Introduction transformations actuelles de nos connaissances et de nos croyances








télécharger 112.37 Kb.
titreIntroduction transformations actuelles de nos connaissances et de nos croyances
page2/3
date de publication06.12.2016
taille112.37 Kb.
typeDocumentos
p.21-bal.com > droit > Documentos
1   2   3

Chapitre IV. - La lutte pour l'existence et la transformation des êtres
I. Faits sur lesquels reposent les lois du perfectionnement des êtres. - Variation sous l'influence du milieu. - Multiplication trop abondante des espèces. - Lutte forcée pour l'existence. - Les mieux doués triomphent et transmettent par hérédité leurs aptitudes individuelles. - Lutte nouvelle à chaque génération. - II. Aptitude des êtres à varier et à s'adapter à leur milieu. - Exemples divers démontrant l'aptitude à varier et les variations produites par l'influence du milieu. - III. Multiplication des espèces. - Fécondité excessive de toutes les espèces vivantes. - Chacune finirait à elle seule par peupler entièrement le globe si rien ne venait entraver son développement. - Les êtres vivants sont d'autant plus féconds qu'ils sont moins parfaits. - Le nombre des individus ne dépend pas de leur fécondité. - IV. La lutte pour l'existence. - Concurrence forcée des êtres entre eux, par suite de leur trop grand nombre. - La lutte pour l'existence peut avoir lieu, avec les conditions extérieures, entre les individus de même espèce ou entre les individus d'espèces différentes. - Elle est universelle. - Exemples divers. - Elle ne se manifeste pas toujours sous forme de lutte directe entre les individus. - Ce sont toujours les individus d'une même espèce qui se font la concurrence la plus rude. - La lutte pour l'existence dans l'espèce humaine. - Rapport forcé entre la population et les moyens de subsistance. - Comment se rétablit ce rapport quand il est rompu. - Inconvénients de soustraire les individus à la lutte pour l'existence. - Dégénérescence des races qui en résulte. - V. Conséquences de la lutte pour l'existence. Perfectionnement des individus les mieux adaptés. - La lutte pour l'existence rend les individus de plus en plus divergents. - Elle crée des espèces nouvelles et les améliore sans cesse. - Exemples divers d'organes transformés par elle. – Transformations graduelles de l’œil et des divers organes. - À chaque génération nouvelle, la sélection trie toutes les améliorations utiles. - Elle continue à agir dans le présent comme elle a agi dans le passé. - Formes transitoires reliant les diverses espèces.
Chapitre V. - Les ancêtres de l'homme
I. Développement graduel de l'embryon humain. - Tous les êtres vivants dérivent d'une cellule. - Ses transformations après la fécondation. - Premiers vestiges de l'embryon. - II. Formes successives revêtues par I'homme pendant sa vie embryonnaire. - L'embryon n'est nullement la copie réduite de l'individu qu'il doit former. - En se développant il revêt les formes successives des êtres inférieurs, en commençant par les plus humbles. - Pourquoi, dans les premiers temps de son existence, l'embryon présente des organes inutiles destinés à disparaître. - Dents de l'embryon de la baleine. - Poils et queue de l'embryon humain. - Ce sont des vestiges d'organes possédés par de primitifs ancêtres. - Les organes rudimentaires ont la même origine. - III. L'embryologie démontre que tous les vertébrés eurent un ancêtre commun. - Comment on peut reconstituer ce primitif ancêtre. - Son analogie probable avec les poissons les plus inférieurs. - IV. Les ancêtres de l'homme. - Comment ils peuvent être reconstitués par l'étude de l'embryon humain. - Leur structure anatomique. - Leur nature aquatique. - Ils étaient hermaphrodites. - Impossibilité d'admettre que l'homme descende des singes. - Leur ancêtre commun. - Sa descendance des lémuriens. – Dispositions anatomiques communes à l'homme et aux singes. - Place réelle de l'homme dans la création. - Il est un anneau d'une chaîne qui commence au premier être.
Livre III. Développement physique de l'homme.
Chapitre I. - Antiquité de l'homme
