Être dessous, tenir bon, le terme latin








télécharger 121.38 Kb.
titreÊtre dessous, tenir bon, le terme latin
page5/5
date de publication30.03.2018
taille121.38 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > comptabilité > Documentos
1   2   3   4   5

Voir aussi



L'absolu. Le changement. L'esprit. L'essence. L'événement. La matière. La pensée. Le phénomène. La réalité. Le sujet.
*
Bibliographie
Aristote, - Les Catégories, chapitre 5.

- Métaphysique, livre gamma, chapitre 2 ; livres zêta.

Boèce, Contre Eutychès et Nestorius in Traités théologiques, trad. fr., GF-Flammarion, 2000, p. 63-121.

René Descartes, - Méditations métaphysiques, Troisième méditation.

- Les Principes de la philosophie, Première partie, § 51-70.

G.W. Leibniz, - Système nouveau de la nature et de la communication des substances, GF-Flammarion, 1994.

- Discours de métaphysique.

John Locke, Essai sur l'entendement humain, livre II, chapitre 23.

George Berkeley, Principes de la connaissance humaine, Première partie, § 7-10, trad. fr., GF-Flammarion, 1991, p. 67-70.

David Hume, Traité de la nature humaine, I, I, VI « Des modes et des substances ».

E. Kant, Critique de la raison pure, Analytique transcendantal, Analogies de l'expérience.

Victor Delbos, « La notion de substance et la notion de Dieu dans la philosophie de Spinoza », Revue de Métaphysique et de Morale, 1908, p. 783-788.

J. Jalabert, La Théorie leibnizienne de la substance, PUF, 1947.

Paul Ricœur, Être, essence et substance chez Platon et Aristote, SEDES, 1982.

Jean-François Courtine, Les Catégories de l’être. Études de philosophie ancienne et médiévale, PUF, 2003, p. 55-67.

1. « Nous nommons substances [substantias] ces choses comme posées-sous [quasi subpositas] que les Grecs nomment hupo-staseis », écrit Boèce (Contre Eutychès et Nestorius in Traités théologiques, trad. fr., GF-Flammarion, 2000, p. 81)

2. Voir Le sujet.

3. Substantia a d'abord eu en latin le sens de bien-fonds, de patrimoine, de moyen de subsistance. Le sens du mot a glissé du concret à l'abstrait. Sénèque est réputé avoir été le premier à lui donner une valeur philosophique.

4. R. Descartes, Les Principes de la philosophie, Première partie, § 51.

5. Ainsi distingue-t-on la classification (rationnelle, substantielle) du classement (empirique, accidentel) - classis signifie corps d'armée en latin.

6. Voir Le changement.

7. B. Spinoza, Éthique, trad. B. Pautrat, Seuil, 1999, p. 15.

8. Voir infra.

9. Par dérivation on parle de substantialité pour désigner le caractère de ce qui offre un large contenu de pensée.

10. Aristote, Métaphysique, livre gamma 2, 1003 b 18-19.

11. Aristote, Métaphysique, livre gamma 2, 1004 a 3-4.

12. Aristote, Métaphysique, livre Z 1, 1028 b3-4, trad. J. Tricot, Vrin, 1981, p. 349.

13. Aristote, Métaphysique, 1025 a 14-15.

14. Aristote, Les Topiques, 102 b5.

15. Aristote, Métaphysique, 1028 a10, op. cit., p. 347.

16. Aristote, Métaphysique, livre delta, 1017 b13.

17. Aristote, Les Catégories, 5.

18. Aristote, Métaphysique, livre zêta, 1028 a33-34, op. cit., p. 348. La même idée est exposée dans le traité De l'âme (414 a 14-28).

19. Aristote, Métaphysique, 1029 a2-3.

20. Aristote, Métaphysique, 1029 a28.

21. Voir La matière.

22. Aristote, Métaphysique, livre zêta, 1031 a17.

23. Aristote, Métaphysique, 1038 b10sq.

24. Aristote, Métaphysique, 1039 a1-2.

25. Aristote, Métaphysique, 990 b17.

26. Aristote, Métaphysique, 1004 b10.

27. Aristote, Les Catégories, chapitre 5, 3 b 64.

28. Aristote, Les Catégories, chapitre 5, 4 a 10sq.

29. Aristote, Les Catégories, chapitre 5, 3b 33sq.


30. Aux choses qui peuvent être dans un sujet mais ne peuvent pas être dites d'un sujet (ce blanc particulier), et aux choses qui peuvent être dites d'un sujet et peuvent aussi être dans un sujet (« science », qui est dite de la grammaire, et qui existe aussi en quelque esprits), Aristote ne donne pas de nom particulier.

31. Aristote, Métaphysique, livre zêta, 1039 b27-28.

32. Le subsistere est le mode d'être des incorporels chez les stoïciens (voir note infra).

33. Nombre de penseurs médiévaux identifient l’essentia et la substance seconde, réservant le terme de substantia à la substance première.

