Conférence sur «L’apport de l’ approche psychocorporelle en psychothérapie, ainsi que dans le traitement du trauma» donnée par Michel Leroux et Lara Szyper








télécharger 31.84 Kb.
titreConférence sur «L’apport de l’ approche psychocorporelle en psychothérapie, ainsi que dans le traitement du trauma» donnée par Michel Leroux et Lara Szyper
date de publication27.03.2017
taille31.84 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > comptabilité > Documentos
Conférence sur « L’apport de l’ approche psychocorporelle en psychothérapie, ainsi que dans le traitement du trauma » donnée par Michel Leroux et Lara Szyper dans le cadre de la journée « Femmes exilées en séjour précaire ayant fui des violences : quel accompagnement ? » célébrant la 1ère année de l‘asbl Woman do fondée par Anne Graindorge qui offre un service qui intégre la thérapie EMTE dans l’accompagnement psychothérapeutique des femmes.

Bonjour,

Nous allons vous présenter l’apport de l’ approche psychocorporelle en psychothérapie, ainsi que dans le traitement du trauma, et pour cela, vous présenter l’approche Emte, un travail qui nous tient à cœur et que nous développons en individuel, en couple, et en groupe depuis une douzaine d’années.

En quelques mots d’abord, que représente ce sigle EMTE. Energétique : à savoir le domaine des champs énergétiques et des vibrations ; Massage, le domaine du corps « en chair et en os » ; Thérapie, en référence au processus psychothérapeutique ; et Eidétique : mot emprunté à la philosophie , plus particulièrement à la phénoménologie, qui symbolise ici ce qui se rapporte à l’essence de la personne, ce lieu psychique et corporel où la personne se perçoit comme étant juste, là où elle est, comme elle est.

L’Emte se veut une approche dite « holistique » de la personne. Non pas conceptuelle mais réelle, non pas sur papier mais bien dans la pratique. Il est question de réellement accompagner chaque personne dans ses différentes couches d’existence cad dans son corps physique, ses émotions, son mental et sa spiritualité; et dans les inter-relations entre ces couches. Ce processus psychothérapeutique permet à la personne de se découvrir, de se connaître, de se reconnecter à ses ressources et de les développer et, et enfin d’accepter sa condition d’être humain avec ses forces et ses fragilités.

Un aspect mis en avant par ce travail est la conscientisation .Nous accompagnons les patients à prendre conscience de leurs croyances, de leurs blessures et leurs moyens de protection, et aussi la manière dont celles-ci se se sont inscrites et continuent de s’inscrire à chaque instant dans le corps.

Tout au long de ce chemin, il s’agit ainsi de prendre conscience du lien constant entre corps et psyché. Cette conscientisation de soi nécessite de développer la pleine conscience et le non jugement de ce qui est en soi et autour de soi. Pleine conscience mieux connue aujourd’hui, que nous nommons aussi l’observateur, ou le témoin, l’instance qui permet de prendre de la distance par rapport à la souffrance. Et donc de pouvoir commencer le travail d’analyse du fonctionnement psycho-corporel.

Pour vous illustrer cette connection corps-psyché, je pense à cette femme en psychothérapie qui souffre d’obésité et qui prend conscience de comment son surpoid est venu jouer le rôle de carapace face aux nombreux abus sexuels v écus mais aussi face à une mère intrusive et un père séducteur ayant peu d’égard vis à vis des femmes et d’elle. Le fait de recevoir des soins corporels et énergétiques va l’amener progressivement à reprendre contact avec son corps, avec les anxiétés que lui pose son obésité par rapport à sa santé. et va naître aussi le désir de prendre soin de lui. Elle va commencer à se nourrir autrement , faire des exercices physiques. Ceci va s’accompagner d’une perte de poids, son image du corps, ses sensations vont se transformer, et elle va rencontrer les angoisses cachés au plus profond de son être, son angoisse de prendre sa place, de disparaître, de sa féminité et de la séduction, et aussi des sentiments de colère jamais exprimés à l’égard de sa mère et de son père.

La manière dont chacun respire, comment et où on respire ou non dans son corps, permet aussi de bien voir la connection corps-esprit car ce schéma respiratoire refléte la manière de se relationner à soi et aux autres. Une femme se met à inspirer dans son bassin et ce faisant, se reconnecte aux vécus émotionnels douloureux d’un avortement passé plus de 20 ans avant, qu’elle pensait avec sa tête avoir vécu sans difficultés « il le fallait bien », et prend tout à coup conscience de toute la peine que l’épreuve lui a causé. Un patient anxieux peut observer comment en respirant plus amplement et plus lentement , il apprend à s’apaiser. et aussi par l’inspire à se nourrir de plus d’air, de plus d’énergies, et à laisser les bonnes choses de la vie vraiment pénétrer en lui.

