Le hadîth est l'explication du Coran faite par le Prophète








télécharger 227.59 Kb.
titreLe hadîth est l'explication du Coran faite par le Prophète
page1/4
date de publication17.05.2017
taille227.59 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > comptabilité > Documentos
  1   2   3   4
hhh.jpg





Introduction à la science du Hadîth

bismillah2.jpg

 

 

Introduction

Le hadîth est l'explication du Coran faite par le Prophète (صلى الله عليه و سلم)

 

 

Dieu -ta’ala- a dit à Son Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- :
{Et vers toi, Nous avons fait descendre le Coran, pour que tu exposes clairement aux gens ce qu'on a fait descendre pour eux et afin qu'ils réfléchissent.}
Sourate 16 : Verset 44

 

Le Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- s'est élevé à cette tâche, expliquant la révélation par ses paroles, ses actes et ses acquiescements, de manière claire et explicite. C'est ce qu'on appel la sounna.


Que soient agréés les compagnons (sahaba), qui reçurent la tradition prophétique (sounna) du noble Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam-, l'ont assimilée et transmise aux musulmans, telle qu'ils l'ont entendue, exempte de la disgrâce de la falsification et de la transformation.


Que la grâce et le pardon soient accordés aux pieux prédécesseurs (salafs) qui se sont transmis la sounna de génération en génération, ont instauré, en vue de sauvegarder l'exactitude de sa transmission et son énonciation, l'exactitude des règles et des contraintes précises, excluant ainsi la falsification des déformateurs.

Que la meilleure rétribution soit donnée à ceux qui ont succédé aux prédécesseurs, parmi les savants musulmans ayant acquis d'eux les bases de la transmission de la sounna et ses règles, les ont simplifiées, classées et réunies dans des ouvrages séparés, dont on a ensuite appelé l'ensemble « Science des Normes du Hadith ».

 

 


Aperçu historique sur la naissance et l'évolution de la science du Hadith

 

 

Tout chercheur avisé peut constater que les bases et fondements essentiels de la Science de la Révélation et de la Transmission des informations traditionnelles se trouvent dans le Livre auguste de la Tradition prophétique [sounna]. Ainsi, dans le noble Coran :
{ô vous qui avez cru ! Si un pervers vous apporte une nouvelle, voyez bien clair [de crainte] que par inadvertance vous ne portiez atteinte à des gens et que vous ne regrettiez par la suite ce que vous avez fait.}

Sourate 49 : Verset 6

 

 Quand à la sunnah, on peut y relever le dire du Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- : « Dieu agrée un homme qui nous a entendu dire quelque chose et l'a transmis comme il l'a entendu. Car il se peut souvent, que celui à qui l'on transmette saisisse mieux que celui qui a entendu » [At-Tirmidhi]


Et dans une autre relation du hadith : « ...Car il se peut souvent que le porteur de connaissance religieuse transmette à qui est plus savant que lui et que souvent, le porteur de connaissance ne soit pas savant » [At-Tirmidhi, Abou Dâwoûd, Ibn Mâja et Ahmad]

 

Ainsi, dans ce noble verset et cet illustre hadith, figure le principe de la vérification des informations, comment les traiter avec vigilance, les comprendre, et la précision dans leur transmission à autrui.

 

A partir de ce commandement, venant de Dieu, le Très Haut, et son Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- les Compagnons -qu’Allah les agrée- vérifiait scrupuleusement la transmission de la sincérité du transmetteur. De là, se présenta la question de la chaîne des transmetteurs et son importance en regard de l'acceptation du Sahîh de Mouslim, d'après Ibn Sîrîn -qu’Allah lui fasse Miséricorde-, son propos suivant : « Avant, ils ne posaient pas de questions sur la chaîne des transmetteurs [isnâd], mais lorsque l'épreuve corruptrice [fitna] apparut, ils dirent alors : « Nommez-nous vos hommesSamiy-u lana rijalakoum (transmetteurs de l'information) ».
S'il s'agissait des gens de la sounnah, on acceptait leur hadith ; s'il s'agissait de gens de l'innovation religieuse, alors on ne prenait pas leur hadîth en considération." (introduction du Sahih de Mouslim)

 

De plus, comme l'information ne pouvait être acceptée qu'après la connaissance de sa chaîne de transmission, apparut alors la Science de la critique et de l'agrément [ jarh wa ta’dîl ] des transmetteurs, la connaissance des chaînes continues ou interrompues, des défauts subtils. Ainsi, on commença à émettre des réserves sur quelques transmetteurs, mais à une faible proportion, car rares étaient les rapporteurs désavoués en ces temps premiers.

 

Ensuite, les savants approfondirent ce domaine, au point que se multiplièrent les sciences ayant trait au hadith et sa maîtrise, comment le transmettre et le rapporter, l'abrogeant de l'abrogé, celui à caractère singulier, etc. Cependant, tout cela était traité oralement par les savants.