34. La théorie stoïcienne des incorporels montre qu'une philosophie peut être corporaliste (seuls les corps existent) sans être pour cela matérialiste. Le temps, par exemple, n'est pas un corps, mais il n'est pas rien, il est quelque chose (quid). Comme le temps, le lieu, le vide, l’événement sont des incorporels qui subsistent sans être pour autant des substances.

35. Voir L’essence.

36. Thomas d'Aquin, Somme contre les Gentils, II, XCI.

37. Thomas d'Aquin, Somme théologique, question I, article 3 ; Somme contre les Gentils, I, 25,9.

38. En faisant de l’Homme (générique) la substance et des qualités dites divines ses propres attributs humains, la critique de Feuerbach opérera un renversement total par rapport à cette conception (voir La religion).

39. Pour la métaphysique classique, le mouvement est un accident qui affecte un corps substantiellement en repos. La physique inversera cette hiérarchie en évacuant le rapport de fondant à fondé.

40. Selon Avicenne, la matière, qui est pure réceptivité, est la substance passive, tandis que la forme, qui subsiste dans un réceptacle mais pas dans un sujet, est substance active.

41. Comme la substance est assimilée au sujet, l'accident est assimilé à l'attribut (dit aussi catégorème ou prédicament).

42. Saint Augustin, La Trinité VII,10.

43. Cette querelle pour un iota fera beaucoup gausser plus tard.

44. La croyance en la présence réelle donna lieu à des questions et à des hypothèses extravagantes. Puisque au même moment sont célébrés un grand nombre d'offices religieux, doit-on admettre que le corps du Christ s'émiette en une multitude d’hosties ? On se posait au Moyen Âge la question de savoir si, lorsque une souris mange l'hostie consacrée, le Christ réside en elle et elle en lui.

45. Luther a explicitement rejeté la transsubstantiation en affirmant que le pain et le vin restaient pleinement pain et vin tout en étant pleinement chair et sang de Jésus-Christ. Il a insisté sur la présence réelle (et non symbolique ou figurative) du Christ dans l'eucharistie. Toutefois, sa doctrine est différente de celle de la consubstantiation au sens strict : le corps et le sang du Christ ne sont pas contenus de manière locale dans le pain et le vin. Les substances ne sont pas unies de manière permanente, mais seulement dans le cadre du sacrement, d'où l'expression d' « union sacramentelle ». Le calvinisme défendra la doctrine de la présence pneumatique : tandis que le pain et le vin nourrissent le corps du communiant, le corps du Christ nourrit spirituellement son âme.

46. « Une chose qui existe de telle façon qu'elle n'a besoin que de soi-même pour exister », écrit Descartes dans ses Principes de la philosophie (Première partie, § 51).

47. R. Descartes, Les Principes de la philosophie, ibid.

48. R. Descartes, Méditations métaphysiques, Méditation troisième, Œuvres et Lettres, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1953, p. 293.

49. Ibid., p. 294.

50. Article 53 de la Première partie des Principes de la philosophie.

51. R. Descartes, Les Principes de la philosophie, Première partie, I, 56.

52. Pour Maine de Biran, qui pense dans la lignée de Descartes mais remplace le « je pense » par un « je veux », l'idée de substance vient du moi - en tant qu'idée simple de réflexion - où elle s'identifie au double sentiment d'une subsistance de l'effort et d'une consistance du corps. La force et la résistance organiques, qui sont deux éléments de la conscience induisent l'idée de quelque chose qui subsiste à travers le changement et l'idée d'un substratum, sujet d'attribution de toutes les modifications passives du corps. De la conscience proviennent l’idée de substance active (force-substance) et l'idée de substance passive (corps-substance) - ce qui ne signifie pas que ces idées soient subjectives : « Si la notion de substance n'était donnée ou suggérée primitivement à l'âme par le dehors, précise Maine de Biran, jamais le sujet pensant ne la tirerait de son propre sein » (Dernière philosophie : existence et anthropologie, Œuvres X-2, Vrin, 2000, p. 221).

53. Voir supra.

54. B. Spinoza, Éthique, Première partie, définition IV, op. cit, p. 15.

55. B. Spinoza, Éthique, Première partie, proposition X, ibid., p. 27.

56. B. Pautrat (traduction citée) traduit modum par « manière », ce qui lui permet d'éviter le terme de « mode ».

57. B. Spinoza, Éthique, Première partie, définition V.

58. G.W. Leibniz, La Monadologie, § 1.

59. Ibid., § 6.

60. Ibid., § 18.

61. Voir L'action.

62. Les événements liés à la notion complète d'une substance et qui constituent une série dans le temps sont comme les prédicats d'un sujet, selon Leibniz.