Une autre particularité de la méthode Emte permettant au thérapeute cette approche holistique, est qu’elle s’enrichit de nombreux modèles psychothérapeutiques , tout en restant vigilant à ne pas proposer une « bouillabaisse » d’outils et de principes, mais avec la profonde conviction que tous ces modèles sont comme des paires de lunettes différentes que nous pouvons mettre pour entendre une souffrance, une histoire, avec un regard multiple..

Pour replacer l’Emte dans son arbre de filiation, nous pouvons nommer:

  • Le modèle systémique, considérer l’individu dans son contexte socio-culturel, ses systèmes d’appartenance et son inscription transgénérationnelle

  • Le modèle psychanalytique ,principallement reichien et jungien,

  • Le modèle humaniste , nommons la gestalt, la bioénergie,

  • Le modèle cognitivo-comportementale, notamment sur le travail des croyances,

  • Et le modèle transpersonnelle avec le rebirth, la respiration holotropique, qui en appellent à la sagesse du corps et à la dimension transcendante de l’être.

Alors, loin de produire ici une liste exhaustive, voici quelques outils utilisés en Emte qui peuvent vous donner une idée de l’espace qu’il s’agit de créer pour que la personne puisse se dire, se vivre , se poser sur la table et dans les mains du thérapeute :

  • L’expérimentation cad qu’on propose des expériences au patient, par des jeux de rôles, des sculpturations , tout en lui demandant d’observer les réactions de son être (corps, esprit, émotions) …

  • L’écoute de la sagesse du corps cad en lâchant le mental et ce qu’on pense qui doit être juste, être à l’écoute de notre corps et suivre ce que lui nous dit qui est bon pour nous.

  • L’attention au moment présent

  • La relation humaine comme socle de co-construction sur une base de non jugement cad ne pas catégoriser en bien ou mal ce qu’on observe en soi, et apprendre à accepter ce qui est ; ce qui ne veut pas dire qu’on ne peut pas le modifier.

  • L’induction harmonique cad que le thérapeute commence par reconnaitre l’état émotionnel de la personne et ensuite l’amène vers un autre état. Quand un patient arrive en panique à l’idée d’aller passer un examen, le thérapeute va soutenir dans son propre champ énergétique le calme et la confiance qu’il lui transmettra alors.

  • La libération émotionnelle : permettre à la personne de se laisser aller à pleurer, rire, exprimer sa colère.

  • La symbolisation et la production de sens, à travers les rêves, les médias comme le dessin et autres.

  • Et bien sûr diverses techniques de massage

A travers tous ces outils,nous accompagnons chaque personne vers la réhabilitation de ses ressources, la récupération de son principe d’auto-guérison, la responsabilisation des ses vécus et de son histoire. Et pour ce faire, nous incluons le corps en tant que ressource, que le toucher active.

Le toucher peut apporter une réponse profondément réparatrice à une expérience manquante ou à une expérience traumatique et donc permettre la construction ou la reconstruction nécessaire à la personne.

Par exemple, le massage permet (par l’utilisation de positions, comme par ex la position allongée sur le côté en position fœtal et par des techniques/mouvements comme les bercements- le repli des jambes vers son ventre,…et par un toucher maternel ou paternel ) une régression à des dimensions très archaïques qui peuvent être réparateurs de râtés, manques, failles dans la petite enfance: être contenu, être porté , être soutenu, être manipulé.

Le toucher crée, plus rapidement que dans les approches où il est absent, une relation d’intimité, qui est en même temps une intimité humaine, au sens large de la condition humaine. Ce qui en même temps oblige le thérapeute à rester vigilant sur les transfert, qui peuvent être activé plus intensément, ou rapidement. Pour certaines personnes, le toucher peut permettre d’installer un lien affectif thérapeutique rassurant aimant apaisant contenant nécessaire à la possibilité de faire une psychothérapie.

On peut travailler de nombreuses dimensions de la relation par le toucher  et par le corps, on peut aider une personne à développer des compétences relationnelles: Par ex, une personne qui donne bcp aux autres dans sa vie mais n’est pas à l’aise elle-même de recevoir l’attention, les soins,ou même les compliments expérimentera, par la respiration et la posture, de pouvoir recevoir. Par ex, faire confiance et lâcher prise à l’aide de mobilisations passives.