 

Puis, la question évolua et ces Sciences furent transcrites et enregistrées ; néanmoins, cela se trouvait en des endroits éparts de livres traitant aussi d'autres sujets, comme le Dogme, le Droit, et la Science du hadith, comme le Livre de l'épître [ar-Risâla] et le Livre fondamental [al-Oum] de l'imam ach-Châfi'i.

 

Enfin, lorsque les sciences parvinrent à leur maturité, que furent énoncées les règles et les définitions et que toutes les matières furent indépendantes les unes des autres, cela au quatrième siècle de l'Hégire, les savants séparèrent alors la Science des Normes et définitions du hadîth [moçtalah] en ouvrage indépendant. Un des premiers à avoir ainsi réservé un ouvrage en la matière, fut le juge Abou Mohammad al-Hasan Ibn Abd ar-Rahman Ibn Khâlid ar-Râmahormouzi, décédé en l'an 360 H., et son livre « al-mouhaddith al-fâçil bayn ar-râwi wa al-wâ'i » [le connaisseur du hadith discernant un transmetteur défini d'un récepteur réfléchi].






Définitions des termes utilisés dans la science du hadîth

 


Le hadîth
 

a) Au sens propre : synonyme de « jadîd » au sens de nouveau. Son pluriel est « ahâdîth », contrairement à la construction régulière.

 

 

b) Au sens terminologique : ce qui est rapporté du Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- comme paroles, actions, acquiescements ou caractéristiques.

 

 

La sounna

 

 

a) Sens linguistique: La voie, qu'elle soit bonne ou mauvaise.

 

 

b) Sens chez les savants du [ousoûl]: Toute parole, acte, ou consentement rapportés de manière sûre du Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- pouvant être une preuve dans la législation.

 

 

c) Sens chez les savants de la jurisprudence [fiqh]: Tout ce qui est rapporté de manière sûre du Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- sans que ce soit une obligation.

 

 

d) Sens chez les savants du hadîth: Tout ce qui est rapporté du Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- comme parole, acte, consentement, ou description physique et morale; et cela avant ou après le début de la révélation.

 

 

La science des normes du hadîth [moustalah]

 

 

C'est une science composée de sources référentielles et de règles, par laquelle on connaît l'état de la chaîne des transmetteurs de l'information et de l'énoncé de l'information, de manière à l'accepter ou à la refuser.

 

Son domaine est la chaîne des transmetteurs et l'énoncé de l'information traditionnelle, de manière à l'accepter ou à la refuser.

 

Son intérêt est de discerner l'authentique du défaillant parmi les ahadîth.

 

 

L'information traditionnelle [al-khabar]

 

 

a) Sens propre : l'information, au pluriel : « akhbâr »

 

 

b) Sens terminologique. Il y a trois avis :

 

 

1. Il a le même sens que le hadîth, c'est-à-dire qu'ils ont le même sens terminologique.

 

 

2. Il lui est différent. Ainsi, le hadîth est ce qui provient du Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- tandis que l'information [al-khabar] est ce qui provient d'un autre que lui.

 

 

3. Son sens est plus général que le hadîth. Ainsi, le hadîth est ce qui provient de l'Envoyé -salla Allahou ‘alayhi wa salam- et l'information traditionnelle ce qui provient de lui ou d'un autre que lui.

 

 

L'information traditionnelle au sens large [al-athar]

 

 

a) Sens propre : « athar » signifie ce qui reste de la chose.

 

 

b) Sens terminologique : il y a deux avis :

 

 

1. même sens terminologique que le hadîth.

 

 

2. différent de lui : c'est ce qui est rapporté des compagnons [Sahâba] et des Suivants [tâbi'în], comme paroles ou actes.
La chaîne des transmetteurs [al-isnad]
 

Elle a deux significations :

 

 

a) C'est imputer le hadîth à son locuteur, en relatant la succession des transmetteurs.

 

 

b) C'est la succession des personnes conduisant à l'énoncé du hadîth. En cela, il a le même sens que « sanad ».

 

 

La chaîne de transmission [al-sanad]

 

 

a) Sens propre : synonyme de support [mou'tamad]. Appelé donc ainsi, car le hadîth s'appuie et repose sur elle (la chaîne des transmetteurs).

 

 

b) Sens terminologique : la chaîne des hommes conduisant à l'énoncé de l'information traditionnelle.

 

 

L'énoncé de l'information traditionnelle [al-matn]
 

a) Sens propre : lieu quelconque de la terre, dur et élevé.

 

 

b) Sens terminologique : l'énoncé des termes de l'information traditionnelle, à la suite de la chaîne des transmetteurs.

 

 

La référence [al-mousnad]

 

 

a) Nom passif, au sens d'être rapporté à quelque chose.

 

 

b) Sens terminologique : trois significations.

 

 

1. Tout livre dans lequel est réuni ce qui est attribué à chaque compagnon, séparément, comme relations d'informations traditionnelles.

