Inspirées des annales bep delagrave 99 et Réflexes bep nathan Technique 2000








télécharger 47.79 Kb.
titreInspirées des annales bep delagrave 99 et Réflexes bep nathan Technique 2000
date de publication29.03.2017
taille47.79 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > comptabilité > Documentos
Fiches pour CAP / BEP et révisions BAC PRO…

(inspirées des annales BEP Delagrave 99 et Réflexes BEP Nathan Technique 2000)
Introduction – classer des textes -

Les textes peuvent se classer de différentes manières mais en français on privilégiera deux entrées majeures :
 Tout ce qui est « littéraire » se classe par genre (et sous genres) :


Genres

Les romans - nouvelles

Les contes

La poésie

Biographie

Le théâtre

(…)

Sous-genres ou types

Policier

Fantastique

Aventure


Merveilleux

Philosophiques

Le sonnet
Les bergeries


autobiographie

Comique

Tragique

Tragi-comique

Absurde

(…)


 Mais il existe d’autres formes d’écrits que la littérature :
- Textes fonctionnels comme une lettre de motivation, un CV, un rapport de stage, une affiche préventive…

- Texte de presse comme un éditorial, un article, un fait divers…

- Textes publicitaires : slogans, publi-reportages…

- Textes personnels : lettre, journal intime…

- (…)
Et, de plus, les choses ne sont jamais aussi carrées que l’on voudrait qu’elles soient, ainsi un texte de théâtre classique peut, par bien des aspects, ressembler à un poème ou du moins en avoir quelques caractéristiques essentielles… , ainsi, un fait divers prend vite des allures de nouvelle ou, du moins, une nouvelle peut s’en inspirer…
Alors par delà les genres on a les types de texte, cinq sont à retenir et le prénom DIANE peut vous y aider s’il est utilisé en acrostiche :
D escriptif : pour décrire qqch ou qqun : voir fiche n°2

I njonctif : pour donner des conseils ou des ordres (tracts, consignes diverses…)

A rgumentatif : pour convaincre qqun : voir fiche n°3

N arratif : pour raconter qqch : voir fiche n°1

E xplicatif (ou informatif) : pour informer ou expliquer un fonctionnement : article de journal, notice d’emploi… : voir fiche n°4
Toute production écrite tendra à avoir un type de texte dominant, que l’on vous demandera soit de reconnaître, soit de produire…
Mais attention, plusieurs « type de texte » peuvent apparaître dans un écrit (une nouvelle aura une dominante narrative mais comportera la plupart du temps des passages descriptifs voire argumentatifs ou même informatifs ou injonctif…)
Ci-dessous vous trouverez un ensemble de 7 fiches ainsi classées (cliquez pour vous y rendre) :


Fiche n°1 : Le narratif

Fiche n°2 : Le descriptif

Fiche n°3 : L’argumentatif

Fiche n°4 : La presse

Fiche n°5 : La poésie

Fiche n°6 : Le théâtre

Fiche n°7 : Sur l’image




Fiche n°1 : Le NARRATIF

Genres associés




Le narratif est le type de texte privilégié du roman, de la nouvelle, des contes mais aussi des faits divers (bref tout ce qui « raconte une histoire »)

DEFINITION




Dans un texte narratif un narrateur raconte une action qui progresse dans le temps et dans l'espace. (schéma narratif)

Il cite des faits, décrit des personnages, rapporte leurs propos, commente leur comportement.
Parfois le narrateur participe à l'action, (narrateur-personnage); le plus souvent il n'en est que le témoin (narrateur effacé), et surtout il ne faut pas le confondre avec l’auteur (dans un récit – sauf autobiographique et encore - si le « je » est utilisé, c’est celui d’un narrateur (personnage fictif) et non celui de l’auteur (qui lui est réel contrairement aux personnages qui ont été inventés ou au moins déformés)

INDICES




  • Qui dit narratif dit actions (donc verbes d’action), ces actions se déroulent selon un schéma narratif

(Situation InitialeÉvénement PerturbateurPéripétiesÉvénement ÉquilibrantSituation Finale)


  • Parce qu’il y a des actions qui se suivent vous devez trouvez des indicateurs de temps (auparavant, avant, maintenant, puis, après, ensuite…)




  • Les temps du passé prédominent le plus souvent, notamment le passé simple : action entreprise et achevée, et l'imparfait : action entreprise, mais inachevée. D'autres temps du passé interviennent, notamment le plus-que-parfait qui exprime une action antérieure à une action passée.


