Comme les autres pays européens, la France fait aujourd’hui face au vieillissement de sa population. Dans un contexte de forte prévalence des maladies








télécharger 34.08 Kb.
titreComme les autres pays européens, la France fait aujourd’hui face au vieillissement de sa population. Dans un contexte de forte prévalence des maladies
date de publication19.05.2017
taille34.08 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > comptabilité > Documentos



Date du jour
IFSI
[Titre du document]

[Sous-titre du document]

Auteurs


Mots clés :


Introduction

Comme les autres pays européens, la France fait aujourd’hui face au vieillissement de sa population. Dans un contexte de forte prévalence des maladies chroniques, les enjeux individuels et collectifs de ce vieillissement sont très importants : prévenir le risque de perte d’autonomie, maintenir la qualité de vie des personnes, si possible à domicile, pour permettre à tous de vivre le plus longtemps possible en bonne santé. Dans cette perspective, actualiser et préciser notre connaissance des populations âgées et de leurs comportements de santé est indispensable. C’est pourquoi l’Inpes vous propose aujourd’hui cet ouvrage qui analyse les données de l’enquête Baromètre santé 2010 pour faire le point sur les comportements, attitudes et connaissances en santé des personnes âgées de 55 à 85 ans1. Grâce à la taille de son échantillon et à la diversité des thématiques abordées, le Baromètre santé est un outil de travail précieux pour l’ensemble des acteurs en lien avec les populations âgées, qu’ils soient élus, décideurs, professionnels de santé, aidants proches ou bénévoles.

Selon les résultats de notre enquête, les 55 85 ans portent une appréciation plutôt positive sur leur santé. Leur perception des informations sur la santé qu’ils reçoivent, par différents canaux, est plutôt bonne même si l’enquête a par ailleurs permis de relever un certain nombre de craintes. Leurs principaux comportements de santé sont les suivants : la prévalence tabagique des 55 85 ans se situe bien en deçà de celle observée parmi les plus jeunes et diminue avec l’avancée en âge, l’arrêt du tabac étant observé en moyenne autour de 40 ans. En revanche, la consommation quotidienne d’alcool des 55 85 ans reste préoccupante. Leur santé mentale apparaît comme fragile : une personne de 55 85 ans sur cinq déclare avoir récemment vécu un trouble psychique (détresse psychologique, épisode dépressif caractérisé ou pensées suicidaires) et plus de la moitié d’entre elles déclarent avoir eu recours à un médicament psychotrope dans l’année. Les chutes, qui constituent l’un des principaux problèmes de santé liés à l’âge, concernent plus d’une personne sur cinq dans l’année, avec des conséquences parfois tragiques. Dans un registre plus positif, les 55 75 ans affichent des comportements nutritionnels favorables, tant par la diversité de leur alimentation que par l’activité physique. Ces résultats apparaissent sur certains points encourageants mais reflètent néanmoins une grande inégalité. Comme dans le reste de la population, le niveau d’éducation, la situation financière ou encore la participation sociale influencent la perception et les comportements de santé des 55 85 ans.

Vers une meilleure connaissance des comportements de santé des aînés

Répartition de la population

Selon le bilan démographique 2012 de l’Institut national de la statistique et des études économiques, au 1er janvier 2013, les personnes âgées d’au moins 65 ans ou plus représentent 17,7 % de la population française1, proportion comparable à la moyenne européenne. Selon les projections, en 2050, 26,2 % de la population aura plus de 65 ans et la part des 75 ans et plus atteindra 15,6 %. L’espérance de vie atteint désormais 78,4 ans pour les hommes et 84,8 ans pour les femmes [1]. L’allongement de la durée de vie et le vieillissement de la population résidant sur le territoire français pose de fait un certain nombre de défis à la collectivité. Le premier d’entre eux est sans doute d’accompagner ces années de vie supplémentaires par rapport aux générations précédentes et le second, de faire en sorte qu’elles soient le plus longtemps possible sans incapacité et, si possible, heureuses. Ainsi, même si les femmes vivent toujours nettement plus longtemps que les hommes, elles passent de plus en plus de temps avec des limitations d’activité [2].

