Découvrir, comment dans divers champs et sur des thématiques d'actualité, les concepts et les méthodes en ergonomie sont mis en œuvre. Etre capable de mobiliser








télécharger 209.3 Kb.
titreDécouvrir, comment dans divers champs et sur des thématiques d'actualité, les concepts et les méthodes en ergonomie sont mis en œuvre. Etre capable de mobiliser
page1/3
date de publication01.04.2018
taille209.3 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > droit > Documentos
  1   2   3
Ergonomie
Découvrir, comment dans divers champs et sur des thématiques d'actualité, les concepts et les méthodes en ergonomie sont mis en œuvre. Etre capable de mobiliser ces concepts et méthodes pour décrire une situation précise.



Biblio :

  • Falzon, P. (2004) Ergonomie. Paris: PUF

  • Rabardel P. et al (1997). Ergonomie, concepts et méthodes. Octarès

  • Darses,F.& Montmollin,M. (2006). L'ergonomie.


Quelques revus :

  • Le travail humain

  • Santé et travail

  • Travailler


Rappel I

De l'intuition à la définition
L'ergonomie, l'homme tout entier qui agit dans son environnement.
A/ L'objet

1) l'Homme

2) l'activité

3) En interaction avec son environnement
B/ objectif

1) Comprendre

2) Agir (transformer)
Conclusion
A/ L'objet
1) L'Homme

Chaque Homme à sa spécificité (taille âge...) => la diversité

L'Homme n'est pas tous les jours le même => variabilité

L'ergonome à une vision holistique, sur la biologie, la cognition, psychique et sociale.
2) L'activité

La tâche: "ensemble de buts données dans des conditions déterminées"

L'activité: " ce qui est développé par le sujet pour réaliser la tâche", il y a le comportement, ce qui est visible. Et la conduite, ce qui n'est pas visible, processus mentaux.

La personne en activité à tjs un objet, un but, un objectif.
3) L'environnement

Les artéfacts, tous ce qui a été fabriqué par l'Homme (objet, machine, organisation, règles..) qui sont issus de la culture.

Artéfacts objets, ce que l'Homme est entrain de créer.

Artéfacts médiateurs, l'objet que l'Homme utilise pour créer l'artéfact objet

On s'intéresse aussi aux personnes qui entourent le sujet
B/ Objectifs

1) Comprendre

Comprendre l’activité humaine (théorie)

Améliorer les conditions de réalisation de cette activité, agir (pragmatique)
Comment ces 2 obj sont-ils articuler ensemble?

On tente d'abord de comprendre l'activité pour ensuite essayer de l'améliorer. Mais parfois, l'activité est tellement complexe qu'il faut parfois agir pour comprendre.
Double objectif de la transformation

=> préserver la santé,

=> développer le bien être individuel et social

Double mode d'action

=> diminuer les effets négatifs

=> augmenter les effets positifs.
Agir sur quoi?

Pour le travail => sur les conditions de travail: ambiance (lumière, bruit..), organisation du travail (horaires, cadences de production...), moyens et outils mis à la disposition (prescriptions, consignes...)

Pour la vie quotidienne => sur les conditions d'utilisation de l'ensemble des objets qui composent notre quotidien: outils internet; téléphone, appareil photo...
Il faut qu'il y ai une adéquation de l'objet par rapport à l'activité réalisée: présentation des informations et lisibilité, modes d'emploi....
Pour la formation => sur les modalités et contenus des dispositifs de formation, académique et professionnelle:

- Adéquation des contenus par rapports aux caractéristiques de l'activité réalisée?

- Quels contenus pour acquérir quelles compétences?

- Quels contenus pour le formateur?
Différents domaines de spécialisation selon IEA

=> Ergonomie physique (anatomie, postures, manipulation...

=> Ergo cognitive (décisions, mémoire, raisonnement, charge mentale...)

=> Ergo organisationnelle (travail en équipe, conception du travail, culture de sécurité, horaires...)

Mais selon cette définition, ces trois spécialisations ne sont pas liées, elles sont séparées. Cela est discutable car pour comprendre ou agir sur l'activité humaine, il faut bien souvent faire appel à ces trois spécialisations.
Thème 1 sécurité et gestion des risques
I/ Définitions:
La sécurité:

=> "Zéro accident", absence de risques ou de dangers

Mais il est impossible d'éliminer les accidents, des défaillances vont se produire, malgré tous les efforts déployés pour les éviter, aucune activité humaine ni aucune système créé par l'homme n'est à l'abri ou d'erreurs.