Le toucher apaise ceux pour qui la rencontre avec eux même peut être angoissante : Parler , se révéler à soi-même et au thérapeute, et savoir qu’un toucher viendra après contenir l’anxiété, et calmer les souffrances. Pour d’autres, se ressentir dans son corps, se détendre, libère la parole là où elle ne se dirait pas dans le face à face verbal.

Le corps est considéré comme une porte d’accès à l’inconscient qui va s’exprimer en sensations, en émotions, en mots, en image, en souvenirs, en symptômes. Ex : Pendant un soin, le thérapeute pose une main sur le bas ventre d’une femme qui alors sent des larmes couler sur ses joues. Elle se rappelle un avortement vécu dans l’indifférence des personnes autour d’elle et dans la banalisation par elle, alors que cela ne l’était pas du tout pour elle. Le toucher ici permet la libération de l’émotion et de l’énergié résiduelle restée figée depuis 15 ans.

Le toucher redynamise la psyché : images, associations, pensées, sensations et sentiments nouveaux qui émergent différents que dans la conscience ordinaire et linéaire. Je pense à une personne qui en face à face raconte toujours de la même manière ses problèmes au bureau. Lors d’un soin, elle va quitter ce discours répétitif pour entrer en contact avec d’autres enjeux, comme sa relation de couple et ses inquiétudes pour la santé de son conjoint.

Cette porte d’accès est une notion clé de l’approche psychocorporelle, et l’Emte propose ce que l’on peut nommer « le cercle thérapeutique chaise – table ». Ce cercle thérapeutique considère le verbal comme porte d’entrée première dans le travail (même si le corps est déjà présent), qui fournit un ensemble d’informations permettant d’aller observer dans le corps et d’activer celui-ci (conscient que le verbal reste lui aussi présent), à son tour comme porte d’entrée. S’ensuit une ronde entre ces deux pôles ainsi que dans l’espace autour qui peuvent devenir un lieu d’expérimentation (en étant assis, couché, debout, en marchant,...).

Nous observons de nombreux effets thérapeutiques du toucher sur les patienst en psychothérapie :

Je vais en nommer quelques uns :

  • rencontrer le sentiment d’être respecté pas seulement dans leurs paroles mais aussi dans leur corps

  • vivre son corps différemment, découvrir peut être pour la première fois ou re découvrir le sentiment de dignité, de son importance et de sa valeur sur terre, ressentir la confiance en soi, une sécurité de base, l’amour de son corps, de soi.

  • pouvoir vivre son corps comme un lieu de plaisir et non plus uniquement comme un lieu de douleur ou de honte Le corps quitte le statut d’ennemi pour devenir un ami sur lequel on peut compter, avec lequel on peut jouer, et qui peut nous transmettre de nombreuses informations sur ce que nous vivons.

  • développer ses ressources mentales (être un bon parent pour soi, développer des voix intérieures qui prennent soin de soi, comme avec cette patiente qui à chaque fois qu’elle essaye de prendre un moment pour se détendre, entend une voix sévère en elle qui lui dit « t’as pas vu tout ce que tu dois encore faire, tu vas perdre ton temps à rien faire alors que tu as encore beaucoup de travail, t’es vraiement une feignasse,… et qui n’arrive alors pas à se donner des moments de détente. Cette femme va apprendre à développer une autre voix qui répondra à cette voix sévère en lui disant « ok je sais que j’ai encore du travail, mais c’est essentiel aussi pour moi de pouvoir reposer mon corps et mon esprit, je me mets à mal si je ne m’accorde pas de temps de relaxation et de plaisir,…) et aussi à développer ses ressources physiques (dans la gestion de sa respiration, dans l’utilisation de postures soutenantes,….) pour s’apaiser, se centrer.

  • Ecouter son corps, ses sensations et donc aussi ses émotions, permet de développer l’écoute de sa voix intérieure, de sentir ce qui est bon pour soi ou non , de mieux connaître ce qu’on aiment ou non, et de faire des choix en conséquence. Une autre patiente hésitait entre deux propositions de travail qui avaient chacune leur avantages et désavantages. En l’amenant à écouter chacune des deux propositions, tout en observant les réactions de son corps (qui se fermera, se contractera plus à l’écoute d’une des deux propositions), cela a pu l’aider à mieux sentir et voir plus clair dans le choix qu’elle voulait faire.

En ce qui concerne l’accompagnement plus spécifiques des personnes qui ont vécu un traumatisme,

Le toucher peut donner la force à la personne de continuer à vivre, de poursuivre son combat, sa route,….

Quand les mots ne sont pas encore possibles, le toucher peut déjà l’être et venir panser et cicatriser les plaies.

