Objectifs du cours








télécharger 263.51 Kb.
titreObjectifs du cours
page1/7
date de publication06.12.2016
taille263.51 Kb.
typeCours
p.21-bal.com > documents > Cours
  1   2   3   4   5   6   7

logo-ifoad.png

logo_proposition6



Master professionnel (M2) Management des ONG et des associations (MOA)

Cours :

GESTION DU STRESS

Dr Rose NIKIEMA

OBJECTIFS DU COURS

Objectif global :

L’objectif global du cours est de fournir aux apprenants des informations clés pour faire comprendre tout .le phénomène du stress en entreprise, aussi bien au niveau individuel que collectif.

Objectifs spécifiques :

Plusieurs objectifs spécifiques sont assignés au cours :

1- Définir les contenus théoriques de la notion du stress ;

2- Problématiser la gestion du stress ;

3- Aider les apprenants à pouvoir identifier une situation de stress

4- Aider les apprenants à prendre des dispositions à gérer le stress ;

5- Développer chez l’apprenant l’efficacité dans le travail personnel pour gérer le stress ;

6- Proposer des outils techniques pour la résolution des situations dans le monde du travail ;

7- Etre capable de désamorcer les situations de violence et d’agressivité en entreprise ;

8- Développer un leadership relationnel et communicationnel dans les entreprises et la vie sociale.

Mots-clés :

Emotion ; stress ; tension ; climat social et entreprise ; psychologie et psychanalyse de l’individu (Freud, Piaget) ; colère ; psychosociologie de l’entreprise ; les interactions en entreprise ; self control, contrôle de ses émotions, pulsions, stratégie de contrôle de soi ; calme, relaxation; communication ; écoute ; activité déstressant.


PLAN DU COURS

INTRODUCTION

CHAPITRE I  : QU’EST-CE-QUE LE STRESS ?

  1. Définition d’origine

  2. La notion de stress aujourd’hui

CHAPITRE II : FACTEURS ET STRATEGIES

  1. Les caractéristiques du stress professionnel

  2. Les facteurs personnels de vulnérabilité et de résistance

  3. Les stratégies pour faire face au stress

CHAPITRE III : PERFORMANCE, BESOINS FONDAMENTAUX ET LA NOTION DE STRESS

  1. La performance et le stress

  2. Les besoins fondamentaux et le stress

CHAPITRE IV : LES CONSEQUENCES DU STRESS EN ENTREPRISE

    1. La démotivation professionnelle

    2. La souffrance

    3. L’épuisement professionnel ou le burn-out

    4. Le suicide au travail

    5. Le coût de stress

CHAPITRE V : PREVENIR ET AGIR SUR LE STRESS

  1. Prévenir le stress

  2. Agir sur le stress

CONCLUSION

BIBLIOGRAPHIE

INTRODUCTION

Le but de ce cours est de fournir aux apprenants, futurs employeurs privés et publics, aux salariés, indépendants, des informations clés pour comprendre le phénomène du stress au travail, connaitre ou détecter ses sources et ses conséquences; prévenir le stress au niveau individuel ou collectif et gérer le stress dans le monde du travail.

Le terme générique entreprise est utilisé pour désigner toutes les formes d’organisation professionnelle. Quelques outils sont proposés pour permettre aux apprenants de mettre en place des méthodes, des stratégies pour mieux réguler le stress ou son stress dans le domaine professionnel et social.

Le stress peut se définir comme la réaction d’autodéfense que le corps met en place pour faire face aux agressions de la vie sociale et professionnelle. C’est toute demande faite à l’organisme en vue de s’adapter à une situation. Quand il intervient de façon constante, il peut être facteur de dégradation de la santé somatique et mentale. C’est pour cela qu’il est important quel que soit l’environnement (social ou professionnel) dans lequel il intervient, d’avoir une méthode et une démarche appropriée pour pouvoir le contenir. Il faut donc pouvoir domestiquer, contenir, le maîtriser, c’est-à-dire le gérer. Faire un cours sur la gestion du stress, revient donc à mettre à la portée des apprenants des ressources théoriques et pratiques qui sans être une panacée au stress sont des outils pour tout au moins le gérer.