 

 

2. Le hadîth remontant jusqu'au Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- dont la chaîne de transmetteurs est continue.

 

 

3. A le même sens que « sanad » [chaîne de transmetteurs]

 

 

Le rapporteur de chaîne de transmetteurs [al-mousnid]
 

Celui qui rapporte le hadîth avec sa chaîne de transmetteurs, qu'il en ait une science ou qu'il se borne simplement à la rapporter.

 

 

Le connaisseur du hadîth [al-mouhaddith]
 

Celui qui s'occupe de la Science du hadîth en la rapportant, et aussi en la maîtrisant, et qui a connaissance de nombreuses relations d'informations traditionnelles et de l'état de leurs transmetteurs.

 

 

L'érudit [al-hâfiz]

 

 

Deux avis :

 

a) même sens que le « mouhaddith » [connaisseur du hadîth].

 

 

b) il est à un rang plus élevé que le « mouhaddith », de sorte que ce qu'il sait de chaque génération de transmetteurs l'emporte sur ce qu'il ignore.

 

 

L'autorité [al-hâkim]

 

 

Celui dont la Science recouvre l'ensemble des hadîth, de sorte que seul un nombre restreint d'entre eux, lui manque. C'est l'opinion de certains savants.

 

 

Science du Hadîth

 

 

On entend par science du Hadîth, la parfaite connaissance de l'énoncé des hadîths, de leur chaîne de transmission jusqu'au Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam-, avec la connaissance d'éventuelles imperfections ou brisures dans la chaîne de narration et également le degré d'authenticité de chaque Hadîth.

 

 

Science traitant des narrateurs du hadîth ['ilm rijâl Al-Hadîth]

 

 

Science fondamentale pour que le savant analyse les maillons de la chaîne de narration du hadîth, les noms des narrateurs, leurs surnoms, leurs titres, leurs lignées et leurs biographies.

 

 

Science dite de la Critique du Hadîth [Al-Jarh wa At-Ta'dîl]

 

 

Science minutieuse qui permet d'analyser l'authenticité du hadîth en connaissant avec précision les qualités de chaque narrateur et leur capital en terme de confiance, mémoire, savoir, honnêteté, véridicité.

 

 

Science des défauts du hadîth ['ilal Al-Hadîth]

 

 

C'est la science qui traite des défauts du Hadîth.

 

 

Le hadith [Chadh]

 

 

Al-'Iraqi -qu’Allah lui fasse Miséricorde- a dit : « Ce qui contient une irrégularité (Choudhoudh) est ce qui contredit quelqu'un qui est fiable et ce qui est abondamment préservé, et Ach-Chafi'i a vérifié cela ». (Al-Alfiya)

 

Ibn Hajar -qu’Allah lui fasse Miséricorde- a dit : « Ainsi, si une narration est opposée à ce qui est plus crédible, alors la narration correcte est ce qui a été préservé et ce qui le contredit est considéré Chadh ». (Nakhba)





  1   2   3   4

similaire:

Le hadîth est l\Prophète Muhammad, le Prophète d'Allah
Muhammad: sa vie basée sur les documents les plus anciens par MartinLings a perdu son statut d'être acclamé dans le monde entier...

Le hadîth est l\Cours 2 : Les champs de Psychologie Le découpage en «objets»
«voilà l’explication des choses» pour que ce soit une véritable explication. Pour cela IL faut des arguments, sinon des preuves

Le hadîth est l\Cours 2 : Les champs de Psychologie Le découpage en «objets»
«voilà l’explication des choses» pour que ce soit une véritable explication. Pour cela IL faut des arguments, sinon des preuves

Le hadîth est l\Les miracles de Mohammed
«Gloire à mon Seigneur! Je ne suis qu’un simple mortel, envoyé par Dieu à mes semblables.» (Coran 17: 90-93)

Le hadîth est l\Prologue
«se prosterner». Par conséquent, une masjid (mosquée) est tout lieu où l’on se prosterne. Le prophète Mohammed a d’ailleurs dit :...

Le hadîth est l\Rapporté par Mouslim
«Tu as dit la vérité. Maintenant, parle-moi de l'Excellence (al-Ihsan = الإحْسانُ)». Le Prophète – la bénédiction et le salut d’Allah...

Le hadîth est l\  la protection dela terre   Le Coran dit : (c'est...

Le hadîth est l\A l’occasion de la Saint-Valentin …
«rechristianiser». La Saint-Valentin est en un exemple flagrant : on pourrait facilement se dire que cette fête n’a aucun intérêt,...

Le hadîth est l\Le Coran, message d’un dieu criminel

Le hadîth est l\Commissaire priseur habilite me dumas – tel 04 78 02 39 81
«F», signifiant que le matériel a été testé et qu’il est en état de fonctionnement, la réclamation devant être faite dans un délai...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com