Marivaux a été un écrivain prolifique : de 1713 à 1755, IL a publié pratiquement tous les ans. Une quarantaine de pièces de théâtre, en un ou trois actes le plus souvent, sept romans et récits parodiques, trois journaux et une quinzaine d'essais. ▪ Arlequin








télécharger 15.31 Kb.
titreMarivaux a été un écrivain prolifique : de 1713 à 1755, IL a publié pratiquement tous les ans. Une quarantaine de pièces de théâtre, en un ou trois actes le plus souvent, sept romans et récits parodiques, trois journaux et une quinzaine d'essais. ▪ Arlequin
date de publication31.03.2018
taille15.31 Kb.
typeEssais
p.21-bal.com > droit > Essais
Marivaux :
Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux (Paris, 4 février 1688 - Paris, 12 février 1763), communément appelé Marivaux, est un écrivain français. Homme solitaire et discret, longtemps mal compris, il fut un journaliste, un romancier, mais surtout un auteur dramatique fécond, qui, amoureux du théâtre et de la vérité, observait en spectateur lucide le monde en pleine évolution et écrivit pour les Comédiens italiens, entre 1722 et 1740, des comédies sur mesure et d'un ton nouveau, dans le langage « de la conversation ». Il est, après Molière, Racine, Corneille et Musset le cinquième auteur le plus joué par la Comédie française

Une passion : le théâtre Sa raison d’être est toute trouvée, ce sera le théâtre. Il s'essaie à la tragédie classique en cinq actes et en vers avec Annibal, joué en 1720 par les comédiens du Roi, mais ce n'est pas une réussite.Son premier succès, la même année, il le doit à Arlequin poli par l'amour joué par les acteurs italiens de Luigi Riccoboni. Il apprécie le jeu des comédiens italiens et devient l'auteur attitré de la troupe. La jeune et talentueuse Silvia Balletti, la prima amorosa, devient son interprète idéale et il écrit spécialement pour elle. Il révolutionne le genre de la comédie sentimentale, qu’il explore au travers des deux Surprises de l’amour ou de La Double Inconstance, mais surtout de ses pièces devenues de grands classiques du répertoire : Le Jeu de l'amour et du hasard (1730) et Les Fausses Confidences (1737). Il écrit aussi des comédies sociales qui posent des problèmes fondamentaux : la liberté et l'égalité entre les individus (l'Île des esclaves en 1725), la situation des femmes (la Nouvelle Colonie en 1729). Placées dans des cadres utopiques, ces pièces, qui ont eu peu de succès à leur création, développent ses réflexions sur les relations humaines

Œuvres Marivaux a été un écrivain prolifique : de 1713 à 1755, il a publié pratiquement tous les ans. Une quarantaine de pièces de théâtre, en un ou trois actes le plus souvent, sept romans et récits parodiques, trois journaux et une quinzaine d'essais.

Arlequin,

Arlecchino en italien, est un personnage type de la commedia dell'arte qui est apparu au XVIe siècle en Italie, dont le costume est fait de losanges multicolores. Ceux-ci représenteraient les multiples facettes d'Arlequin. Arlequin porte un bonnet sur lequel figure une queue de lapin. Cette queue symbolisait la lâcheté, rendant tout autant plus ridicule l'accoutrement d'Arlequin.

Sur scène

Contrairement à ce que l'on a pu dire, le personnage d'Arlequin n'a pas été créé par l'acteur italien Domenico Biancolelli. On en trouve la trace en Italie dès le XVIe siècle. En France, les comédiens du duc de Mantoue, parmi lesquels un acteur qui se fait appeler Arlequin, sont invités par la reine Marie de Médicis, en 1606, mais ils se font prier et ne se rendent en France qu'en 1608. Arlequin n'est pas au rendez-vous, immobilisé dit-on, par une maladie.

Arlequin joue le rôle de l'humble serviteur, comme dans Arlequin, serviteur de deux maîtres, de Carlo Goldoni. Il peut aussi être l'amoureux de Colombine et par conséquent un rival pour Pierrot. Il apparaît en France à l'époque de Molière où ses caractéristiques évoluèrent. Ainsi, il deviendra avec les pièces de Marivaux un valet naïf et sensible comme, par exemple, dans l'Île des esclaves.

Commedia dell'arte

La commedia dell’arte est un genre de théâtre populaire italien apparu avec les premières troupes de comédie avec masque, en 1528. Signifiant littéralement : « théâtre interprété par des gens de l’art » ; autrement dit : des comédiens professionnels, le terme est, de nos jours, utilisé dans de nombreuses langues, dont le français.

Catherine de Médicis les affectionne tout particulièrement. Pendant tout le XVIIe siècle, ils jouent à Paris, n'entrant jamais en concurrence avec les Comédiens français : ils ne jouent pas en français ! Mais, avec le temps, le succès aidant, ils représentent pour leurs collègues une menace, jusqu'au jour où Louis XIV, vieillissant, les chasse de France à la suite d'une représentation de La Fausse prude, pièce dans laquelle ils auraient visé Mme de Maintenon. Le Régent à peine installé, les Comédiens italiens sont rappelés (ils sont les représentants de ce "grain de folie" qui avait disparu au cours des dernières années du règne du roi soleil). A leur retour, à partir de 1720, ils joueront en français, les pièces de Marivaux qui écrira pour eux pendant plus de dix ans.