63. G.W. Leibniz, Discours de métaphysique, titre du § 9.

64. G.W. Leibniz, Discours de métaphysique, § 9, Vrin, 1970, p. 37.

65. G.W. Leibniz, Système nouveau de la nature et de la communication des substances.

66. G.W. Leibniz, Système nouveau de la nature et de la communication des substances, GF-Flammarion, 1994, p. 66-67.

67. Ainsi que le pensait Descartes.

68. G.W. Leibniz, Discours de métaphysique, § 12.

69. G.W. Leibniz, Discours de métaphysique, § 13.

70. J. Locke, Essai sur l'entendement humain, livre II, chapitre 23, §1.

71. Ibid.

72. J. Locke, Essai sur l'entendement humain, livre II, chapitre 23, trad. J.-M. Vienne, Vrin, 2001, p. 460.

73. Ibid.

74. J. Locke, Essai sur l'entendement humain, livre II, chapitre 27, § 2.

75. J. Locke, Essai sur l'entendement humain, livre II, chapitre 23, § 3.

76. J. Locke, Essai sur l'entendement humain, livre II, chapitre 23, § 5, op. cit., p. 463.

77. J. Locke, Essai sur l'entendement humain, livre II, chapitre 23, § 9.

78. J. Locke, Essai sur l'entendement humain, Livre II, chapitre 23, § 10.


79. Voir La matière.

80. G. Berkeley, Trois dialogues entre Hylas et Philonous, trad. fr., Aubier-Montaigne, 1970, p. 138.

81. G. Berkeley, Principes de la connaissance humaine, I, § 7.

82. Voir La matière.

83. G. Berkeley, Principes de la connaissance humaine, I, § 9.

84. Ibid.

85. D. Hume, Traité de la nature humaine I, trad. P. Saltel, GF-Flammarion, 1995, p. 60.

86. Ibid., p. 60-61.

87. E. Kant, Réflexions 4824.

88. E. Kant, Critique de la raison pure, Analytique transcendantale, AK III, 158, trad. fr., Œuvres philosophiques I, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1980, p. 914.

89. Le principe de substance a deux formulations : a) toute qualité appartient à une substance, toute propriété doit être rapportée à un être, tout prédicat appartient à un sujet ; b) tout changement doit être rapporté à quelque chose qui persiste.

90. E. Kant, Critique de la raison pure, Analytique transcendantale, AK III, 162, ibid. p. 918-919.

91. E. Kant, Critique de la raison pure, Analytique transcendantale, AK III, 164, ibid. p. 922.

92. Voir Le sujet.

93. Des traducteurs français ont proposé le néologisme de « surstance » pour mieux marquer la symétrie avec la substance.

94. Voir supra.

95. Bachelard proposait le terme d' « ex-stance » pour signifier le fait que ce qui correspond à l'ancienne « substance » n'existe que par un ensemble de déterminations externes (G. Bachelard, La Philosophie du non, PUF, 1981, p. 78).

96. « Le paysan le voit souvent, le seigneur quelquefois, Dieu jamais. Qui est-il ? ». Dans la résolution de cette énigme, la fausse piste nécessairement empruntée est la recherche d'un être particulier. La relation a été oubliée. La réponse de l'énigme est : « Son semblable ».
1   2   3   4   5

similaire:

Être dessous, tenir bon, le terme latin iconV. 3252: "li besoinz les en fait isniaux;" = la nécessité les fait aller vite
«le souci». Ce dernier est attesté en latin médévial; ce terme juridique au sens de «excuse légitime alléguée par les défaillant...

Être dessous, tenir bon, le terme latin iconLatin : travail sur l’épicurisme
«bonheur». Pour eux, le bonheur ne consisterait pas à être parfaitement comblé, mais simplement à ne pas être en situation de manque...

Être dessous, tenir bon, le terme latin iconLes données du formulaire ci-dessous doivent être remplies, puis...

Être dessous, tenir bon, le terme latin iconLes données du formulaire ci-dessous doivent être remplies, puis...

Être dessous, tenir bon, le terme latin iconElle portera entièrement sur le Recensement de la population de 2016
«recensement» vient du terme latin «recensere» qui signifie «passer en revue». Le recensement canadien est un sondage d’envergure...

Être dessous, tenir bon, le terme latin iconElle arrivera bientôt dans une boîte à lettres ou une porte de devant...
«recensement» vient du terme latin «recensere» qui signifie «passer en revue». Le recensement canadien est un sondage d’envergure...

Être dessous, tenir bon, le terme latin iconLittérature québécoise
«Les Propos du Samedi seront avec tous ceux qui voudront nous lire un échange très simple, et cordial, d’impressions, d’idées, de...

Être dessous, tenir bon, le terme latin iconLe traitement comptable des contrats a long terme
«les opérations partiellement achevées à la clôture de l’exercice (prestations de services ou fournitures de biens) devraient être...

Être dessous, tenir bon, le terme latin iconChapitre 19: transmission de l’information
«bande passante» (même si le terme, emprunté à l’électronique, est impropre car IL qualifie normalement la plage de fréquence restituées...

Être dessous, tenir bon, le terme latin iconLeçon (2h) : Introduction à la notion de mythe Objectifs : Prendre...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com