I. Comment on a été conduit à reconnaître l'antiquité extrême de l'homme. - L'histoire ne connaît l'homme qu'à l'état de civilisation. - Idées erronées des philosophes sur l'état primitif de l'homme. - Conceptions résultant des traditions religieuses. - L'état de civilisation qu'on rencontre chez les plus anciens peuples implique une culture antérieure fort longue. - Comment la science a pu prouver l'ancienneté de l'homme. – II. Terrains dans lesquels on retrouve des vestiges de l'homme. - Formation des couches sédimentaires. - Comment on reconnaît leur antiquité. - Terrains tertiaires et quaternaires. - Période glaciaire. - Période diluvienne. - Commencement de la période géologique actuelle. - Fossiles des âges tertiaires et quaternaires. - Les vestiges de l'homme se retrouvent dans les terrains tertiaires et surtout dans les terrains quaternaires. - III. Ancienneté des couches où l'on retrouve des vestiges de l'homme. - Temps considérable dont ces couches ont eu besoin pour se former. - Détermination de leur ancienneté. - On ne peut évaluer que par des millions d'années le temps nécessaire à leur formation. - Difficulté d'apporter une grande précision dans ces calculs. - Raison pour laquelle ils sont généralement inférieurs à la réalité. -Les millions d'années des âges géologiques n'ont de longueur réelle que quand on les compare à la courte durée des temps historiques.
Chapitre II. - L'homme primitif
I. Origine de l'homme. - Parenté de l'homme et des espèces animales voisines. - Preuves anatomiques et physiologiques. - En quoi certaines races humaines se rapprochent plus des singes anthropoïdes que des races humaines supérieures. - Les hommes primitifs furent très-différents de ceux d'aujourd'hui. - II. Comment l'homme put se différencier des espèces animales d'où il dérive. - Passage de la station horizontale à la station verticale. - Acquisition du langage articulé. - Souches des premiers hommes. - Impossibilité d'admettre l'existence d'un seul couple primitif. - III. Vestiges des races humaines primitives. - Crânes et squelettes humains des terrains quaternaires. - Première race humaine fossile; crânes de Neanderthal, d'Eguisheim, etc. - Forme bestiale des crânes des premiers hommes. - Race humaine de Cro-Magnon. - Sa stature gigantesque. - Prognathisme et aspect particulier de la face des hommes quaternaires. - Existe-t-il parmi les races européennes actuelles des descendants des hommes de l'âge quaternaire ? - IV. État physique des premiers hommes. - Comment il est possible de reconstituer l'état physique des premiers hommes. - Capacité minime de leur crâne. -Conformation de leurs membres. - Leur férocité et leur force. -Leur langage. - Conclusion.
Chapitre III. - Formation des races humaines
I. Ancienneté de la formation des races humaines. - Documents géologiques prouvant qu'il existait déjà plusieurs races humaines aux plus anciennes époques auxquelles nous puissions remonter. - Documents démontrant qu'un grand nombre de races actuelles se sont formées avant les temps historiques. - L'homme apporte en naissant l'héritage d'un passé immense à l'influence duquel rien ne peut le soustraire. - II. Causes de la formation des races humaines. - Influence de la sélection. - Elle agit moins sur l'homme que sur les animaux. - Son action dut s'exercer surtout aux premiers temps de l'existence de l'humanité. - Influence des milieux. - Influence des croisements. - Décadence des races produite par les croisements entre races trop différentes. - III. Division des races humaines en espèces distinctes.Hypothèse qu'on peut former sur l'origine des espèces humaines. - Il existe des espèces d'hommes différentes aussi séparées que le sont les diverses espèces animales. - Ce que représente dans l'état actuel de la science le mot espèce. - IV. Valeur des caractères sur lesquels on peut s'appuyer pour classer les diverses espèces humaines. - Caractères tirés de la couleur de la peau et de la forme des cheveux. - Caractères tirés de la forme du crâne, de la face et des diverses parties du corps. - Indications fournies par la linguistique. - Impossibilité d'établir actuellement une classification complète des diverses espèces humaines. Marche à suivre dans la description des diverses espèces humaines. V. Disparition de plusieurs espèces humaines. - Les espèces humaines disparaissent comme les autres espèces animales. - Causes de cette disparition. - Disparition fatale des races inférieures au contact des races supérieures. - L'intérêt des races inférieures est de repousser la civilisation que leur apporte une race supérieure. - Éléments dont se compose la population actuelle du globe. - Conclusions.
Chapitre IV. - Reconstitution du passé préhistorique de l'homme. Les vestiges des temps primitifs