Attention : il existe aussi des textes narratifs au présent (dit « présent de narration » accompagné du passé composé) !


  • Le récit est souvent écrit à la troisième personne et le narrateur s'efface derrière des thèmes divers (faits, lieux, objets, personnages, émotions...).




  • Le texte contient des indications précises intéressant les personnages, l'époque et le milieu.



Les POINTS DE VUE




Le regard sur l’action, sur les personnages ou sur les lieux, objets peut prendre trois formes différentes :
- Point de vue Interne : informé, mais subjectif.

 C’est le regard d’un personnage qui dit ce qu’il voit avec le filtre de sa personnalité, de son expérience (donc subjectif : centré sur le sujet). Il livre son interprétation et quand il dit qu’une jeune fille est belle ou bête (ou les deux) il n’engage que lui, d’autres auraient pu penser autrement…
- Point de vue Externe : moins compétent, mais plus objectif.

 Ce qui est dit, révélé, raconté est le plus objectif (centré sur l’objet) possible, aucune pensée personnelle n’est livrée, aucun jugement…
- Point de vue Omniscient : absolument subjectif

Ce qui est dit révèle la présence d’un narrateur qui voit tout, qui sait tout des personnages, il livre les pensées intimes de chacun, il connaît leur passé, leur futur, il est partout, dedans, dehors, il juge leurs actions, leur physique… C’est un regard divin sur des créatures marionnettes…
Fiche n°2 : Le descriptif

Genres associés



Le texte descriptif est souvent associé au narratif auquel il donne un cadre, on le trouvera donc dans les romans, les nouvelles ou les contes…

SON BUT



Le texte descriptif donne à voir aux lecteurs, un objet, un animal, un lieu. Lorsqu'il s'agit d'une personne, on parle de portrait. Le texte descriptif a pour fonction de donner un cadre à l’action, de la rendre réaliste et « trahit » le regard (objectif ou subjectif) du narrateur.

SA CONSTRUCTION



En premier lieu, le plus souvent, on nomme l'objet décrit puis on le détaille en une succession d'éléments, eux-mêmes parfois décomposés en sous-éléments (présence d’un champ lexical). Ces divers éléments de l'objet décrit sont reliés par des mots de liaison permettant au lecteur de se repérer dans l'espace (ici, là-bas, plus loin, devant, derrière, au premier plan...).

LES PROCEDÊS D'ÊCRITURE




  • Des verbes d’état : être, paraître, sembler…




  • Les temps de verbe : le présent ou l'imparfait du mode indicatif.




  • Un champ lexical dominant : ensemble de mots qui se rapportent à la même idée, réalité (champ lexical de la peur, de la guerre, de la mer…)




  • Les expansions du groupe nominal : chaque groupe nominal caractérisant un élément ou un sous-élément de l'objet décrit reçoit généralement une ou plusieurs expansions grammaticales (un adjectif qualificatif, un complément du nom, une proposition subordonnée relative) qui expriment le point de vue de celui qui décrit.




  • Les images poétiques : elles traduisent, par les connotations qu'elles suggèrent, le point de vue de l'énonciateur du texte sur l'objet décrit. Ce sont soit des comparaisons, soit des métaphores.