Dans le cas d’une expérience traumatique physique, nous constatons souvent une inscription négative, et dans la souffrance du toucher sur la psyché de la personne. Notre expérience pratique nous montre que l’inverse est vrai, le toucher inscrit, réinscrit à travers le corps une expérience du monde qui modifie en retour la psyché, le fonctionnement de celle-ci.

L’idée est de redonner à travers le toucher, et non le langage verbal, un espace de confiance en la bonté, en la bienveillance. Voici l’ exemple d’un patient qui énumère les traumas, les souffrances dont il a été victime (battu, abusé, abandonné) sans pouvoir trouver de sortie de sa souffrance, notament de l’image de lui qu’il retire comme froncièrement mauvaise… Lors d’un groupe thérapeutique, nous lui proposons un toucher par les autres participants qui en même temps reconnaissaient sa souffrance et l’enfant blessé, et le bon en lui. S’ensuit une libération émotionnelle…Il exprime alors avoir toujours su l’importance de la bienveillance envers autrui, mais ne pouvait se l’approprier dans son fonctionnement jusqu’au jour où, selon ses mots, le « shoot » de bienveillance a trouvé son chemin vers le centre de ses croyances et de ses fonctionnements habituels . La même différence entre le goût de la tarte au citron meringuée dont on discute quand on a faim, et le moment où l’on mange effectivement cette tarte……. Vous l’aurez compris, une chose est de comprendre intellectuellement, une autre est de l’intégrer dans son corps.

Lors d’un événement traumatique, une part du psychisme peut se dissocier du corps pour ne pas sentir la souffrance. L’accompagnement psychocorporel invite à réhabiter son corps, à se reconnecter pour commencer à dépasser autrement la souffrance que par la fuite, le refoulement.

Dans ce parcours de se réapproprier son corps, il s’agit aussi de récupérer son droit à l’intégrité physique. Le plus souvent, cela nécessite une redéfinition ou définition des limites corporelles et psychiques, du pouvoir interne après l’abus, qu’il ait été un abus de pouvoir, une violence institutionnelle ou socio- culturelle(comme le mariage forcé), ou encore physique (comme l’excision, les viols et coups,…) .

On observe que vivre un événement traumatique est une expérience teintée d'impuissance.

On va donc dans la psychothérapie psychocorporelle, travailler avec la personne, la rendre active, responsable,… on ne va pas lui laisser imaginer qu’on travaille sur elle et qu’elle subit notre toucher ; au contraire,  on va redonner un certain contrôle à la personne  : lui apprendre à exprimer ce qui lui convient et ses besoins ; on pourra lui demander pendant un soin corporel de décider elle-même où elle souhaite que le thérapeute pose ses mains en fonction de ses ressentis.

On va amener la personne à ce qu’elle puisse évaluer de façon plus objective le danger potentiel et pouvoir revivre certaines situations qui ne la mettent plus en danger (comme par ex être touché)

Le travail émotionnel avec les personnes qui sont fort à fleur de peau, parfois explosives, débordantes consistera notamment à leur apprendre à gérer leurs émotions (par ex : en prenant conscience de ce qui les met en colère et en développant la possibilité de le verbaliser dans la relation.) Avec les personnes dont les émotions sont tout à fait niées (sentiment d’être détachée, dissociée, engourdie, qui ont peu de vocabulaire émotionnel…), on favorisera alors le contact avec leurs émotions en travaillant leurs croyances par rapport aux émotions, en les leur reflétant quand elles sont présentes, ou encore en les mettant en contact avec leurs sensations physiques, on leur apprendra à identifier leurs émotions et à les nommer.

On leur apprendra ensuite à exprimer leurs émotions de différentes façons .

Dans le vécu d’un trauma, notre travail psychothérapeutique se base sur les travaux des éthologues qui ont observé que tous les animaux, lorsqu’ils sont en danger et qu’ils ne savent ni fuir ni attaquer, s’immobilisent, se fige. Cette réaction est involontaire ! Quand le danger est passé, l’animal, après être sorti de son état de figement par une intense réaction de fuite et/ou d’attaque, se remet à vivre normalement  et ne développe pas de trauma.

Le traumatisme est essentiellement du à la difficulté qu’ont les hommes à sortir de la réaction adaptative de figement dès que l’événement est terminé. Nous allons donc accompagner ces personnes pour qu’elles puissent libérer l’énergie résiduelle activée lors de l’évènement mais contenue en soi par le figement. Il y a cette jeune femme en psychothérapie qui revient une dizaine d’années plus tard sur un viol collectif qu’elle a vécu. Elle va revisiter le viol, et avec son accord, on va l’aider à libérer les réponses physiques, mentales et émotionnelles contenue et gelées en elle : elle va courir, crier, dire ce qu’elle pense, pour sortir de la terreur, de la passivité et s’ancrer dans l’affirmation de soi.