Ce cours envisage de partager avec les apprenants, les techniques de soupape de tension et tout ce qui concourt à doter l’acteur de mécanisme de contrôle du stress que ce soit dans la vie en général et en entreprise en particulier. Il pose alors les interactions entre l’environnement interne (le psychisme de l’acteur social) et son environnement extérieur (social et professionnel). Car, il est important de noter que c’est plus l’idée qu’on a des choses que les choses en elles-mêmes, qui affectent celui ou celle qui est en situation de stress. Ce cours va donc aussi permettre aux apprenants de pouvoir gérer l’idée qu’ils doivent se faire des choses, en tenant compte bien évidemment, que la réalité de l’environnement extérieur, n’est que ce que chaque acteur en fait. Si je suppose que mon travail est stressant, cette idée suffit à elle seule pour déclencher le stress négatif. Celui –ci peut détruire l’organisme, contrairement à un stress positif qui peut être un « dopant » pour la réalisation de nos objectifs.

Chapitre I : Qu’est-ce-que le stress ?

  1. Définition d’origine

    1. Distinction entre stresseurs, réaction de stress et conséquences

    2. Les trois stades du stress

    3. Une fonction vitale



  1. La notion de stress aujourd’hui



  1. Les mécanismes et les manifestations du stress

    1. La dimension physiologique

    2. La dimension psychologique

    3. La dimension émotionnelle

    4. La dimension comportementale, relationnelle et sociale


Objectifs du chapitre:

1- Définir les contenus théoriques de la notion du stress ;

2- Aider les apprenants à identifier les mécanismes du stress

3-Identifier les manifestations du stress

CHAPITRE I : QU’EST- CE QUE LE STRESS?

« Le stress fait bien plus de dégât que le tabac et l’alcool »

Professeur David Servan-Schreiber

Le stress, tout le monde en parle, ou presque se sent concerné : étudiants, travailleurs, etc. Pour certains, il serait la « maladie du siècle ». Pour d’autres, il serait le « carburant de la performance ».

Le stress dans l'évolution de l'homme

A l'air préhistorique, l'homme était soumis à de très nombreux stress en raison des dangers qu'il devait sans cesse affronter pour préserver sa vie.

Les conditions de vie étaient extrêmement rudes et lorsqu'il se déplaçait en milieu hostile, il devait parfois affronter des animaux bien plus forts que lui.

Ses constantes agressions et les dangers qui le guettaient en permanence généraient des niveaux de stress très élevés. Dans un tel contexte, le stress était lié à une réaction de survie nécessaire pour la préservation de l'espèce et de l’humanité.

Tout au long de son évolution et jusqu' aujourd'hui, l'être humain que nous sommes a dû faire face à des circonstances adverses très difficiles qui ont parfois menacées son existence, tous ces évènements ont été autant de facteurs de stress.

Naturellement parmi ces évènements stressants, nombreux sont ceux qui ont engendrés des effets positifs puisqu'ils ont amené l'humanité à modifier sa manière de vivre pour rendre la situation meilleure.

Dans un tel cas, on peut dire que le stress est en effet positif puisqu'il nous invite, si nous l'acceptons, à modifier notre façon d'agir mais aussi notre façon de concevoir la réalité.

C'est cette manière d'opérer qui a conduit nos ancêtres à évoluer et transformer les circonstances adverses en opportunités de réalisation ; c'est l'héritage qui nous est transmis et qui s'est inscrit dans nos gênes.

Un héritage qui nous vient en effet de tous les êtres qui nous ont précédés dans l'histoire de l'humanité à laquelle nous sommes indissociablement liés et qui, aujourd'hui, nous apporte les connaissances dont nous avons besoin pour puiser dans nos propres capacités et ressources.