LES POINTS DE VUE




L'objet décrit (un personnage ou un décor) n'existe pas en soi. Il est toujours donné à voir au lecteur par l'intermédiaire d'un regard : le point de vue (voir fiche « narratif »)

Fiche n°3 : L’argumentatif

Définition




L'intervenant (ou "locuteur") exprime des idées ou des sentiments personnels qu'il s'efforce de faire partager à autrui dans l'intention de modifier son état d'esprit voire de le faire changer d’avis (de le convaincre).
Un texte argumentatif est composé de différents éléments :


  • un thème qui est le sujet général du propos posé de façon neutre (le clonage, l’adoption homosexuelle, la peine de mort…)

  • une thèse défendue (pour le clonage animal / contre la peine de mort…)

  • une thèse réfutée (la thèse adverse de celle que l’on défend : la thèse de « l’autre »)

  • des arguments (ils sont abstraits (ce sont des idées) mais ils ont une valeur générale )

  • des contre-arguments (des arguments qui contredisent la thèse défendue et soutiennent la thèse réfutée…)

  • des exemples (ils sont concrets (ce sont des faits), mais ils ne représentent que des cas particuliers)

  • des connecteurs logiques qui expriment l’opposition (mais , par contre, cependant, en revanche…), l’addition (et, de plus, par ailleurs…), la cause (parce que, puisque, en raison de…), la conséquence (si bien que, ainsi, aussi, dés lors, donc…), l’hypothèse (si, à condition que, au cas où…)


 Seuls les arguments sont capables de prouver, alors que les exemples et les faits se contentent d'illustrer.

 Un argument est unique alors qu’un exemple est substituable (on peut le remplacer par un autre qui aura la même fonction, qui illustrera également l’argument…)

Indices




  • Le présent domine, accompagné parfois du passé composé et du futur




  • Le conditionnel, le subjonctif et l'impératif s'ajoutent à l'indicatif pour exprimer les nuances de la pensée




  • Le locuteur parle ou écrit souvent à la première personne (je) puisqu'il délivre un message personnel. Toutefois, pour donner plus d'objectivité à ses propos, il s'efface parfois derrière les faits et les idées, cités à la troisième personne, ou inclue le lecteur ou l’auditeur (nous, on)




  • Le locuteur s'adresse volontiers à son destinataire (l'allocutaire - qu'il interpelle, implique et presse d'adhérer...) à la deuxième personne (tu, vous)




  • Des indices d’opinion : comparatifs (plus, moins), vocabulaire mélioratif (exceptionnel, mieux, admirable…) ou dévalorisants (impensable, horrible, détestable…), verbes d’opinion (penser, croire, affirmer…)



Idéologie




Le discours, et plus particulièrement le texte argumentatif, expriment des appréciations personnelles nées de valeurs morales, sociales, culturelles... (il ne faut pas tuer qqun dans le dos - il ne faut pas cracher par terre - le fromage ne pue pas, il embaume…)
Plusieurs indices permettent de les identifier :

  • l’implication du locuteur (moi, je, mon, nos…)

  • des adjectifs, maïs aussi des noms et des verbes, qui expriment un jugement personnel (beau/laid, bon/mauvais, juste/injuste…)

  • des adverbes et des pronoms indéfinis qui généralisent jusqu'à l'absolu (aucune, seule, tout, l’ensemble…)

  • des champs lexicaux connotés négativement ou positivement (si par exemple un ordinateur est comparé à un « machin truc bidule » ou s’il est vu comme l’avenir de l’homme…)


Fiche n°4 : la presse

Presse et type de texte




La presse est majoritairement composée d’articles. Il existe deux grandes catégories d’articles : ceux qui informent d’un événement (donc type de texte Informatif) et ceux qui expriment l’opinion d’un journaliste (donc plutôt type de texte Argumentatif)

Les articles informatifs




Le fait divers rapporte des événements, souvent locaux, qui touchent à la vie quotidienne, ils sont soit comiques, soit tragiques, soit insolites (bizarres)
La brève qui est un article très court qui rapporte une anecdote.
L’article qui développe un événement important sans jugement de la part du journaliste qui ne fait que rapporter des faits.

Les articles « argumentatifs »




L’article de fond est un texte long qui donne un point de vue sur un événement / problème important. Comme tout texte argumentatif il comporte des arguments, des exemples…
L’éditorial figure à la première page du journal (la « Une ») ou au début du magazine. Il exprime l’opinion de la rédaction (il est normalement écrit par le rédacteur en chef) sur un problème ou un événement d’actualité. Il révèle la plupart du temps l’orientation politique d’un journal.
Les critiques (ou chroniques) qui donnent le point de vue d’un spécialiste sur les nouveautés de l’édition (livres), du cinéma (films) ou du monde musical (disque).
Le courrier des lecteurs qui contient la plupart du temps des textes qui expriment l’opinion des lecteurs du journal à propos d’un article paru dans ce même journal.