Le but est donc de minimiser ou éviter les risques ou les dangers.

La sécurité est un " non-événement dynamique" (quelque chose qui ne se passe pas et qui évolue de la durée)
Le danger :

=> La propriété ou capacité intrinsèque d'une substance, d'un équipement, d'une méthode de travail... à causer un dommage.
Le risque :

=> Il se définit par l'exposition à un danger. La possibilité qu'un danger entraine des conséquences non souhaitées dans les conditions données. La possibilité qu'un danger s'actualise. C'est la rencontre entre un danger et une personne, Le risque varie donc selon la personne, sa manière de réagir.

Cela peut entrainer un accident (de graves conséquences) ou un incident (conséquences bénignes). Mais quel est le seuil pour passer d'un incident à un accident? (notion très subjective)
La notion d'acceptabilité

Ces notions ne sont pas objectives car ce sont des contructions sociales.

L'acceptabilité peut être corrélée à la criticité du risque.

Elle s'affaiblie avec le temps.
La sécurité, le risque... et la prise de risque

Le risque est lié à la recherche d'un bénéfice, c'est aussi une condition de la performance.

La prise de risque peut être volontaire ou involontaire.


II/ Evaluer les risques
La criticité du risque = fréquence de l'événement X gravité des dommages

Les analyses statistiques permettent de cartographier les risques, de faire des suivis dans le temps.
Les analyses permettent de rester critiques et prudents, et ainsi de définir et de catégoriser les risques, de trouver les causes et leurs émergences.

III/ La résolution de problème
Quand qlque chose se passe mal, on cherche à savoir pourquoi, pour prévoir et améliorer le futur. On étudie ce qui s'est déjà produit dans le passé.

3 grands types de facteurs:

- l'humain (la plus fréquente), erreur, violation

- les défaillances techniques, interruption de fonctionnement (panne)

- L'organisations, dysfonctionnement dans les processus
Dans les années 60, on expliquait principalement les défaillances par des causes techniques. A partir de 1975, on a identifié le plus grande de défaillance comme fait par l'humain. Aujourd'hui de plus en plus les défaillances d'organisations sont mises en avant.

La technologie a de plus en plus évolué et est devenu de plus en plus fiable, ce qui explique la diminution des défaillances techniques. Et le fait de remplacer les humains par des machines a pour effet de laissé à l'humain les tâches les plus compliqué qui ne sont pas programables.

En même temps, notre vision des accidents changent, "on ne voit qque ce que l'on cherche"
Le facteur humain: un "facteur" ultra complexe

Pourquoi l'homme est défaillat?

Il fait des erreur?

Qu'est ce qu'une erreur?

Que peut on faire?
Violation= écart volontaire de la norme,

- Existent dans tout système et à chaque niveau

- Source de risques et de bénéfice (performance)
Erreur = écart à la norme qui provient d'un décalage entre intention et action

- Tjs involontaire

- Longtemps ignorée par les psychologues

_ Modèle behaviorisme: intention = inaccessible

_ Modèle psychanalyse: l'action = la véritable intention
Trois niveaux d'activité cognitive (Rasmussen, 1986)

  • Activité de résolution de problème

  • Activité fondée sur les règles

  • Activité routinière

Ces niveaux s’acquièrent dans le temps. De la concentration à l'automatisme.

  • Erreur de routine = raté ou lapsus, l'attention est souvent distraite

  • Erreur de l'activité fondée sur les règles = erreurs fondées sur les règles, une mauvaise activation des règles

  • Erreur de l'activité de résolution de problème = erreurs de connaissance manque de connaissance



Les erreurs... et les récupérations

L'opérateur un facteur d'infaisabilité

- le maillon faible des systèmes: entre 65 et 90% des accidents sont liés à des erreurs

- Les erreurs sont fréquentes: 2 à 10 par heures
L'opérateur un facteur de fiabilité... faillible