Les partenariats

L’Inpes développe et soutient une série de partenariats avec les acteurs institutionnels, associatifs ou privés qui mènent des actions de prévention et d’éducation pour la santé en direction des personnes âgées. En 2011, une convention de partenariat entre la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav) et l’Inpes a ainsi été mise en place avec l’objectif de renforcer l’information et la sensibilisation des retraités, de leur entourage et des professionnels concernés par le vieillissement en santé. La tranche d’âge analysée dans cet ouvrage, les 55 85 ans, permet d’embrasser l’ensemble des situations très hétérogènes évoquées précédemment. En effet, que ce soit le passage à la retraite – étape clé de l’avancée en âge marquée par une augmentation du temps libre, un resserrement des activités, une redéfinition des priorités de vie, mais aussi un risque d’isolement – ou d’autres situations de vulnérabilité physique, psychologique et/ou sociale qui peuvent apparaître à différents moments, tous ces événements renvoient à la nécessité de s’adapter au changement. Cette vaste période de vie constituée de diverses séquences nécessite donc d’obtenir un grand nombre d’informations sur les attitudes, comportements et modes de vie. Il ne s’agit pas, bien sûr, de résumer ces situations en quelques chiffres, mais plutôt de proposer des ordres de grandeurs et d’étudier les facteurs associés aux pratiques comme autant de notions qui permettent de poser le débat sur des données plus solides que des idées reçues ou des partis pris qui ne seraient pas toujours fondés.

Sentiment d’information et craintes en matière de santé

Présentation

L’avancée en âge s’accompagne de changements qui affectent tout autant les caractéristiques personnelles des individus (physiques, cognitives, psychiques…) que certaines caractéristiques de leur appartenance sociale (notamment l’activité professionnelle) [1]. Plusieurs enquêtes ont montré que la deuxième moitié de la vie d’adulte est bousculée par des tournants de différentes natures pouvant être rattachés à des évènements professionnels (changement de cap dans la carrière professionnelle, passage à la retraite), des évènements familiaux (naissance de petits-enfants, décès de proches), ou des évènements de santé (apparition de maladie affectant soi-même ou ses proches) [2]. Le genre, l’âge et la catégorie sociale peuvent être des facteurs déterminants dans l’appréciation de ces changements de vie. En effet, pour les hommes, par exemple, le marqueur psychique du vieillissement est souvent lié à la perte du statut professionnel ; les femmes sont plus sensibles aux évènements qui vont questionner leur identité féminine [3]. En ce qui concerne l’âge, la perte de statut professionnel marque davantage un tournant dans la vie des quinquagénaires et des sexagénaires que la santé ; pour les octogénaires, c’est la santé qui occupe une place prépondérante dans les changements de la vie car elle leur impose un certain nombre d’aléas [2]. Enfin, la catégorie sociale est aussi un critère décisif de la qualité de vie des seniors : la « double peine » des ouvriers (vie professionnelle plus éprouvante et espérance de vie réduite par rapport à d’autres CSP) a par exemple été largement démontrée par de nombreux travaux [4].

Sentiment d’information en matière de santé

La perception du degré d’information des personnes âgées de 55 à 85 ans a été mesurée à l’aide de la question « Pour chacun de ces grands thèmes de santé2, avez-vous, personnellement, le sentiment d’être informé ? » Les enquêtés se positionnent sur une échelle de Likert : « très bien », « plutôt bien », « plutôt mal », « très mal » informé, « ne sait pas ». Pour faciliter l’analyse, les modalités ont été regroupées en « bien informé » (regroupant « très bien » et « plutôt bien ») et en « mal informé » (regroupant « très mal », « plutôt mal » et « ne sait pas »). La perception de l’information sur le cannabis a volontairement été exclue de l’analyse car cette pratique concerne une faible proportion de personnes âgées de 55 à 85 ans.

Un sentiment d’information plutôt élevé

Parmi les douze grands thèmes de santé publique abordés, trois tendances se dégagent en termes de perception de son degré d’information. Des différences de perception du sentiment d’information apparaissent entre les hommes et les femmes de 55 à 85 ans [figure 2] : les femmes ont un sentiment d’information significativement plus élevé que les hommes à propos de la dépression. En revanche, pour deux thèmes, le sentiment d’information s’améliore significativement avec l’avancée en âge. En effet, certaines maladies ont un écho plus important auprès des personnes âgées de 65 à 85 ans qu’auprès des personnes de 55 à 64 ans : c’est le cas des risques de santé liés à l’environnement

Les facteurs qui influencent le degré d’information

Après ajustement, il apparaît que les personnes ayant un diplôme supérieur ou égal au bac se sentent mieux informées sur l’alcool (OR=2,1 ; p<0,01), le tabac (OR=2,4 ; p<0,001), le cancer (OR=1,8 ; p<0,01), la maladie d’Alzheimer (OR=1,6 ; p<0,01), la contraception (OR=1,5 ; p<0,05) et le sida (OR=1,5 ; p<0,05) [tableau I]. La perception de l’enquêté sur sa situation financière s’avère étroitement liée à la perception de son degré d’information. En effet, les personnes se déclarant sans difficulté financière expriment un sentiment d’information plus élevé pour l’alcool (OR=1,7 ; p<0,01), le tabac (OR=1,7 ; p<0,05), les maladies professionnelles (OR=1,5 ; p<0,05) et les vaccinations (OR=1,4 ; p<0,05).