Pour terminer, il nous semble important de souligner la part de mystère par rapport à la guérison, à la réorganistion intrapsychocorporelle. Cette part de mystère est importante car elle peut soutenir un passage vers la foi, vers l’espoir, dont nous avons besoin pour faire face à l’existence. Et quand nous utilisons le mot foi, c’est pour le mouvement intérieur qu’elle génère, et non pour son objet (dogme, religion ou autre).

Nous souhaitons renommer l’implication de Womando dans l’ouverture qu’elle fait au psychocorporel dans la psychothérapie dans la société, qui pour nous est une évidence.

Et nous espérons ainsi avoir pu partagé un peu de notre intérêt pour l’approche psychocoprorelle en psychothérapie.

Merci à tous pour votre écoute.

similaire:

Conférence sur «L’apport de l’ approche psychocorporelle en psychothérapie, ainsi que dans le traitement du trauma» donnée par Michel Leroux et Lara Szyper iconConférence du Cercle Condorcet des Alpes-Maritimes, le mardi 22 mars 2016, donnée par madame
«être, ou devenir moral». La réflexion sur les pouvoirs de l’art exige ce détour par les terres de l’éthique

Conférence sur «L’apport de l’ approche psychocorporelle en psychothérapie, ainsi que dans le traitement du trauma» donnée par Michel Leroux et Lara Szyper iconConférence donnée par Louis Eckert, Président d’honneur de l’arah,...

Conférence sur «L’apport de l’ approche psychocorporelle en psychothérapie, ainsi que dans le traitement du trauma» donnée par Michel Leroux et Lara Szyper iconPsychologie humanitaire. Depuis 2005
«Les migrants du fait de conflits, de violence et d’atteinte aux droits de l’homme», «La torture», «Les violences sexuelles», «Approches...

Conférence sur «L’apport de l’ approche psychocorporelle en psychothérapie, ainsi que dans le traitement du trauma» donnée par Michel Leroux et Lara Szyper iconDécret portant modification du décret n°85-603 du 10 juin 1985 relatif...
«aux livres Ier à V de la quatrième partie du code du travail et par les décrets pris pour leur application, ainsi que par l’article...

Conférence sur «L’apport de l’ approche psychocorporelle en psychothérapie, ainsi que dans le traitement du trauma» donnée par Michel Leroux et Lara Szyper iconApproche systémique de l’expérience japonaise de Carlos Ghosn décrite...
«le peuple») avant une présentation officielle du plan de renaissance de Nissan (baptisé nrp comme Nissan Revival Plan) lors d’une...

Conférence sur «L’apport de l’ approche psychocorporelle en psychothérapie, ainsi que dans le traitement du trauma» donnée par Michel Leroux et Lara Szyper iconL'expérience de la réalite dans la photographie d'architecture contemporaine
«réel» d'interaction avec un lieu, en s'arrêtant sur l'approche à la réalité dans le procès photographique

Conférence sur «L’apport de l’ approche psychocorporelle en psychothérapie, ainsi que dans le traitement du trauma» donnée par Michel Leroux et Lara Szyper iconLes maladies -a
«tranquillisants» classiques. Du fait, également, sur le plan physique, de l’action mécanique produite par le gaz naturel sur la...

Conférence sur «L’apport de l’ approche psychocorporelle en psychothérapie, ainsi que dans le traitement du trauma» donnée par Michel Leroux et Lara Szyper iconConférence-Débat de Daniel Lacotte, journaliste et écrivain sur la...
«fondamentaux» de la liberté d’expression et les listes des œuvres censurées dans le passé. En dernière page, des livres publiés...

Conférence sur «L’apport de l’ approche psychocorporelle en psychothérapie, ainsi que dans le traitement du trauma» donnée par Michel Leroux et Lara Szyper iconLes apprentissages sont plannifiés par notre brevet d’état et chaque...
«Benjamin(e)», joueuses et joueurs âgés de 11 à 12 ans, au cours de Tournois et de Camps organisés à différents niveaux et impliquant...

Conférence sur «L’apport de l’ approche psychocorporelle en psychothérapie, ainsi que dans le traitement du trauma» donnée par Michel Leroux et Lara Szyper iconIl est classique de commencer une conférence sur les «terres rares»...
«terres rares» forment un groupe de 17 éléments de la classification périodique (soit 1/6 du total ). IL s’agit des éléments suivants...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com