I. Importance de l'étude du passé de l'homme. - L'état actuel de l'homme ne peut être compris qu'en étudiant la série de ses changements antérieurs. - L'homme actuel est le résultat d'une longue élaboration antérieure. - II. Matériaux qui permettent de reconstituer le passé préhistorique de l'homme. - Matériaux fournis par l'étude des vestiges des temps primitifs. - Armes, instruments, débris de demeures, etc. - Matériaux fournis par l'observation des tribus sauvages. - Matériaux fournis par l'étude du développement intellectuel de l'enfant. - Matériaux fournis par l'étude des langues. - Comment cette étude permet de reconstituer la civilisation des peuples dont il ne reste ni monuments ni traditions. - Exemple fourni par la reconstitution des ancêtres des Européens actuels.
Chapitre V. - Les premiers temps de l'humanité. - L'âge de la pierre taillée
I. Division des époques préhistoriques. - Division en âges de la pierre taillée, de la pierre polie, du bronze et du fer. - Importance relative de ces diverses périodes. - Tableau de la succession des âges préhistoriques de l'humanité. - II. Généralité de l'âge de la pierre taillée chez tous les peuples. - Circonstances dans lesquelles on n'en constate pas partout les traces. - L'état des connaissances d'un peuple dépasse toujours le développement intellectuel du plus grand nombre. - Persistance de l'usage d'instruments de pierre longtemps après la fin de l'âge de la pierre taillée. - Exemples tirés des coutumes des Hébreux. - Conclusions qui en découlent relativement à l'état de sauvagerie primitive des Juifs. - III. Vestiges des temps primitifs. - Vestiges des armes, instruments de chasse et de pêche, etc. - Progression graduelle dans l'art de tailler la pierre. - Série de types caractéristiques des diverses époques. - Vestiges des habitations. - Débris de l'alimentation. - Vestiges de l'anthropophagie. - Vestiges des vêtements. - Vestiges de sculptures et de dessins. - Vestiges prouvant la connaissance du feu. - Vestiges des usages funéraires. - Résumé.
Chapitre VI. - Nouvelles conditions d'existence de l'homme. - L'âge de la pierre polie
I. Vestiges de l'âge de la pierre polie. - Il commence avec une ère géologique nouvelle. - Difficulté de le relier aux temps qui précèdent. - Vestiges des armes et de l'industrie. - Vestiges des habitations. - Habitations lacustres. - Vestiges de la poterie. - Vestiges de l'alimentation. - Documents fournis par l'étude des kjökkenmöddings. - Vestiges de l'agriculture et de la domestication des animaux. - Vestiges de l'ornementation. - Vestiges des usages funéraires. - Tumuli, Menhirs et Dolmens. - Vestiges des races humaines de l'âge de la pierre polie. - II. Durée de l'âge de la pierre polie. - Elle varie suivant les différents peuples. - Moyens employés pour la calculer.
Chapitre VII. - l'âge des métaux
I. L'âge des métaux natifs. - Il précède l'âge du bronze. – Son existence en Amérique. - Raison de son absence en Europe. - II. L'âge du bronze. - Raison de l'emploi général de cet alliage. - Facilité de le préparer. - Vestiges des armes et de l'industrie. - Vestiges des habitations. - Vestiges de la poterie. - Vestiges de l'alimentation. - Vestiges de l'agriculture. - Vestiges des vêtements et ornements. - Vestiges des usages funéraires. - Antiquités de l'âge du bronze. - III. L'âge du fer. - Difficulté d'extraire et de travailler ce métal. - Comment il fut d'abord obtenu. - Extraction des autres métaux. - Antiquités de l'âge de fer. - Conclusions.
Chapitre VIII. - Commencements des temps historiques. - Les sources de l'histoire
I. Les sources de l'histoire. - Sources auxquelles on peut puiser pour reconstituer l'existence de l'homme aux temps historiques. - Documents fournis par les livres et les inscriptions monumentales. - Énumération des plus anciens livres du monde. -- Note sur les inscriptions en caractères hiéroglyphiques et cunéiformes. - Documents fournis par les monuments. - Documents fournis par les religions. - II. État de civilisation des plus anciens peuples quand ils apparaissent dans l'histoire . – Ils s'y montrent toujours à un état de civilisation avancée. - Preuves fournies par l'étude des civilisations égyptienne, assyrienne; etc. - Pourquoi on ne voit apparaître ces peuples dans l'histoire que quand ils sont civilisés. - Il existe une distance profonde entre les peuples préhistorique et eux. - III. Comment on peut relier les temps historiques aux temps préhistoriques. - L'étude des sauvages et des peuples arrivés à divers degrés de développement permet seule de reconstituer les diverses phases du développement de l'homme. – Groupement des divers peuples en échelle ascendante. - Impossibilité d'admettre qu'un peuple puisse débuter par l'état civilisé sans avoir passé par l'état sauvage.