Les craintes en matière de santé

La perception de sa santé au travers des différentes craintes exprimées par les personnes âgées de 55 à 85 ans a été mesurée à l’aide de la question suivante : « Parmi ces différents risques et maladies5, dites-moi si vous les craignez, pour vous-même, pas du tout, un peu, pas mal ou beaucoup. » Comme pour le niveau d’information, les enquêtés se sont positionnés sur une échelle de Likert : « pas du tout », « peu », « pas mal », « beaucoup », « ne sait pas ». Une autre modalité de réponse pour l’enquête consistait à dire spontanément « avoir la maladie ». Pour faciliter l’analyse, les modalités ont été regroupées en deux catégories : « ne pas avoir de craintes » (regroupant « pas du tout », « peu » et « ne sait pas ») et « avoir des craintes » (regroupant « pas mal » et « beaucoup »). Pour certaines maladies ou certains grands thèmes de santé publique, il est également possible de comparer les craintes et le sentiment d’information. C’est le cas pour l’alcool, le tabac, les maladies professionnelles, le cancer, la maladie d’Alzheimer et les nouvelles épidémies.

Des disparités selon le sexe et l’âge

Parmi les dix grands risques de santé publique évoqués, trois grandes tendances se dégagent en termes de craintes. Une faible proportion de personnes âgées de 55 85 ans déclare « avoir des craintes » (« beaucoup » ou « pas mal ») concernant les maladies dues à l’alcool (10,6 %) et au tabac (17,7 %), les maladies professionnelles (12,9 %), les nouvelles épidémies (26,1 %) ainsi que les accidents de la vie domestique (24,8 %) :

Critères

Valeur

Alcool

10

Tabac

17

Maladies professionnelles

12

Nouvelles épidémies

26

Accidents domestiques

24

Les facteurs qui influencent le niveau de crainte

Après ajustement, il apparaît qu’avoir un faible niveau de diplôme s’avère étroitement lié à un niveau de crainte plus élevé. En effet, les personnes sans diplôme ou ayant un diplôme inférieur ou égal au bac sont, en proportion, plus nombreuses à avoir des craintes sur les accidents de la vie domestique, les nouvelles épidémies et les maladies professionnelles [tableau IV].Dépression, détresse psychologique et pensées suicidaires

Introduction

Dans un contexte de vieillissement de la population française et d’augmentation de la part des troubles de santé mentale dans la charge totale de morbidité, ce chapitre vise à présenter un premier état des lieux de la santé psychique des personnes âgées de 55 à 85 ans en France. Cet état des lieux s’appuie sur l’exploitation et l’analyse de trois indicateurs du Baromètre santé 2010.

Les facteurs déterminants

La survenue d’un état de détresse psychologique au cours des quatre dernières semaines ; la survenue d’un épisode dépressif caractérisé (EDC) au cours des douze derniers mois ; et enfin la survenue de pensées suicidaires au cours des douze derniers mois. Une analyse des facteurs associés ainsi que des données de recours aux soins complètent ces premiers résultats. Chez les 55 85 ans, une femme sur quatre et un homme sur dix ont récemment vécu une période de détresse psychologique ou souffert d’un EDC ou pensé à se suicider au cours des douze derniers mois. Quel que soit le trouble considéré, les prévalences sont systématiquement plus élevées chez les femmes. Parmi les trois états de mal-être renseignés dans notre enquête, le plus prévalent est la détresse psychologique, qui concerne 17,2 % des 55 85 ans, suivi de l’EDC (4,4 %) et des pensées suicidaires (3,5 %). Un résultat intéressant, en particulier pour la prévention et le repérage du risque suicidaire, concerne le lien qu’entretiennent les pensées suicidaires avec les deux autres indicateurs selon le genre : alors que 90 % des femmes exprimant des idées suicidaires ont vécu un EDC ou sont en détresse psychologique, chez les hommes, la moitié de ceux qui déclarent des pensées suicidaires ne reportent ni détresse psychologique ni EDC.