Caractéristiques

Une troupe compte alors de 9 à 20 comédiens itinérants qui circulent dans l'Italie du Nord puis dans toute l'Europe. Mais, quel que soit l'endroit où ils se produisent, ils jouent en italien, ce qui ne pose guère problème étant donné que leur jeu repose essentiellement sur le physique : le comédien gambade, court, saute, et surtout danse. De plus, les situations représentées sont le plus souvent stéréotypées : poursuites, bastonnades, rendez-vous secrets, etc. Le peu de paroles prononcées est généralement appris par les comédiens qui les placent à des moments "stratégiques" de la représentation.

On sait tous que les comédiens jouaient masqués, arborant des masque de cuir qui leur cachaient le haut du visage mais laissaient la bouche dégagée, leur autorisant ainsi des expressions particulières avec le bas du visage. Seuls les personnages d'amoureux n'avaient pas le visage caché. Autre point important, ces troupes sont les premières à faire jouer des femmes, à une époque où celles-ci sont interdites de scène.

La caractéristique essentielle de ce théâtre est évidemment son caractère improvisé. Néanmoins, on aura soin de préciser que cela n'empêche pas l'existence d'un scenario (déroulement scène par scène) et d'un canevas à partir duquel les comédiens "brodent". Le public connaît ces situations et attend de l'acteur une performance qui le fasse rire.

Les personnages

Ce ne sont pas à proprement parler des personnages, plutôt des types. Ce caractère universel est évidemment renforcé par le port du masque. Ils représentent les qualités et les défauts humains, à l'image d'autres personnages-types que les élèves auront plus l'habitude de fréquenter : Tartuffe, Harpagon...

similaire:

Marivaux a été un écrivain prolifique : de 1713 à 1755, IL a publié pratiquement tous les ans. Une quarantaine de pièces de théâtre, en un ou trois actes le plus souvent, sept romans et récits parodiques, trois journaux et une quinzaine d\Acte : Partie d'une pièce de théâtre. Traditionnellement, une pièce...

Marivaux a été un écrivain prolifique : de 1713 à 1755, IL a publié pratiquement tous les ans. Une quarantaine de pièces de théâtre, en un ou trois actes le plus souvent, sept romans et récits parodiques, trois journaux et une quinzaine d\Devoir surveillé n°3 (4°4)
Il comporte une pile de 9V, trois lampes différentes L1, L2 et L3, et trois ampèremètre A1, A2 et A3, permettant de mesurer les intensité...

Marivaux a été un écrivain prolifique : de 1713 à 1755, IL a publié pratiquement tous les ans. Une quarantaine de pièces de théâtre, en un ou trois actes le plus souvent, sept romans et récits parodiques, trois journaux et une quinzaine d\Trois serres, trois climats La serre subtropicale

Marivaux a été un écrivain prolifique : de 1713 à 1755, IL a publié pratiquement tous les ans. Une quarantaine de pièces de théâtre, en un ou trois actes le plus souvent, sept romans et récits parodiques, trois journaux et une quinzaine d\La peur, l'anxiété et l'angoisse désignent trois réalités distinctes...

Marivaux a été un écrivain prolifique : de 1713 à 1755, IL a publié pratiquement tous les ans. Une quarantaine de pièces de théâtre, en un ou trois actes le plus souvent, sept romans et récits parodiques, trois journaux et une quinzaine d\Le Théâtre des Cerises
«Etude et recherche de la poésie potentielle résultante de la symbiose du plaidoyer populaire et de l’opéra en vue de la création...

Marivaux a été un écrivain prolifique : de 1713 à 1755, IL a publié pratiquement tous les ans. Une quarantaine de pièces de théâtre, en un ou trois actes le plus souvent, sept romans et récits parodiques, trois journaux et une quinzaine d\Surtout ‘’Antigone’’, ‘’Becket ou l’honneur de Dieu’’
«fausses pièces» et découvrit les grands auteurs classiques : Molière, Marivaux et Musset, «mille fois relus»

Marivaux a été un écrivain prolifique : de 1713 à 1755, IL a publié pratiquement tous les ans. Une quarantaine de pièces de théâtre, en un ou trois actes le plus souvent, sept romans et récits parodiques, trois journaux et une quinzaine d\Avant que ces quarante et un médicaments commercialisés en France,...

Marivaux a été un écrivain prolifique : de 1713 à 1755, IL a publié pratiquement tous les ans. Une quarantaine de pièces de théâtre, en un ou trois actes le plus souvent, sept romans et récits parodiques, trois journaux et une quinzaine d\«Les techniques du corps» Un document produit en version numérique par Jean-Marie Tremblay
«divers», et, comme cette rubrique est une horreur, j'ai souvent pensé à ce «divers», au moins chaque fois que j'ai été obligé d'en...

Marivaux a été un écrivain prolifique : de 1713 à 1755, IL a publié pratiquement tous les ans. Une quarantaine de pièces de théâtre, en un ou trois actes le plus souvent, sept romans et récits parodiques, trois journaux et une quinzaine d\Une pièce de théâtre est destinée à être jouée par des acteurs sur...

Marivaux a été un écrivain prolifique : de 1713 à 1755, IL a publié pratiquement tous les ans. Une quarantaine de pièces de théâtre, en un ou trois actes le plus souvent, sept romans et récits parodiques, trois journaux et une quinzaine d\L'examen d'entrée dans une école d'électronique comporte trois épreuves...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com