Livre IV. Développement intellectuel de l'homme.
Chapitre I. - État intellectuel des premiers hommes
I. Comment il est possible de reconstituer l'état intellectuel des premiers hommes. - Vestiges de l'industrie de nos premiers ancêtres. - Étude des facultés mentales chez les animaux voisins de l'homme. - Étude du développement de l'intelligence chez les peuples les moins développés et chez les enfants. - II. Difficulté de se représenter nettement l'état intellectuel des premiers hommes. - Raisons de cette difficulté. - Preuves fournies par l'inaptitude générale à se rendre compte de l'état d'intelligence peu développées, telles que celles des enfants. - III. Formation des conceptions des premiers hommes. - Les associations d'idées furent l'origine des primitives croyances. - Exemples de ces associations. - IV. État intellectuel des premiers hommes. - Inaptitude des esprits peu développés à tirer des conclusions utiles de leurs observations. - Incapacité de remonter aux causes des faits observés et d'en prévoir les conséquences. – Grossièreté de l'intelligence de certains sauvages. - Incapacité de compter au-delà de 5. - Les esprits peu développés ne peuvent avoir d'idées abstraites. - Ils ne savent pas généraliser. - Ils ne peuvent s'élever aux notions de causes, de lois, d'ordre naturel. - Leur crédulité extrême. - Absence chez eux des sentiments de surprise et d'étonnement. - Inconstance du caractère des races peu développées. - Analogie de leur caractère et de celui des enfants. - Défaut d'imagination représentative des peuples primitifs. - Absence de prévoyance qui en résulte. - Rôle considérable résultant de l'acquisition de l'imagination sur l'évolution de l'homme. - Résumé de l'état intellectuel des premiers hommes.
Chapitre II. - Développement et fonctions du système nerveux
I. Comment il faut étudier le développement des fonctions intellectuelles. - Nécessité de ramener leur étude à celle des éléments qui les composent. - On ne doit pas se borner, comme les psychologistes, à étudier l'intelligence de l'homme à l'état adulte. - L'intelligence se forme par une série d'accumulations successives. - Nécessité de l'étudier d'abord chez les êtres inférieurs. - Résultats de l'application des méthodes physiologiques à la psychologie. - Les phénomènes intellectuel sont, comme les phénomènes physiques, soumis à des lois invariables. - Nécessité de commencer leur étude par celle des fonctions des éléments nerveux. – II. Éléments constitutifs du système nerveux et propriétés de ces éléments. – Développement graduel du système nerveux dans la série des êtres. - Il se compose chez tous des mêmes éléments, cellules nerveuses et nerfs, diversement associés. - Cellules nerveuses. - Elles constituent les éléments les plus importants du système nerveux. - Leur structure et leurs fonctions. - Nerfs. - Structure et fonctions. - Ce sont en dernière analyse de simples fils conducteurs d'impressions ou d'excitations. - Moelle épinière. - Structure et fonctions. - Elle est le centre où viennent aboutir toutes les impressions sensitives et où ces dernières se transforment en excitations motrices. - Cerveau. - Structure et fonctions. - Son analogie avec la moelle épinière. - Il transforme comme elle les impressions en excitations. - Cervelet. - III. Sources de l'activité du système nerveux. - Cette activité est empruntée aux matériaux nutritifs fournis par le sang. - Preuves qu'elle dépend de la qualité et de la quantité des matériaux que les éléments nerveux reçoivent. - Relation existant entre l'activité cérébrale et les modifications chimiques des éléments nerveux. - L'activité du système nerveux résulte de la transformation en forces vives des forces de tension que les éléments nerveux contiennent. - Le point de départ de cette transformation est l'excitation provoquée par la sensation. - Le système nerveux agit comme force de dégagement sur les divers tissus. - Sa puissance, comme celle de tous les éléments du corps, est empruntée en dernière analyse à la chaleur solaire. - IV. Relations existant entre l'état du système nerveux et ses fonctions. - Rapports du physique et du moral. - Résumé des preuves qui mettent en évidence les rapports existant entre l'état du système nerveux et ses fonctions. - Influence des modifications exercées par le système nerveux sur l'état de l'intelligence. - Les impressions morales agissent exactement sur lui comme les autres excitants. - Rôle du moral dans la guérison des maladies. - Un acte de conscience quelconque correspond toujours à un certain état moléculaire défini du cerveau. - En quoi l'explication complète des rapports qui lient le système nerveux et l'intelligence dépasse nos moyens d'investigation actuels.
1   2   3