Les facteurs associés

Concernant les facteurs associés, le fait d’être plus jeune (55 64 ans), d’être dans une situation financière difficile, de vivre seul, ainsi que d’être physiquement diminué par une maladie chronique ou un handicap depuis au moins six mois sont globalement liés aux trois troubles considérés. Ces résultats suggèrent des pistes de réflexion pour la prévention. Ils sous-tendent notamment les initiatives visant la promotion du lien social et les actions auprès des personnes âgées touchées par une limitation fonctionnelle. Les données de recours aux soins indiquent que près de la moitié des personnes âgées de 55 à 85 ans présentant au moins un trouble ne déclarent aucun recours aux soins au cours des douze derniers mois. Cette tendance est plus importante chez les hommes (61,3 %) que chez les femmes (40,8 %). Parmi les deux types de recours aux soins observés (psychothérapie et médicaments psychotropes), c’est la prise de médicaments psychotropes qui domine sur la psychothérapie. Plus de la moitié des personnes concernées par au moins l’un des trois troubles déclarent avoir consommé des médicaments psychotropes, contre moins de 9 % déclarant avoir suivi une psychothérapie. En 2010, les personnes âgées de 55 75 ans sont en proportion moins nombreuses à recourir aux psychothérapies en cas d’EDC (11,9 %) qu’elles ne l’étaient en 2005.

Une vraie évolution

Cette évolution est liée à une diminution importante du recours aux psychothérapies chez les femmes, notamment sur la tranche d’âge 55 64 ans. Sur la même période, alors que le recours aux psychothérapies a globalement diminué, le recours aux médicaments psychotropes a quant à lui augmenté de façon significative (52,0 % des personnes ayant vécu un EDC avaient recours aux médicaments en 2005 vs 66,1 % en 2010). Enfin, concernant l’évolution de la prévalence des EDC, nos résultats suggèrent une tendance globalement stable avec cependant une évolution à la baisse entre 2005 et 2010 chez les 65 75 ans (4,7 % en 2005 vs 2,9 % en 2010).

Accidents de la vie courante et chutes

Près d’une personne sur dix de 55 85 ans (7,8 %) déclare avoir subi au cours des douze derniers mois au moins un accident suffisamment grave pour avoir entraîné une consultation médicale ou hospitalière, sans différence entre hommes et femmes. Le nombre moyen d’accidents évolue de façon significative avec l’âge. La probabilité d’avoir été victime d’un accident au cours des douze derniers mois est associée à la présence d’une maladie chronique et aux situations de détresse psychologique. Les personnes ayant subi un accident déclarent essentiellement des chutes (56,5 %) et des chocs (14,4 %). Les autres types d’accidents (coupure, brûlure) sont cités nettement plus rarement, par moins d’une personne sur dix. Un quart (25,1 %) des femmes âgées de 55 à 85 ans et 17,4 % des hommes de la même tranche d’âge déclarent qu’il leur est arrivé de tomber au cours des douze derniers mois. Parmi les femmes, la fréquence des chutes diminue entre 70 et 74 ans alors qu’elle reste globalement stable chez les hommes. Enfin, parmi les personnes qui sont tombées, une sur deux (51,3 %) a chuté plus d’une fois au cours de l’année. Pour tous, le risque de chuter est plus important chez les personnes possédant un niveau élevé de diplôme ; pour les hommes, la consommation d’alcool augmente également le risque de chuter ; pour les femmes, la présence d’une maladie chronique et le surpoids sont également significativement associés à un risque plus élevé de chuter. Le fait d’avoir chuté au cours des douze derniers mois est significativement associé à de moins bons scores de qualité de vie mesurés avec le profil de santé de Duke. Par ailleurs, le fait d’avoir chuté est significativement lié à la présence d’au moins une incapacité dans les actes de la vie quotidienne, et à l’aide reçue de la part d’un membre de la famille, d’amis ou de voisins. Environ un tiers (30,3 %) des personnes déclarant être tombées au cours des douze derniers mois (32,4 % parmi les femmes et 26,6 % parmi les hommes) déclarent avoir consulté un médecin suite à leur chute, et ces fréquences augmentent avec l’avancée en âge. Près d’un cinquième (19,5 %) des personnes de 55 à 85 ans déclarent avoir limité leurs déplacements par peur de retomber. Les déclarations de troubles de l’équilibre augmentent avec l’âge : 10,0 % des 55 64 ans vs 21,5 % des 75 85 ans déclarent souffrir de troubles de l’équilibre ou de vertige.