- Détection, récupération défauts ou de situations dégradées

- Inventeur de solutions, optimisation

- Auto-détection très élevée: moyenne 70% à 80% dont 90% pour les seules erreurs de

routine
Les erreurs et les récupérations

Les erreurs sont impossibles à supprime

-> concevoir des systèmes tolérants aux erreurs

Les erreurs ont un rôle positif

-> Développer des approches non punitives de l'erreur

-> Ne pas chercher à supprimer les erreurs

Erreur =/= Faute

Culture de gestion des risques
Les stratégies collectives de défense (psychodynamique du travail, Molinier, 2006)

Stratégies de déni

Idéologies défensives de métier

Savoir-faire de prudence

L'intelligence pratique
Du facteur humain... au facteur organisationnel
L'erreur n'est pas la cause mais le symptôme. Cette erreur active est dut à une erreur latente qui remonte au niveau de l'organisation. C'est à partir de l'erreur que l'on relève les erreurs d'organisation. L'humain qui fait l'erreur est souvent montré comme le fautif alors qu'il n'est que le dernier d'une chaine. Et l'erreur vient souvent d'une erreur en amont sur cette chaine

TD Analyse d'accident : Méthode de l'arbre des causes

Institut notional de recherche et de sécurité (INRS), 1974
Cette méthode n'est pas une fin mais un moyen, il s'agit de l'une des techniques de prévention. Ce n'est pas une théorie de l'accident, et elle nécessite un travail collectif.

1. Recueillir des faits

Faire l'enquête, le + tôt possible, sur les lieux, auprès de l'ensemble des concernées et par un groupe de travail pluridisciplinaire.

Recueillir des faits et non pas les interprétations, jugements, opinions et connaissances.

Un fait est vérifiable, concret et concis.

Mais on ne voit que ce que l'on veut faire

On ne voit que ce que l'on peut voir

On ne voit que ce que l'on a appris à voir

Difficultés

Biais:

Biais de rétrospection (Hindsighr bias)

"le passé semble incroyable, le futur semble invraisemblable" (Woods, 2003)

Biais de mémorisation
Pour avancer:

Comprendre aussi les contributions à la sécurité

Identifier les motivations et les enjeux sous-jacents dans un second temps

Garder les faits sans remettre en cause la crédibilité des récits
2. Examiner les éléments de la situation

Placer les faits, Individu, TAche, MAtériel, MIlieu (ITAMAMI)
3. Organiser les faits
Déterminer le fait ultime (l'accident)

Démarche déductive

  • Qu'a t il fallut pour ?

  • Est-ce nécessaire?

  • Est-ce suffisant ?


Trois types de liaisons

  • Enchainement

  • Disjonction

  • Conjonction

Remonter jusqu'aux "causes profondes"
Avec le groupe de travail, on fait un Brain storming pour supprimer des faits ou faire des liens entre des faits. Plus on trouve des moyens sur de causes anciennes à l'accident => prévention

Plus on trouve des moyens proche dans le tps de l'accident => protection
4) Maitriser et prévenir
Prévention = on diminue la fréquence des accidents.

=> supprimer les risques à la source

=> supprimer l'exposition (moins de rencontre avec le facteur d'accident
Protection= on diminue la gravité en supprimant ou en réduisant les conséquences de l'accident.
4 types de barrières de sécurité:

- Les barrières matérielles, elles préviennent physiquement des actions ou de la propagation des conséquences. Elles n'ont pas besoin d'être interprétées par les individus.

Exemple:

Equipement de protection collectif (EPC)

_ Isolation

_ Conteneur adapté pour certains produits

_ Ecran de protection .....
Equipement de protection individuel (EPI)

_ Masques, casques

_ Dosimètre ...
- Les barrières fonctionnelles, elles gênent l'exécution de l'action en établissant de préconditions d'activation (dépendance logique ou temporelle). Elles n'ont pas besoin d'être interprétées par les individus.

Exemple:

  • Verrouillage physique (clef, badge…)

  • Verrouillage logique (mot de passe...)

  • Capteur de présence, éloignement des commandes...


- Les barrières symboliques, elles indiquent une limite à respecter, elles nécessitent une interprétation de la personne, qui doit réagit ou répondre aux messages qu'elles contiennent.

Exemple:

  • Affichage de consignes

  • Etiquetages

  • Signalisation sonore/ visuelle...


- Les barrières immatérielles, elles ne sont pas nécessairement présentes ou représenté dans la situation de travail, elles nécessitent d'être connues par l'individu pour être activées.

Exemple:

  • Manuel d'utilisation

  • Lois

  • Procédures internes


L'ergonomie de la vie quotidienne.