Types de journaux / Magazines

Les quotidiens


Souvent marqués politiquement, ils sont nationaux comme Libération, Le Monde, Le Figaro (…) ou Régionaux comme L’Est Républicain, Ouest France, Le Dauphiné Libéré (…)

Les Périodiques


Souvent spécialisés (Sciences, Pêche, Informatique …), il sont hebdomadaires, bimensuels, mensuels, bimestriels, trimestriels, semestriels…

La composition d’un article de presse




Le titre est court et accroche l’œil du lecteur, phrase sans verbe (phrase nominale) ou jeu de mot pour être efficace

Le chapeau se trouve sous le titre et résume l’article

L’attaque est le début de l’article, elle s’efforce de retenir l’attention du lecteur pour l’inciter à continuer

La chute qui est la fin de l’article souvent constituée par un commentaire plus personnel du journaliste ou une touche d’humour

La rédaction d’un article de presse




 S’il informe l’article se doit d’être le plus objectif possible : pas de jugement, juste des faits, rien que des faits !

 S’il expose une opinion alors il doit comporter les caractéristiques du texte argumentatif (voir fiche n°3)

 Un article de presse n’est pas un texte narratif et doit être quasi-exclusivement rédigé au présent et au passé composé
Fiche n°5 : La poésie

Définition


Le texte poétique utilise un langage qui s'adresse moins à la raison qu'à l'imagination et la sensibilité.
Le texte poétique se caractérise par une mise en page (disposition particulière), une mise en images (figures de style) et/ou une mise en rythme.(des jeux sonores) mais pas forcément les trois en même temps !
Il existe des poèmes en vers (poèmes « classiques ») ou en prose (comme n’importe quel texte sauf qu’il comportera davantage de jeux sur les mots ou les sons…)

La mise en page


Les vers, réguliers ou non, sont souvent regroupés en strophes dont l'organisation est définie par la place des rimes.


  • Quelques vers à connaître :




L’hexasyllabe : 6 syllabes

L’octosyllabe : 8 syllabes

Le décasyllabe : 10 syllabes

L’alexandrin : 12 syllabes




  • Trois types de rimes


Rimes suivies / plates (aabb) ou rimes croisées (abab) ou rimes embrassées (abba)

La mise en Image


La poésie privilégie tous les moyens qui donnent à voir et à imaginer parce que :

- parce que le réel, la réalité, n’est pas toujours facile à cerner avec des mots,

- parce que parfois ce que l’on veut dire échappe au langage,

- parce que parfois l’émotion est trop forte alors le poète soit invente des mots (néologismes) soit a recours à des images poétiques pour donner à voir « autre chose ».
Entre autres images poétiques :
- la comparaison : elle est introduite par un mot-outil de comparaison ou un verbe de comparaison (« comme » mais aussi « tel » ou « ressemble à »…)
- la métaphore : c’est aussi une comparaison mais implicite, il faut deviner le lien entre les deux réalités comparées. (dans « Sur les flots dorés de tes cheveux », les cheveux sont implicitement comparés à des vagues ondulantes, on imagine leur mouvement, leur souplesse, leur brillance…)
- la personnification : c’est le fait d’attribuer à des objets, idées, animaux des caractéristiques humaines (comportement, pensées, sentiments…)
- l’oxymore : qui permet la nuance entre deux réalités opposées (« l’obscure clarté des étoiles »…)

La mise en rythme


La poésie privilégie tous les moyens permettant de réunir les mots en groupes réguliers ou irréguliers en vue de susciter un rythme évocateur :

  • des séquences de longueur variable délimitées par des accents (voix plus forte) et des pauses (arrêts de la voix)

  • des rejets, lorsque la phrase, unité de sens, ne coïncide pas avec le vers, unité de rythme, et déborde sur le suivant

