction protéger

Fonction particulière du système local qui assure une production d’énergie locale pour un système en site isolé ou totalement autonome.

Exemple : disjoncteur électrique, sectionneur pneumatique, soupape de sécurité…


5.8 - la fonction produire localement

Fonction assurant une production d’énergie locale pour un système en site isolé ou totalement autonome.
Exemple : unité photovoltaïque sur borne d’éclairage solaire.

VI - GESTION DE L’ENERGIE
6.1 - Maitrise et usage raisonné : Aujourd’hui, le cadre réglementaire oriente les usages et comportements énergétiques ce qui impose un certain nombre d’améliorations. Les objectifs visent à optimiser la consommation d’énergie dans les systèmes.
-par exemple : gestion des systèmes d’éclairage intérieur et extérieur
L’usage raisonné de la charge doit donc mettre en évidence la recherche d’un optimum énergétique dans le transfert.
6.2 - Le point de fonctionnement

On appelle charge un composant qui consomme de l’énergie et qui la convertit en une autre forme d’énergie.
6.2.1 - Exemple électromécanique :

En régime permanent, des charges mécaniques entraînées par un moteur ont des caractéristiques effort-vitesse qui dépendent du type de composant.

- Couple résistant constant (1) compresseurs, pompes à pistons, bandes transporteuses, broyeurs concasseurs, levage…

- Couple résistant proportionnel à la

vitesse (2) : presses, freins à courants de Foucault, machinesoutils…

- Couple résistant proportionnel au carré de la vitesse (3) : pompes et compresseurs centrifuges, ventilateurs, pompes à vis et à hélice, centrifugeuses…

- Couple résistant inversement proportionnel à la vitesse (4) (c'est-à-dire une puissance constante) : bobineuses, tours, dérouleuses à bois…

On peut connaitre la vitesse angulaire ω0 atteinte lorsque le régime permanent est installé en superposant la courbe caractéristique du moteur à celle de la charge mécanique. Ce point caractéristique détermine le point de fonctionnement le d’ensemble moteur / charge.

5.2.2 - recherche du point de fonctionnement :
Pour que l’ensemble de la chaîne d’énergie soit efficace, il est nécessaire que ce point corresponde à un fonctionnement optimal du moteur, un réducteur inséré entre le moteur et la charge pourra permettre cette adaptation.

De plus la charge n’étant pas fixe en général mais variable dans le temps, il faut en permanence rechercher ce point. Cela se fait grâce aux adaptateurs d’énergie ou /et à l’aide de modulateurs pilotés par une chaîne d’information.


5.3 - Régulation et asservissement


On parle d’asservissement quand la grandeur de sortie suit une entrée de référence variable (ex : asservissement de position) ;

Exemple :

- asservissement de niveau d'eau dans un réservoir (ballon ECS…) ;

- asservissement de position de panneaux photovoltaïques (recherche d’efficacité d’énergie rayonnante) ;
On parle de régulation quand la grandeur de sortie s’aligne avec la consigne d’entrée constante (ex : régulation de température).

Exemples :

- régulation de température pour le bâtiment ;

- régulation de vitesse sur un système de levage ;

- régulation de débit d’air d’un système de ventilation avec contrôle de qualité d’air ;

- régulation de température.

VI - EXEMPLE DE L’AGRAFEUSE :
Q1 - Repasser en vert le flux d’énergie
Q2 - Repasser en bleu le flux de matière d’œuvre
Q3 - Tracer en rouge la frontière de la chaîne d’énergie de l’agrafeuse.
Q4 - Rajouter les flèches représentant les pertes énergétiques
Q5 - Comment pouvez-vous caractériser ce produit du point de vue de sa source d’énergie ?


Page


similaire:

Cours efficacite energetique iconSynthèse réalisée à partir du travail de la commission régionale...
«Tout mouvement corporel produit par la contraction des muscles squelettiques qui entraîne une augmentation substantielle de la dépense...

Cours efficacite energetique iconCuisine énergétique et curative du Prof. Holecz
«Cuisine énergétique et curative». Pour lui l’alimentation n’est pas seulement un plaisir pour le palais et le mental, elle doit...

Cours efficacite energetique iconCuisine énergétique et curative du Prof. Holecz
«Cuisine énergétique et curative». Pour lui l’alimentation n’est pas seulement un plaisir pour le palais et le mental, elle doit...

Cours efficacite energetique iconSous la direction de Caroline Ladage
«dynamique des groupes» de Kurt Lewin, l’efficacité individuelle et sociale par le groupe p. 8

Cours efficacite energetique iconLa connaissance de l’objet d’étude avec la connaissance du sujet...
«l’énergétique» du développement de l’intelligence) comme étant des «constructions» effectuées progressivement au cours de la vie...

Cours efficacite energetique iconBiologie énergétique : Introduction

Cours efficacite energetique iconLes élus cfdt interpellent le Directeur Territorial
...

Cours efficacite energetique iconFiche Information / Etudes / Protocole
«journal Britannique de médecine du sport» a validé le fait que l'immersion en eau froide était la seule des 9 stratégies prétendant...

Cours efficacite energetique iconMesure de la densité de poussière accumulée à la surface des modules...

Cours efficacite energetique iconRésumé : Parmi les enjeux majeurs de l’état, la réduction de la consommation...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com