Le stress a été étudié scientifiquement depuis les années 1930 : Qu’est ce c’est que le stress exactement?

  1. La définition d’origine (du modèle classique de Selye)

L’être humain que nous sommes est en perpétuel changement. Rien n’est définitif

en l’homme, rien n’est figé, tout ce que nous croyons de nous est voué à la

transformation, c’est grâce à ce mouvement constant de nos structures

psychophysiologiques que nous pouvons évoluer et nous adapter. Si nous savons les accepter, les situations adverses, loin de nous diminuer,

peuvent nous donner les moyens de faire évoluer nos facultés d’adaptation et en

même temps notre intelligence consciente. Le stress participe largement à cette évolution à condition que nous ne le subissions pas mais que nous sachions le gérer correctement.

Selon Hans Selve, le chercheur qui étudia et élabora le concept de stress, c’est une réaction d’adaptation non spécifique que donne le corps à toute demande qui lui est faite. « Non spécifique » signifie qu’elle est toujours la même, quelque soit le facteur de stress.

C’est en menant des études de recherche sur des rats de laboratoire quelque peu malmenés en 1936, alors médecin spécialiste en endocrinologie et chercheur à l’université Mac Gill de Montréal, que l’auteur découvrit et décrivit ce phénomène sous le nom de « Syndrome Général d’Adaptation (SGA) ».

Il s’agit de réactions d’adaptation de l’organisme à une agression. Lorsque cet état s’installe trop longtemps, il peut provoquer des symptômes psychiques ou physiques.

Étymologiquement, le mot "stress" provient du latin "stringere" : mettre en tension. En Anglais, il signifie " contrainte ". Le stress définit la situation subite par l’organisme " une situation stressante " mais aussi la réaction physique et psychique engendrée par la situation.


    1. Distinction entre stresseurs, réaction de stress et conséquences

Dans le phénomène du stress, il faut distinguer trois (3) notions :

  1. Les stimulations externes :


Ce sont les « stresseurs » néologisme de Selye.

C’est ce qui est perçu, consciemment ou non, par la personne comme étant l’élément principal déclenchant dans le phénomène de stress.

Parmi ces agents stressants, il y a:

ceux d’ordre physique : froid, chaleur, humidité, variation climatique, changements brutaux de température, coup de soleil, rayonnement, lumière, pression atmosphérique, pollution, tous les stimuli visuels, auditifs ou olfactifs, etc.
Ex de stimulus auditif : Votre patron qui vous convoque en urgence;

Ex. de stimulus visuel : la connexion Internet qui disparait au moment d’envoyer un mail urgent.
Les traumatismes et pathologies physiques : autrement dit, tout ce qui affecte le corps extérieurement ou intérieurement : choc, fracture, maladies, etc.
Les agents toxiques : empoisonnement sous différentes formes : alimentaire, par contact, respiratoire, etc.

  1. La réaction de stress :

Le stress est en fait la réaction à un agent déclenchant. Elle se traduit par un ensemble de manifestations physiques et psychologiques, comme la montée de l’adrénaline dans le corps, le sentiment de peur.

  1. Les conséquences de cette réaction :


Ce sont les douleurs d’estomac qui s’en suivent, le ton qui monte avec le patron, l’insomnie le soir même, etc. La densité varie d’un individu à l’autre et dépend de plusieurs facteurs :


  • Du degré de fatigabilité déjà existante, autrement dit, de l’état général

de la personne

  • De sa manière d’apprécier l’événement

  • De l’environnement dans lequel elle se trouve après l’événement

stressant, s’il lui permet ou non de se récupérer.

1.2 Les trois stades du stress

Selye s’est aperçu qu’en situation inhabituelle ou d’agression de toutes sortes, mais aussi en cas d’évènements positifs générant des émotions forts, l’organisme passe par trois (3) stades successifs :

  • La phase d’alarme :

C’est la réaction d’urgence. Lorsque le cerveau évalue qu’il y a un danger, le corps produit instantanément des hormones comme l’adrénaline. Immédiatement, les rythmes cardiaques et respiratoires s’accélèrent, les muscles se tendent : notre corps se prépare à combattre physiquement ou à fuir.