Conclusion

Les plus de 60 ans sont nombreux (23,3 % de la population française) et vivent longtemps. La retraite et le grand âge ne sont plus réservés à une minorité de la population. En 2011, l’espérance de vie à 60 ans était en France de 22,5 ans chez les hommes et de 27,3 ans chez les femmes. Cet allongement de la longévité a des conséquences dans de nombreux domaines, notamment social, économique et culturel. Le vieillissement a aussi un impact sur l’état de santé des personnes et des populations. Certains experts, constatant l’augmentation de la prévalence des maladies chroniques avec l’âge, craignent une expansion de la morbidité.

Nom

Age

Satisfaction

A

85

56

B

90

25

C

95

73

D

100

94

E

105

27

D’autres soulignent au contraire la progression régulière de l’espérance de vie en bonne santé après 60 ans. Les personnes âgées, de leur côté, oscillent aussi entre deux sentiments : l’un caractérisé par une vision catastrophique du vieillissement et de la vieillesse, par peur de voir leur santé se dégrader progressivement ; l’autre caractérisé par une vision angélique, par l’espoir d’arriver au bout de leur vie sans déficience ni incapacité en ayant pu accomplir leurs projets. Les représentations sociales commandent en grande partie les pratiques de santé2.

Annexes

http://www.actualitix.com/wp-content/uploads/2012/06/esperance-de-vie-departement.png


similaire:

Comme les autres pays européens, la France fait aujourd’hui face au vieillissement de sa population. Dans un contexte de forte prévalence des maladies iconBilingual press release fr/en
«Une journée internationale permet de sensibiliser toute la population. Aujourd’hui, les européens ignorent qu’une telle pratique...

Comme les autres pays européens, la France fait aujourd’hui face au vieillissement de sa population. Dans un contexte de forte prévalence des maladies iconExtrait des Contes merveilleux des pays de France, Ed. Iona
...

Comme les autres pays européens, la France fait aujourd’hui face au vieillissement de sa population. Dans un contexte de forte prévalence des maladies iconLe vieillissement de la population (9). L’espérance de vie (10)....

Comme les autres pays européens, la France fait aujourd’hui face au vieillissement de sa population. Dans un contexte de forte prévalence des maladies iconProgramme Histoire et civilisations
«Peut-être arrivera-t-il bientôt dans la manière d’écrire l’histoire ce qui est arrivé dans la physique. Les nouvelles découvertes...

Comme les autres pays européens, la France fait aujourd’hui face au vieillissement de sa population. Dans un contexte de forte prévalence des maladies iconRésumé : L’article s’intéresse au phénomène croissant de cadrage...
«Mutations en cours dans la régulation éthique de la recherche : quels enjeux pour les recherches en ethnomarketing ?»

Comme les autres pays européens, la France fait aujourd’hui face au vieillissement de sa population. Dans un contexte de forte prévalence des maladies iconParcours : un clip interactif en forme de campagne de prévention contre le cyber-harcèlement
«voyous virtuels», d’autres adolescents. La communication dont IL est question se fait par claviers interposés et elle s’oppose,...

Comme les autres pays européens, la France fait aujourd’hui face au vieillissement de sa population. Dans un contexte de forte prévalence des maladies iconChapitre 4 : L’Entre-Deux-Guerres
«Avant IL y avait une sdn, aujourd’hui IL n’y a que des pays» dénonçant le protectionnisme et le début des xénophobies

Comme les autres pays européens, la France fait aujourd’hui face au vieillissement de sa population. Dans un contexte de forte prévalence des maladies iconRésumé Aujourd’hui, les entreprises ont tendance à intégrer le consommateur...
«consomm’acteur» est vu comme un co-créateur au même titre que les ingénieurs, les designers et les marketeurs

Comme les autres pays européens, la France fait aujourd’hui face au vieillissement de sa population. Dans un contexte de forte prévalence des maladies iconProjet de facilitation du voyage lointain en fauteuil roulant
«marché» en ce qui concerne les voyages lointains en situation de handicap physique : les guides «adaptés» envisagent tous des pays...

Comme les autres pays européens, la France fait aujourd’hui face au vieillissement de sa population. Dans un contexte de forte prévalence des maladies iconWill. I. Am, Prophete en son pays ?
«Les fans de musique utilisent aujourd’hui Youtube, Facebook ou autre pour en apprendre plus sur leurs artistes favoris, et la demande...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com