similaire:

Introduction transformations actuelles de nos connaissances et de nos croyances icon45 ateliers exposants riches en évènements
«A la conquête des étoiles : le nouveau défi de nos directions ?» 20 ans de changements, 20 ans de transformations et déjà de nouveaux...

Introduction transformations actuelles de nos connaissances et de nos croyances iconApproche méthodologique et présentation des résultats –pages 2 à 10
«démarche qualité». Cette démarche vise à affirmer nos valeurs associatives, à analyser nos missions et nos activités ainsi que nos...

Introduction transformations actuelles de nos connaissances et de nos croyances iconSur le Corps de l’Artiste dans les spectacles vivants : le Corps performant
«Assises» est de nous forcer à sortir de nos «chapelles» respectives, à croiser nos regards, à nourrir notre réflexion de l’expérience...

Introduction transformations actuelles de nos connaissances et de nos croyances iconRapporteur : Philippe Ansel
«atmosphère entrepreneuriale» dans nos territoires, de rendre nos usines florissantes et de leur permettre de concurrencer auprès...

Introduction transformations actuelles de nos connaissances et de nos croyances iconManuel
«en vase clos». Cet état de fait nous interpelle sur notre conception de l’école et nous oblige à nous interroger sur nos objectifs...

Introduction transformations actuelles de nos connaissances et de nos croyances icon"Pour nos combats de demain, pour un monde plus libre, plus juste,...
«un jour IL n’y aura plus de gaz en Béarn mais Pechiney sera la seule industrie qui y restera, car on pourra toujours y amener de...

Introduction transformations actuelles de nos connaissances et de nos croyances iconA c’est un personnage d’exception traduit par son identité, son physique et son caractère
«mouvements indéfinissables qui glissent très rapidement aux limites de la conscience; ils sont à l'origine de nos gestes, de nos...

Introduction transformations actuelles de nos connaissances et de nos croyances iconA la mémoire de Didier Heens
«je pense que c’est une histoire de fréquence, tout est fréquence, je vais me pencher là-dessus». Je me suis isolé de notre communauté...

Introduction transformations actuelles de nos connaissances et de nos croyances iconOù va-t-ton ? Que faire ? Et comment repenser l’école et l’université...
«passés d’un Pouvoir sur les choses, avec le désir de bien faire, objectivement, à un Pouvoir subjectif sur les esprits et les représentations,...

Introduction transformations actuelles de nos connaissances et de nos croyances iconUtopie (ce lieu qui selon l’étymologie grecque n’existe pas et que...
«Tür» (du grec thyra). Deux langues, racines de nos mythes et de nos rêves, de nos valeurs d’utopie (ce lieu qui selon l’étymologie...








Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
p.21-bal.com