4 critères pour un usager

- satisfaction

- utilité

- sécurité

-facilité d'utilisation

Partie 1
Les démarches centrées utilisateur



Enjeux de la démarche ergonomique
Placer l'utilisateur final au cœur du projet

Préoccupations visant la qualité d'utilisation et la qualité perçue par l'utilisateur

Biais de conception:

=> Présupposés de la part des concepteurs

=> Besoins qui répondent aux entreprises émettrices
Rôle ergonome: identifier l'activité et le comportement de l'utilisateur final en s'appuyant sur des connaissances/ méthodes scientifiques + une démarche terrain
Discipline qui s'appuie sur des méthodes et de des connaissances scientifiques

Elle vise à optimiser le bien-être et la performance des utilisateurs en rendant les tâches, les emplois, les produits, les organisations, les environnements et les sutèmes compatibles avec les besoins, les capacités et les limites des personnes.

Elle préconise une démarche global/ systémique.

Elle repose sur une approche scientifique:

=> Limiter l'intervention de la subjectivité

(Ergonomes et personnes impliquées dans le projet)

=> Utiliser un cycle itératif de conception

Elle a recours à des connaissances pluridisciplinaires.

Elle fonde son travail sur l'analyse de l'activité réelle des utilisateurs dans son environnement (diversité & variabilité).

Il vaut mieux bien concevoir que devoir corriger:

-car on vit dans une aire de complexité

- car on pense et agit mieux quand on est aidé par l'environnement

- car cela augmente les chances de succès

- car cela les couts immédiats/ différés des produits mal conçus

Il n'y pas de mauvais usages, il n'y a que des mauvais designs!
Concevoir par qui ?
L'homme moyen n'existe pas ==> un être singulier:

- Diversité

- Variabilité

- Evolution à moyen/ court terme
Un acteur intentionnel dont l'action est finalisée en situation

Ecarts entre le prescrit et le réel:

- Méconnu

- Concernent toutes le dimensions

- Origines multiples

- Variabilité opérateurs/situations
Les utilisateurs cibles
L'adaptation au plus grand nombre

adapter les situations au plus grand nombre d'utilisateurs potentiels

prise en compte des spécificités de différents profils
L'accessibilité

Design for all: accessibilité et conception pour tous.
  1   2   3

similaire:

Découvrir, comment dans divers champs et sur des thématiques d\Médias et opinion publique dans les grandes crises politiques depuis l'affaire Dreyfus
«actualité» et la consommation de «nouvelles» ou de «faits divers» qui émancipent les conversations ordinaires de l'histoire et de...

Découvrir, comment dans divers champs et sur des thématiques d\Les archives, informations dans le système d’information
«l’ensemble des actions, outils et méthodes mises en œuvre pour conserver à moyen et à long terme des informations, dans le but de...

Découvrir, comment dans divers champs et sur des thématiques d\Manuel traduit et mis gratuitement à disposition du public par l’auteur sur le site
«œuvre partagée» d’utilité publique comme une prédication conçue à l’origine pour être utilisée par les étudiants nigérians et non...

Découvrir, comment dans divers champs et sur des thématiques d\Ou ? Dans les structures de soins, à domicile, au lit ou au fauteuil,...

Découvrir, comment dans divers champs et sur des thématiques d\Les rites de passage sont des rituels qui marquent le passage d'une...
Postliminaire '. La phase liminal est quand les choses ne sont pas comme ils sont dans le monde ordinaire: les rôles peuvent être...

Découvrir, comment dans divers champs et sur des thématiques d\Programme mis en œuvre par la Commission européenne pour soutenir...

Découvrir, comment dans divers champs et sur des thématiques d\Chapitre. La répartition des hommes sur la terre
...

Découvrir, comment dans divers champs et sur des thématiques d\Christine bretin dien chan
«pousser» et Na, «saisir». Ce sont les deux types de méthodes les plus couramment utilisées dans le massage chinois

Découvrir, comment dans divers champs et sur des thématiques d\Lors d’études réalisées dans les années soixante-dix sur les théories...

Découvrir, comment dans divers champs et sur des thématiques d\Résumé Comment identifier les obstacles à l'apprentissage et comment...
«au travers» des obstacles à l’apprentissage dont les principaux sont : les "conceptions" des élèves








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com