Utile par le passé dans la brousse face aux animaux sauvages mais pas bien à propos dans un bureau au travail.

  • La phase de résistance :

Lorsque le danger persiste dans le temps, le corps s’organise pour endurer grâce aux glucocorticoïdes comme le cortisol, qui lui apportent l’énergie pour faire face, se mobiliser et tenir bon. Le stress est encore « bénéfique » pour l’organisme à condition qu’il ne dure pas.



  • La phase d’épuisement :

Si la phase de résistance se prolonge, les ressources du corps s’épuisent peu à peu. En ce moment, les défenses naturelles s’affaiblissent et des troubles physiologiques (mal de dos, insomnies, risques cardio-vasculaires, asthme,…) ou psychologiques (irritabilité, mal-être, dépression) peuvent se manifester.

Le stress n’est pas une maladie en soi, mais il peut avoir, à ce stade, différentes conséquences néfastes, pouvant conduire à la mort.
La plupart du temps lorsque les gens subissent le stress, il le désigne de manière

générale comme une forme d’agression et l’associe à l’état physique et psychique

dans lequel ils se retrouvent suite à ces « agents » stressants.

Le stress recouvre tout un ensemble de réactions physiques et mentales

qui parfois échappe totalement à la personne. Même dans un milieu très protégé

l’enfant subit de nombreux stress. Très malheureusement nous offrons aujourd’hui à nos enfants chérubins un environnement agité dans lequel il leur est bien difficile de se trouver de « bonnes empreintes » pour construire leur futur.

Ce climat anxiogène et angoissé ne leur offre guère de perspectives heureuses et

sans le savoir par nos propres stress, nous le perpétuons à travers les générations à

venir en leur donnant des repères qui ne sont guère facteur de bien-être et de bonheur.



    1. Une fonction vitale


Le stress est, à la base, une fonction adaptative vitale de l’organisme, qui lui permet de réagir face aux situations urgentes ou dangereuses et de s’adapter. La vie consisterait à s’adapter en permanence aux changements et à trouver les meilleurs moyens de réaction adaptés. Néanmoins, les capacités adaptatives au stress ont leurs limites, variables selon les individus et influent sur la santé de chacun.
Si le stress a une connotation négative (mauvais stress), c’est qu’il est, le plus souvent, abordé sous l’angle de l’excès, de stress chronique, et pathologique sans véritable période de récupération : c’est en effet cette forme qui pose de nombreux problèmes. Il est synonyme de détresse psychologique
Il ne s’agit pas d’éliminer tout stress, mais plutôt de mieux le réguler, i.e d’adapter ses réactions au contexte, chacun à sa manière de faire face rapidement aux difficultés par un ajustement efficace et satisfaisant. C’est le bon stress.

Il en est de même à l’échelle d’une organisation, d’une entreprise. : le stress y a des spécificités qu’il s’agit d’apprendre à gérer.
« Le stress, c’est la vie ! » disait Hans Selye


  1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Objectifs du cours iconCours de fiscalite genrale objectifs Général du Cours

Objectifs du cours iconCours de kinesitherapie objectifs du cours

Objectifs du cours iconTp cours objectifs de l’activité

Objectifs du cours iconProgramme de géographie Objectifs de la séquence
«Mondialisation et dynamiques géographiques des territoires» au cours de ce seul thème introductif

Objectifs du cours iconRésumé Objectifs

Objectifs du cours iconSolution pdf Objectifs

Objectifs du cours icon1. enjeux, problematique et objectifs

Objectifs du cours iconThèse soustractive Objectifs

Objectifs du cours iconLes objectifs de cette sensibilisation

Objectifs du cours iconSolutions de concentration determinee objectifs








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com