  • des rimes introduisant alors un effet de ponctuation sonore

  • des mots répétés (anaphores) qui renforcent le rythme

  • ·le retour d'un même son (allitération, s'il est consonne, assonance, s'il est voyelle) qui suscite une mise en relief et approche des termes voisins



Fiche n°6 : Le Théâtre
 Tout texte théâtral a été écrit pour être lu et dit.

les paroles des personnages (à dire et à lire)




  • les répliques : des échanges de paroles




  • la tirade : une longue réplique adressée à qqun




  • le monologue : la tirade d'un personnage seul sur scène




  • le soliloque : tirade d'un personnage en présence d’autres personnages (au moins un)




  • l'aparté : des paroles adressées en particulier au public (que les autres personnages sur scène ne sont pas sensés entendre, quelquefois des pensées secrètes d’un personnage



Les didascalies de l'auteur (à lire)




Souvent en italiques dans le texte, ce sont des indications de l’auteur qui donnent au lecteur, au metteur en scène, aux comédiens, des informations sur le décor, les costumes, la distribution de la parole et les effets scéniques...

Son énonciation




  • Le discours direct

La première et la deuxième personnes pour l'émetteur et le récepteur ; la troisième personne pour le référent,

Les temps verbaux du discours : le présent, le passé composé, l'imparfait, le futur...

Des marques de lieu et de temps qui renvoient à l'énonciation du message,


  • La double énonciation théâtrale :

L
X


Y

es répliques ont toujours un double destinataire. Ex. :





PUBLIC



Grâce à cette double énonciation, le public peut rire des quiproquos (l’amant planqué dans le placard tandis que le mari rentre dans la chambre…), des méprises, ou trembler pour un des héros car il peut arriver que ce public en sache plus que les personnages eux-mêmes sur ce qui se passe exactement

Fiche n°7 : Sur l’image

similaire:

Inspirées des annales bep delagrave 99 et Réflexes bep nathan Technique 2000 iconFull text of "Annales du Midi" annales du midi �NMaLes du Midi. �...

Inspirées des annales bep delagrave 99 et Réflexes bep nathan Technique 2000 iconRésumé : Pour réussir une distribution de documents pédagogiques...
«seconde main». Le réalisme impose alors d’utiliser des systèmes d’exploitation correspondant à leurs capacités (Windows 2000, Win...

Inspirées des annales bep delagrave 99 et Réflexes bep nathan Technique 2000 iconPar Nathan
«Votez Walker !», «Faites la différence, choisissez Walker !», «John Walker, de l'avenir pour la mairie de Londres !»

Inspirées des annales bep delagrave 99 et Réflexes bep nathan Technique 2000 iconRésumé Le traitement laser est une technique irremplaçable et indispensable...

Inspirées des annales bep delagrave 99 et Réflexes bep nathan Technique 2000 iconEn l'affaire Ramirez Sanchez c. France
«le requérant»), a saisi la Cour le 20 juillet 2000 en vertu de l'article 34 de la Convention de sauvegarde des Droits de l'Homme...

Inspirées des annales bep delagrave 99 et Réflexes bep nathan Technique 2000 iconNouveau rapport technique isa-tr106. 01 «Automation procédurale pour les procédés continus»
«: Procedural Automation for Continuous Process Operations» vient d’achever son premier rapport technique isa-tr106. 01 qui devrait...

Inspirées des annales bep delagrave 99 et Réflexes bep nathan Technique 2000 iconAdresse actuelle : Faculté des Sciences et Technique-Guéliz

Inspirées des annales bep delagrave 99 et Réflexes bep nathan Technique 2000 iconRapport final pour la Délégation Interministérielle à l’Innovation...
«Le programme Nouveaux Services Emplois Jeunes en 2000 : Près du tiers des embauches effectuées par des associations», Premières...

Inspirées des annales bep delagrave 99 et Réflexes bep nathan Technique 2000 iconMission Assistance technique à la promotion du site de Bagré et à...

Inspirées des annales bep delagrave 99 et Réflexes bep nathan Technique 2000 iconAssociation pour le développement des pratiques pédagogiques
«banlieues 2000» et les nombreux autres observatoires officiels du social semblent n'avoir rien venu venir et sont d'ailleurs étrangement...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com